Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 13:58

vendredi, 28 mai 2010

L'Homme est une fourmi
comme les autres !
Qu'ils nous martèlent !

 

Par cui cui fit l'oiseau, tribun anonyme de basse-cour, les pattes plongées dans le purin, la crête dans les nuages. Ou l'inverse...

 


Vous savez quoi, les amis ?

Je crois qu'on nous mène en bateau.

Moi, le fainéant, le paresseux, le cossard, me voilà forcé de travailler comme un dératé pour un temps indéterminé jusqu'à ce que la "faucheuse", vienne me cisailler comme un épi de blé trop mûr qui aurait perdu tous ses grains !

Parce qu'en fin de compte, ce n'est pas tant l'âge de la retraite qui comptera mais la durée d'activité pour obtenir cette retraite ! Si vous  parvenez à atteindre les 41,5 ans de boulot à l'âge de 74 ans, chômage oblige, vous pourrez vous estimer heureux ! Quant à prendre sa retraite à 63 ans avec une pension diminuée de 60 %, je vous souhaite bon courage !...

SUITE...

http://levillagedesnrv.20minutes-blogs.fr/archive/2010/05/24/mais-oui-l-homme-est-une-fourmi-comme-les-autres.html  

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Le projet de loi sur les retraites est écrit

http://www.liberation.fr/economie/0101642386-le-projet-de-loi-sur-les-retraites-est-ecrit

 



Ben alors qu'est ce qu'ils f....là ?  :


 


http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/carrefour-de-leco/index.php?id=92746

Partager cet article
Repost0
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 09:42

17 juin 2010

Comme une odeur de banane pourrie

Par SuperNo

 

La semaine dernière, la France entière ne parlait que de l’affaire de l’hôtel de l’équipe de France (qui en même temps que j’écris est en train de prendre sa branlée face au Mexique !) en Afrique du Sud, ou encore du salaire, certes confortable et scandaleux, de sœur Boutin.

Il suffisait pourtant de tourner la page du Canard pour passer de ces anecdotes à du plus sérieux. On y découvrait comment André Santini, qui sous ses airs de comique télévisuel est avant tout un redoutable gredin, avait déployé des trésors d’imagination pour que Véolia conserve le marché de l’eau d’Ile de France. Le Canard n’écrit jamais le mot “corruption”, mais il est présent en filigrane dans tout l’article.

SUITE...

http://www.superno.com/blog/2010/06/comme-une-odeur-de-banane-pourrie/

 

 

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

VOIR AUSSI RUE89

http://www.rue89.com/2010/06/18/affaire-bettencourt-plenel-et-kahn-demandent-la-demission-de-woerth-155439

 

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

VOIR chez Olivier BONNET :

http://www.plumedepresse.net/spip.php?article1438

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

Chez SLOVAR :

http://slovar.blogspot.com/2010/06/laurence-parisot-travailler-un-peu-plus.html9

 

 

 

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

 

Dans Alternatives économiques :

 

http://www.alternatives-economiques.fr/reforme-des-retraites---un-recul-social_fr_art_633_49837.html

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Partager cet article
Repost0
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 22:09

J’accuse… !

 

dimanche 13 juin 2010 (13h03)

 


Assurance maladie
Ce n’est pas sur l’assurance maladie qu’il faut faire des économies

À l’occasion de la conférence sur les déficits publics, le gouvernement a commandé à un Haut fonctionnaire, M. Raoul Briet, un rapport sur le pilotage de l’ONDAM (objectif des dépenses d’assurance maladie). Motivé principalement par la préoccupation de donner des gages aux marchés financiers sur la détermination du gouvernement de revenir très rapidement à des déficits publics compatibles avec les critères de Maastricht (3% en 2013), ce rapport s’inscrit fondamentalement dans une approche de maîtrise comptable des dépenses d’assurance maladie.

Alors que ce rapport n’a été rendu public que le 20 mai dernier, le gouvernement met déjà en application certaines de ses préconisations principales.

