Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 17:51

L'autre soir, j'ai passé un putain de quart d'heure de nostalgie en intraveineuse! Je me suis laissée captiver par une émission de TV sur les années 70, mes vertes et adolescentes années. C'est fou ce qu'on peux oublier! Waouh, quelle baffe! Bon c'est vrai que j'étais alors plus Rolling Stones que Gérard Le Normand, mais il faut avouer qu'à l'époque même les plus mièvres portaient sur eux, comme un léger parfum de subversion. Côté humour, revoir Le Luron, Desproges, Coluche, c'est énorme! Faut dire qu'on sortait de la censure Gaullienne (paix à son âme, notez qu'il y a pas mal de nostalgie en ce moment de ce côté là aussi), et que Val n'était pas encore arrivé sur France Inter.

 

C'est marrant comme tout était alors prétexte à la contestation, le moindre événement ici ou à l'autre bout du monde et on s'engageait sur des concepts, gros "comas" (comme ça): on luttait contre la peine de mort, la torture, on soutenait le féminisme ou la paix, etc.. On n'avait pas encore le culte de la performance, et c'était la fête lorsque une manif dépassait le seuil des 1000 participants...Ok c'était vivant, mais pas forcément convainquant parce que ceux qui poussaient derrière n'étaient pas forcément des amis bien fréquentables...

 

Aujourd'hui c'est un peu le contraire, sauf cet exceptionnel conflit sur les retraites, rien ne parvient plus à mobiliser, ni l'absence de motif clair pour une guerre en Afghanistan, ni la torture à Guantanamo, ni l'adoption du traité de Lisbonne dans les conditions que l'on sait. Quand on s'engage, c'est beaucoup plus sélectif, pour des trucs SUPER-SUPER précis où on est bien certain de se retrouver entre vrais amis et vous allez voir que c'est nettement plus efficace.

 

Prenons par exemple, la dernière campagne de BHL en soutien à la pauvre Sakineh (plus de 160.000 signatures Ici, pour signer la pétition). Pourquoi un tel succès? Sans doute, parce que le combat est d'une plus grande lisibilité et le périmètre ultra bien circonscrit. Il s'agit de s'opposer très fermement à cette coutume barbare qu'est la lapidation dans le monde, Euh..., Ben ...disons plutôt la lapidation qui touche les femmes (Cette barbarie touche aussi les hommes, 10 hommes et 2 femmes vivent actuellement sous cette menace en Iran -mais les hommes ne sont pas des fillettes quand même!- ), Enfin... précisons un peu... c'est surtout la lapidation des femmes en Iran qui semble présenter le plus de barbarie, il faut bien le reconnaître (d'autres pays comme l'Arabie Saoudite, l'Afghanistan ou encore les Emirats Arabes Unis, pratiquent aussi cette forme d'exécution).  (cf Article de L'Express sur la lapidation en Iran)

 

Au fait SéKi SaKiNeH? Un article du monde nous décrit une jeune femme prise dans l'étau d'un drame familial qui a des relents d'histoire Corse,  sorte de vendetta façon Colomba de Mérimée: L'amant de la jeune femme a tué son mari alors qu'il est lui même, le propre cousin de la victime et qu'elle passe pour être sa complice... Toujours dans cet article, à cette dimension romanesque, s'ajouterait une lecture nationale des tensions  qui subsistent entre le gouvernement central de Téhéran et ses provinces barbares qui refusent de respecter l'interdiction du châtiment ancestral, inscrite en principe, dans la loi Iranienne. Comble de l'ironie, les pressions internationales, offriraient un soutien inattendu à un Ahmadinejad jusque là, impuissant à imposer son autorité dans ce vaste territoire. Etonnant, Non?  Le Monde : Sakineh est victime des conflits entre Téhéran et les provinces iraniennes

 

Plus fort encore, une autre source Iran resist prétend que Téhéran joue régulièrement à "Sakin est ? Sakin'est plus ?", à chaque fois qu'un gros conflit social perturbe Téhéran (ce fut le cas lors des grèves du Bazar, cet été) et ce afin de "détourner l'attention des citoyens occidentaux de la situation sociale en Iran afin qu’ils ne soutiennent pas les grévistes favorables à un changement de régime . "    Le même article avoue cependant une dimension plus géopolitique dans la réactualisation récente des alertes concernant une éventuelle exécution de Sakineh. Si j'osais (mais je jure que je ne le ferai pas), je dirais qu'en plein conflit des retraites, le coup de téléphone de notre bouffon national pour sauver Sakineh sonne de ce point de vue comme un simple échange de services bien compris entre frères ennemis: Les grèves c'est bien connu, maintenant on ne les voit plus! Ah Ah AH...

