Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

5 octobre 2007 5 05 /10 /octobre /2007 10:47
 

Otobre 2007.


Lettre adressée par plus de 1000 médecins hospitaliers dont 281 professeurs à la ministre de la Santé, contre le financement à 100% par la T2A et contre la convergence public/privé.


http://www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=5515

Pour sauver l’ hôpital public, plus de 1000 médecins hospitaliers écrivent à la Ministre de la Santé.

Madame la Ministre,

Les médecins et cadres hospitaliers signataires, de toutes opinions politiques ou syndicales, attachés à la qualité du service public hospitalier, tiennent à vous alerter sur les défauts révélés par la mise en place de la réforme hôpital 2007. S’ils n’étaient pas corrigés, ces défauts pourraient avoir des conséquences dommageables pour les patients, comme il a été dommageable de ne pas augmenter à temps le numerus clausus à l’entrée des études de médecine et de soins infirmiers, ou de ne pas prévoir un aménagement de la loi des 35 heures pour les hôpitaux.

C’est pourquoi nous demandons une réforme de la réforme, particulièrement du mode de financement des hôpitaux par la tarification à l’activité (T2A).

En effet, s’il paraît normal que le financement des hôpitaux prenne en compte leur activité, la T2A comporte de nombreux inconvénients : une prise en compte incomplète de l’activité réelle, une non prise en compte de l’activité de « recours » de l’hôpital public (spécificité de l’hôpital public par rapport aux cliniques privées), une absence de reconnaissance des activités de prévention et d’éducation thérapeutique, une sous-évaluation des difficultés dues aux problèmes sociaux ou psychologiques des patients, une opacité de la définition, du calcul et de la répartition des financements spécifiques (MIGAC et MERRI).

Le financement par la T2A conduit à privilégier les malades et les activités rentables financièrement, c’est-à-dire essentiellement les patients ayant des pathologies aiguës relevant de gestes techniques et n’ayant pas de poly-pathologies ni de maladie chronique ou de problèmes sociaux ou psychiatriques.

La T2A pousse à une augmentation aberrante d’activités jugées « rentables » comme les hospitalisations de jour, quitte à accroître abusivement la prescription d’examens complémentaires pour les justifier.

SUITE...
Partager cet article
Repost0

commentaires