Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 17:55

Ma passion du polar a commencé après avoir lu "les dix petits nègres" d'Agatha Christie. Elle ne m'a plus jamais quittée depuis!

 

Commençons par un petit résumé pour vous rafraîchir la mémoire: dix personnes sont conviées sur une île, sans aucun lien entre elles sinon qu'elles ont toutes quelque chose à se reprocher et que toutes périront comme le voulait la comptine:

"Dix petits nègres s'en furent dîner,
L'un d'eux but à s'en étrangler
N'en resta plus que neuf.

Neuf petits nègres se couchèrent à minuit,
L'un d'eux à jamais s'endormit

....

Un petit nègre se retrouva tout esseulé
Se pendre il s'en est allé
N'en resta plus... du tout."

 

Quelques décennies plus tard, je ne sais pas vous, mais moi, cette histoire macabre m'évoque immanquablement nos jeux de télé-réalité télé-virtualité.:

D'après wikipedia, ce type d'émission repose sur cinq éléments :

  • Une présélection des candidats sur leurs profils psychologiques ou leurs personnalités.
  • Un environnement dénudé ne laissant aux participants aucun échappatoire à la confrontation avec les autres candidats.
  • Un système d'élimination par vote des téléspectateurs permettant à la fois de gagner de l'argent et d'impliquer les téléspectateurs qui interagissent avec l'émission afin de s'assurer de leur fidélité. La menace de l'élimination renforce en outre les tensions entre les participants.
  • Les tâches édictées par les organisateurs du jeu permettant de maintenir une activité télégénique et de forcer les candidats à interagir.
  • Le confessionnal destiné à recueillir les votes des participants qui présélectionnent les candidats à l'élimination par les téléspectateurs, et à livrer leurs pensées, leurs sentiments, soulignant ainsi les relations qui se tissent.

 

Toujours dans wikipedia:

"L'individualisme, la trahison, la dévalorisation d'autrui, les atteintes à la dignité et le harcèlement moral font alors partie des règles du jeu puisqu'il s'agit d'exploiter au maximum toutes les faiblesses d'autrui"

 

Drôle de jeu en vérité où le gagnant n'est pas censé être le meilleur d'entre tous, mais juste celui qui aura réussi à éliminer tous les autres. Le gagnant? Quoique! Que devient-il une fois que le jeu est fini et que les lumières se sont éteintes? Comme dans le roman, je crois bien qu'ils sont tous coupables et tous victimes...

 

Or, depuis ma classe de terminale, parce que je découvrais l'horreur du Nazisme dans sa froide et intrinsèque logique d'élimination, je me suis interdit d'adhérer à l'avenir à n'importe quoi qui put être animée par une telle logique et je reste aujourd'hui dans l'incapacité de regarder ce genre de programme, quelque soit le sujet.  Vous allez me dire: Ben si tu fermes ta télé, pourquoi en faire un billet? Vous êtes décidément trop perspicaces! Là n'est pas le coeur du sujet et je vais bientôt cesser de faire la fière, celle qui ne mange pas de ce pain là, etc...

 

Voici donc ma thèse! Comme dans mon polar, nous serions tous coupables et tous victimes en suivant les règles du jeu néolibéral, un jeu de chiffre sans les lettres, un jeu de lettre sans esprit! Le néolibéralisme n’est pas une simple théorie économique, c’est une idéologie totale qui nous soumet tous à sa loi, selon ses propres règles. L'évaluation quantitative à tous les étages de la société est l'une de ses règles du jeu! Elle se présente à nous sous des apparences éventuellement louables et positives (il s'agit souvent d'améliorer la qualité, l'efficacité ou la performance) alors qu’elle est en train de devenir un vaste système d'élimination qui, avant de parvenir à exclure et éliminer un nombre toujours plus grand d’individus esseulés et démunis, parvient à faire de chacun d’entre nous ses complices.

 

Cette thèse devrait parvenir à prendre corps après quelques exemples!

