Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

4 mai 2008 7 04 /05 /mai /2008 14:57





http://www.sudmondor.org/fichiers/ordre_ide/com/878.php


Les infirmières, infirmiers
disent non à l'Ordre !

 

 

Les élections pour la mise en place d'un ordre infirmier ont eu lieu du 9 au 24 Avril dernier et les résultats en démontrent l'inanité.
       La demande d'un ordre professionnel infirmier menée par des lobbies infirmiers reposait sur deux arguments non démontrés : l'aspiration de la profession à être organisée en Ordre et la non représentativité des syndicats.

Le taux de participation est ridicule,
moins de 14%,
dont 12% pour les salariés !


• Malgré le fait que le vote se soit déroulé sur quinze jours (contre un jour pour les élections professionnelles).
• Malgré l'implication à grands frais en faveur du vote de l'ANFH, association nationale des formations des personnels hospitalières.
• Malgré la pression médiatique de l'encadrement supérieur et le fait que l'administration ait mis tous les moyens à disposition.

       Il n'est plus possible de prétendre aujourd'hui que « la profession » aspire à la création d'un ordre, ni que les représentants syndicaux soient moins légitimes avec 60% de votants.
       Au final ce sont des conseillers ordinaux élus par 2 à 3% des électeurs potentiels qui prétendront représenter toute la profession. Si ce n'était pas aussi dangereux, lourd de conséquences pour les professionnels nous dirions que c'est risible, caricatural, au delà du ridicule !

       Ces résultats confortent la position de la fédération Sud santé sociaux qui appellera toutes et tous les professionnels à boycotter cette structure si le ministère persistait.
       Sud Santé sociaux considère inadmissible que le ministère continue de se livrer à la mascarade de mise en place d'ordres professionnel d'un autre âge. D'autant que la contestation contre l'ordre des kinés monte en puissance...
       Sud santé sociaux demande l'abrogation immédiate de la loi mettant en place l'Ordre des infirmiers, tout comme celui des kinésithérapeutes podologues.
       Une autre réponse est possible et Sud santé sociaux demande à ce que le haut conseil des professions paramédicale existe vraiment et voit la participation des personnels, son rôle et son autonomie renforcée, enfin, qu'il soit crée en son sein des commissions professionnelles à même de répondre aux problèmes spécifiques des professions.

       Paris, dimanche 27 Avril 2008



Fédération Nationale SUD Santé Sociaux - 70, rue Philippe de Girard - 75018 Paris
Tél : 01 40 33 85 00 - Fax : 01 43 49 28 67 - Site internet : www.sud-sante.org


 


 


 

VOIR AUSSI


 


 

http://www.sudmondor.org/fichiers/ordre_ide/com/875.pdf


 


 


 

VOIR AUSSI


 


http://www.sudmondor.org/fichiers/ordre_ide/ordre_index.phplink

 


Partager cet article
Repost0
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 13:42


Comment ne pas y voir des coincidences


http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=35033

85 % des kinésithérapeutes salariés en exercice illégal de leur profession


Voici un titre qui peut vous laisser interrogateur et ce à juste titre. Comment en est-on arrivé là et quelles sont les implications réelles de cet état de fait, c’est ce que nous allons tenter d’analyser ici-même.Tout d’abord, il faut savoir que depuis environ 1 an et demi, s’est mis en place un Ordre des masseurs-kinésithérapeutes, avec à sa tête un Conseil national de l’Ordre des MK (masseurs-kinésithérapeutes) prenant les décisions et chapeautant diverses instances tout d’abord régionales puis départementales. Il existe donc un Conseil national dont le président est M. David, 22 Conseils régionaux et autant de Conseils départementaux que de départements. Cet ordre est censé représenter, défendre et encadrer les MK français. Rappelons également que la structure de celui-ci est un copier-coller parfait de l’Ordre des médecins, créé le 24 septembre 1945, et représentant 220 000 pratiquants contre 60 000 pour les MK.

