Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 22:37
GREVE INFIRMIERE 30 MARS 2010
 Santé


Le 25/03/2010 par OBALOT



Contre la suppression de la reconnaissance de la pénibilité
Pour l’amélioration des conditions de travail
PREAVIS DE GREVE NATIONAL POUR TOUTES LES IDE
Les organisations CGT, CFDT, SUD appellent à se mobiliser, le 30 mars 2010, dans les régions, les départements et les établissements, pour une véritable reconnaissance de la 
pénibilité et l’amélioration des conditions de travail


.SUITE...


http://www.lepost.fr/article/2010/03/25/2003745_greve-infirmiere-30-mars-2010.html

 
Partager cet article
Repost0
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 12:43
Où sont les autres courageux ?, hum , où ?


Lettre ouverte d'un élu démissionnaire du Conseil de l'Ordre des Infirmières
 Santé
 13/03/2010 à 02:33, 

Par TrucsIDE




mercredi 3 mars 2010


Lettre ouverte à Mme Dominique Le Bœuf, présidente de l'ordre des infirmiers

Mme la présidente,
Lorsque que le Parlement a voté la loi instituant la création d'un ordre des infirmiers français, j'y ai vu une occasion de valoriser la profession et d'augmenter la pression professionnelle vis-à-vis des pouvoirs publics.


Dès le premier tour de l'élection pour l'échelon régional, j'avais évoqué les limites de reconnaissance de cette institution au regard du faible pourcentage de participants aux élections départementales. Précisant dans ma profession de foi, relayée sur ce blog, qu'il serait important d'aller à la rencontre des infirmières et infirmiers, non pas pour leur « vendre l'ordre », mais pour écouter leurs attentes avant la mise en place de décision et d'action.


De même, dès ma candidature de départ, j'avais souhaité que le montant de la cotisation soit le plus minime possible. Le conseil national, que vous présidez, en a décidé autrement positionnant la cotisation « obligatoire » à 75 €.


Malgré, les réactions fortes à la fois d'un grand nombre d'élus ordinaux, d'organisations syndicales (y compris celles ayant soutenu la création de l'ordre), du ministère de la santé et maintenant de députés, vous avez choisi au nom de soi-disant indépendance, de maintenir ce tarif élevé au regard des faibles salaires de certains collègues.

SUITE...

http://www.lepost.fr/article/2010/03/13/1985441_lettre-ouverte-d-un-elu-demissionnaire-du-conseil-de-l-ordre-des-infirmieres.html




VOIR AUSSI 



Quatre députés proposent de restreindre l'Ordre des infirmiers aux libéraux

Quatre députés UMP ont déposé une proposition de loi pour restreindre le champ de compétence de l'Ordre des infirmiers aux seuls infirmiers libéraux, a-t-on appris mercredi de source parlementaire.

Yves Bur (Bas-Rhin), Jacques Domergue (Hérault), Céleste Lett (Moselle) et Eric Straumann (Haut-Rhin) proposent de "dispenser les infirmiers exerçant à titre salarié de s'inscrire à l'Ordre", soit environ 85% de la profession, selon le texte de la proposition de loi.

Ils sont arrivés à cette conclusion après avoir mené des auditions d'organisations professionnelles. Initialement, ils souhaitaient trouver une solution aux protestations contre le montant de la cotisation à l'Ordre, jugé trop élevé.

L'exposé des motifs de la proposition de loi constate le peu d'adhésion à l'Ordre des infirmiers dont la création a été votée en décembre 2006 par une proposition de loi émanant de deux députés UMP. Il mentionne le taux d'abstention de 80% aux élections de 2008, "majoritairement ceux relevant d'un statut de salariés".

SUITE...

http://www.infirmiers.com/actualites/actualites/quatre-deputes-proposent-de-restreindre-l-ordre-des-infirmiers-aux-liberaux.html?page=2

 
Partager cet article
Repost0
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 10:02





Grande manifestation des Infirmiers Anesthésistes
hier, le 11 mars 2010.
 Bloc opératoire11 MarsParisSanté
e 12/03/2010 à 15:35


  Par kaaron


Hier s'est tenue devant le ministère de la santé une grande manifestation des Infirmiers-Anesthésistes, IADE dans le jargon hospitalier, pour manifester contre le protocole d'accord de Mme Bachelot sur l'intégration de la formation infimière dans le système LMD. A cette manifestion parisienne se sont associés des mouvements en province.

