Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 18:46
http://zgur.blog.20minutes.fr/archive/2007/10/17/vive-la-greve-non-a-la-prise-d-otage-des-francais-par-la-cli.html

17.10.2007
VIVE LA GREVE ! NON A LA PRISE D'OTAGE DES FRANCAIS PAR LA CLIQUE SARKOZISTE



Par ZGUR



medium_greve.jpg
 
Jeudi 18 octobre, c'est la grève quasi générale dans les transports.
Que je soutiens.
Même si et surtout parce que je ne suis pas fonctionnaire. 

On assite déjà à la propagande nourrie de la "prise en otage des français (qui veulent travailler) par ces feignasses de fonctionnaires dont on a que trop longtemps accepté les privilèges grassement payés par nos impôts fruits honteusement volés de notre dur labeur".

Pour la mise en musique, reportez vous au vomissoire du 13h00 quotidien de TF1, ou sur ça :
 

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 17:28
Partager cet article
Repost0
17 octobre 2007 3 17 /10 /octobre /2007 17:22
http://www.yetiblog.org/index.php?2007/10/16/207-appel-aux-enseignants-des-lycees

APPEL AUX ENSEIGNANTS DES LYCÉES

par Le Yéti, mardi 16 octobre 2007

Le 22 octobre 2007, des gougnafiers sans foi ni autres lois que leurs seuls intérêts particuliers, prétendent vous imposer la lecture de la fameuse lettre de Guy Môquet à ses parents, devant vos élèves. Lettre dans laquelle est sanctifié l'esprit de sacrifice. Sacrifice de quoi et au profit de qui ? Déjà ridiculisé par sa pitoyable utilisation dans un vestiaire de rugby, allez-vous enfoncer un peu plus dans la honte le souvenir de ce jeune résistant ?

Vos syndicats s'en sont émus, ont appelé au boycott de cette pitoyable cérémonie.

Vous, qui êtes les garants de l'éducation de nos enfants, de leur apprentissage à la citoyenneté et au savoir-vivre ensemble, j'espère de tout coeur que vous vous montrerez à la hauteur de vos ambitions les plus nobles, que vous ne vous laisserez pas abuser par ces lamentables manoeuvres de récupération et de diversion.

SUITE...
Partager cet article
Repost0
15 octobre 2007 1 15 /10 /octobre /2007 16:59
http://www.betapolitique.fr/+Vers-un-retour-de-l-inflation-01484+.html


Vers un retour de l’inflation ?

15 octobre 2007

Les prix à la consommation en France ont grimpé le mois dernier de 1,5% sur un an, la plus forte progression depuis le début de l’année, selon des chiffres publiés vendredi. Mathieu Kaiser, de BNP Paribas, table ainsi sur un taux de 2% d’ici la fin de l’année. Certes, il s’agit d’une hausse relativement modérée, mais cette annonce vient s’ajouter à d’autres mauvaises nouvelles. En particulier d’un regain d’inflation à l’échelle de l’Europe. L’inflation espagnole, traditionnellement plus forte que la moyenne européenne, a connu un nouveau coup d’accélérateur en septembre à 2,7% sur un an, et celle de l’Allemagne à atteint 2,5%, selon des chiffres provisoires, du jamais vu depuis deux ans. Pour l’ensemble de la zone euro, le taux a grimpé à 2,1%, au plus haut depuis un an.

Les prix de l’énergie ont pris 0,6% le mois dernier et +1,4% sur un an (+0,8% et +1,9% en incluant les produits pétroliers). Le cours du pétrole brut léger américain a inscrit un nouveau record vendredi à New York à 84,00 dollars le baril. Une crise avec l’Iran n’arrangerait rien…

"Ce sont les services qui continuent de tirer les prix vers le haut", souligne Nicolas Bouzou (BNP). Ils affichent une hausse sur douze mois de 2,5%, tirés par le poste "loyers, eau et enlèvement des ordures ménagères", qui a bondi de 3,5% sur un an (+0,3% sur un mois).

Les consommateurs européens vont au devant d’une nouvelle valse des étiquettes alimentaires, « justifiée » pour les industriels par la flambée persistante des prix agricoles mondiaux. Elle est provoquée par une envolée de la demande dans les pays émergents, de mauvaises récoltes dues aux aléas climatiques et l’essor des bio-carburants qui "pompe" une partie des récoltes.

La fédération des industries agroalimentaires (Federalimentare) prévient que "les hausses ne sont pas terminées. Selon nos projections, nous tablons sur une hausse de 2,4% (des prix alimentaires) d’ici Noël, soit un surcoût de 60 euros pour une famille de 4 personnes", explique son président Giandomenico Auricchio.

