Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 09:36

Le sénat s'apprête à voter cette réforme injuste sur les retraites qui s'ajoute à  tout un tas de régressions sans précédent dans ce pays, au nom d'une évidence démographique qui n'a en fait, rien d'évident: à voir les conférences de Bernard Friot , à lire du même auteur sur le Monde Diplo: Retraites, un trésor impensé .

 

De toutes les façons, voilà! Y'en a mare de ces évidences néolibérales qui justifient toutes les horreurs économiques et sociales. Y'en a mare de ces évidences néolibérales qui sacrifient nos droits et nos acquis, aux marchés! Y en a marre de ces évidences néolibérales qui décrètent la fin de l'histoire et te distillent le désespoir en te faisant croire qu'il n'y a pas d'autres alternatives. Y en a mare de ces évidences néolibérales qui sont en train de nous péter à la tronche dans une gigantesque crise protéiforme. Y'en a Mare! Merci Leo!

 

L'heure du bilan est venu,  car l'ogre néolibéral ne va pas se satisfaire de notre retraite, il va engloutir tous nos services publics, tous nos impôts, tous nos droits et se rassasier de la moindre parcelle de solidarité. Ce bilan, si vous le cherchez, vous pouvez le trouver sur le Web, porté par des individus, au regard singulier, impossibles à classer sur un seul bord du spectre politique, mais contribuant à créer une certaine dynamique anti-système.

 

Des individus singuliers, comme Maurice Allais, notre unique prix Nobel Français d'économie qui vient de casser sa pipe: Marianne raille d'ailleurs ici dans: le testament de Maurice Allais, l'hommage unanime que lui rend la classe politique: cet économiste "quasi-ignoré de son vivant, qui depuis le début des années 80 s'interrogeait sur la régulation de l'économie, le rôle dangereux des traders, la modération des écarts salariaux et prônait un protectionnisme raisonnable."

 

Revenons à cette réforme des retraites qui intervient dans un contexte curieux, où les agences de notation, aveugles pour la crise des subprimes provoquée par les banques,  menacent certains états fortement endettés (pas tous), dont la France. Mais d'où vient leur dette, et comment est-elle constituée ? Ce mois d'Octobre, 5 économistes atterrés, au regard singulier nous éclairent à ce propos;

"L’explosion récente de la dette publique en Europe et dans le monde est pourtant due à tout autre chose : aux plans de sauvetage de la finance et surtout à la récession provoquée par la crise bancaire et financière qui a commencé en 2008 : le déficit public moyen dans la zone euro n’était que de 0,6% du PIB en 2007, mais la crise l’a fait passer à 7% en 2010. La dette publique est passée en même temps de 66% à 84% du PIB." --> Le manifeste des économistes atterrés

Ce manifeste fait également entendre une petite musique qui rond avec la pensée unique et le fatalisme sectaire qui voudrait qu'il n'y ait désormais qu'une seule manière de voir et d'agir, celle que nous impose la bande de ploutocrates, installés sur leur siège à Bruxelles, à Paris ou ailleurs. Il nous propose d'en finir avec les fausses évidences dans un argumentation qui s'énonce clairement et reste de toute façon moins simpliste que l'éternel : il n'y a pas d'autres solutions":

 

  • Fausse évidence n°1: Les marchés financiers sont efficients
  • Fausse évidence n°2 : Les marchés financiers sont favorables à la croissance économique.
  • Fausse évidence n°3 : Les marchés sont de bons juges de la solvabilité des états
  • Fausse évidence n°4 : L'envolée des dettes publiques résulte d'un excès de dépenses
  • Fausse évidence n°5 : Il faut réduire les dépenses pour réduire la dette publique
  • Fausse évidence n°6: La dette publique reporte le prix de nos excès sur nos petits-enfants.
  • Fausse évidence n°7 : Il faut rassurer les marchés financiers pour pouvoir financer la dette publique.
  • Fausse évidence n°8 : L'Union Européenne défend le modèle social européen.
  • Fausse évidence n°9 : L'euro est un bouclier contre la crise.
  • Fausse évidence n°10: La crise grecque a enfin permis d'avancer vers un gouvernement économique et une vraie solidarité européenne.