 

Commençons par l'évaluation scolaire:

 

  • Tenez, votre aîné par exemple, est en 3ème et devrait bientôt rentrer au lycée. Vous vous précipitez sur les feuilles de chou qui publient le classement des établissements scolaires. Inquiets,  par le classement obtenus par les lycées publics près de chez vous, vous décidez de l’inscrire dans un établissement privé, très bien coté, car après tout son éducation mérite bien un petit sacrifice! En 2de ou en 1ère , votre gamin est aussitôt jugé sur sa probabilité de réussite au bac et sa capacité à pérenniser les bons classements de l’établissement. Hélas, votre gamin n’a pas un profil totalement rassurant : il bouge toute le temps si c’est un garçon ou elle est bavarde si c’est une fille, il est moyen en tout et fort en rien ou ne travaille pas assez. Bref, il est élu maillon faible d’un établissement qu’il est sommé de quitter avant la terminale pour ne pas prendre le  moindre risque vis à vis du sacro-saint classement. Pas de chance!

 

  • Cette folie de l’évaluation scolaire qui charrie dans son lit, la mort des établissements publics et l'exclusion d'une quantité d'enfants anonymes n’est pourtant rien comparée à la situation des USA: Cf : Le Monde  -->  « Une loi « No child Behind » , votée en 2002 pour remédier aux mauvais classements internationaux de la scolarité, imposait le suivi scrupuleux des résultats des élèves par une série d'évaluations, pénalisait écoles et éducateurs qui peineraient à améliorer la moyenne nationale et promettait de remettre l'école sur pied à l'échéance de 2014. Devant le bilan décevant de cette première vague de réforme, Obama décide d'accentuer l'esprit très conservateur de la loi :  Les Etats , lycées et surtout professeurs sont plus que jamais mis sur la sellette et sommés de rendre des comptes. De leur capacité à fournir, par des données chiffrées, la preuve de l'amélioration du rendement scolaire dépend désormais de la reconnaissance de leur compétence, le niveau de leur salaire et jusqu'à leur maintien dans la profession. » C'est homéopathique en plus, on soigne le mal par le mal! Yes we can!

 

Poursuivons par le management en entreprise:

 

 

  • Vous l'aviez remarqué non? Au boulot, vous êtes devenu un parfait bureaucrate et vous passez un tiers de votre temps à renseigner des tableaux de bords, des bases de données, des ceci, des cela qui se transforment en indicateurs magiques qui finissent eux mêmes sur des panneaux d'affichage, histoire de prouver à vos directions générales que vous êtes sur la bonne voie, que vous avez parfaitement assimilé le processus d'amélioration continue dont on vous rabat les oreilles. Bon ok! vous avez un peu plus de mal à faire votre coeur de métier, mais c'est la rançon de l'efficacité chiffrée. Il faut souffrir pour que votre chef soit bon! Enfin ça c'est quand votre entreprise marche du tonnerre! Imaginons, un truc insensé, style/genre une crise économique qui surgit sans crier gare et aussitôt les fameux indicateurs - qui vous offraient aussi, il faut bien l'avouer, votre part de gratification sonante et trébuchante - se transforment en monstre sadique, façon Exterminator saison 2. La chasse aux maillons faibles peut commencer... Et tant pis pour les malchanceux!

 

Allons au delà, avec la politique du chiffre:

  • Imaginez maintenant votre jeune et charmante nièce qui galère depuis 2 ans de stages sous rémunérés en stages sous rémunérées. La pauvre croit avoir décroché le pompon en ayant dégoté un CDD à Pôle Emploi où elle se retrouve directement à gérer un portefeuille de 120 demandeurs d'emploi, soit le double du nombre raisonnable estimé.  Horreur malheur, elle n'était pas préparée à la politique du chiffre, aux objectifs intenables et se trouve totalement dépassée par la réalité du chômage. Le comportement violent de certains de ses "clients", lui donne parfois des envies: Celui-là je te le ferai bien passer dans la case chômeurs découragés! Au bout de quelques mois, elle est à bout, elle hésite entre le prozac et écrire un bouquin: Ouf, soufflez! Elle a fini par écrire son bouquin: Pôle Emploi symbole du mal être social

