Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

20 août 2007 1 20 /08 /août /2007 15:20
http://clbuis.blog.lemonde.fr/2007/08/18/sociologue-et-suspect/

18 août 2007

Sociologue et suspect

Le moment était bien choisi : plus personne, dans les couloirs des universités, pour s’indigner. Le semestre d’été s’était achevé une quinzaine de jours auparavant lorsque le sociologue berlinois Andrej H., a été placé en détention provisoire. Le motif : « appartenance à une entreprise terroriste » (« Mitgliedschaft in einer terroristischer Vereinigung »), punie par le § 129 du Code Pénal allemand.

 

 

 

 

La justice lui reproche, ainsi qu’à trois autres personnes, de soutenir plus ou moins directement les agissements d’un groupe de gauchistes baptisé «Militante Gruppe » et responsable d’incendies volontaires, notamment contre des camions de l’armée dans la région du Brandebourg. Les soupçons sont fondés sur des amitiés jugées douteuses, des coups de fils dits conspirateurs parce que vagues, un portable oublié…et surtout, le fait qu’en tant que chercheur, Andrej H. ait pu influencer la prose du groupe, voire l’enrichir en utilisant ses accès privilégiés aux bibliothèques!
SUITE...


Partager cet article
Repost0
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 15:27



http://www.avoixautre.be/spip.php?article1585




 

 





12% de la population est confronté à la pauvreté. Les chiffres oscillent de 6% en Flandre à 8% en Wallonie. Et cela grimpe jusqu’à 28% dans la capitale. En clair, un Belge sur huit vit dans la dèche. Parmi les raisons de cette misère : le coût sans cesse croissant du logement. C’est ce qu’il ressort d’une étude sociologique de l’Université d’Anvers.

Le miracle du libéralisme, « créateur d’emploi et de richesses », vient une nouvelle fois de faire ses preuves... 12% de la population est confronté à la pauvreté. Les chiffres oscillent de 6% en Flandre à 8% en Wallonie. Et cela grimpe jusqu’à 28% dans la capitale. En clair, un Belge sur huit vit dans une dèche noire. Parmi les raisons de cette misère : le coût sans cesse croissant du logement.
SUITE...


http://www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=5359



La pauvreté est devenue le lot quotidien de près de 7 millions d’Allemands.

Le Monde, 17 août 2007 - Berlin, correspondance.

Il y a cinq ans, Peter Hartz, directeur du personnel de Volkswagen et ami de longue date de Gerhard Schröder, présentait en grande pompe au chancelier d’alors une batterie de réformes sociales d’inspiration libérale qui devaient "diviser le chômage par deux".

L’Allemagne comptait plus de 4 millions de chômeurs, le chancelier jouait sa survie politique. Depuis, l’un et l’autre ont disparu de la vie publique, le premier emporté par un rocambolesque scandale de corruption, le second désavoué par les électeurs et la base du Parti social-démocrate (SPD), qui n’aura approuvé que du bout des lèvres ces réformes, les plus profondes de l’Etat-providence allemand d’après-guerre.

Aujourd’hui, le chômage a considérablement baissé, grâce à une conjoncture internationale favorable et aux exportations records du made in Germany. Mais la pauvreté est devenue le quotidien de millions d’Allemands. Et les lois "Hartz" sont montrées du doigt. La plus controversée, Hartz IV, sur la refonte des allocations chômage en fonction de critères parfois très personnels, est accusée d’avoir institutionnalisé la pauvreté. "Hartz est synonyme d’un grand désarroi social", tonne Annelie Buntenbach, vice-présidente de la puissante confédération syndicale DGB.

SUITE...




http://www.inegalites.fr/spip.php?article270&id_mot=76


La pauvreté en France
le 17 octobre 2006
La France compte 3,6 millions de pauvres selon la définition la plus restrictive de la pauvreté...
SUITE...



Partager cet article
Repost0
18 août 2007 6 18 /08 /août /2007 10:43


http://www.betapolitique.fr/+Crise-des-marches-boursiers-253-01163+.html


l

253 milliards offerts en cadeau à la gabegie de la City
| 16 août 2007 |

Depuis la semaine dernière, pour faire face à la menace de crise financière, la Banque centrale européenne a injecté (c’est le terme consacré) 253 milliards d’euros sur les marchés financiers.