Alors même que les dépassements par rapport à l’objectif inscrit à la loi de financement de la Sécurité sociale sont très modestes (600 M€ sur un ONDAM fixé à 162,4 Mds€, soit 0,37% !), le gouvernement a immédiatement décidé de réaliser 600 M€ d’économies. Il décide ainsi de geler une partie des crédits destinés à l’hôpital, de réaliser un certain nombre de baisses de prix de médicaments et d’actes médicaux (anesthésie dans le cadre de l’opération de la cataracte) et de modifier le mode de calcul des indemnités journalières.

En s’engageant dans la voie du rapport Briet, le gouvernement renforce encore la logique comptable de la gestion de l’assurance maladie, au lieu de répondre aux besoins de plus en plus criants de l’hôpital, d’engager une réelle politique d’amélioration de l’organisation de notre système de soins, et de traiter enfin la question de la réforme indispensable du financement de la Sécurité sociale.

Il est urgent de sortir de cette impasse.

http://www.cgt.fr/spip.php?article37448


J’accuse

la prétendue « réforme des retraites » d’être l’application française de la rigueur européenne.

J’accuse le ministre Woerth de spéculation sociale et de manipulation de l’opinion.

Le projet qu’il cache, ourdi dans les caves de l’Elysée et dans les sous-sols du Medef, porte en lui la destruction du système solidaire de la retraite. Le ministre Woerth spécule sur des 63 ou 64 ans, en fait il escompte mener le système au bord du gouffre pour atteindre son but réel, la capitalisation intégrale.

A l’heure des hoquets permanents du système financier, il lui est difficile d’en défendre le contenu. Mais, patient et tapis derrière ce mot vide de sens, « réforme », il continue l’entreprise de destruction de la solidarité sociale. Spéculation encore et ouverte cette fois, le ministre Woerth fonde son projet sur le chômage, à l’inverse de la retraite sociale, qui s’adossait au plein emploi.

Les emplois sont détruits en masse et non créés, ni pour les jeunes ni pour ce qu’il appelle les seniors.

Voilà l’argument démographique qui sombre comme le système financier international. Woerth, ministre d’une république réduite au marché financier, manipule l’opinion.

Il attend son heure, dans les jours qui viennent, pour divulguer son attentat. Abusant de la naïveté de fonctionnaires se croyant épargnés et se réveillant soudain ponctionnés, Woerth pratique l’esquive de la négociation sociale au profit de la propagande libérale. L’opinion, endormie par l’assurance d’une réforme « progressive » est abusée par les docteurs es-communication d’un gouvernement réduit aux secrétaires du président.

Songez que 26 millions d’actifs et des millions retraités remettent en ce moment leur sort à une poignée d’hommes évitant d’énoncer clairement leurs intentions.

SUITE...

 

 

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article103536

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

Petit rappel :


 

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 22:51

*LA FABRICATION DES MAITRES*

*A deux ans (2012) d'une échéance électorale, qui n'a en vérité que peu de sens, (supprimez la fonction de Président de la République, vous verrez qu'il ne se passera... rien !), mais qui est présentée au « bon peuple » comme la quintessence de la démocratie, tout ce que le système dispose de moyens d'information, de faiseurs d'opinions, de piétaille politicienne,... se mobile pour conditionner l'opinion publique.*


Il faut qu'à l'échéance fatidique les « esprits » soient disponibles pour ingurgiter les discours où on leur promettra -- comme d'habitude - des « lendemains qui chantent ».


*LE MAITRE ET LE NEANT*


J'appelle -- ici - néant, tout ce qui est en dehors de la quotidienneté, c'est-à-dire de ce qui fait l'essentiel de la vie de tout un chacun.


*Les
/maîtres/, comme la monnaie, se fabriquent /ex nihilo/, à partir de rien. Ce ne sont que de /pur produits bureaucratiques/ qui n'ont qu'une seule fonction : assurer la pérennité du système. *

Exemple : depuis des mois, on nous présente l'actuel Président du Fond Monétaire International, comme le « candidat alternatif » au pouvoir actuel en France, quasiment le futur président de la République. Mais qui « on » ?