Le désaccord porte sur plusieurs points :

* Perte de la catégorie active :

Jusqu'alors, les IADE sont considérés en catégorie active, avec droit de retraite à 55 ans et bonification de 1 an tous les 10 ans. Or le protocole remet en cause ceci et veut imposer la catégorie sédentaire, niant par-là même la pénibilité du travail infirmier. Quand on sait que les infirmiers et donc les IADE travaillent de nuit et le week-end pour assurer la permanence des soins, avec des horaires flexibles d'une semaine sur l'autre, et que ces conditions de travail entraînent une diminution de l'espérance de vie de 6 à 8 ans selon les études par rapport au reste de la population, la catégorie active ne semble pas n'être qu'un privilège, mais bien une compensation.

* Absence de reconnaissance statutaire des qualifications :

L'IADE est le collaborateur du Médecin Anesthésiste, ou MAR dans le jargon pour Médecin Anesthésiste-Réanimateur. L'anesthésie est un travail à 4 mains, cette collaboration a permis de diviser par 10 le risque anesthésique en France ces dernières années. Le MAR est présent au moment de l'induction anesthésique, c'est à dire le passage de l'état de veille à celui de "sommeil", puis c'est le plus souvent l'IADE qui surveille puis réveille le patient pendant et après l'intervention. L'organisation des blocs opératoires en France veut qu'il y ait en général 1 IADE par salle d'opération et 1 MAR en supervision de 2 ou 3 salles. Pour certains gestes comme les endoscopies ou dans certains blocs, l'IADE travaille souvent seul, après bien sûr que le patient ait été vu et évalué par un MAR qui a décidé de la manière de procéder la plus appropriée au patient (anesthésie générale, sédation...).

SUITE...

http://www.lepost.fr/article/2010/03/12/1984708_grande-manifestation-des-infirmiers-anesthesistes-hier-le-11-mars-2010.html?doFbPublish=1984708

Partager cet article
Repost0
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 11:00
Partager cet article
Repost0
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 21:53
Compte-rendu et photos là : http://sofia.medicalistes.org/spip/spip.php?article361



Remplir le formulaire pour le SNIA : 
http://www.snia.net/index.php?option=com_content&view=article&id=175:greve-du-110310-recherche-dinformation&catid=54:negociationsalariales2010&Itemid=90 





http://www.sante.cgt.fr/spip.php?article4583 
 Communiqué de presse du 11 Mars 2010

 

La manifestation nationale des infirmiers spécialisés du 11 mars 2010 a connu un fort succès. La participation de plus de 1 500 professionnels atteste de leur refus de céder au chantage de Mme Bachelot : augmentation salariale contre reconnaissance de la pénibilité et la retraite à 55 ans. Au-delà de la manifestation nationale sur Paris, d’autres actions comme à Toulouse, Bordeaux, Marseille, Montpellier, Metz, Lyon se sont déroulées en région. Elles sont la traduction d’un réel malaise des personnels face au mépris du ministère dans la prise en compte des revendications des professionnels. Dans certains établissements, comme au CHU de Toulouse, les IDE non spécialisés se sont aussi mobilisés pour faire entendre leurs revendications, une réelle reconnaissance de leur qualification, des augmentations salariales significatives, la reconnaissance de la pénibilité de leur profession. Le protocole sur la réforme statutaire de la catégorie B et l’intégration en catégorie A des professions dont le diplôme est reconnu dans le cursus LMD, est largement rejeté par les professionnels. Il ne répond pas à leurs attentes et une grande majorité des salariés de la Fonction Publique Hospitalière en est exclue. La casse des hôpitaux fait planer des doutes sur la pérennisation de nos professions et de l’emploi, elle remet en cause la qualité des soins dispensés à la population, mais également la réponse aux besoins de la population. Plus largement, la demande d’ouverture de réelles négociations, portée par la délégation reçue ce jour au ministère, doit être entendue. Le reclassement en Master, des grilles indiciaires sérieuses, une réflexion sur les flux de formation, la promotion professionnelle et sa prise en charge, ou encore, les pratiques avancées sont des sujets qui méritent mieux que les simulacres de concertations qui, jusqu’ici, ont servi de paravents à des décisions unilatérales déconnectées des réelles demandes des professionnels et des réels besoins de la population. Dans toutes les régions vont se tenir des assemblées générales qui détermineront les suites à donner à cette première journée d’action. D’ores et déjà, la CGT appelle l’ensemble des salariés du sanitaire, du social et du médico-social, privé et public, à participer massivement à la manifestation interprofessionnelle du 23 mars. Cette journée doit marquer la convergence des revendications sur le traitement du dossier des retraites, des salaires, de l’emploi-qualification sans mettre sous le boisseau les revendications spécifiques des infirmiers spécialisés. Ensemble, nous devons combattre la loi H.P.S.T. qui détruit l’hôpital, détériore la qualité des soins et fragilise l’ensemble des professions au service des patients.