La première question à laquelle ne répond jamais aucun journaliste est : comment injecte-t-on de l’argent sur les marchés financiers, et combien cela coûte-t-il de les récupérer ?

La deuxième question qui n’est jamais posée est de savoir ce qui justifie ces interventions sachant que la Banque centrale japonaise agit en sens contraire des Banques européennes.

La troisième question qu’il faudrait se poser et qui commence à émerger est de se demander comment on peut injecter des fonds à corps perdu sans demander aucune garantie en contrepartie, alors que c’est justement l’absence de régulation et de garanties qui est à l’origine de ce délire spéculativo-estival.

N’oublions pas en effet que nous ne sommes pas en train de parler de compensations dans le vide entre des comptes bancaires abstraits. les actions qui chutent sont autant de gens qui voient fondre leur épargne. les sociétés de prêts qui font faillites sont autant de gens qui perdent leurs maisons. Un article du Monde d’aujourd’hui fait d’ailleurs référence aux petits investisseurs chinois qui, appâtés par la promesse de la croissance du marché financier se sont laissés entraîner à placer leur épargne sans comprendre les mécanismes avec lesquels ils jouaient.

Partager cet article
Repost0
16 août 2007 4 16 /08 /août /2007 11:57
http://www.altermonde-levillage.com/spip.php?article11135

AU REVOIR !

jeudi 16 août 2007 par Raoul Marc JENNAR

C’est avec beaucoup d’émotion que je vous écris ces lignes. Toute ma vie, j’ai payé cash le prix de mes choix. Il en est allé ainsi, une fois encore, lorsque j’ai pris la décision de soutenir la candidature de José Bové.

Je suis sans emploi et sans ressources. Depuis des mois, je cherche. En dépit d’un curriculum vitae bien fourni, qui, ailleurs, m’aurait très vite ouvert de nombreuses portes, notamment à l’Université, en France, mon pays d’adoption, je n’ai trouvé ni soutien sérieux, ni proposition crédible.

Au Cambodge, où on n’a pas oublié le rôle que j’y ai joué pendant douze ans pour l’aider à sortir des séquelles d’une des plus grandes tragédies du XXe siècle, certains ont appris ma situation. Ils ont considéré que ce n’était pas acceptable. Une offre m’est faite de travailler comme expert-consultant auprès du gouvernement cambodgien sur certains dossiers où je peux apporter quelque chose à ce pays. Je l’ai acceptée. Comme j’ai accepté une autre offre sur le Liban. Je vais partager les quatre années qui me séparent de la retraite entre ces deux pays.

Depuis sept ans, je me suis impliqué, avec toute la force de mes convictions, dans l’action citoyenne. Comme militant altermondialiste d’abord, au nom d’une certaine idée de l’Europe ensuite, dans la recherche d’une gauche de gauche enfin. Je l’ai fait en toute liberté, sans souci de carrière. En restant fidèle à mes convictions et en n’obéissant qu’à ma conscience.

Ce qui me peine le plus au moment de me retirer de l’action militante, c’est de laisser derrière moi un champ de ruines où gisent toutes les gauches. Dans les gravas, on ne trouve que sauve-qui-peut carriériste ou sectarisme. Le socialisme a contribué de manière décisive à la mondialisation néolibérale et à son extension aux champs européen et français. Les disciples de Lénine, quelle que soit la secte qu’ils dirigent, ont tué l’espérance née le 29 mai 2005. Les militants altermondialistes sont repliés sur des combats certes essentiels, mais dans une approche trop sectorielle.

Le mot « gauche » ne porte plus aucune espérance. Il demeure néanmoins, pour ceux qui entendent mettre leurs actes en cohérence avec leurs convictions, une certaine manière de penser et d’agir qui allie liberté, égalité et fraternité, qui recherche le beau et le bien, qui ne renonce jamais à l’engagement. C’est à cela que j’entends rester fidèle, plus que jamais disciple des Lumières et attaché aux idéaux de Mai 68.

Je ne serai pas là pour participer à la création d’une gauche nouvelle fondée sur des valeurs et une pratique où la fin se trouve déjà dans les moyens. Je le regrette profondément. Je ne serai cependant pas absent du débat européen grâce à un livre que je termine ces jours-ci.

Je souhaite à chacune et à chacun du bonheur dans vos vies et vos combats.