Mais voilà, outre le fait que certains MK ne voient pas l’utilité réelle d’une telle structure (ceci étant un autre débat), le CNOMK n’a pas fait l’unanimité au sein de la profession lors de l’annonce des montants de la cotisation à son ordre. Celle ci a été fixée à 300 € pour les kinésithérapeutes exerçant en libéral et à 200 € pour les salariés, ce pour une période de 18 mois avec effet rétroactif (les dossiers d’inscription ayant été reçus pour la plupart un peu avant l’été 2007, l’ordre existant depuis la mi-2006). Précisons le fait que les kinésithérapeutes libéraux ont la possibilité de déduire cette cotisation de leurs impôts contrairement aux salariés.

SUITE...
Partager cet article
Repost0
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 13:38

2e




http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=17048


L’Ordre infirmier pose question ! Après son adoption, l’Ordre infirmier ne fait pas l’unanimité chez les infirmières du secteur public.

Après que trois propositions de loi l’UDF ont été rejetées en 1998, 2003 et en janvier 2006, l’Ordre infirmier a été voté définitivement le 14 décembre 2006. Il est le fruit de la demande de quarante-trois associations d’infirmières ou de professions paramédicales, de cadres, dites du groupe Saint-Anne. La plupart de ces associations, dont la représentativité est contestée, sont issues du secteur libéral qui compte environ 50 000 infirmières, qui ont des fonctionnements et des problèmes spécifiques. Une grande partie de la loi leur est destinée.

Il est en revanche difficile de comprendre les raisons pour lesquelles les 400 000 infirmières du service public sont incluses dans la foulée sans aucune concertation. Elles n’ont rien demandé, jamais entendu parler de ces quarante-trois associations (du libéral), ni de cet Ordre, avant le vote de la loi. Elles n’ont donc pas les moyens d’en mesurer les répercussions dans leur quotidien professionnel, d’où le peu de réactions que cela suscite (les quelques réactions sur les forums de la profession, même sur les plus engagés, pour un Ordre font souvent état de ce manque d’information). Il faut le dire, les syndicats n’ont pas fait grand-chose pour véhiculer cette information à peine présente dans quelques revues professionnelles. L’autre explication, la plus importante, est que dans les services hospitaliers, les préoccupations sont d’une autre nature : les infirmières ont à faire face, avec un sous-effectif permanent, à des conditions de travail difficiles, et n’ont guère le temps de s’occuper d’un ordre qui n’était pas un sujet de discussion. Elles attendraient avec impatience une infirmière de plus et ne comprennent pas ce que les demandes du libéral viennent faire dans leur vie car :


Partager cet article
Repost0
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 13:29

Lire les commentaires de chacun des articles suivant:très interessants souvents


http://infirmiere.blogs.liberation.fr/anne_perraut_soliveres/2007/10/boycotons-lordr.html


 
18/10/2007
Boycottons l’ordre des infirmières

L’actualité, avec la mise en cause de Patrick Pelloux par l’ordre des médecins, ravive mon incompréhension de la dernière grossière erreur des auto-proclamées «élites infirmières» revendiquant la création d’un ordre professionnel.

Que reproche-t-on à Patrick Pelloux pour que l’ordre des médecins l’attaque avec tant d’insistance ? D’avoir dénoncé publiquement ce que tout le monde déplore : le désert médical dans certaines régions du territoire. Patrick Pelloux est médecin urgentiste, donc particuièrement bien placé pour savoir ce qu’implique la disparition progressive, mais déjà très marquée, des possibilités d’accueil des patients en dehors de l’ouverture des cabinets médicaux.

