Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

8 novembre 2008 6 08 /11 /novembre /2008 13:56







ET LES MILLIARDS SORTIS DU CHAPEAU DES FONDS PUBLICS FRANCAIS ET EUROPEENS , HUMM !???






samedi 8 novembre 2008 (11h01) :

Le cadeau de départ du clan Bush : 
un dernier pillage frénétique des biens publics.






Naomi Klein

Traduit par Anik le 8 novembre 2008.

www.naomiklein.org


2 commentaires
JPEG - 2.1 ko

Le hold-up américain des richesses financées par le public, sans aucune contrepartie : une véritable aubaine pour les grandes entreprises.
Bienvenue au capitalisme sans risques.

Durant les derniers jours de la campagne présidentielle, beaucoup de républicains semblent avoir abandonnés la lutte pour le pouvoir. Mais ne vous y trompez pas : cela ne signifie pas qu'ils se reposent. Si vous voulez voir le véritable travail actif des républicains, vérifiez l'énergie qu'ils utilisent pour distribuer de gros paquets des 700 milliards de dollars qu'ils jettent par la fenêtre.
Lors d'une récente audition d'un comité sénatorial bancaire, le républicain Bob Corker s'est vu assigné cette tache, et avec une date butoire très claire en vue : l'investiture.
"Combien pensez-vous qu'il soit possible environ de dépenser actuellement avant le 20 janvier?" demandait Corker à Neel Kashkari, le banquier âgé de 35 ans qui était avant lui en charge du butin.

Quand les colonialistes européens ont réalisés qu'ils n'avaient pas d'autre choix que de redonner le pouvoir aux citoyens indigènes, ils ont souvent concentré toute leur attention à dérober les trésors locaux de l'or et de tout le bétail qui avait de la valeur. S'ils étaient vraiment cruels, comme les portugais au Mozambique dans la moitié des années 1970, ils allaient jusqu'à verser du béton dans les ascenseurs des puits des mines.

Rien d'aussi barbare en ce qui concerne le clan Bush. Plutôt que d'utiliser le pillage ouvert, ils préfèrent les outils bureaucratiques, comme les actions "des actifs précaires" et le "programme d'achats de capitaux". Mais ne vous méprenez pas : le but est bien le même que celui utilisé par les portugais vaincus - un dernier pillage frénétique des richesses publiques avant qu'ils ne rendent les clés du coffre fort.

Comment autrement expliquer les décisions étranges qui ont dominé lors des discours sur l'argent du renflouement?
Quand l'administration Bush a annoncé qu'elle voulait investir 250 milliards de dollars dans les banques américaines en échange de crédits, le plan était alors largement mentionné comme une "nationalisation partielle" - une mesure radicale indispensable pour que les banques puissent encore donner des emprunts. Henry Paulson, le Ministre de l'Economie et des Finances, a eu une idée de génie, nous a-t-on dit, et suivait l'exemple de Gordon Brown. En fait, il n'y a jamais eu aucune nationalisation, partielle ou autre. Les contribuables américains n'ont gagné aucun contrôle significatif sur les banques, et c'est pourquoi les banques sont libres de dépenser ce nouvel argent comme bon leur semble.

SUITE...
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article74053


29 octobre 2008
 Les petits secrets du sauvetage des banques américaines
GREY Barry  

Dans un article exceptionnellement honnête publié dans le New York Times de samedi, l'éditorialiste de la section économique, Joe Nocera, a révélé ce qu'il qualifie de « petits secrets de l'industrie bancaire », soit « qu'elle n'a pas l'intention d'utiliser l'argent [du sauvetage gouvernemental] pour faire de nouveaux prêts ».

Comme l'explique Nocera, le plan annoncé le 13 octobre par le secrétaire du Trésor Henry Paulson qui consiste à offrir 250 milliards $ d'argent des contribuables aux plus grandes banques, contre des actions non-votantes, n'a jamais vraiment eu pour objectif d'inciter ces dernières à recommencer à prêter aux entreprises et aux consommateurs, le but officiel du sauvetage. Son but premier était plutôt d'engendrer une rapide consolidation du système banquier américain en subventionnant une série d'acquisitions de plus petites firmes financières par les plus puissantes banques.

Dans son commentaire, Nocera cite une conférence téléphonique privée menée le 17 octobre par un haut dirigeant de JPMorgan Chase, le bénéficiaire de 25 milliards de dollars en fonds publics. Nocera explique qu'il a réussi à obtenir le numéro de téléphone pour écouter un enregistrement de la conversation, à l'insu du directeur dont il tait le nom.

Lorsque l'un des participants demande si les 25 milliards $ de fonds fédéraux vont « modifier nos politiques stratégiques de prêt », le cadre répond : « Nous pensons que cela va nous aider à être un peu plus opportunistes dans le domaine de l'acquisition si l'on considère les banques qui sont encore en difficulté. »

SUITE...

http://www.legrandsoir.info/spip.php?article7337



Union sacrée pour sacrée arnaque

par Éric Toussaint


3 novembre 2008


Le sauvetage des banques et des assurances privées réalisé en septembre-octobre 2008 constitue un choix politique fort qui n'avait rien d'inéluctable et qui plombe l'avenir à plusieurs niveaux décisifs.

Tout d'abord, le coût de l'opération est entièrement porté à charge des pouvoirs publics, ce qui entraînera une augmentation très importante de la dette publique |1|. La crise capitaliste actuelle, qui durera au moins plusieurs années, voire une dizaine d'années |2|, va entraîner une réduction des recettes de l'Etat alors qu'augmenteront ses charges liées au remboursement de la dette. En conséquence, les pressions pour réduire les dépenses sociales vont être très fortes.

Les gouvernements d'Amérique du Nord et d'Europe ont remplacé un échafaudage branlant de dettes privées par un écrasant montage de dettes publiques. Selon la banque Barclays, les gouvernements européens de la zone euro vont émettre en 2009 de nouveaux titres de dette publique pour un montant qui devrait atteindre 925 milliards d'euros |3|. C'est une somme colossale, sans compter les nouvelles émissions de bons du Trésor par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, le Japon, le Canada, etc. Pourtant, récemment encore, il y avait un consensus des mêmes gouvernements pour réduire la dette publique. Les partis de droite, du centre et de la gauche traditionnelle ont tous appuyé la politique de sauvetage favorable aux grands actionnaires sous le fallacieux prétexte qu'il n'y avait pas d'autres solutions pour protéger l'épargne de la population et le fonctionnement du système de crédit.

SUITE...

http://www.cadtm.org/spip.php?article3845



Partager cet article
Repost0

commentaires