Avez-vous entendu parler de lui dans les bureaux, les ateliers, les champs, les marchés,... ? Bref partout où les gens, comme vous et moi, vivent. Non certainement pas.
/En fait tout le monde s'en fout/. Pourtant c'est cette question -- comme beaucoup d'autres mineures, inessentielles et à mille lieux de nos préoccupations -- qui défraient les chroniques radiophoniques, les chaînes de télé, les magazines « politico-pipeuls ». Un véritable produit préfabriqué nous est imposé par de multiples canaux, interférents avec des questions, elles essentielles, qui sont passées à la trappe.

Cet exemple démontre deux choses :


- cette élection appartient à un cercle restreint qui échappe largement aux citoyens,... elle se conçoit dans des sphères étrangères à la « vraie vie » ;


- le « produit proposé », largement élaboré dans le cadre du système marchand, est totalement étranger aux préoccupations du citoyen Lambda -- pur produit de l'alliance politique-finance, il est le vecteur idéal pour le système.


L'intérêt d'une telle méthode c'est qu'elle assure que les choses ne changeront pas. Le « produit proposé » appartient au sérail des décideurs, des nantis, des parasites -- milieu qui n'hésite pas à se qualifier abusivement d' »élite » ( ?) - milieu dans lequel ils/elles sont tous interchangeables.


Tout ce que ce système dégénéré a de parasites, profiteurs, courtisans,... concours à capter notre attention, non pas sur ce qui est essentiel pour notre vie présente et future, mais ce qui est essentiel pour sa propre survie à lui.... Et comme nous sommes, en principe, dans un système dit « démocratique », il faut conditionner celles et ceux qui, croyant exercer un pouvoir, vont légitimer, celle ou celui qui va continuer à les exploiter.... Et ça marche depuis prés de deux siècles.


Reste pourtant à « vendre » le produit.


*L'OPERATION MARKETING*


Vendre le produit est l'affaire des partis politiques et des médias.


Le conditionnement se poursuit depuis des mois,... il n'est pas près de se terminer.


Certes, cette nomination ne fait pas l'unanimité dans les milieux politico-financiers,... les loups s'entredévorent -- les intérêts des clans, le partage du pouvoir - mais le cadre de leurs affrontements est strictement limité par la survie du système et la mise à l'écart de tout risque d'interférence inopportune. Cette lutte de clans, entre partis gestionnaires, ou au sein d'un même parti, donne l'illusion d'un débat de fond, de lignes de fractures irréductibles, ... présenté au « bon peuple » comme un /choix de société/. Il n'en est évidemment rien. L'Histoire nous a montré que l'
/alternance/ des uns et des autres au pouvoir, sur le moyen terme, ne change rien. Mais cette illusion il faut l'entretenir. C'est là qu'interviennent les médias.

Le matraquage, très en amont de l'élection, prépare le terrain. On ne parle que de untel ou untel,... dont on ne sait d'où sort ce choix. L'opinion publique versatile et malléable est manipulée, sondée, orientée, conditionnée, « intéressée », guidée dans son choix limité... Tout est mis en oeuvre pour la séduire : appel aux milieux sportifs, médiatico-pseudo-culturels, journalistiques,... toute une galaxie de courtisans qui gravite autour du pouvoir, s'y alimente et s'y reproduit. Des noms ?


Le sommet de la manipulation médiatique est le « débat politique ». Véritable spectacle avec une mise en scène particulièrement soignée, une annonce alléchante massivement répétée,... elle interpelle le quidam entre deux matchs de football. La comparaison sportive est d'ailleurs de rigueur pour donner plus de piquant à l'opération. Les « experts », politologues, faiseurs d'opinions et autres charlatans, qui gravitent dans les sphères des partis, du pouvoir, des médias et des salons parisiens viennent dans de multiples émissions causer, disséquer, analyser, prédire.


Les matchs, pardon, les
/débats/ sont préparés comme de véritables rencontres sportives. Les champions entraînés par une équipe de spécialistes en communication. Les mots utilisés disséqués, les répliques répétées, les attitudes étudiées, les mots soupesés, les petites phrases finement ciselées, les costumes testés,...

Le combat, pardon, le
/débat/, est annoncé comme un combat de gladiateurs. Les paris sont ouverts,...