 


 
Partager cet article
Repost0
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 17:40

http://www.syndicat-infirmier.com/Negociations-salariales,1105.html


http://www.laryngo.com/phpBB2/viewforum.php?f=27





Tract réalisé par les élèves IADE  APHP
Infirmier(e)s anesthésistes

en grève (IADE)
 



Le 11 mars, la majorité des infirmiers anesthésistes sont en grève... 

Quels rôles ont les infirmiers anesthésistes ? 

Les infirmiers anesthésistes diplômés d'état (IADE) sont les proches collaborateurs des médecins anesthésistes dans la pratique de l'anesthésie et dans l'organisation plus générale de cette activité. 8000 médecins anesthésistes et 8000 infirmiers anesthésistes réalisent annuellement près de 15 millions d'actes anesthésiques. Eux seuls disposent de l'exclusivité de l'anesthésie. C'est à dire qu'aucun médecin ou infirmier non anesthésiste ne peut réaliser d'actes anesthésiques en France. 
Les infirmiers anesthésistes se chargent: 
- de la vérification, préparation et entretien du matériel d'anesthésie 
- de vous accueillir au bloc opératoire, ou toute autre structure où on pratique l'anesthésie (SAMU, endoscopie...) 
- d'effectuer les gestes concourant à l'anesthésie (pose de perfusion, intubation trachéale, ventilation artificielle...) 
- d'être le garant de votre sécurité lorsque vous dormez. Il est à vos côtés en permanence. Il assure de façon autonome la surveillance et la qualité de l'anesthésie, de votre réveil ainsi que la prise en charge de votre douleur. 
- de la fonctionnalité de tous les appareils utilisés pour vous et votre sécurité. 

L'équipe d'anesthésie est souvent comparée à l'équipage d'un avion avec un pilote (le médecin anesthésiste) et un co-pilote (l'infirmier anesthésiste). Lors d'un vol d'avion, les risques sont les plus élevés au décollage (endormissement) et à l'atterrissage (réveil). Le médecin anesthésiste est, et restera toujours le commandant de bord. Mais il est toujours secondé par un infirmier anesthésiste. Ce dernier assurera seul dans la majorité des cas la surveillance pendant la chirurgie ou l'examen médical, ainsi que la qualité de votre réveil. Au moindre souci, il fera appeler le médecin anesthésiste tout en maîtrisant avec ses compétences les gestes adaptés à la situation d'urgence qui se présente à lui, en attendant l'arrivée du médecin. 
Ceci est le fonctionnement quotidien des équipes d'anesthésie en France. La grande majorité de la surveillance des anesthésies en France est réalisée par des infirmiers anesthésistes, profession méconnue et ignorée du public. 

Pourquoi cette grève ? 

