Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 23:06
Merci au Cabinet de Subversion d'avoir signalé le lien







http://sabotage-blog.blogspot.com/2007/11/pour-en-finir-avec-opinion-way.html#cooliris


24/11/07
L'heure est enfin venue pour nous, Sabotage, d'évoquer le cas d'une institution d'aujourd'hui que l'on ne sabotera jamais assez et qui porte le doux nom d'OpinionWay.

Il suffit de taper Opinion Way sur le moteur de recherche du gratuit Métro. Les résultats ? "Les Français plebiscitent la majorité" ; "Le gouvernement Fillon 2 plaît aux Français" ; "Les Français satisfaits à 64% de l'action de Sarkozy", etc.

Tentons la même opération au Figaro. "Les Français demandent à l'exécutif de ne pas céder" ; "Les Français plebsicitent le style et l'action de Sarkozy" ; "Politoscope : la nomination de François Fillon approuvée" ; "Politoscope : Sarkozy plus crédible que Royal" ; "Sarkozy creuse l'écart avec Royal", etc.

Réitérons, parce qu'on comprend vite mais qu'il faut nous expliquer longtemps, l'opération sur LCI, autre client d'Opinion Way. "Trois quarts des Français convaincus par Sarkozy" ; "Les réformes, il faut les faire !" ; "Débat : Sarkozy jugé "le plus convaincant"" ; "Sarkozy convaincant, même à gauche" ; "L'ouverture, les Français aiment ça" ; "Sarkozy grand gagnant de la semaine", etc.


SUITE...
Partager cet article
Repost0
30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 19:15



http://www.superno.com/blog/?p=212#comment-1070


Pouvoir d’achat ou foutage de gueule ?

Par SUPERNO

Je suis tellement sûr que notre mètre à penser va encore prendre ses électeurs pour des canards sauvages que je commence ce billet avant même de le voir !

En effet, tout Nicolas Sarkozy qu’il est, quel moyen pourrait-il avoir pour “distribuer du pouvoir d’achats” aux pauvres ? Oui, aux pauvres, aux classes laborieuses, aux Smicards, aux chômeurs, aux RMIstes ? Car ce sont eux qui sont les premiers frappés par les hausses planétaires du pétrole, des matières premières, des aliments de base…

L’Etat dont il est le chef est exsangue, ses collègues européens le pressent de diminuer son déficit à tout prix… De toute façon, la marge de manoeuvre qu’il n’avait pas, il ne peut plus la donner aux pauvres, puisqu’il a déjà tout donné aux riches avec son “paquet fiscal”…

Les fonctionnaires, il ne les augmente pas : il les vire !

Les salariés, il peut toujours demander aux patrons de les augmenter, ils répondront quelque chose du genre : “Vu la conjoncture mondiale et le caractère implacable de la concurrence notamment dans les pays asiatiques, il serait contre-productif d’augmenter les salaires, mieux vaut diminuer les charges qui pèsent sur le travail afin de garder notre compétitivité et relancer la croissance qui bénéficiera au final au salarié quand nous en partagerons les fruits”. Traduit en français, ça donne quelque chose comme “fume, c’est du belge, et aboule le pognon, nos actionnaires ont faim !”




Partager cet article
Repost0
30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 18:37




http://www.yetiblog.org/index.php?2007/11/29/224-rien&cos=1


RIEN

par Le Yéti  , jeudi 29 novembre 2007

Le "président de la république" est intervenu ce jeudi soir à la télévision. Une nouvelle fois. Il fallait qu'il s'explique. Il fallait qu'on le comprenne. Il a une mission, vous comprenez. Les Français la lui ont confié. "J'ai été élu pour cela, je fais le travail"... je...

Air erratique, regard fuyant. Même ses deux interrogateurs ne semblaient pas y croire. Voix blanches monocordes et ton presque compatissant.

Ce devait être une épreuve terrible. Ce type n'avait rien à dire. Encore moins à offrir. C'en était pathétique.
Il suffit de relire les titres des dépêches AFP sorties au fur et à mesure de l'entretien télévisé :

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 21:16
Partager cet article
Repost0
27 novembre 2007 2 27 /11 /novembre /2007 23:06
Ecouter à partir de 1 h 03 la chronique de Didier Porte
http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/fouduroi/index.php?id=61653
Partager cet article
Repost0
27 novembre 2007 2 27 /11 /novembre /2007 22:38
http://www.superno.com/blog/?p=210#comment-1048

Tartuffe 1er, empereur de Chine


Par SUPERNO

C’est dans le Figaro du jour qu’on en apprend de bonnes sur les tribulations de Sarko en Chine ! Si la situation était moins grave, qu’il y aurait matière à rigoler 5 minutes !