Le « bon peuple » baigne littéralement dans une sauce savamment préparée dans laquelle on a ajouté des ingrédients conformes à ses goûts, le suspense est total, l'incertitude savamment maintenue.


On rajouté à cela une dose non négligeable de culpabilisation pour faire sauter les derniers doutes --«  /Songez à celles et ceux qui sont morts pour la démocratie. Amen !/ »,... et le tour est joué.


*AU BOUT,... LE BIPARTISME*


Toute cette comédie, cette manipulation grotesque n'a qu'un seul et unique objectif : /légitimiter le pouvoir qui garantira la pérennité du système marchand/.


Faire entrer la masse des citoyens dans une logique, une mécanique de légitimation du pouvoir qu'il ne maîtrise pas, telle a été l'objectif du processus dit « démocratique »,... et il est en passe d'aboutir.


Aujourd'hui un candidat se promeut comme une marchandise. Le marketing politique a remplacé le dialogue et la réflexion. Le produit est prêt-digéré et consommable immédiatement.


Le jeu politique est devenu une véritable escroquerie ou le gagnant est toujours le même, le politicien et le perdant toujours le même, le citoyen.


Que ce soit A ou B rien ne changera. Seules les apparences changeront. Le lendemain des élections, tout est comme avant.


Toute cette manipulation n'a qu'un seul objectif politique : promouvoir le
/bipartisme/ qui assure la stabilité du système. Présenté au « bon peuple » comme une stabilité et l'expression même de la sagesse ( ?) il permet de tourner en rond, en donnant l'illusion du changement,... en fait en assurant simplement une alternance au pouvoir en vue de sauvegarder le système marchand. Les « réformes » que font les uns, sont immédiatement assumées par les autres qui leur succèdent.

Ainsi, dans une « grande démocratie » se construit le pouvoir. Les apparences sont sauves et celles et ceux qui dénoncent cette escroquerie sont traités d'anti démocrates ( ?). Jouer ce jeu c'est se rendre complice, c'est consciemment accepter d'être trompé et refuser de le reconnaître au nom d'un civisme de courte vue.


Juin 2010                                                                                                      Patrick MIGNARD

Partager cet article
Repost0
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 10:28

20/05/2010

Il faudra les juger !


Par SuperNo 

J’ai entendu ce midi une journaliste de France 3 annoncer sans rire que dans le but de réduire le déficit public, Luc Chatel, ce grand intellectuel du XXIème siècle, vient de déclarer qu’il allait remplacer les fleurs fraîches qui égayent son ministère par des fleurs artificielles.

Un pincement machinal, non je ne suis pas en plein rêve comique. Un regard furtif au calendrier, nous sommes le 20 mai, pas le 1er avril.

Il a vraiment dit ça. Sérieusement.

Ce type a été élu. A maintes reprises. Maire, conseiller régional, député. Des gens présumés sains d’esprit (je suppose toutefois que leur taux d’alcoolémie n’a pas été mesuré à l’entrée des bureaux de vote) ont voté pour ce type, par ailleurs ancien parasite marketing dans une multinationale. Il est désormais ministre de l’éducation, poste pour lequel on pourrait naïvement penser a priori qu’un minimum de sérieux et de compétence pourrait faire partie des prérequis (même si la liste de ses prédécesseurs autorise le doute).

SUITE...


http://www.superno.com/blog/2010/05/il-faudra-les-juger/


Partager cet article
Repost0
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 11:54

Je ne l'ai pas lu et je compte le faire ...

 

 

9 mai 2010

La Désobéissance éthique,
par
Élisabeth Weissman

 


Bernard GENSANE


Le livre d’Élisabeth Weissman fait partie de ces ouvrages dont on redoute de poursuivre la lecture : chaque page annonce une horreur, une bonne raison de désespérer, même si, de ci delà, l’auteur nous concède une ou deux flammèches d’espoir.

Un livre de plus qui nous explique magistralement, avec rigueur et humanité, pourquoi et comment la classe dominante française met à mort l’État, les valeurs républicaines, la citoyenneté, la solidarité, la société au sens classique du terme.