Le protocole d'accord, signé le 10 février 2010, a reconnu aux infirmier(e)s diplômé(e)s d'état le niveau d'études grade Licence, et prévu, en contrepartie leur revalorisation salariale. 
Les infirmiers anesthésistes, qui ont prolongé leurs études d'infirmier diplômé d'état par 24 mois de spécialisation, après une expérience professionnelle obligatoire de 2 années minimum (soit équivalent à Bac +5) et la réussite à un concours d'entrée, souhaitent voir évoluer leur reconnaissance statutaire et salariale au niveau Master 2. N'oublions pas que les infirmiers anesthésistes représentent la catégorie des infirmiers spécialisés à avoir la formation la plus longue. Par ailleurs, c'est cette profession qui sera la moins valorisée. Cela revient à brader la sécurité anesthésique, donc votre sécurité ! 
De ce fait, les infirmiers anesthésistes réclament une reconnaissance à la hauteur de leurs responsabilités, de leurs compétences et de la difficulté liée à leur pratique professionnelle, ce qui inclut leur maintien en catégorie A active du régime des retraites. 
Or, Madame Bachelot nous refuse injustement ces droits. 
En effet, le ministère nous a proposé une réévaluation salariale comme pour les infirmiers diplômés d'état et autres catégories d'infirmiers spécialisés. Et c'est notamment sur ce point que nous nous sentons trahis. 
Et pour cause, le temps total de formation pour: 
- les infirmiers: 36 mois pour une réévaluation de 2466 euros bruts par an (salaire actuel en début de carrière: 1500 euros net mensuel) 
- les infirmiers de bloc opératoire: 54 mois pour une réévaluation de 3312 euros bruts par an 
- les infirmiers anesthésistes: 60 mois pour une réévaluation de 2064 euros bruts par an (même salaire qu'un infirmier majoré de 100 euros mensuel) ! 
Vous constaterez que cette augmentation n'est pas proportionnelle aux années d'études consacrées à cette spécialisation. 
Nous souhaitons par ce tract expliquer notre profession et nos revendications. Certaines interventions non urgentes seront reportées en raison de ce mouvement. Les interventions urgentes seront assurées par des infirmiers anesthésistes grévistes et réquisitionnés pour le service minimum. De par ce fait, nous avons un devoir d'information envers nos patients.

http://www.laryngo.com/phpBB2/viewtopic.php?t=3722 



@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

S
outien des médecins  anesthésistes -réanimateurs




                                                               CP 25/02/2010                                  LE SNPHAR-E SOUTIENT
               LA GREVE DES IADES  
             


 Les organisations syndicales représentatives des infirmiers anesthésistes (IADES) lancent un     appel à grève pour la journée du jeudi 11 mars 2010. Le protocole d’accord sur l’intégration des     professions paramédicales dans le LMD pénalise les infirmières spécialisées et plus particulièrement     les infirmières anesthésistes, qui se voient nier leurs niveaux de qualification et de compétence.                  Le SNPHAR-E soutient ce mouvement de grève et appelle l’ensemble des     professionnels travaillant au sein des blocs opératoires à mettre tout en œuvre pour que     soit respecté le droit de grève des infirmiers anesthésistes.                  Le SNPHAR-E condamne toute tentative de déprofessionnalisation du métier     d’infirmier anesthésiste. Les IADES sont d’ores et déjà largement engagés dans des     pratiques avancées organisées ayant fait leurs preuves, lesquelles ont contribuées à     l’amélioration de la sécurité anesthésique : cet engagement quotidien justifie une     meilleure reconnaissance de la spécificité de leur métier.                  A ce titre, le SNPHAR-E constate et condamne la tendance actuelle qui vise à remplacer au     sein des salles de surveillance post interventionnelles, ou de certains blocs opératoires, les IADEs par     des IDE : cette organisation ne saurait garantir un niveau de sécurité équivalent à celui obtenu ces     dernières décennies. Le SNPHAR-E propose donc que la présence des IADEs au cours de la     globalité de l’acte d’anesthésie devienne une obligation légale, sous la responsabilité du     médecin anesthésiste réanimateur. De même le SNPHAR-E propose que les IADES puissent     participer de façon autonome aux prises en charge de la douleur postopératoire avec autonomie de     prescription sur protocoles, et deviennent des membres à part entière des équipes mobiles du SAMU     et de l’encadrement des services de réanimation.                  Le SNPHAR-E s’étonne fortement et s’indigne que depuis 18 mois se tiennent des     réunions DHOS sur l’encadrement de la pratique de la chirurgie, donc de l’anesthésie,     qui concernent nos organisations de travail, sans que jamais les organisations     représentatives des PH n’y soient conviés !                  Le SNPHAR-E condamne fermement le chantage auquel se livre le Ministère de la Santé qui     propose aux IADEs d’assumer en indépendance certains actes d’anesthésie en échange de la perte de     leur retraite à 55 ans, quitte à les exposer à de gros risques médico-légaux. Le SNPHAR-E réaffirme à     nouveau son opposition à toute forme de démédicalisation de l’acte d’anesthésie lequel ne     peut relever que de la responsabilité du médecin anesthésiste réanimateur, sous peine     de rapidement constater une baisse de la sécurité anesthésique.

                                      www.snphar.com



Grèves des IADES le 11 mars (suite)

04/03/2010

Le SNPHAR a très clairement pris position pour un soutien aux précieux collaborateurs des médecins anesthésistes réanimateurs que sont les IADES. 