Un peu comme Chirac qui en son temps pontifiait “La maison brûle, et on regarde ailleurs…“, tout en soutenant bec et ongles l’agriculture ultra-productiviste (qui a pour mémoire engendré vache folle, grippe aviaire, pesticides, OGM, déforestation, ruine des petits producteurs du sud, famines, en attendant mieux…), Sarkozy semble avoir trouvé son créneau, en déclamant dès qu’il en a l’occasion un discours grandiloquent sur la protection de l’environnement, espérant sans doute dans la répétition de ces billevesées, acquérir une stature dont centimétriquement parlant il ne peut même pas rêver !

Or ici, il est moins crédible que jamais ! C’est le même mec qui vient quelques heures auparavant de vendre à la Chine rien moins que 160 avions et 2 centrales nucléaires ! La présence de Kosciusko-Morizet et de Lagarde sur la photo illustre bien cette dichotomie insoluble entre croissance et environnement.


 

 
LIRE EGALEMENT :

Venezuela bolivariana

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 12:22








J'avais raté ce post de MC 
La vidéo signalée à la fin du post














http://mccabinet.wordpress.com/2007/11/18/manif-de-droite-quand-la-parodie-devient-realite/




18 11 2007

Tout le monde ou presque connaît les manifs de droite. C’est un truc qu’il faut voir (ici). C’est l’une des façons de contester la domination symbolique de la droite et la contre-révolution néoconservatrice. Rire, à défaut de pouvoir faire autre chose…

Seulement voilà, pouvait-il venir à l’idée des organisateurs de ces manifs hilarantes en collier de perle et carré Hermès qu’elles allaient bientôt devenir une réalité ? C’est chose faite !

Le quotidien de la contre-révolution titre en une : “Les métros, au boulot !”. C’était un des slogans des quelques 6500 manifestants d’aujourd’hui (selon la préfecture de police), opposés à la grève et aux privilèges de la fonction publique (5000 à 10 000 néolibéraux selon les organisateurs - et c’est un précédent : jamais les chiffres de la police et des organisateurs ne coïncident, “normalement”…).


Partager cet article
Repost0
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 00:42
J'aime bien , vraiment, cette femme.
Partager cet article
Repost0
20 novembre 2007 2 20 /11 /novembre /2007 11:30
http://www.yetiblog.org/index.php?2007/11/19/217-la-presse-au-piquet

LA PRESSE AU PIQUET

par Le Yéti, lundi 19 novembre 2007

"La grève des transports s'effrite" (toujours aussi peu de trains et de métros en circulation), "une minorité d'étudiants grévistes" (qui réussissent tout de même à bloquer plus de la moitié des universités), "des usagers excédés" (à qui on offre généreusement ondes et colonnes pour étaler leurs petits malheurs coléreux) ...

Décidément, la presse officielle, totalement aux ordres de quelques "frères" intimes du président, est incurable. Après ça, leurs journalistes s'étonnent quand la coordination nationale étudiante, ce week-end, les vire proprement alors qu'ils osaient encore prétendre vouloir "couvrir" l'évènement. Bien fait !

Si vous le voulez bien, on reparlera liberté et indépendance de la presse quand il y aura une vraie presse, libre et indépendante, comme celle qui fut mise en place par le Conseil de la Résistance avec les ordonnances de 1945.
SUITE...


 


UPPERCUT

par Le Yéti, mardi 20 novembre 2007

Hé hé, en cette deuxième semaine de grève, pas sûr qu'ils fassent toujours autant les fanfarons, nos Fillon, Xavier Bertrand et autre muette carpe présidentielle.

Pas certain qu'elle soit toujours aussi dominatrice, maîtresse Idrac, flanquée au fouet de son inénarrable factotum, le sieur Pépy (respectivement chef et sous-chef d'une SNCF désespérément récalcitrante).

Nos matamores ont bien tenté de jouer du menton. Mais après huit jours de rounds acharnés, je vous fiche mon billet que la menace de l'uppercut assassin et du knock-down humiliant commencent à leur tarauder le ciboulot.