Raoul
Le 15 août 2007

Raoul Marc JENNAR
consultant - questions internationales
7, place du Château, 66500 Mosset
Email : raoul.jennar@wanadoo.fr




Partager cet article
Repost0
29 juillet 2007 7 29 /07 /juillet /2007 20:18
http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=51167


dimanche 29 juillet 2007 (13h13) :
Top 20 des patrons en Europe (Refrain : "encore des patrons injustement brimés en France")

 L’immoralité de la Sarkozie au top 20 de l’enrichissement en Europe

Refrain : "encore des patrons injustement brimés en France...")

Le top 20 des patrons européens donne un score olympique pékinois, bourré à l’hormone stock-options, à l’auto-transfusion salariale (attention aux thomboses), à la piquouse parachûte d’or, à la louche d’or de la retraite casquette, pour les patrons de l’hexagone en furie. 10 sur 20 des plus riches. Le mercenaire dirigeant est hors de prix, l’actionnaire est bon et généreux....

Le magazine Fortune prétend établir ce classement hautement révélateur de l’épouvantable génocide des patrons français injustement poursuivis par un état avide dans ce beau et vieux pays :

Europe’s Top 20 CEOs, Ranked by Total Compensation

Total 2006
1. Carlos Ghosn President/CEO, RENAULT, France $45.500 000
2. Jean -Paul Agon CEO, L’ORÉAL, France $19.300 000
3. Alessandro Prof umo CEO, UNICREDIT GROUP, Italy $18.100 000
4. Arun Sarin CEO, VODAFONE, Britain $15.200 000
5. Antoine Bern , ASSICURAZIONI GENERALI, Italy $14.200 000
6. Josef Ackermann CEO, DEUTSCHE BANK, Germany $12.400 000
7. Henri De Cas tries, AXA, France $12.100 000
8. Thiery Desmares t /CEO, TOTAL, France $10.800 000
9. Daniel Bouton/CEO, SOCIÉTÉ GÉNÉRALE, France $10.700 000
10. Alfredo Sáen Vice Chair BANCO SANTANDER, Spain $10.600 000
11. Marcel Ospel, UBS, Switzerland $10.500 000
12. Xavier Huilard CEO, VINCI, France $ 9.100 000
13. Ser gio Marc hionne, FIAT, Italy $ 8.700 000
14. Beno ît Potier, AIR LIQUIDE, France $ 8.000 000
15. Donald Shepard, AEGON, Netherlands $ 8.000 000
16. Frederic k Godwi ROYAL BANK SCOTLAND, Britain $ 7.800 000
17. Mar tin Bouygues/CEO, BOUYGUES, France $ 7.800 000
18. Franc k Riboud/CEO, GROUPE DANONE, France $ 7.300 000
19. Fran z Humer/CEO, ROCHE GROUP, Switzerland $ 6.900 000
20. Patric k Kron CEO, ALSTOM, France $ 6.700 000

10 patrons français sur les 20 premiers patrons européens, zont les dents du fond qui baignent en Sarkozie.....

Encore un exemple de l’insupportable et couteux modèle social français, Au moins les oies, quand on les gave on les mange après.....

L’ISF décourage l’entrepreneur et fait d’épouvantables tranchées sanguinolentes dans les rangs de la cohorte des chevaliers de l’entreprise....

Copas



De : Copas
dimanche 29 juillet 2007



Partager cet article
Repost0
27 juillet 2007 5 27 /07 /juillet /2007 10:18
http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Journal.php#Sabordage_monetaire

Article d'Etienne Chouard à lire absolument(dernier ajout de son journal

 

Non, ce n'est pas "trop cher" : le financement des besoins collectifs est rendu sciemment ruineux par un sabordage monétaire étonnant
(texte écrit sur le blog le 1er mai, puis repris et complété ici le 26 juillet 2007) (Lien)


Je suis en train de découvrir le détail d'une situation financière incroyable.

Vous croyez que la monnaie est créée par l'État ? Vous vous trompez : ce sont les banques privées qui créent la monnaie, et qui en perçoivent le prix (l'intérêt).

