Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

15 octobre 2007 1 15 /10 /octobre /2007 16:59
http://www.betapolitique.fr/+Vers-un-retour-de-l-inflation-01484+.html


Vers un retour de l’inflation ?

15 octobre 2007

Les prix à la consommation en France ont grimpé le mois dernier de 1,5% sur un an, la plus forte progression depuis le début de l’année, selon des chiffres publiés vendredi. Mathieu Kaiser, de BNP Paribas, table ainsi sur un taux de 2% d’ici la fin de l’année. Certes, il s’agit d’une hausse relativement modérée, mais cette annonce vient s’ajouter à d’autres mauvaises nouvelles. En particulier d’un regain d’inflation à l’échelle de l’Europe. L’inflation espagnole, traditionnellement plus forte que la moyenne européenne, a connu un nouveau coup d’accélérateur en septembre à 2,7% sur un an, et celle de l’Allemagne à atteint 2,5%, selon des chiffres provisoires, du jamais vu depuis deux ans. Pour l’ensemble de la zone euro, le taux a grimpé à 2,1%, au plus haut depuis un an.

Les prix de l’énergie ont pris 0,6% le mois dernier et +1,4% sur un an (+0,8% et +1,9% en incluant les produits pétroliers). Le cours du pétrole brut léger américain a inscrit un nouveau record vendredi à New York à 84,00 dollars le baril. Une crise avec l’Iran n’arrangerait rien…

"Ce sont les services qui continuent de tirer les prix vers le haut", souligne Nicolas Bouzou (BNP). Ils affichent une hausse sur douze mois de 2,5%, tirés par le poste "loyers, eau et enlèvement des ordures ménagères", qui a bondi de 3,5% sur un an (+0,3% sur un mois).

Les consommateurs européens vont au devant d’une nouvelle valse des étiquettes alimentaires, « justifiée » pour les industriels par la flambée persistante des prix agricoles mondiaux. Elle est provoquée par une envolée de la demande dans les pays émergents, de mauvaises récoltes dues aux aléas climatiques et l’essor des bio-carburants qui "pompe" une partie des récoltes.

La fédération des industries agroalimentaires (Federalimentare) prévient que "les hausses ne sont pas terminées. Selon nos projections, nous tablons sur une hausse de 2,4% (des prix alimentaires) d’ici Noël, soit un surcoût de 60 euros pour une famille de 4 personnes", explique son président Giandomenico Auricchio.

En France, le secrétaire d’Etat à la Consommation Luc Chatel s’en est pris aux industriels. "J’ai vu les prix du lait baisser de 25%, mais je n’ai jamais vu le yaourt baisser de 25%. On ne peut pas toujours avoir des répercussions à la hausse et jamais de répercussion à la baisse", a-t-il regretté…

Les spéculateurs enferrés dans la crise des subprims voient leur espoir d’une baisse des taux d’intérêt par la BCE qui continue à percevoir la lutte contre l’inflation comme sa "première mission".

Les salariés vont eux subir une baisse substantielle de leur pouvoir d’achat.
Sources AFP



Partager cet article
Repost0

commentaires