On se marre doucement à entendre les médiateux du cénacle clamer d'une voix de moins en moins assurée qu'il n'y a quasiment plus de grévistes, que les syndicats implorent au compromis, que les choses sont presque rentrées dans l'ordre. (Sauf les trains, les métros, les universités, bientôt les lycées, les profs, les inspecteurs du Trésor Public… Une peccadille !)

 
 
 

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2007 7 18 /11 /novembre /2007 23:03


http://www.betapolitique.fr/Greves-syndicats-fonctionnaires-01995.html#forum9200





Nous l’avons déjà souligné dans Betapolitique : Sarkozy est difficile à « prendre » pour les politiques traditionnels.
Il est difficile parce que, paradoxalement, il ne fonctionne pas en « politique ».

Ah bon ? Pourtant, il ne semble pas complètement nul à ce petit jeu. Tout le paradoxe est là. Nous avons aujourd’hui un Président qui fonctionne comme aucun équivalent dans la vie politique française. Son « ouverture », cette « peopolisation », ce vocabulaire ordurier, ces attitudes à la scarface dont le seul exemple en politique était, jusqu’à présent, Bernard Tapie...

Pas de vision de la France, pas de grand dessein, aucune attention aux fragiles constructions de l’histoire, aucun lien charnel avec le pays, aucun souci (en apparence) de sa place dans l’histoire.

Ce monsieur n’est pas un Président, c’est un PDG. Son cours de bourse, c’est sa cote de popularité. Il la surveille, la bichonne, et l’utilise. Quand il est en force, il en profite pour accumuler du capital : OPA hostiles (« Ouverture ») ou amicales (« Nouveau centre »). Sa technique de management : la pression, la terreur (les ministres « imbéciles »). Sa méthode : les réductions d’effectif. Son objectif : accumuler du capital.

Et pour quoi faire ? L’hypothèse optimiste (et légère), c’est qu’il ne le sait pas. Il copie, par imbibition, ses amis PDG du CAC 40, Lagardère, Bolloré, Bouyghes, Bernheim... Il les admire depuis qu’il les a fréquentés, et bichonnés, à Neuilly, dont il était le Maire et le principal avocat d’affaires.

L’hypothèse pessimiste, plus sérieuse, est qu’il sait parfatement à quoi il va utiliser ce capital. Son modèle évident, il l’a dit et redit off the record pendant la campagne, c’est Margaret Tatcher. Elle avait commencé comme lui : à peine élue, les mesures faciles, celles qui lui ont permis d’augmenter son capital, la patte blanche, le brouillage des cartes. Puis quand l’heure est venue de porter l’estocade, au bout de quelques années (dans le cas de Tatcher), l’épreuve de force. les grèves massives. Les syndicats qui tombent dans le panneau et se font briser les reins, la guerre des Malouines.

Tout montre que c’est ce que Sarkozy veut faire avec les régimes spéciaux. Tous les témoignages montrent qu’il a choisi son terrain : un sujet partiel, corporatiste, les salariés divisés, non seulement entre privé et public mais au sein du public, une cause syndicale fragile, difficile à défendre... En première analyse, nous l’avons dit dans Betapolitique, la cause est entendue. Il faudra bien, tôt ou tard, que la France travaille plus longtemps. La démographie l’exige. Le bon sens le reconnaît.

Sur ce terrain favorable, il veut l’épreuve de force et la victoire. Tout le montre aussi. Les retours qui parviennent, exceptionnellement, dans la presse, montrent que les syndicats sont provoqués, poussés à bout. Sarkozy veut l’épreuve de force. Il veut l’affrontement. Il ne veut pas seulement passer sa réforme, il veut surtout vaincre. Vaincre définitivement. Avoir le champ libre. Anéantir l’opposition. Et poursuivre sa politique de libéralisation.

Au moment où les grèves se préparent, il est un peu tard pour éviter ce piège. Le provocations sont trop fortes (y compris l’augmentation de 172 %, dernière manoeuvre en date). Les esptits sont trop échauffés. La France souffre trop de la baisse du poucoir d’achat et de la violence sociale.

Il n’y a plus qu’un espoir, c’est qu’il perde le défi qu’il a choisi. Il n’y a plus qu’une chose à faire, soutenir les grévistes. La préservation du droit social est à ce prix. C’est le jeu qu’à choisi le Président. C’est l’alternatice qu’il nous laisse...

LES COMMENTAIRES SONT TRES INTERESSANTS
 

 
 


Partager cet article
Repost0