En effet, c’est aux urgences des hôpitaux qu’affluent ces patients pour lesquels aucun autre recours n’est possible la nuit, les week-ends et jours fériés, du fait de la disparition des gardes dans nombre de régions. Mais Patrick Pelloux est également syndicaliste et ce sont des confrères d’un autre syndicat, qui se sont estimés outragés par la dénonciation de la responsabilité de la médecine libérale dans l’engorgement des urgences hospitalières. Il n’est pas anodin de relever que le syndicat présidé par Patrick Pelloux, l’AMUF (Association des médecins urgentistes de France) s’inspire de valeurs plutôt portées par la «gauche», défendant l’accès à des soins de qualité pour tous, alors que la CSMF défend les intérêts des médecins libéraux, dans la droite ligne du libéralisme le plus pur.


 





 
 

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2007 6 24 /11 /novembre /2007 17:06



http://societe.blogs.liberation.fr/laplumeetlebistouri/2007/11/brves-de-grve-d.html


20/11/2007
Brèves de grêve d'infirmières
Les voilà assises une dizaine de minutes pour parler d'elles. Un journaliste de France Inter est venu pour recueillir leurs mots et leurs maux. Stéphanie, infirmière spécialisée de bloc opératoire, bac plus 4 ans et 9 mois comme elle dit avec précision, 8ans d'ancienneté. Elle gagneà peine 1800€ avec les horaires, la tension et les exigences des blocs opératoires. Elle à accumulées 150 heures sup en 2006 (il y en a plus de 2000 au bloc opératoire). Travailler plus pour gagner plus...le paiement des heures sup elle ne connait pas. Mireille 24 ans d'ancienneté infirmière chevronnée mère de 3 enfants elle explique les 3 week end d'octobre à  l'hôpital par obligation d'être là alors que les effectifs ne permettent pas de remplacer maladies et maternités.Elle gagne 1900€net. Stéphanie, jeune diplômée à bac plus 3 avec des horaires variables de 6h 30 à 21h avec la dépendance des malades avec celle des personnes âgées qu'avec les aides soignantes elles soignent, lavent et encouragent. Stéphanie 1500€ net.
SUITE...
Partager cet article
Repost0
9 novembre 2007 5 09 /11 /novembre /2007 16:53
http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=31080

Infirmiers... la révolte gronde !

Au fil des forums sur les sites dédiés à la profession infirmière, on se rend compte de l’inquiétude des soignants, tant en ce qui concerne l’avenir de la santé que le leur! Cette profession bien que forte de 480 000 agents, tant libéraux que salariés du privé ou de la fonction publique, est peu entendue, rarement consultée, souvent oubliée.

Depuis plusieurs années elle demande une reconnaissance de son diplôme à BAC+3 (voire plus en fonction des spécialisations) ainsi qu’une intégration de la formation au cursus LMD. Les ministres successifs ont fait de belles déclarations d’intentions. Mais, malgré les accords de Bologne et les promesses de M. Bertrand (ancien ministre de la Santé), de Mme Bachelot, ministre actuelle, et du candidat devenu depuis président de la République M. Sarkozy, la profession est comme soeur Anne et ne voit rien venir !

La seule réponse qui a été apportée, et là encore sans aucune concertation, est la création d’un Ordre infirmier dont une grande partie des soignants ne veut pas ! Une instance qui n’apportera rien à la majorité des infirmiers qui sont salariés et dont l’exercice est déjà largement encadré par une législation étendue, mais qui a la particularité d’organiser un racket officiel puisqu’il instaure une cotisation obligatoire dont le montant est toujours inconnu à ce jour !

La profession manque cruellement de reconnaissance au niveau des instances gouvernementales. L’image d’Epinal assimilant l’infirmière à la nonne dévouée et toute en abnégation a la vie dure ! Il ne nous suffit plus de savoir que nous avons bonne presse dans l’opinion publique pour notre humanité et les services que nous rendons au quotidien. Nous aimerions également que cela nous permettre de vivre correctement. En 1980, une infirmière débutante commençait avec un salaire équivalent à 2,2 fois le SMIC, aujourd’hui l’équivalence n’est plus que de 1,4.