Il est question d'une problématique de reconnaissance professionnelle et statutaire que les médecins anesthésistes réanimateurs connaissent bien et partagent au quotidien. 

Ce mouvement s'annonce comme devant être très suivi par les Iades et les élèves Iades.

En conséquence, le SNPHAR appelle l'ensemble des Médecins Anesthésistes réanimateurs, tous statuts confondus, à ne pas entraver ce mouvement mais à le soutenir.

 

Il est ici rappelé que :


le principe qui prévaut à la sécurité des blocs opératoires est "une salle ouverte = une IADE".


la grève n'est pas un motif valable pour revenir sur ce principe, sauf à prendre le risque de ne plus le voir s'appliquer à l'avenir...


les DESAR ne sont pas les "remplaçants" des IADES : ils exercent leurs fonctions sous la responsabilité constante des médecins séniors, à toutes les étapes de la procédure anesthésique

es Elèves IADEs ne sont pas comptés comme des effectifs anesthésiques opérationnels


Les assignations ne sont possibles que pour les secteurs qui requièrent habituellement un IADE de garde (règle du dimanche ou férié).


compte tenu des effectifs infirmiers disponibles (non grévistes) et médicaux, il appartient donc à chaque responsable de secteur de définir avec ses collègues, les interventions qui pourront être assurées le 11 mars 2010 dans le respect des règles du décret Sécurité Anesthésique de 1994.


Les interventions semi-urgentes qui étaient programmées le jeudi 11 mars et ne pourraient pas attendre peuvent toujours faire l'objet d'une reprogrammation sur les jours précédents.


Le SNPHAR s'oppose à la déqualification factuelle et statutaire des IADEs qui, à juste titre, s'inquiètent de la perte de leur spécificité.

 http://www.snphar.com/Default.aspx?intIdActualite=325&strFileXML=Actualite-fr-Flash-infos.xml
Partager cet article
Repost0
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 21:49

http://www.sante.cgt.fr/spip.php?article4430



CGT- CFDT - CFTC - FO - SNICS FSU - UNSA SANTE
Grève nationale des infirmières et des personnels de soins contre les Ordres Professionnels
 Communiqué de presse commun de l’intersyndicale pour le 26 janvier 2010

 

 

Dans les suites des différentes étapes de mobilisation contre les ordres professionnels, l’intersyndicale propose de franchir un nouveau palier de mobilisation le 26 janvier 2010 en proposant 9 lieux de manifestation sur l’ensemble du territoire national.

L’intersyndicale s’inscrit dans la perspective d’un mouvement de plus en plus fort, regroupant toujours plus de professionnels pour exprimer leur refus des Ordres. Ce rapport de force est en construction.

Dans ce cadre l’intersyndicale appelle à une journée de grève et de manifestation le mardi 26 janvier 2010 dans neuf villes :

 Paris-Lyon-Marseille-Montpellier-Toulouse-Bordeaux-Nantes-Rennes et Strasbourg

Nous invitons tous les professionnels à se rassembler en tenue de travail, pour exprimer leur refus des ordres professionnels. Nous continuons à interpeller les élus de la Nation pour leur demander de déposer un projet de loi visant à l’abrogation des structures ordinales. Les manifestations pourront aussi se faire en direction des préfectures, des DRASS ou des DASS, partout où cela sera possible. Pour les personnels réquisitionnés dans le cadre de la permanence des soins et opposés aux ordres professionnels : nous recommandons le port du Badge contre les ordres et la déclaration d’être solidaire du mouvement.

L’intersyndicale réaffirme son souhait de voir abroger toutes les lois ordinales votées contre l’avis des professionnels (87% des IDE n’ont pas participé aux élections ordinales, exprimant ainsi leur refus.) Plus que jamais, les professionnels ont besoin d’une véritable reconnaissance et surtout pas d’une mise en ORDRE ni aux ORDRES !

L’Intersyndicale réaffirme que les personnels :
 Ont besoin de moyens pour remplir leurs missions dans leur quotidien professionnel ;
 Réclament des effectifs supplémentaires pour améliorer les conditions de travail et les conditions de prise en charge des patients ;
 Réclament une revalorisation salariale qui reconnaisse leur qualification et leurs responsabilités

 


Communiqué commun : Grève nationale

 

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 21:27

VOIR :

http://codi.xooit.fr/index.php

mardi 12 janvier 2010

SIGNEZ LA PETITION ICI.