SUITE...

http://www.legrandsoir.info/La-Desobeissance-ethique-par-Elisabeth-Weissman.html

Partager cet article
Repost0
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 11:33

Ils n'épargneront personne

 


Publié par seb musset 

 

 

on jeudi 13 mai 2010


- Alors Seb, ce sauvetage de l’euro ? C'était comment ?

Du velours. Mais tu fais une erreur : on ne dit pas "sauvetage de l’Euro" mais "brand new shoot de dope pour banques". L'activité première de ces établissements de jeux étant d’endetter les états, considérons que l'opération "Bons baisés de Bruxelles" est un 
franc succès pour les bénéficiaires du cocufiage nocturne de populace à 750 milliards la passe. Leurs actions ont pris du 25% dans la journée de lundi à la bourse de Paris : youpi tralala, même que les médias ont appelé ça "l'euphorie". Compte-tenu de ta situation cacateuse, cette débauche d'allégresse limite lacrymale doit consoler ton petit cœur meurtri par la fraicheur du printemps gris.


SUITE...


http://sebmusset.blogspot.com/2010/05/ils-nepargneront-personne.html

Partager cet article
Repost0
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 10:39
 

 L'abécédaire des promesses

non tenues de

Nicolas Sarkozy

(2007-2010)

 

par juan sarkofrance

  le Vendredi 7 Mai 2010

Sarkozy président a donc soufflé sa troisième bougie à l’Elysée. Depuis son élection, jamais cet anniversaire n’a véritablement été fêté comme il se doit. Coincé par un mauvais bilan, le Monarque a préféré masquer l’évènement dès la première année. Toutes les élections intermédiaires ont été perdues (municipales en 2008, européennes en 2009, régionales en 2010). Une lente descente aux enfers qui pousse au questionnement jusque dans les rangs même du camp présidentiel. Il faut avouer que la liste des promesses non tenues s’allonge à fur et à mesure que l’on s’avance dans la mandature. La rupture n’est pas venue, exceptée dans l’outrance médiatique et la vulgarité politique.

Voici donc une mise à jour de l’abécédaire des promesses non tenues, réalisé une première fois en décembre 2008, une forme de réponse incomplète et subjective au court feuillet d'auto-justification publiée par les communicants de l'Elysée sur les trois années d'action écoulées. Les citations de Nicolas Sarkozy émanent de son propre abécédaire des promesses à tenir (que vous pouvez retrouver, au cas où l'UMP se décide à le retirer sur le site Intox2007 ).


Agriculture 
« 
Je soutiendrai l’agriculture et l’industrie agroalimentaire » C’est dit. Mais rien n’est fait. L’agriculture subit la crise de plein fouet. En août 2009, Bruno Le Maire prévient que les producteurs de fruits et légumes devront rembourser des aides européennes. Les mesures de soutien financier se font attendre. L’UMP perd un soutien électoral décisif. 

Allocations Familiales
 
« 
J’aiderai les familles à chacune des étapes de leur existence. En particulier, j’allouerai des allocations familiales dès le premier enfant. » Dès avril 2008, les familles en furent pour leurs frais, en apprenant que les bonifications accordées pour les adolescents ne seraient plus versées dès les 11 ans, mais après 14 ans. 

SUITE...

http://www.marianne2.fr/sarkofrance/L-abecedaire-des-promesses-non-tenues-de-Nicolas-Sarkozy-2007-2010_a55.html

Partager cet article
Repost0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 22:47

Publié par seb musset 

 


on dimanche 9 mai 2010
Je sonne comme du Chuck Norris mais je 
cache un bilan à la Fernandel ?

Je suis, je suis... "3 ans d'action" : une brochure distribuée par l'Élysée aux députés le 6 mai dernier qui résume un bilan qui 
crispe 7 français sur 10.

En cette période d'accélération de l'histoire, où la destinée européenne se joue sous les coups de bâtons des banques et des états, où l'insurrection est redoutée, notre sauveur au 
profil bas a la célébration discrète de ses trois années de règne.

SUITE..


.http://sebmusset.blogspot.com/2010/05/guaino-et-lhomme-de-fer.html

 


VOIR AUSSI :  

http://sebmusset.posterous.com/hierarchie-de-linformation


Partager cet article
Repost0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 22:23
Partager cet article
Repost0