Si nous sommes si peu entendus c’est que nos moyens d’expression sont limités, car l’obligation de continuité du service public et des soins rend nos manifestations anecdotiques ! On voit bien que les seules grèves qui ont un relai médiatique et une audience dans la population sont celles qui provoquent de la gêne auprès du public ! Qui se préoccupe d’une infirmière "en grève" mais à son poste de travail, lorsqu’il n’est pas lui-même hospitalisé ?

Qui se souvient qu’il y a eu un mouvement infirmier au printemps ?

Aujourd’hui nous manquons de reconnaissance, nous avons l’impression d’une dévalorisation de nos compétences, on nous demande de plus en plus, on voit nos équipes perdre des postes infirmiers en permanence. Les heures supplémentaires accumulées vont (peut-être) nous être généreusement payées à hauteur de 30%... Travailler plus pour... des clous !

En psychiatrie la réduction constante des effectifs a conduit à des drames :
-  10 avril 2002, CHS du VINATIER : agression de 2 infirmiers à l’arme blanche. Trois jours plus tard l’un d’eux décède.
-  Décembre 2004 à PAU : meurtre d’une infirmière et d’une aide-soignante.
-  10 mai 2005 : un patient pousse un jeune infirmier qui se noie dans le GARD.
-  29 décembre 2006 : une infirmière libérale est retrouvée étranglée dans sa voiture, acte commis par un de ses patients.
-  24 juillet 2007 : deux infirmières agressées au CHU de TOULOUSE, et tous les actes non rapportés médiatiquement.

Par respect pour eux nous devons nous battre pour que nous soyons reconnus, que nos salaires soient à la mesure de nos responsabilités et de nos risques et que nos conditions de travail s’améliorent.

Nous venons de constituer une pétition de soignants n’acceptant plus la passivité de nos gouvernants. Les signataires envisagent une démission collective à une date qui sera déterminée dans le futur par un collectif. Cette démission ne sera pas différée par les impératifs de service ou un refus de l’administration. Les gouvernants nous ont assez manipulés !


Partager cet article
Repost0
20 octobre 2007 6 20 /10 /octobre /2007 13:12



http://infirmiere.blogs.liberation.fr/anne_perraut_soliveres/2007/10/boycotons-lordr.html#more


18/10/2007



Boycottons l’ordre des infirmières


L’actualité, avec la mise en cause de Patrick Pelloux par l’ordre des médecins, ravive mon incompréhension de la dernière grossière erreur des auto-proclamées «élites infirmières» revendiquant la création d’un ordre professionnel.

Que reproche-t-on à Patrick Pelloux pour que l’ordre des médecins l’attaque avec tant d’insistance ? D’avoir dénoncé publiquement ce que tout le monde déplore : le désert médical dans certaines régions du territoire. Patrick Pelloux est médecin urgentiste, donc particuièrement bien placé pour savoir ce qu’implique la disparition progressive, mais déjà très marquée, des possibilités d’accueil des patients en dehors de l’ouverture des cabinets médicaux.

SUITE...
Partager cet article
Repost0
9 août 2007 4 09 /08 /août /2007 08:50
http://comite-de-salut-public.blogspot.com/2007/08/les-infirmires-sont-sympas.html

jeudi 9 août 2007


Les infirmières sont sympas
Ça, on le savait déjà. Peut-être aucun corps de métier ne bénéficie d'autant de sympathie populaire, tout en étant si peu récompensé de façon concrète. Un peu comme si on estimait que la conscience professionnelle et le dévouement ne justifient qu'une reconnaissance sociale qui se suffirait à elle-même, et pas une bonne vieille augmentation de salaire...(et des aménagements d'horaires plus humains : quand j'ai expliqué à une infirmière qu'il m'arrivait de faire des semaines de 48 heures, elle a éclaté de rire...)
SUITE...
Partager cet article
Repost0