En France, le secrétaire d’Etat à la Consommation Luc Chatel s’en est pris aux industriels. "J’ai vu les prix du lait baisser de 25%, mais je n’ai jamais vu le yaourt baisser de 25%. On ne peut pas toujours avoir des répercussions à la hausse et jamais de répercussion à la baisse", a-t-il regretté…

Les spéculateurs enferrés dans la crise des subprims voient leur espoir d’une baisse des taux d’intérêt par la BCE qui continue à percevoir la lutte contre l’inflation comme sa "première mission".

Les salariés vont eux subir une baisse substantielle de leur pouvoir d’achat.
Sources AFP



Partager cet article
Repost0
15 octobre 2007 1 15 /10 /octobre /2007 16:51
http://www.betapolitique.fr/+Le-rapport-d-Amnesty-International-01482+.html
 
 
 

15 octobre 2007 |

États-Unis : Amnesty International publie le rapport sur les pistolets paralysants qu’elle a soumis au ministère de la Justice
 

Amnesty International publie le texte du rapport qu’elle a présenté à une commission d’enquête du ministère de la Justice sur les cas de personnes mortes après avoir reçu des décharges de Tasers et autres armes électriques. Amnesty International a remis son rapport le 27 septembre à Washington, DC, en y joignant un communiqué destiné au groupe d’experts médicaux assistant la commission d’enquête.

La commission d’enquête du ministère de la Justice (créée en juin 2006 et devant rendre ses conclusions en 2008) étudie plus de 100 décès de personnes maîtrisées par des policiers au moyen de Tasers ou d’armes électriques similaires, pour savoir si ces instruments ont joué un rôle déterminant dans ces décès.

Amnesty International se félicite de cette enquête du ministère de la Justice et de cette occasion d’exposer ses préoccupations. Dans son rapport, Amnesty International a de nouveau exprimé ses préoccupations relatives à l’usage d’armes à décharge électrique pour le maintien de l’ordre, s’interrogeant sur l’innocuité de ce matériel mais aussi sur les risques d’abus.

Amnesty International s’est déclarée inquiète de ce que les armes du type Taser ont été déployées aux États-Unis avant qu’on ne dispose des résultats de tests rigoureux, indépendants et exhaustifs sur les risques de ces armes pour la santé. Les recherches déjà existantes ont conclu que les risques d’effets indésirables des pistolets électriques sont généralement faibles chez l’adulte en bonne santé, mais des études ont également montré qu’il fallait mieux connaître les effets de ces armes sur les personnes affectées par des problèmes de santé, la toxicomanie ou d’autres facteurs. Selon Amnesty International, les données recueillies dans plus de 290 cas de personnes ayant trouvé la mort depuis 2001 après avoir été touchées par un Taser de la police indiquent que de nombreuses personnes décédées appartenaient aux catégories « à risque ». Quinze de ces décès se sont produits au Canada, et le reste aux États-Unis.

Les examens médicaux avaient généralement attribué la cause du décès à d’autres facteurs, comme la toxicomanie, mais, selon Amnesty International, il faut procéder à de nouvelles recherches sur les effets des décharges électriques dans diverses situations : personnes perturbées ou sous l’emprise de drogues ; cardiaques ; personnes déjà soumises à un moyen de contrainte ; ou en cas d’infliction de décharges multiples ou prolongées. Dans au moins 20 rapports d’autopsie examinés par Amnesty International, les coroners ont cité les pistolets électriques comme la cause directe ou aggravante des décès, parfois combinée à d’autres facteurs.

Les données recueillies par Amnesty International montrent que la plupart des personnes décédées avaient reçu plusieurs décharges, et que 92 d’entre elles avaient subi de trois à 21 décharges. Une personne avait reçu des décharges répétées alors qu’elle se trouvait menottée, suivant des cycles de dix-neuf, douze et dix secondes ; une autre personne est morte après avoir reçu une décharge ininterrompue de cinquante-sept secondes. Selon Amnesty International, la possibilité de prolonger la décharge électrique au-delà de cinq secondes, tant que le policier garde le doigt sur la détente, peut accroître dangereusement le degré de stress, et il faut impérativement que des experts indépendants et compétents étudient les effets psychologiques et physiologiques des décharges prolongées ou répétées.

