Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

2 septembre 2007 7 02 /09 /septembre /2007 16:32


http://etienne.chouard.free.fr/forum/viewtopic.php?pid=2610#p2610

Message n°2610

Alerte ! Le MEDEF veut réécrire la Constitution antifasciste de 1946, reprise en 1958.
J'ai reçu ce message important de Luc Douillard, et je trouve cette information très préoccupante ; je la relaie donc telle quelle, avec cette peur au ventre qui grandit que toutes nos protections institututionnelles finissent par disparaître par l'incroyable trahison de nos propres "représentants" qui se sont arrogé le droit de réviser eux-mêmes la Constitution, sans aucun contrôle de notre part...

Alerte ! Le MEDEF veut réécrire les principes antifasciste de la Constitution de 1946, dont son préambule, issu de la Résistance et conservé en 1958.
Dans un entretien daté de ce 30 août, Laurence Parisot propose déjà trois défigurations de l’oeuvre juridique de la Résistance et de la Libération.

Bonjour, en décembre dernier, nous avions déjà été alertés par un étonnant éditorial de Jean-Marc Vittori, dans le journal économique “Les Echos”.

Voir :
http://lucky.blog.lemonde.fr/2006/12/05/433/

Cet éditorialiste très partisan appelait à la disparition de ce “fichu” préambule de la Constition de1946, directement inspiré du programme social du Conseil national de la Résistance (1944), dont il reprend les principaux points et quelques autres imposés par le peuple debout lors de la Libération du nazisme : droit de grève, liberté syndicale, droit de participation à la gestion des entreprises, égalité homme-femmes, plan complet de sécurité sociale solidaire, appropriation collective des grands service publics et des monopoles de fait, droit à la laïcité, droit à l’instruction et à la culture, etc.

http://www.conseil-constitutionnel.fr/textes/p1946.htm

Même si ce texte fondamental n’a pas été suffisamment défendu et appliqué par les forces de gauche depuis soixante-ans (notamment le droit à l’emploi), il a été réaffirmé solennellement par la Constitution de 1958, sans qu’on ose y toucher, et de ce fait, il est aujourd’hui fréquemment utilisé par les juges constitutionnels pour retoquer les lois les plus antisociales ou antidémocratiques qui surviennent, au nom des “principes fondamentaux reconnus par les lois de la République”. C’est donc un recours bien actuel et tangible, que nous devons à nos aînés réunis au sein de la Résistance antifasciste.

Or, le nouveau président Sarkozy vient d’installer au mois de juillet un comité de réflexion de “modernisation”, présidé par Edouard Balladur, visant à proposer une réforme de la Constitution qui serait adoptée très vite, avant les élections municipales de l’année prochaine !

À ce propos, voir notamment :

http://www.droitpublic.net/spip.php?article1943

Pour ce faire, le gouvernement a débauché des personnalités de gauche comme Jack Lang, car il a un besoin impératif des voix de parlementaires PS et PC pour modifier la Constitution. (En effet, celle-ci ne nécessite pas un référendum, mais il faut quand même une majorité qualifiée de 3/5 des parlementaires, les députés et sénateurs réunis ensemble en congrès, majorité qualifiée que l’UMP et le Nouveau centre n’atteignent pas à eux seuls.)

Finalement, on comprend que certaines dispositions clairement anti-sociales du Traité constitutionnel européen n’ayant pas pu être gravées dans le marbre lors du référendum manqué de 2005, la tactique du grand patronat (absent à l’époque du Conseil national de la Résistance, et pour cause) consiste désormais à modifier et à verrouiller directement à son profit la Constitution républicaine.

Or qu’apprend-on aujourd’hui ?

Dans un grand entretien  paru dans “Le Monde” de ce jeudi 30 août, page 9, Laurence Parisot “veut aller plus loin”.

Elle propose notamment trois modifications de la Constitution française (et a déjà écrit à Edouard Balladur pour cela !) :

1 - « L’inscription de la liberté d’entreprendre, comme en Espagne. La révolution stratégique passe par là ». (« Avec la même valeur constitutionnelle que le droit de grève » demande le Monde ? « Exactement », répond Laurence Parisot.)
(Notre commentaire : Cet hommage un peu démagogique au libéralisme peut faire sourire de la part du MEDEF, quand on constate actuellement que le nouveau capitalisme financier prend chaque jour un caractère un peu plus bureaucratique et monopolistique, peu favorable en fait à la véritable liberté d’entreprendre, individuelle ou collective au sein du mouvement coopératif. Mais s’il s’agit de contrer le droit de grève, Paris vaut bien une messe.)

2 - « Le droit du contribuable à une fiscalité juste, non confiscatoire, non rétroactive, limitant son impôt total à 50% du revenu, comme en Allemagne. »
(Notre commentaire : Ne pas sourire de cette obsession antifiscale, et de ce vocabulaire si peu constitutionnel.
De toutes façons, pour Laurence Parisot, le plus important est le point n°3.)

3 - « Le droit à la négociation ? » (question du Monde). « Oui, nous l’avons déjà dit dans une lettre adressée à Edouard Balladur, président du comité pour la révision de la Constitution. Nous voulons que les accords entre patronat et syndicats aient une valeur identique à la loi. »

(Notre commentaire : Et ce serait là une véritable révolution juridique antidémocratique aux conséquences incalculables. Sous couvert de « droit à la négociation » (Laurence Parisot se vante également d’une « véritable ère de démocratie participative », il fallait oser), il s’agirait d’obliger à négocier sous le chantage permanent, donc de vider de son contenu la Loi, expression démocratique (même imparfaite) de la volonté générale, avec ses garanties valables pour tous, pour y substituer des accords plus ou moins secrètement négociés entre des officines aucunement représentatives de leurs milieux sociaux. Qu’il s’agisse du MEDEF, si peu représentatif des petits et moyens entrepreneurs, ou de bureaucraties syndicale minoritaires comme le Bureau national inamovible de la CFDT, qui n’hésite pas à faire la courte échelle au MEDEF et au gouvernement, sans jamais consulter les salariés, ni même ses propres adhérents.

Et ces accords remplaçant la Loi seront-ils négociés publiquement ? On peut en douter, quand on voit le “non-accord” (un accord secret non publié !) conclu dernièrement entre les syndicats et le MEDEF, dont on a appris l’étonnante existence au début juillet.

Voir à ce sujet :

http://lucky.blog.lemonde.fr/2007/07/10 … c-mondial/

L’heure est donc grave. Quels autres projets méconnus fourbissent en secret Messieurs Sarkozy et Balladur, Madame Parisot, pour défigurer l’oeuvre de la Résistance et de la Libération anti-nazie ? Le saurons-nous à temps, une fois que nous aurons percé les nuages de fumée des feuilletons attrape-nigaux du type Laure Manaudoux, Cécilia, Lustiger et compagnie ? Sarko veut-il s’offrir une Constitution sur mesure, comme le jeune Bonaparte en son temps ?

Sans attendre, nous devons tous et toutes alerter sur cette menace réelle sur la Constitution, empêcher qu’on jette à la poubelle des idéaux pour lesquels tant de Résistants ont souffert et sont morts.
À nous qui vivons un demi-siècle plus tard, nous devons rester dignes d’eux.
Interpellons dès maintenant les parlementaires pour que jamais ils ne votent la défiguration de la Constitution et de son préambule de 1946.
Avertissons-les que l’opinion publique est déjà alertée.
Parlons-en dans nos syndicats et associations.

Et en mars prochain, célébrons ensemble l’anniversaire du programme social et démocratique du Conseil national de la Résistance (14 mars 1944), et l’Appel des Résistants aux jeunes générations proclamé le 8 mars 2004.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Programme_ … A9sistance

http://www.france.attac.org/spip.php?rubrique432

On a élu le candidat du MEDEF, on va le payer cher, apparemment, et longtemps sad

C'est à pleurer.
Hors ligne
Partager cet article
Repost0
2 septembre 2007 7 02 /09 /septembre /2007 15:12

Koukou ,l'homme politique préféré des sondages Français.Le personnel paramédical a  "un souvenir ému" de ses passages en tant que ministre de la santé








http://cocodesbois.blogspot.com/2007/09/et-ta-soeur-elle-est-controverse.html

Publié par coco_des_bois à 9/01/2007 04:55:00 AM





Je surfe chez l'ami CSP qui reveint de l'univ' d'été de la LCR, et qui nous parle de ce projet que je trouve très intéressant de grand parti anticapitaliste. En tant que soutien de Bové, de l'écologie et de l'alter-zob, je pense que c'est indispensable (et j'ai pas dit faisable).
Pour moi deux avantages :
- Précipiter éventuellement la destruction du PS (je sais je rêve)
- Représenter une réelle opposition politique et éventuellement amener de vrais élus (je rêve aussi)

M'enfin c'est pas de ça que je voulais parler (enfin si mais pas là), je voulais parler d'un mec très controversé, un gars dont certains hurlent les louanges le cul en l'air, un gars que d'autres honnissent au plus haut point : Cha... Kouchner.

SUITE...




Partager cet article
Repost0
2 septembre 2007 7 02 /09 /septembre /2007 11:51
http://www.etiennefillol.org/blog/index.php?2007/09/02/291-dernieres-soldes-avant-fermeture-definitive-du-parti





2 SEPT 2007     PAR ENZO D AVIOLO






Dernières soldes avant fermeture définitive du parti !?






« l’économie de marché est notre environnement » François hollande 1er septembre 2007

« pour celles et pour ceux qui ne s’en seraient pas encore aperçues, il y a bien longtemps que nous avons accepté l’économie de marché et dans l’ensemble, nous l’avons plutôt bien gérée » Henri Emmanuelli, 1er septembre 2007

« je vais vous choquer et je vais vous dire que le marché nous est aussi naturel que l’air que l’on respire ou que l’eau que l’on boit » Ségolène Royal, 25 août 2007

« augmenter le nombre de Français au travail, notamment chez les jeunes et les seniors, et accroître la durée de la vie professionnelle » Jean-Marc Ayrault, 1er septembre 2007

« Globalement le pays doit travailler plus » François Hollande, 1er septembre 2007

Le PS « ne peut plus dire on va rétablir les 35 heures », François Hollande, 1er septembre 2007

SUITE...


Partager cet article
Repost0
1 septembre 2007 6 01 /09 /septembre /2007 10:40
http://socio13.wordpress.com/2007/08/31/que-peut-on-penser-de-ce-qui-se-passe-aux-etats-unis/


Que peut-on penser de ce qui se passe aux Etats-Unis?

66958475.jpg

Une ambiance crépusculaire, une crise profonde

Si je dis dans l’article qui suit le déroulé (1) que je ne sais pas quoi penser de ces voix qui s’élèvent pour annoncer les pires provocations du gouvernement Bush, sa fascisation,et sa volonté de porter la guerre en Iran, c’est qu’elles s’élèvent dans un climat détestable dont nous n’avons qu’une idée très lointaine en France (2). Il ne faut pas oublier
SUITE...

,

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2007 6 01 /09 /septembre /2007 09:54
http://www.politis.fr/En-attendant-la-peine-de-mort,1772.html

En attendant la peine de mort
PAR Denis Sieffert
jeudi 30 août 2007
 

Un peu trop vite, nous avons oublié l’un des mots finalement les plus révélateurs de la campagne électorale. Un jour, Nicolas Sarkozy s’était gaussé qu’on puisse interroger des candidats à la Fonction publique sur la Princesse de Clèves. « Vous vous voyez parler à votre guichetier de la Princesse de Clèves ? », avait-il lourdement ironisé. On en déduisit que le futur président n’aimait guère la littérature. Il faut en conclure aujourd’hui qu’il aime encore moins la Fonction publique. Il rêve d’un monde où les fonctionnaires seraient tous des guichetiers, et des guichetiers qui ne parleraient que de guichet. Et pour cet apprentissage-là, il est vrai que l’on aura toujours trop de professeurs. Car nous ne pouvons nous résoudre, pour notre part, à considérer les nouvelles coupes claires annoncées dans l’Éducation nationale comme de vulgaires mesures d’austérité. Le choix de réduire massivement le nombre d’enseignants n’est jamais économique. Ces onze mille postes qui disparaissent du budget 2008, c’est un choix de société. Un monde à l’endroit devrait faire un pont d’or à nos profs, les porter aux nues, comme le fit jadis la République (non sans arrière-pensée idéologique d’ailleurs). Il devrait rendre possible la modulation des effectifs selon les lieux, et faire de l’école un puissant correctif social (pourquoi pas des classes de dix élèves là où c’est nécessaire ?). Mais c’est peu dire que notre monde est à l’envers.


SUITE...
Partager cet article
Repost0
1 septembre 2007 6 01 /09 /septembre /2007 09:42
http://www.superno.com/blog/?p=144

Nos chers patrons



Souvenez-vous, il y a 10ans jour pour jour, une lumière s’éteignait sur la terre, la princesse du peuple rendait sa belle âme à son créateur. Tous les anges du ciel brandissaient leur trompette pour accueillir dignement celle qui fut un exemple pour toutes les femmes, et dont la beauté autant que la bonté avaient irradié l’humanité pendant 36 ans

Ca va pas, non ? Hé, ho, réveille-toi !

Ah oui, je voulais donc parler de l’université d’été de nos amis du MEDEF, les zentrepreneurs, comme ils aiment à s’autodésigner. Même si depuis que le baron Seillière a passé la main, ce genre de sauterie est beaucoup moins intéressant à suivre. Plus de déclarations fracassantes et provocantes déclamées par un aristocrate suranné dont on croirait qu’il jouait un film en costume. Pourtant, Laurence Parisot a ceci de commun avec son prédécesseur qu’elle est une héritière, qu’elle est devenu multimillionnaire dès sa naissance, et que ça devrait lui interdire de raconter trop de conneries sur un monde, celui des gens “normaux”, qu’elle ne connaît manifestement pas.

Désormais, place à la sobriété, à la froide efficacité. C’est tout aussi dégueulasse, mais moins spectaculaire. Un beau numéro de duettistes avec Sarkozy. Pendant qu’il occupe le devant de la scène avec les faits divers, Madame (ou plutôt Mademoiselle, me suis-je laissé dire…) Parisot derrière la scène donne ses ordres, que Sarkozy met en oeuvre entre un viol de gamin et un accident de bus.


 

SUITE...




Partager cet article
Repost0
1 septembre 2007 6 01 /09 /septembre /2007 09:21
http://comite-de-salut-public.blogspot.com/2007/08/hugo-on-phone.html


vendredi 31 août 2007


HUGO ON THE PHONE

- C'était qui, Hugo corazon, au téléphone ?
- Chais pas, querida, j'ai pas tout compris...une sorte de nabot très excité, qui parlait très fort et très vite, et qui insistait lourdement pour s'incruster dans les négociations avec les FARC, alors que j'en avais jamais entendu parler avant, de ce type...pour libérer une nana, un truc comme ça. Là où j'ai pas compris, c'est qu'il voulait que la sienne, de nana, qui n'est plus vraiment sa femme mais encore un peu de temps en temps - vraiment confus, le mec - fasse le déplacement ici pour être prise en photo...il a parlé de la Lybie, et juste après a éclaté en une sorte de rire un peu inquiétant. Chuis perplexe, là.
- Bah, un cinglé.
- Oué, sans doute...il arrêtait pas d'affirmer qu'il était président d'un pays chez les gringos, me souvient plus lequel, mais ça, c'est des conneries : personne de sensé ne peut prendre au sérieux un type qui parle autant pour ne rien dire.
- Et tu lui a répondu quelque chose, mi amor ?

SUITE...
Partager cet article
Repost0
30 août 2007 4 30 /08 /août /2007 17:03
http://www.politis.fr/Images-d-ete,1787.html

Images d’été
PAR Bernard Langlois
jeudi 30 août 2007
 

On s’était dit qu’avec l’été, et ses vacances chez ses copains yankees, on allait pouvoir souffler un peu ; une quinzaine de jours sans Sarkozy : sans son jogging, sa dégaine, sa démarche en canard, sa fausse jovialité, sa vraie vulgarité, sa démagogie bien cradingue... Tu parles ! Rien à faire pour échapper au président bling-bling, pour qui une journée, une seule, sans photos, sans micros, sans caméras, sans discours sentencieux ou impromptu spectaculaire est une journée perdue. Comme disent sérieusement les commentateurs sérieux : « Il a tendance à saturer l’espace public. » Tout juste, Auguste. Une grosse tendance. Comme qui dirait une pulsion, du genre irrésistible. Ça se soigne, docteur ?

Mais attention : son image, il se la gère lui-même, comme il l’entend. Pas question qu’on vienne lui voler ce qu’il donne si généreusement.

L’incident avec des photographes américains, qui s’étaient permis de le « shooter » dans le hors-bord où il faisait des ronds dans l’eau en compagnie de Cécilia ­ la légitime ­ et de Rachida ­ la favorite ? ­ (laquelle a un peu tardé à se planquer au fond du bateau, révélant du même coup une présence sans doute justifiée par la garde des seaux du petit Louis), ce pétage de plomb qui a failli mal tourner (un chef d’État qui fonce sur les paparazzi, saute à bord de leur bateau et leur arrache l’appareil des mains en les traitant de noms d’oiseaux, on ne voit pas ça tous les jours ; et la presse américaine en fait encore des gorges chaudes) alerte, une fois encore, sur la nervosité d’un personnage dont on peut se demander s’il ne deviendrait pas dangereux dans des circonstances exceptionnellement tendues.

Cela se passait le 5 août sur le lac de Winnipesaukee, à Wolfeboro (New Hampshire), où le Président français était en vacances en famille et entre amis. Si je vous en touche un mot, c’est que l’information aurait pu vous échapper, sait-on jamais ?

LE JOUEUR DE FLÛTE

Il est quelques bons esprits, tout à fait respectables, qui trouvent qu’on ne devrait pas s’attarder sur ces choses-là ; que c’est la facilité ; qu’il est des événements autrement importants que les faits et gestes du Prince. Soit.

J’en parlerai quand même. Parce que lorsque dans un pays démocratique, une République soucieuse de ses valeurs, jouissant d’une image internationale forte où se mêlent les souvenirs de Voltaire et de Rousseau, d’Hugo et de Zola, et de tant d’autres qui furent l’honneur de la France, quand, dans ce pays où gîte un peuple qu’on dit très politique, intellectuellement affûté et volontiers frondeur, on constate une telle démission de l’esprit critique, un tel avachissement intellectuel, une telle soumission au règne de l’apparence, de l’esbroufe, du mensonge permanent ­ soumission, avachissement, démission que mesurent chaque semaine, sous le terme générique d’« état de grâce », les sondages d’opinion ­, on est tellement ahuri, tellement estomaqué (mais comment ne voient-ils pas l’évidence de la supercherie ?) qu’on se dit qu’il n’y a rien de plus nécessaire que de mettre en lumière, jour après jour, les tours et les farces du joueur de flûte qui entraîne les petits Français vers le fleuve où ils vont se noyer.

SUITE...
Partager cet article
Repost0
30 août 2007 4 30 /08 /août /2007 14:31
 
http://www.oulala.net/Portail/article.php3?id_article=3030

Entretien avec Laurence Kalafatides et Raoul-Marc Jennar
QUAND LES ÉTATS ABDIQUENT FACE AUX MULTINATIONALES

jeudi 23 août 2007, par La rédaction



Raoul Marc Jennar & Laurence Kalafatides

Engendrée sous la pression des milieux d’affaires, assemblée dans les couloirs de l’Organisation mondiale du commerce, une formidable machine à détruire les services publics mondiaux entre en action : l’Accord général sur le commerce des services, plus connu sous son sigle AGCS. Son objectif : libéraliser tous les services en supprimant un à un les obstacles au commerce. L’AGCS autorisera par exemple une multinationale à poursuivre pour concurrence déloyale une commune qui subventionne sa cantine scolaire.

Chercheurs indépendants, Raoul Marc Jennar et Laurence Kalafatides expliquent les origines et les conséquences de cet accord. Sa mise en œuvre faisant l’objet de négociations successives, l’AGCS menace à terme l’enseignement, la santé, la culture et l’accès à l’eau potable. Comprendre le fonctionnement de cette canonnière libérale conçue hors de tout contrôle démocratique, c’est se donner les moyens de l’enrayer. Le projet de réforme des universités voulu par Nicolas Sarkozy n’est pas le fruit du hasard. La future loi découle directement des décisions de la Commission européenne et anticipe le résultat des négociations de l’AGCS.
Extraits :

SUITE...

 


Partager cet article
Repost0
30 août 2007 4 30 /08 /août /2007 13:23
http://vivelefeu.blog.20minutes.fr/archive/2007/08/index.html


30.08.2007

Je Suis Pas Antisémite, Hein? J'En Ai Juste Marre De La Bien-Pensance Politiquement Correcte...


Je dois dire que les commentaires qui saluent dans la presse la mémoire de Raymond Barre me trouent quelque peu le fondement, si vous me passez l'expression.

Raymond Barre était, je le rappelle ici pour qui l'aurait oublié, ce digne prosateur qui avait posément dénoncé en 1980, après l'attentat contre la synagogue de la rue Copernic: "Un attentat odieux qui voulait frapper les Juifs de cette synagogue et qui a frappé des Français innocents".

Raymond Barre établissait donc, avec une mâle assurance, une distinction, marquée, entre, d'une part, les "Juifs", et, de l'autre, les "Français".

Maréchal, nous revoilà.

Raymond Barre dénonçait aussi les manoeuvres, nécessairement sournoises, du "lobby juif".

Raymond Barre voyait en Maurice Papon - le Maurice Papon de la déportation et des ratonnades - un "grand commis de l'Etat".

(Raymond aimait assez Maurice.)

Raymond Barre, en outre, avait quelque chose comme de la sympathie pour le bon monsieur Gollnisch, qui trouve que les chambres à gaz, oui, d'accord, mais que bon, faudrait quand même que les historiens puissent en discuter.

Je sais pas vous: moi, je trouve que ça fait beaucoup, pour un seul homme.

Imaginons que n'importe quel sombre taré se mette soudain à vomir que c'est quand même dommage qu'un attentat visant des Juifs tue des Français (innocents), que Papon était un mec plutôt fréquentable, etc?

SUITE...
Partager cet article
Repost0