 

Pour avoir définitivement le vertige, il faut remonter à l'origine de la dette actuelle, avec une loi établie en 1973 (l'article 25 de la loi du 3 janvier) sous Giscard/Pompidou, stipulant et je reprend un commentaire de Alcide sur le billet La chute: Singapour -19% que "Le trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l'escompte de la Banque de France". Ce qui signifie que notre pays s'est interdit de permettre à la Banque de France de financer le Trésor Public, c'est-à-dire de créer la monnaie dont il a besoin pour son développement (écoles, routes, ponts, aéroports, ports, hôpitaux, bibliothèques, etc.). Et le traité de Maastricht a entériné pour l'Europe cet état de fait par l'article 104 (repris par l’art. 123 du traité de Lisbonne) qui précise " Il est interdit à la BCE et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées "banques centrales nationales", d'accorder des découverts ou tout autre type de crédits aux institutions ou organes de la Communauté, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres; l'acquisition directe, auprès d'eux, par la BCE ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite."

 

Les 2 schémas ci-après proviennent du site suivant http://monnaie.wikispaces.com/Arnaque, qui fournit une analyse et des chiffres édifiants montrant que la dette découle "mathématiquement" des décisions de 1973, de l'article 104 de Maastrich, etc et . Pour eux, "il n’y a aucun doute que les intérêts payés sont la cause de l’augmentation de la dette et du niveau atteint actuellement, et s’il n’y avait pas eu d’intérêts à payer la dette publique aurait représenté fin 2009 quasiment la moitié du pourcentage en part de PIB qu’en 1979, après une dette quasi nulle en 2007."

190910-7.png

 

 

 

190910-5.png

                

 

 

On trouve de telles analyse sur le site http://etienne.chouard.free.fr/ .

Mais du côté des évidences néolibérales, il semble naturellement évident que si on n'avait pas pris ce type de mesure, les conséquences eussent été plus désastreuses encore (inflation, taux d'intérêt, etc.). Or avec des si on mettrait Paris en bouteille, comme dit la chanson...

 

Regardons plutôt si la propagande de l'époque n'a pas un peu vieillie, pris un chti coup dans l'aile? Vous savez cette époque où on vous vendait l'Europe, à tour de bras, comme la terre promise. Je vous conseille, alors l'excellente rétrospective de François Asselineau (qui n'est pourtant pas vraiment un cousin au plan politique). Rappelez-vous:

  • La libéralisation des échanges était censée “réduire le coût de la vie”
  • La mondialisation était censée “accroître les revenus des particuliers”
  • L’euro est facteur de croissance européenne, les consommateurs étant les principaux bénéficiaires, de la monaie unique
  • Le pacte de stabilité et de croissance” était censé permettre d’assurer le retour à l’équilibre des finances publiques en 2002.

 

Il semble que Jean-Luc Mélanchon ait écrit un livre bilan allant dans le même sens, dont le titre me servira de conclusion, pour cette fois:  qu'ils s'en aillent tous!

Partager cet article
Repost0

commentaires

S


@Nicolas et @Turandot


Je ne suis pas certaine que le mouvement continue, encore très longtemps. Je suis dans une entreprise privée etje constate que ce n'est pas facile de faire bouger les gens, même s'ils sont
remarquablement solidaires cette fois ci. Pourtant il faut effectivement tenir, tenir le point, comme disait Badiou, enfin chacun à sa façon, naturellement.


S'informer et Informer, Sortir de la confusion, Identifier les racines "du mal", Rechercher des alternatives, Partager tout cela, telle est sans doute la démarche que j'essaye d’adopter dans
mes revues. Par bien des aspects cela peux paraître dérisoire, je suis pourtant convaincue que la bataille se gagnera sur une prise de conscience du plus grand nombre.


Dès qu'elle vous submerge, cette prise de conscience mène inéluctablement à la condamnation sans appel du système qui se déploie avec ce trop plein d’arrogance sous nos yeux
consternés. De fait, c'est exactement ce qui m'est arrivé. 



Répondre
T


C'est Sybille qui a écrit ce billet que j'approuve entièrement .Je pense qu'elle répondra à  votre commentaire .


En ce qui me concerne , je suis dans le mouvement depuis le début .


Il faut tenir .


Il faut aussi que ceux qui ne font pas grève soient solidaires de ceux qui vont au "charbon "





 


 



Répondre
N


Merci pour ce billet plein de vérités.


La seule faille de ce système a été trouvée : il faut le bloquer. 


Mais le problème est profondément ancré et si le soulèvement de la population n'est pas massif, alors cela créera une division. Pour contrer cela, il faut informer le peuple.
Ce qui n'est pas vraiment le cas en France.



Répondre