Amnesty International a également déclaré : « Le degré de risque tolérable lié aux pistolets paralysants, ainsi qu’à toutes les armes et instruments de contrainte, doit être évalué par rapport à la menace. Il est évident que les pistolets électriques sont moins dangereux que les armes à feu, lorsque des policiers sont confrontés à une grave menace qui pourrait déboucher sur un usage de la force meurtrière. Cependant, la grande majorité des personnes décédées après avoir été touchées par des pistolets paralysants étaient non armées, et ne constituaient pas une menace de mort ou de blessure grave au moment où elles ont reçu des décharges électriques. Dans de nombreux cas, ces personnes ne semblaient représenter aucune menace réelle. »

Sur les 291 morts signalées, Amnesty International n’a pour l’instant recensé que 25 personnes qui auraient porté une arme au moment où elles ont reçu des décharges électriques. Aucune n’était munie d’une arme à feu.

Amnesty International reconnaît qu’il peut exister des situations « à distance » où les pistolets électriques à aiguilles peuvent être utilisés de manière efficace au lieu d’armes à feu, afin de sauver des vies. Cependant, la possibilité d’utiliser ces armes en mode incapacitant à bout portant (ce qui permet souvent de les utiliser comme instrument d’« obéissance par la douleur » sur des personnes déjà en détention), et la capacité d’infliger une douleur sévère par des décharges multiples et prolongées font que ces armes se prêtent intrinsèquement aux abus.

Amnesty International note avec inquiétude que de nombreuses forces de police aux États-Unis utilisent régulièrement les pistolets électriques comme moyen de contrainte pour maîtriser des personnes récalcitrantes ou perturbées qui n’occasionnent pas de risque sérieux. Cet usage a été constaté sur des mineurs, n’ayant parfois pas plus de neuf ans. Cette pratique contrevient visiblement aux normes internationales en vertu desquelles la police ne doit recourir à la force qu’en cas de « stricte nécessité », et proportionnellement à la menace rencontrée.

Les préoccupations exprimées par Amnesty International auprès de la commission d’enquête du ministère de la Justice ne sont pas atténuées par une étude dont les résultats ont été publiés cette semaine, émanant de spécialistes urgentistes de Wake Forest University. Cette étude, qui s’est penchée sur presque 1000 cas d’utilisation de pistolets paralysants sur le terrain, a conclu que les lésions étaient rares et, dans la plupart des cas, semblaient sans gravité.

Amnesty International n’a aucune raison de contredire les conclusions de l’étude de Wake Forest, et se félicite que les recherches continuent dans ce domaine. Cependant, l’étude ne dit rien de l’usage détourné des pistolets paralysants ni de la pertinence du recours à ces armes dans des cas où la personne touchée a trouvé la mort aussitôt après. L’étude ne semble pas avoir évalué avec précision les effets du Taser en fonction des facteurs de risque (par exemple l’infliction de décharges multiples ou prolongées, surtout quand la personne visée subit déjà d’autres moyens de contrainte), ni testé les effets de cette arme sur des groupes particuliers, comme les personnes sous l’emprise de drogues, agitées ou cardiaques. Selon Amnesty International, ces questions doivent encore être résolues, et nous espérons que l’étude du ministère de la Justice y répondra.

Amnesty International demande à tous les organes gouvernementaux et chargés du maintien de l’ordre de cesser d’utiliser les Tasers et armes similaires tant que des études exhaustives et indépendantes n’auront pas été menées sur leurs usages et effets, ou de limiter ce recours à des situations où les policiers seraient légitimement amenés à faire usage d’une force meurtrière, lorsqu’aucune alternative moins dangereuse n’est possible. L’utilisation des armes électriques de type Taser doit être encadrée par des normes et une surveillance strictes.


Voir en ligne : HNS
 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2007 5 12 /10 /octobre /2007 10:21
http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=53544


jeudi 11 octobre 2007 (18h34) :
Ils disent non au "désert judiciaire"


Justice. Avocats, magistrats, élus se mobilisent face au projet de réforme de la carte judiciaire. Hier, ce sont les bâtonniers de province qui sont montés au créneau.

de Laurent Mouloud

Ça enfle, ça enfle… Au fil des semaines, le projet de réforme de la carte judiciaire affronte une contestation de plus en plus spectaculaire. Après les grèves d’avocats et manifestations d’élus locaux, tous concernés au premier chef, une délégation de bâtonniers (chefs élus des avocats d’un barreau) a déposé, hier, devant la chancellerie, près de 2 500 roses blanches. « En signe d’espoir et d’ouverture au dialogue », précise Me Jérôme Alirol (lire notre entretien ci-contre), représentant les avocats du barreau de Millau (Aveyron). Suffisant pour convaincre Rachida Dati ? Peu probable, tant la ministre de la Justice, mine têtue, entend demeurer inflexible sur ce dossier brûlant.