  • Normal cette situation: la mission de la BCE c'est la lutte contre l'inflation, préserver la notation des agences, celle de l'état. Il faut bien qu'il y en ait qui s'y colle: si en plus on peux les rendre responsables de la situation, c'est encore mieux!  De fait, on a 2 responsables pour le prix d'un: le chômeur d'être ce qu'il est, surtout si ça dure et l'agent de Pôle emploi s'il est incapable de lui trouver une solution. Ce dernier, ayant l'avantage d'être un bouc émissaire idéal qui peut se prendre les baffes en direct lorsque ça dégénère.

 

Terminons avec l'évaluation des politiques publiques

  • J'avais oublié de vous le dire, mais vous habitez la campagne (si si, j'insiste). Totalement impuissant, vous constatez depuis 10 ans,  les suppressions de services publics, les fermetures des guichets (maternité, agences postales, bureaux de la sécurité sociale, etc.), les défauts de la couverture numérique, du déploiement des fibres optiques, des antennes mobiles (TNT, ADSL), les valses quant aux implantations des administrations territoriales (tribunaux par ex)! Et bien c'est très simple, vous êtes tout simplement devenu le maillon faible de la politique publique!
  • "A l’évaluation pluraliste des programmes gouvernementaux s’est par la suite substituée une politique initiée au début des années 2000par la Commission européenne dans le cadre de la Stratégie de Lisbonne et de la Méthode ouverte de coordination (MOC). Cette nouvelle orientation privilégie la production d’indicateurs de « performance » ou de « résultats » inspirés des théories du New Public Management censés rendre compte de la globalité de l’action publique . Le « Benchmarking » (étalonnage), c’est à dire la mise en concurrence des ministères et les États entre eux, remplacent aujourd’hui l’évaluation transversale et pluraliste. "  Extrait d'un texte paru le 20 octobre à l'occasion de la journée mondiale de la statistique 

Donc, l'évaluation quantitative envahit tous les secteurs de la société. Mais avec quels résultats?

 

  • Une bureaucratie et des résultats à la hauteur des politiques et des plans quinquennaux soviétiques!
  • Un mal-être sociétal en forte croissance  (aux USA, 20% des adultes et 50 % des ados présentent des troubles psy graves ou sérieux sur dedefensa)!
  • Un virtualisme qui se nourrit de ces objectifs et de ces indicateurs assurément déconnectés de la réalité humaine et sociale. (voir chômage réel vs chômage Insee , finances, comptabilité)

 

On continue pourtant d'en vouloir toujours plus! Tu sais quoi? Les anglais viennent d'instituer un indicateur du bonheur! Les-Anglais-sont-ils-heureux? T'imagines un peu, qu'on te dise un jour? Votre nouvelle mission, même si vous la refusez, c'est d'améliorer votre bonheur le mois prochain, au boulot et que ça saute! Grrr...

Même l'idée de créer un indicateur de richesse alternatif au PIB (incorporant des critères non économiques: l'éducation, l'environnement, etc,) qui aurait pu sembler judicieuse est sujette à caution: "Mais n’est-ce pas, en définitive, une fausse bonne idée qui, loin de l’atténuer, risque d’accroître encore le mal principal de nos sociétés : la soumission de toutes nos actions, qu’elles soient marchandes, administratives ou bénévoles à la dictature de l’évaluation quantitative systématique ?"  Comme il est développé dans un article très intéressant du journaldumauss.

 

Hé Sapiens! Tu ne sens pas que toutes ces évaluations, ces objectifs et ces chiffres c'est beaucoup moins que de la science?

 

Et pour conclure par une inspiration très holiste, Vu sur ARTE:  l'esprit des plantes:

 

Hé Terrien! Tu ne sens pas que la forêt c'est un peu plus que l'ensemble des arbres qui la constitue?

 

Partager cet article
Repost0

commentaires