Nous sommes plus de 500 000 infirmières à exercer aujourd’hui sur l’ensemble du territoire.

Vous nous connaissez, nous vous prodiguons des soins ou nous vous conseillons à l’hôpital, en clinique, en cabinet, dans les centres de soins ou médico-sociaux, dans les écoles ou les entreprises. Nous sommes titulaires d’un diplôme d’Etat et nous exerçons dans le respect des règles professionnelles et déontologiques strictes que nous confère notre décret de compétences, dans le secteur public comme le secteur privé. Et parce que vous avez eu affaire à nous, pour vous, vos enfants, vos parents, vous savez dans quelles conditions difficiles nous exerçons aujourd’hui notre métier et pour quels salaires peu attractifs…

Depuis le 21 décembre 2006 notre profession est placée sous la coupe d’un ordre professionnel contrôlant dorénavant l’accès à la profession et sa déontologie. Cet ordre nous impose de plus une cotisation (75 euros en 2009).
SUITE...
http://cnr-midipyrenees.blogspot.com/2010/01/manifeste-de-la-desobeissance.html



PETITION:
http://www.contrordreinfirmier.org/petition/index.php?petition=2
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 17:00
 Je réserve mon opinion en ce qui concerne l'  ONI

LIRE AUSSI L ARTICLE QUE ME SIGNALE DEMOCRITE :
http://www.humanite.fr/Report-de-la-retraite-les-infirmieres-refusent


Lettre ouverte d’un IADE à la profession infirmière

Réaction d’Eric Delmas au protocole de "revalorisation salariale"

17 janvier 2010

Le projet de réforme du ministère est la pire escroquerie jamais proposée dans le monde la santé, et c’est bien sûr les infirmiers qui doivent en être les dupes. C’est une escroquerie dont l’évidence saute immédiatement aux yeux des plus âgés d’entre-nous mais qui concerne de la même manière les plus jeunes.

Passage en catégorie A sédentaire : Cela aura trois impacts très négatifs sur nos carrières et sur notre vie personnelle.

1/ Perte du droit de partir en retraite avant 60 ans.

Théoriquement il semble impossible de partir en retraite avant 60 ans vu les 41 annuités de cotisation exigées (et bientôt 42). Pourtant en cumulant les droits naturellement acquis et les abattements liés à l’exercice actif en fonction publique (1 an tous les 10 ans), voire en y ajoutant les décotes liées à l’éducation des enfants, nombreux sont ceux qui pourraient partir à taux plein avant 60 ans. Avec cette réforme, c’est fini

SUITE...
http://www.syndicat-infirmier.com/Lettre-ouverte-d-un-IADE-a-la.html




@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Vidéo : 
Nurse Anesthetists



Partager cet article
Repost0
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 00:13
Petit rectificatif :
"On a demandé aux infirmiers d’élire leurs représentants à l’Ordre par vote électronique. Cela a été un succès fou puisqu’uniquement 17% de la profession s’est prononcé. "

Il y a eu seulement 13% de participant(e)s
Les combats des infirmiers...


par liebe

 samedi 7 novembre 2009

Le métier d’infirmier est très méconnu du grand public, qui pourtant en a bien besoin.  On pense en effet le connaitre mais qu’en est-il vraiment ?   Lorsque l’on choisit la profession d’infirmier, on va à la fois devenir des techniciens du soin, des nurses, des confidents, mais également des personnes capables d’empathie, de compassion, d’écoute, et d’amour pour son prochain.   C’est une profession formidable qui permet de travailler à la fois en service hospitalier, en clinique ; en libéral (après avoir effectué 3 ans dans un service hospitalier) ; en entreprise ; en prison ; dans l’armée mais aussi dans le milieu scolaire ou en crèche ; en psychiatrie. Lorsque l’on est infirmier on peut devenir cadre, mais aussi se spécialiser en puériculture, au bloc opératoire.... et ainsi de suite. C’est un métier difficile, car venir en permanence à l’aide, n’est pas chose aussi facile que cela.    Les infirmiers se sont battus pour permettre l’abandon de la cornette au profit d’un vrai salaire et même d’une reconnaissance de la population.
SUITE...
http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/les-combats-des-infirmiers-64561

Partager cet article
Repost0