Annoncée en juin, la refonte de la carte judiciaire, établie en 1958, souhaite rationaliser la répartition des quelque 800 tribunaux à travers la France. « Pour rendre la justice plus moderne et efficace », plaide Guillaume Didier, le porte-parole de la chancellerie. Concrètement, il s’agit donc de faire disparaître, en les regroupant au sein de tribunaux plus importants, les structures dont l’activité serait jugée insuffisante. Des minima ont même été requis selon le type de juridiction : deux juges traitant 1 300 affaires par an dans le cas des tribunaux d’instance, 25 affaires par conseiller

par an pour les prud’hommes, etc. À partir de là, la chancellerie a chargé les chefs de cour d’appel de rédiger, chacun, une contribution concernant sa juridiction. Leurs copies ont été rendues le 30 septembre dernier. Officiellement, le ministère se laisse maintenant un mois pour peaufiner son premier projet. Mais les grands équilibres sont d’ores et déjà connus.

Une saignée sans précédent

Premiers touchés : les tribunaux d’instance. Plus de 200 d’entre eux, sur les 473 que compte l’Hexagone, devraient disparaître purement et simplement. Même lessive pour les 271 conseils prud’homaux, dont une centaine seraient supprimés. Quant aux tribunaux de commerce, ils passeraient de 191 à une centaine environ. Reste, enfin, la question des tribunaux de grande instance (TGI). Dans une arithmétique aussi basique que systématique, le gouvernement avait avancé l’idée, au départ, de ne laisser qu’une cour d’appel et qu’un TGI par département. Il semblerait avoir reculé sur ce point. « Seuls » une vingtaine des 181 TGI seraient finalement concernés.



Partager cet article
Repost0
9 octobre 2007 2 09 /10 /octobre /2007 08:33


http://www.yetiblog.org/index.php?2007/10/08/202-crise-de-croissance#co




CRISE DE CROISSANCE

Rien n'y fait ! Tous les officines genre INSEE ont beau le marteler en rafales et sur tous les tons ("la croissance française 2007 sera rachitique !"), la ministre Lagarde n'en démord pas : "On l'aura, on l'aura, on l'aura !" Et le président Sarkozy d'en rajouter, théâtral : "Bougez pas ! Je cours vous la chercher !"

Manque de pot, c'est mort ! La croissance est une idée morte. Et le système capitaliste, qui n'existe que par elle, est en pleine sénescence. C'est le sens du lumineux texte testamentaire laissé par le philosophe André Gorz avant de disparaître. Je décrypte.

"La question de la sortie du capitalisme (écrit notre homme) n’a jamais été plus actuelle. Elle se pose en des termes et avec une urgence d’une radicale nouveauté. Par son développement même, le capitalisme a atteint une limite tant interne qu’externe qu’il est incapable de dépasser et qui en fait un système mort-vivant qui se survit en masquant par des subterfuges la crise de ses catégories fondamentales : le travail, la valeur, le capital."

SUITE...


Partager cet article
Repost0
8 octobre 2007 1 08 /10 /octobre /2007 10:06
http://www.monde-diplomatique.fr/2007/08/BERGER/15005



Pour favoriser l’obéissance

Effacer le passé ?


On a voulu, récemment en Pologne, sanctionner les vétérans des Brigades internationales, qui avaient pourtant défendu la démocratie durant la guerre d’Espagne. Au même moment, on rendait hommage à Milton Friedman, père du néolibéralisme et conseiller du général-dictateur Augusto Pinochet. A l’occasion d’une rencontre avec une femme médecin russe de 83 ans, le grand écrivain britannique John Berger réfléchit sur les amnésies sélectives.
Par John Berger

On peut lire les apparences comme on lit les mots et, entre toutes les apparences, le visage humain est peut-être l’un des textes les plus longs.

Alexandra s’est rendue à Paris pour la première fois de sa vie – elle a 83 ans – le printemps dernier. Jusqu’à il y a deux ans, elle exerçait la médecine à Moscou. Elle est née à Koursk, à 800 km au sud de la capitale. Je l’ai rencontrée grâce à des amies russes, et nous avons dîné tous les quatre autour d’une table dans un jardin de la banlieue sud de Paris. Je lui ai demandé ce qui l’avait décidée à étudier la médecine. La multitude de morts et de blessés durant la bataille de Koursk , m’a-t-elle répondu. Cette bataille suivit celle de Stalingrad, et ouvrit à l’Armée rouge la voie vers Berlin.

La conversation se poursuivait lentement dans le jardin. La manière de parler d’Alexandra, qui paraît considérablement plus jeune que son âge, est aérienne, détendue et pondérée à la fois. La nuit tombait et nous sortîmes des bougies. A l’écouter parler, il me revint une phrase de Heidegger, « le langage est la maison de l’Etre ». Alexandra ouvrait la porte et l’on se sentait alors chez soi dans cette maison.

Lorsqu’elle obtint son diplôme de médecin dans les années 1950, elle fut immédiatement envoyée dans une ville située juste à côté d’une mine d’uranium, au Turkménistan. Les mineurs étaient des zeks  du goulag. L’Union soviétique avait alors urgemment besoin d’uranium pour fabriquer ses bombes et parvenir à la parité nucléaire avec les Etats-Unis afin d’établir le système de « dissuasion réciproque », qui dura jusqu’en 1989.

Au bout de quelques années, presque tous les mineurs mouraient du cancer. Je l’ai eu aussi, a dit Alexandra. J’ai prié. J’ai guéri et je suis rentrée à Moscou où j’ai exercé pendant quarante ans encore comme pédiatre.

Pendant qu’elle parlait, mangeait et riait dans le jardin (« D’où vous vient cette énergie ? – Des gens ! C’est simple, j’aime les gens. »), pendant ce temps, j’éprouvais le besoin insistant de la dessiner. J’attirai son attention et elle acquiesça d’un signe de tête. Avant qu’elle ne se lève pour partir, je lui demandai de choisir entre les deux dessins que j’avais faits. Elle choisit le plus hésitant. Délibérément, je crois. Elle voulait que je garde le plus fort.


 

SUITE..


Partager cet article
Repost0
6 octobre 2007 6 06 /10 /octobre /2007 12:04
Article signalé dans Bétapolitique





http://www.afrik.com/article12592.html



Sarkozy ou l’échec d’une intégration française
Une tribune de l’écrivain Calixthe Beyala

Qu’aurait dit Voltaire du test D’ADN imposé aux familles africaines dans le cadre du regroupement familial ? De quelle couleur serait la plume de Diderot face à cet extraordinaire coup de canif dans les principes fondateurs de la République ? De quelle diatribe se serait fendu Zola devant cette réactivation de dispositifs séculaires, qui ressemblent étrangement à ce qu’on appelait alors la Police des Noirs ? Qu’aurait fait Léon Blum de cette catégorisation et de cette ghettoïsation ? Qu’aurait pensé le général De Gaulle face à cette tentative d’isolement des nouveaux arrivants ? Qu’aurait dit le militant Mitterrand de cette loi dont l’objectif final est la désignation d’un groupe à la vindicte populaire ? A quelle honte se seraient voués les résistants, ou encore ceux qui aux côtés d’Africains ont donné leur vie dans les tranchées pour sauver la France ?
mercredi 3 octobre 2007

SUITE...

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2007 6 06 /10 /octobre /2007 10:27

DSK

http://www.voltairenet.org/article151921.html

Gouvernance globale
Dominique Strauss-Kahn, l’homme de « Condi » au FMI
par Thierry Meyssan*


La nomination triomphale de Dominique Strauss-Kahn à la direction générale du Fonds monétaire international (FMI), le 28 septembre 2007, a donné lieu à deux messages contradictoires. D’un côté la presse occidentale exalte la capacité du bloc altantiste à imposer son candidat face à celui de la Russie, Josef Tosovsky ; d’autre part, elle affirme que la principale mission de M. Strauss-Kahn sera d’associer plus largement les pays du Sud aux décisions, c’est-à-dire de mettre fin à la domination du bloc atlantiste.

Avec chauvinisme, la presse française se félicite que des Français se trouvent aujourd’hui à la tête de quatre grandes organisations internationales. En effet, outre Dominique Strauss-Kahn au FMI, Pascal Lamy dirige l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), Jean Lemierre préside la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD), et Jean-Claude Trichet la Banque centrale européenne (BCE). Mais doit-on mettre ces quatre institutions sur le même plan ? Et surtout, doit-on se réjouir d’une situation qui, loin de manifester la place de la France dans le monde, illustre l’intégration des élites françaises dans la mondialisation, c’est-à-dire leur acharnement à détruire leur pays, en tant qu’État-nation, un cadre politique qu’ils jugent dépassé ?

SUITE...
Partager cet article
Repost0