 

Bon soyons sérieux, AVERTISSEMENT: je ne vous garantis absolument rien de la qualité de mes sources (je suis courageuse mais pas téméraire) , et j'espère que vous me ferez au moins grâce, si je vous trouble, de reconnaître que je vous épargne a minima les sources issues de la mauvaise et malodorante mal-pensance (Dieudoné /Soral). Si par hasard, vous pensiez que je ne m'apitoyais pas comme il se doit, sur le sort de cette pauvre femme, je tiens à vous rassurer en passant à un sujet beaucoup plus consensuel!

 

Si, Si, Si je veux et je peux être du côté des bien-pensants et je le prouve! Figurez-vous que pas plus tard que mercredi matin, j'ai du, moi-même en personne, monter au créneau pour porter fièrement et fermement mon engagement laïque.  Un jeune zouave illuminé, avait semé le trouble et menaçait d'entraîner notre petit microcosme dans une sorte de guerre civile larvée, de fort mauvaise augure; il affirme que sa religion lui interdit tout contact physique avec les femmes qu'il refuse donc de saluer par une poignée de main. Les ressources humaines font un peu la sourde oreille, parant au plus pressé pour éviter un procès à tout prix. J'avais un peu de mal à m'expliquer ce genre de faiblesse, avant de tomber sur les récents prolongement de  l'affaire du voile à la crèche Baby Loup (qui fonctionne 24 heures sur 24) de Chanteloup-les-Vignes et le rôle douteux d'un organisme comme la Halde, qui a rendu, en Mars un avis favorable sur le maintient au sein de la crèche, de la salariée voilée ... dévoilée. Libération: Crèche Baby Loup

 

Moi! Bien-pensante? Quoique! La Halde, ça sonne un peu comme l'Europe sociale qui sous couvert de lutte contre les discriminations a autorisé le travail de nuit des femmes qui rend justement nécessaire à Chanteloup un fonctionnement 24/24 de sa crèche privée. Quoi? Dans ces endroits, la police ne peux pas y rentrer et toi tu voudrais qu'il y ait des crèches publiques? Faut pas déconner quand même! 
Ces mêmes institutions, type la Halde, cherchent dorénavant à supprimer aux femmes les trimestres supplémentaires de retraite que leur autorise la loi Française lorsqu'elles sont mères, sachant qu'avec ce privilège l'écart homme/femme passe de 20% pendant la vie active à plus de 40% pendant la retraite! Et l'ensemble de notre classe politique de théoriser sur l'égalité qui discrimine, l'égalité injuste, l'inégalité juste, l'égalité réelle etc ...

Tandis que je me faisais ces réflexions, en préparant le repas du soir pour mes chères têtes brunes et frisées, je m'exclamai tout haut: "Bon sang de Bonsoir, mais de quoi donc la Halde et ces institutions sont-elles le Nom?", ne sachant pas trop, si j'étais soudainement inspirée par la dernière pub détournant Badiou (preuve que le bonhomme est à la mode Voir le résultat de recherche google sur sa célèbre formule ) plutôt que par son traité de métapolitique que je suis en train de lire pour ne pas oublier que ..."Yen a pas un sur cent, mais pourtant ça existe...Et qu'ils se tiennent bien bras dessus bras dessous
Joyeux et c'est pour ça qu'ils sont toujours debout!"
A non désolée, ca c'est pas du Badiou, mais au moins je suis sure de comprendre!

 

J'ai terminé ce billet que j'ai intitulé "La face cachée de la lune de fiel", parce que ça sonnait bien et qu'une fois n'est pas coutume, j'ai voulu m'essayer à l'humour. Alors merci de votre indulgence! J'ai bien compris ce faisant, que le métier d'humoriste "politique" ne s'improvisait pas sans risquer de vouloir faire du Coluche et de finir par faire du Dieudonné. Mais fallait que je m'y colle quand même, preuve qu'entre toutes les nostalgies des années 70, c'est bien, la plus subversive, l'humour qui me manque le plus!

Partager cet article
Repost0

commentaires