Si c'était l'État qui créait la monnaie, il pourrait l'investir directement lui-même (sans devoir payer le moindre intérêt jusqu'au remboursement) ; il pourrait aussi prêter cette monnaie nouvelle aux banques (charge à elles de la prêter à leur tour) et en percevait le premier intérêt (des milliards d'euros), ce qui pourrait aussi financer les services publics, au lieu de garnir des poches de soie au prix d'un déficit paralysant pour l'État.

L'État (c'est-à-dire nous tous) a perdu le droit de battre monnaie et ce sont des banques privées à qui nos soi-disant "représentants" ont abandonné ce pouvoir décisif.

Vous pensez que la monnaie est un outil qui sert l'intérêt général ? Vous vous trompez : la monnaie est devenu (discrètement) un outil qui sert d'abord des intérêts privés.

La construction de l'Union européenne pourrait bien être motivée principalement par ce détournement de la richesse publique, notamment à travers à l'article 104 du traité de Maastricht : « Il est interdit à la BCE et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées « banques centrales nationales » d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions ou organes de la Communauté, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publiques des États membres; l’acquisition directe des instruments de leur dette, auprès d’eux, par la BCE ou les banques centrales nationales, est également interdite. »

Par cet article (repris quasiment tel quel dans le TCE, art. III-181), les États (c'est-à-dire nous tous) ne peuvent plus financer les investissements publics qu'en empruntant à des acteurs privés, et en leur payant un intérêt.

Cette prise de conscience m'a conduit à écrire un billet à Judith Bernard, sur le Big Bang Blog, qui s'inquiétait du sort des services publics et de leur financement prétendument problématique (d'après nos représentants politiques).

Je reproduis ci dessous le billet en question et je le fais .......

SUITE................


Partager cet article
Repost0
23 juillet 2007 1 23 /07 /juillet /2007 10:59
 
Dailymotion blogged video
Gaffe Yves Leterme sur l'hymne national belge
Vidéo envoyée par gumaes
Partager cet article
Repost0
22 juillet 2007 7 22 /07 /juillet /2007 09:31
Partager cet article
Repost0
19 juillet 2007 4 19 /07 /juillet /2007 09:02
Je viens de réécouter ces 2 vidéos  :entretien avec Etienne Chouard ,qui fait sur son site un boulot incroyable d'informations.Je crois qu'il faut vraiment entendre ce qu'il dénonce et diffuser :çà nous concerne tou(te)s
Partager cet article
Repost0
16 juillet 2007 1 16 /07 /juillet /2007 09:52
Cà se passe comme çà chez nos voisins


Et il me semble bien avoir vu un truc comme celui-là dans  le TCE qu'on veut nous imposer   par parlement .Voyons :je vais faire un petit tour chez notre ami ETIENNE CHOUARD ,çà ira plus vite....
Ben voilà:

http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Constitution_revelateur_du_cancer_de_la_democratie.htm#intro

[9]   Il faut lire toutes les pages jusqu’au bout : l’interprétation de la Charte des droits fondamentaux est décrite en dehors de la Constitution elle-même, dans un texte qui s’appelle Déclaration 12 : le préambule de la Charte« Dans ce contexte, la Charte sera interprétée par les juridictions de l'Union et des États membres en prenant dûment en considération les explications établies sous l'autorité du praesidium de la Convention qui a élaboré la Charte. » 
Dans cette déclaration n°12, on trouve parfois
le contraire de ce que la Charte affirme haut et fort.
Ainsi, après qu’ait été affirmé le droit à la vie et l’interdiction de la peine de mort dans l’article II-62 de la Charte, l’article 2 de la déclaration n°12, page 435 (qui parle de texte lisible ?) précise : «La mort n'est pas considérée comme infligée en violation de cet article dans les cas où elle résulterait d'un recours à la force rendu absolument nécessaire:
a) pour assurer la défense de toute personne contre la violence illégale;
b) pour effectuer une arrestation régulière ou pour empêcher l'évasion d'une personne régulièrement détenue;
c) pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection.»
Le même article précise aussi : « «Un État peut prévoir dans sa législation la peine de mort pour des actes commis en temps de guerre ou de danger imminent de guerre; une telle peine ne sera appliquée que dans les cas prévus par cette législation et conformément à ses dispositions...»
. On constate donc que tout n’est pas dit dans la Charte elle-même et qu’il faut bien lire toutes les pages.


C'est pas mignon tout çà





Partager cet article
Repost0