Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 22:09

J’accuse… !

 

dimanche 13 juin 2010 (13h03)

 


Assurance maladie
Ce n’est pas sur l’assurance maladie qu’il faut faire des économies

À l’occasion de la conférence sur les déficits publics, le gouvernement a commandé à un Haut fonctionnaire, M. Raoul Briet, un rapport sur le pilotage de l’ONDAM (objectif des dépenses d’assurance maladie). Motivé principalement par la préoccupation de donner des gages aux marchés financiers sur la détermination du gouvernement de revenir très rapidement à des déficits publics compatibles avec les critères de Maastricht (3% en 2013), ce rapport s’inscrit fondamentalement dans une approche de maîtrise comptable des dépenses d’assurance maladie.

Alors que ce rapport n’a été rendu public que le 20 mai dernier, le gouvernement met déjà en application certaines de ses préconisations principales.

Alors même que les dépassements par rapport à l’objectif inscrit à la loi de financement de la Sécurité sociale sont très modestes (600 M€ sur un ONDAM fixé à 162,4 Mds€, soit 0,37% !), le gouvernement a immédiatement décidé de réaliser 600 M€ d’économies. Il décide ainsi de geler une partie des crédits destinés à l’hôpital, de réaliser un certain nombre de baisses de prix de médicaments et d’actes médicaux (anesthésie dans le cadre de l’opération de la cataracte) et de modifier le mode de calcul des indemnités journalières.

En s’engageant dans la voie du rapport Briet, le gouvernement renforce encore la logique comptable de la gestion de l’assurance maladie, au lieu de répondre aux besoins de plus en plus criants de l’hôpital, d’engager une réelle politique d’amélioration de l’organisation de notre système de soins, et de traiter enfin la question de la réforme indispensable du financement de la Sécurité sociale.

Il est urgent de sortir de cette impasse.

http://www.cgt.fr/spip.php?article37448


J’accuse

la prétendue « réforme des retraites » d’être l’application française de la rigueur européenne.

J’accuse le ministre Woerth de spéculation sociale et de manipulation de l’opinion.

Le projet qu’il cache, ourdi dans les caves de l’Elysée et dans les sous-sols du Medef, porte en lui la destruction du système solidaire de la retraite. Le ministre Woerth spécule sur des 63 ou 64 ans, en fait il escompte mener le système au bord du gouffre pour atteindre son but réel, la capitalisation intégrale.

A l’heure des hoquets permanents du système financier, il lui est difficile d’en défendre le contenu. Mais, patient et tapis derrière ce mot vide de sens, « réforme », il continue l’entreprise de destruction de la solidarité sociale. Spéculation encore et ouverte cette fois, le ministre Woerth fonde son projet sur le chômage, à l’inverse de la retraite sociale, qui s’adossait au plein emploi.

Les emplois sont détruits en masse et non créés, ni pour les jeunes ni pour ce qu’il appelle les seniors.

Voilà l’argument démographique qui sombre comme le système financier international. Woerth, ministre d’une république réduite au marché financier, manipule l’opinion.

Il attend son heure, dans les jours qui viennent, pour divulguer son attentat. Abusant de la naïveté de fonctionnaires se croyant épargnés et se réveillant soudain ponctionnés, Woerth pratique l’esquive de la négociation sociale au profit de la propagande libérale. L’opinion, endormie par l’assurance d’une réforme « progressive » est abusée par les docteurs es-communication d’un gouvernement réduit aux secrétaires du président.

Songez que 26 millions d’actifs et des millions retraités remettent en ce moment leur sort à une poignée d’hommes évitant d’énoncer clairement leurs intentions.

SUITE...

 

 

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article103536

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

Petit rappel :


 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires