Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

23 août 2007 4 23 /08 /août /2007 09:06



http://www.clerocratie.com/


Éditée à 10617 exemplaires                CNIL n°1004067                n°61

 

LA LETTRE CLEROCRATIQUE D'AOUT 2007

 

« Parce qu'il y aura un après à la démocratie »

 

http://www.clerocratie.com

C’est la fraîcheur d’un texte vieux de plus d’un siècle et pourtant ô combien toujours d’actualité ! C’est aussi un pied de nez (amical) pour tous ceux qui croient - encore - que le système démocratique actuel fut inventé par nos ancêtres et qu’ils se sont battus pour cela.

Écrit par Émile Pouget (1860-1931) ce texte fut publié dans son journal Le Père Peinard. Ce journal eut une influence considérable en France, à tel point qu’il est difficile de l’imaginer aujourd’hui. Écrit dans la langue parlée, cette langue comprise dans tout le pays et qui plaisait aux Français, le Père peinard pénétrait jusque dans les villages les plus reculés où il éveillait l’activité sociale. Antidémocratique, il s’attaquait non aux personnes mais aux institutions et aux injustices.

Un peu à la manière des clérocrates !

François Amanrich (Porte-parole du MCF)



Le Muselage Universel

Il paraît que nous sommes souverains.

Autrefois, c'étaient les rois qui avaient cette veine, aujourd'hui c'est le peuple. Seulement, il y a un distinguo, qui n'est pas négligeable : les rois vivaient grassement de leur souveraineté, tandis que nous crevons de la nôtre.

Cette seule différence devrait nous suffire à nous fiche la puce à l'oreille et nous faire comprendre qu'on se fout de notre fiole. Comment ! c'est nous qui remplaçons les rois et s'il plaît à un sergot de nous passer à tabac, au garde-champêtre de nous coller un procès-verbal, à un patron de nous botter le cul, tout souverains que nous soyons, nous n'avons que le droit d'encaisser... et de dire merci !

(…) Si cette garce de souveraineté nous rapporte peau de balle et balai de crin, y en a d'autres à qui elle profite bougrement. (…) (Car notre souveraineté), on en use de la plus sale façon : on la délègue ! Et, voyez le truc miraculeux : cette souveraineté qui ne valait pas un pet de lapin quand elle était dans nos pattes, devient une source de gros bénefs pour ceux à qui nous la déléguons.

A vue de nez, il semble que ces oiseaux-là, - nos représentants - devraient être nos larbins, nous obéir au doigt et à l'œil, n'en faire jamais qu'à notre guise, - va te faire lanlaire !

Ces bons délégués nous font la nique et, bien loin d'accepter d'être nos larbins (ce en quoi ils n'ont pas tort, car il est toujours malpropre d'obéir), ils se posent en maîtres et nous donnent des ordres, - ce qui est crapuleux !

Eux que nous avons tirés du milieu de nous ou d'à côté, sont désormais les vrais souverains ; tout doit plier sous leurs volontés : le populo n'est plus qu'un ramassis d'esclaves !

D'où vient ce changement à vue ? De ce que notre souveraineté n'est qu'une infecte roupie, une invention des jean-foutre de la haute pour continuer à nous tenir sous leur coupe.

Voici le truc : à force d'être plumé vif par les gouvernants de l'ancienne mode, rois et empereurs, le populo a fini par y trouver un cheveu et a commencé à ruer dans le brancard.

Quand les grosses légumes ont vu que ça prenait une vilaine tournure, ils ont biaisé et on dit aux rouspéteurs : «Vous avez raison de ne plus vouloir endurer des gouvernants de droit divin ; rois et empereurs sont des tigres altérés de sang, nous allons les foutre en l'air et le peuple prendra leur place : c'est lui qui gouvernera.»

Cette couillonnade avait des petits airs honnêtes qui empaumèrent le populo : C'est lui qui allait être tout ! Quelle veine, bon sang ! C'est pour lors que ça ronflerait chouettement. Toutes les pourritures de l'ancien régime seraient foutues au rencard...

Tarata ! Quand on en vint à la pratique, ce fut le même tabac que l'ancien régime : les mêmes jean-foutre qui tenaient la queue de la poêle ont continué à gouverner sous le nom de république - l'étiquette seule a changé.

Bien mieux, autrefois le peuple avait le droit de groumer, puisqu'il ne faisait qu'obéir. Tandis que, maintenant, il n'a même plus cette consolation : quand il veut protester, ses maîtres lui ferment le bec en lui disant : «Tais ta gueule, espèce de ronchonneur ! De quoi te plais-tu ? C'est toi qui as créé ce qui est. C'est dans ta puissante souveraineté que tu as voulu être esclave. Subis ton sort en patience : pose ta chique et fais le mort, sinon on te fusille !»

Y a pas à tortiller : cette vaste blague de la souveraineté populaire est tombée rudement à pic pour nous faire perdre le nord. Sans elle on serait arrivé à comprendre que le gouvernement est une mécanique dont tous les rouages fonctionnent dans le but de serrer la vis au populo ; puis, avec deux liards de réflexion, on aurait conclu que le meilleur usage qu'on puisse faire de cette affreuse machine, c'est de la foutre au rencard. (…)

Ah, les jean-foutre de la haute ont été rudement marioles, en nous sacrant souverains !

On est fiers de la chose. Il y a pourtant pas de quoi faire les farauds ! (…)

Le plus chouette est de se tenir à l'écart, de faire le vide autour des tinettes électorales. Puisqu'on nous serine que nous sommes souverains, gardons notre souveraineté dans notre poche, ne soyons plus assez cruches pour la déléguer.

Émile Pouget (1860-1931) Almanach du Père Peinard, 1896.

Pour lire le texte dans son intégralité http://kropot.free.fr/Pouget-muselage.htm


Partager cet article
Repost0
21 août 2007 2 21 /08 /août /2007 20:47
http://vivelefeu.blog.20minutes.fr/archive/2007/08/index.html

« 2007-07 | Page d'accueil

21.08.2007

La Diffamation Pour Les Nuls: Philippe Val Contre Les "Connards"


Il peut pas s'en empêcher.

C'est plus fort que lui.

Régulièrement, ça le prend, ça monte, ça monte, et ça jaillit, comme une vomissure dégueulasse.

Et donc, au tout début du mois d'août, juste avant de partir en vacances, le dramatique patron de "Charlie Hebdo", Philippe Val, a pondu un édito singulièrement ignoble - de ceux qui l'établissent, dans les talk-shows, comme un phare de la Pensée moderne.

Prétexte?

L'affaire du médecin palestinien et des infirmières bulgares détenus en Libye.

Val écrit: "Les défenseurs radicaux des Palestiniens ont été bien silencieux dans les tentatives de sauver" ledit médecin.

On devine que ça va être gratiné: ça l'est, en effet.

Val demande: "Que dit France Palestine, par exemple?"


SUITE
Partager cet article
Repost0
21 août 2007 2 21 /08 /août /2007 20:34


http://www.superno.com/blog/?p=138



Le cirque Sarkozy

Tu allumes la télé : pédophilie et Sarkozy
Tu ouvres un journal : pédophilie et Sarkozy.
Tu discutes avec ton voisin : pédophilie et Sarkozy.
Tu discutes avec SuperNonotte : pédophilie et Sarkozy.

Merde !!!!!!!!!!

Il est fort, ce Sarkozy. Je l’ai déjà dit, je n’ai pas fini de le redire. Mais il m’énerve d’autant plus qu’il est fort. Avec la pédophilie, il tient un sujet sur lequel on risque forcément moins de l’emmerder que sur le bouclier fiscal ou les franchises médicales. De là à dire que l’orchestration du martyr de ce pauvre gamin sert surtout à mettre en sourdine la libéralisation à marche forcée de la société française, et que Rachida Dati cache Christine Lagarde, il n’y a qu’un pas que je franchis allègrement.

Car le sujet est glissant et fait forcément l’unanimité. J’ai moi même une gamine de 5 ans, et il est probable que si pareil malheur me tombait dessus, j’oublierais mes principes et que l’envie légitime et irrépressible me viendrait de châtier moi même le coupable, de lui arracher les couilles avec les dents, et le reste avec des tenailles rouillées. Mais doit-on pour autant rester coi devant la récupération éhontée ?

SUITE


Partager cet article
Repost0
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 22:44
http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=51612

samedi 18 août 2007 (22h59) :
Le Réseau Voltaire Et David Ray Griffin appellent à manifester à Bruxelles le 9 septembre !

Le Réseau Voltaire Et David Ray Griffin appellent à manifester à Bruxelles le 9 septembre !
http://http://www.voltairenet.org/a...

Première Marche « Unis pour la Vérité »
par David Ray Griffin*

La Première Marche « Unis pour la Vérité » se tiendra à Bruxelles, le 9 Septembre 2007. Départ depuis la gare de Bruxelles-Nord, à 14h00. David Ray Griffin appelle à y participer.

Thèmes
11 septembre 2001

Chers chercheurs de la vérité sur le 11 Septembre,

Étant donné que je présente une conférence à Oslo ce soir (9/9), je regrette de ne pouvoir me joindre à votre Marche « Unis pour la Vérité » ici à Bruxelles. Néanmoins je souhaite vous apporter, par cette déclaration écrite, quelques mots d’encouragement et vous dire combien j’apprécie vos efforts.

Les attaques à New York et à Washington il y a 6 ans laissèrent les Américains « sonnés » et prêts à accepter presque n’importe quoi venant de l’administration Bush-Cheney. Dans notre pays, cela s’est traduit par de graves restrictions des libertés civiles au nom de la mal-nommée loi « patriote » (PATRIOT Act).

À l’étranger, nous avons eu une prétendue « guerre contre la terreur », qui fut en réalité une guerre d’agression contre les musulmans, une guerre pour le pétrole et la domination des nations musulmanes. Cela a engendré 6 années de torture, d’humiliation, et la mort de centaines de milliers de personnes en Afghanistan et en Irak, des gens qui étaient des civils innocents ou des soldats luttant contre une occupation immorale et même illégale.

SUITE...
Partager cet article
Repost0
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 22:33
http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=51637#forum184348

dimanche 19 août 2007 (19h28) :
Kouchner en soutien d’un gouvernement illégitime à Bagdad

De Copas

Le ministre des affaires étrangères français, Kouchner, vient de débarquer à Bagdad.

Exprimant être venu pour "exprimer un message de solidarité de la France au peuple irakien et pour écouter les représentants de l’ensemble des communautés, sans exclusive" il a affirmé qu’il pensait depuis longtemps à cette visite.

Il est venu à l’invitation de Jalal Talabanidu, la créature dirigeant le gouvernement installé par l’occupant américain.

Sa déclaration est donc antagonique des faits.
SUITE...


http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=51644

dimanche 19 août 2007 (20h36) :
Une expulsion avortée grâce à la bronca des passagers

Une expulsion avortée grâce à la bronca des passagers Par Rue89 19H56 19/08/2007

Les passagers d’un vol d’Air France à destination de Lomé ont réussi à éviter l’expulsion de deux sans-papiers jeudi. Témoignage.

Deux sans-papiers qui devaient être expulsés vers Lomé, au Togo, ont obtenu un répit grâce à la solidarité d’une partie des passagers du vol d’Air France. Cette procédure d’expulsion, en voie de banalisation, devient vite insupportable, inacceptable lorsque on se retrouve embarqué dans cette galère peu reluisante. C’était mon cas, et voici mon témoignage.

SUITE...

 


 

 



http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=51645

dimanche 19 août 2007 (21h44) :
Menotté et ficelé pendant 10 heures jusqu’à Kinshasa

Menotté et ficelé pendant 10 heures jusqu’à Kinshasa

Menotté et ficelé pendant 10 heures jusqu’à Kinshasa… Communiqué suite à l’expulsion de Muanda Mawanpga le mardi 14 aout vers la République Démocratique du Congo sur un vol Air France. Menotté et ficelé pendant 10 heures jusqu’à Kinshasa…

"Mardi 14 août 2007, Muanda Mawanpga, a été expulsé vers Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo (sic), arraché arbitrairement à Mirabelle, sa compagne, et à ses deux filles Sonia, 4 ans et demi, scolarisée à l’école maternelle chartraine Charly Chaplin, et Monica un an et demi. Belle victoire pour le préfet d’Eure-et-Loir, bras zélé du gouvernement Sarkozy-Hortefeux, qui contribue à intensifier les expulsions, en cette période de vacances, pour atteindre le chiffre de 25.000 pour 2007 !

SUITE...


Partager cet article
Repost0
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 21:02
http://chevillette2007.hautetfort.com/archive/2007/07/01/bourdieu-le-neo-liberalisme-et-nos-vies.html
01.07.2007
Bourdieu, le néo-libéralisme et nos vies..

Tout d’abord, Merci à CSP pour ses judicieux conseils en terme de lecture. Si vous ne l’avez pas lu déjà : Lisez "Contre-Feux" de Pierre Bourdieu. Un ouvrage prophétique (écrit il y a dix ans, tout ce qui se passe depuis jusqu’à aujourd’hui est dedans) impressionnant et touchant (si comme moi, vous êtes un précaire, vous serez touchés aux larmes par l’acuité de l’analyse et la description implacable du système néo-libéral qui mène au chômage ou à la pauvreté d’une frange toujours grandissante de la population. Système devenu une utopie d’immoralité et d’inégalité en voie de réalisation, grâce à la prise en main par ses zélateurs des médias et de l'opinion. N’oublions jamais que tout çà est voulu, la réalité est dissimulé pour nous faire croire à la nécessité des réformes qui avantagent toujours les mêmes..

Sur ce un extrait de "Contre-Feux":

"La généralisation de l’électronique, de l’informatique et des exigences de qualité, qui oblige tous les salariés à de nouveaux apprentissages et perpétue dans l’entreprise les épreuves de l’école, tend à redoubler le sentiment de l’insécurité par un sentiment, savamment entretenu par la hiérarchie,
d’indignité
.
SUITE...
Partager cet article
Repost0
18 août 2007 6 18 /08 /août /2007 10:37




http://www.betapolitique.fr/+Bollore-bientot-juge-et-partie-01165+.html




L’information vient d’être confirmée. Vincent Bolloré, patron du groupe Havas et propriétaire de Direct 8, Direct Soir ou encore Matin Plus, rejoindra le conseil d’administration de Médiamétrie. C’est la première fois qu’un patron de chaîne intègre l’institut de mesure d’audience. Un conflit d’intérêts qui ne devrait pas manquer de soulever la polémique.

Une corde de plus à son arc. A 55 ans, le célèbre publicitaire-patron de presse-empereur médiatique Vincent Bolloré siègera dès l’automne au conseil d’administration de l’institut de mesure d’audience des medias, Médiamétrie.

Selon une information révélée par Le Figaro du vendredi 17 août et confirmée par Médiamétrie, la 457e fortune mondiale, qui ne cesse d’accroître son empire médiatique, s’installera au pôle décisionnel de l’une des plus grandes instances des médias qui compte parmi ses actionnaires, de nombreux clients du groupe Bolloré à travers Havas, comme TF1, Radio France ou encore France Télévisions. "Vincent Bolloré siègera au prochain conseil prévu en octobre en remplacement de Dominique Delport", a ainsi déclaré le porte-parole de l’institut. Une nomination qui ne va pas manquer de faire jaser.

Bolloré, personnalité à la fois présente dans la publicité et la télévision, patron de Direct 8 lancée en 2005, de Havas, ou encore propriétaire des quotidiens gratuits Matin Plus ou Direct Soir, ne pourra pas échapper aux accusations de conflit d’intérêts. Son ambition sans doute sans limite le pousse à vouloir être omniprésent dans le monde médiatique, depuis qu’il en a fait une priorité absolue. Déjà, lors du rachat des parts du groupe de publicité britannique Aegis, certains craignaient son impartialité et sa trop grande implication dans des groupes concurrents. Voulant prendre la tête du conseil d’administration de la société à plusieurs reprises, il s’est jusque là heurté aux réticences des autres actionnaires du groupe, qui n’ont pas perdu de vue le patron d’Havas, concurrent direct d’Aegis.

Une sorte de Murdoch à la française

Présent sur tous les fronts, cher ami du président Sarkozy, à qui il avait gracieusement prêté son yacht, La Paloma, au lendemain de l’élection présidentielle, Bolloré ne cache pas ses ambitions et accroît un peu plus sa main mise sur les médias en accédant à l’institut qui en mesure les audiences de façon monopolistique et dont les chiffres constituent l’alpha et l’oméga des publicitaires qui cherchent l’audience maximale.

Une sorte de Murdoch à la française qui participe aux capitaux des plus grands groupes. Actionnaire dans l’institut de sondage CSA, dans la société cinématographique Gaumont, actionnaire majoritaire dans la Société de Production Française (SFP), qui a organisé entre autres le débat du 2 mai entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy, prétendant au rachat du quotidien Libération en 2004 et plus récemment intéressé par La Tribune, Bolloré est aussi présent en radio, dans la communication et sur le marché du numérique. Il n’a aujourd’hui plus rien à voir avec l’homme que l’on surnommait autrefois "le petit prince de la finance".

Par Sabrina BESTANI leJDD.fr



Partager cet article
Repost0
18 août 2007 6 18 /08 /août /2007 09:14


http://www.altermonde-levillage.com/spip.php?article11146



La France de l’an 2000
Un extrait du journal de Sarkozy

samedi 18 août 2007 par Matthieu

Profitant des vacances, j’ai relu avec plaisir un rapport rédigé en Novembre 1994 ("La France de l’an 2000"). Les médias occultent systématiquement les racines des réformes libérales, avec pour objectif de cacher le caractère structurel de tout cela. En focalisant les feux sur moi, ils font tout ce qu’il faut pour masquer l’essentiel. Ce rapport a été rédigé alors que j’étais au gouvernement, dans le gouvernement de Balladur...
SUITE...
Partager cet article
Repost0
16 août 2007 4 16 /08 /août /2007 20:13




http://comite-de-salut-public.blogspot.com/2007/08/linertie.html


jeudi 16 août 2007



L'inertie


Une question hante les consciences de tous ceux qui veulent un vrai changement social. Cette question, simple dans sa forme, provoque un véritable tumulte dès qu'elle est posée. Elle tourmente, et de plus en plus, tous ceux pour qui l'adjectif "progressiste" signifie encore quelque chose, elle déclenche des flots de paroles et d'écrits, des engueulades entre personnes à priori d'accord, des tentatives d'explication et des analyses à foison. Peut-être aucune interrogation ne provoque en ce moment autant de tempêtes sous les crânes.
Et cette question, lecteurs, vous la connaissez ; puisque vous vous la posez tous les jours.

"Pourquoi ne se passe t-il rien ?"

Pourquoi dans une période où les injustices et les inégalités sont de plus en plus flagrantes,

SUITE...
Partager cet article
Repost0
16 août 2007 4 16 /08 /août /2007 18:52
http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Liens.php

 

« Un ancien du gouvernement Reagan affirme que Bush et Cheney
préparent un nouveau 11 septembre »

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=27674

 

« Les services secrets américains auraient tenté d’introduire des explosifs
au G8 de Heiligendamm »

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=26980

 

Deux articles et débats très intéressants
(au passage, il faudrait écrire un livre sur les trolls :o)

 

Je voudrais relier cette série d'informations sur les prétextes invraisemblables invoqués par la Maison-Blanche (la théorie du complot islamiste) avec cette pensée puissante de Simone Weil, dans un texte formidable que je vous ai signalé naguère et qui s’intitule "Quelques réflexions sur les origines de l’hitlérisme (écrit en 1939-1940)" :

 

 

« (...) Le maître doit toujours avoir raison, et ceux qu'il punit toujours tort. Une habileté considérable est nécessaire à cet effet.

 

Deux opinions sur la force et le droit, l'une et l'autre erronée, l'une et l'autre fatale à qui s'y fie, abusent les esprits médiocres ; les uns croient que la cause juste continue toujours à apparaître comme juste même après avoir été vaincue, les autres que la force toute seule suffit pour avoir raison.


En réalité, la brutalité muette a presque toujours tort si la victime invoque son droit, et la force a besoin de se couvrir de prétextes plausibles ; en revanche des prétextes entachés de contradiction et de mensonge sont néanmoins assez plausibles quand ils sont ceux du plus fort.


Quand même ils seraient trop grossiers, trop transparents pour tromper personne, ce serait une erreur de croire qu'ils sont de ce fait inutiles ; ils suffisent pour fournir
une excuse aux adulations des lâches, au silence et à la soumission des malheureux, à l'inertie des spectateurs, et permettre au vainqueur d'oublier qu'il commet des crimes ; mais rien de tout cela ne se produirait en l'absence de tout prétexte, et le vainqueur risquerait d'aller alors à sa perte. Le loup de la fable le savait ; l'Allemagne l'a oublié en 1914 et a payé cher cet oubli, au lieu qu'elle le sait maintenant ; les Romains le savaient fort bien.

 

C'est pour cela que, selon Polybe, ils prenaient presque toujours un très grand soin ou de sembler observer les traités ou de trouver un prétexte pour les rompre, et de paraître mener partout des guerres défensives.

Bien entendu, leurs desseins étaient seulement voilés par ces précautions et n'y étaient jamais subordonnés.

 

Cet art de conserver les apparences supprime ou diminue chez autrui l'élan que l'indignation donnerait, et permet de n'être pas soi-même affaibli par l'hésitation.

 

Mais, pour que cet effet se produise pleinement, il faut être réellement convaincu qu'on a toujours raison, qu'on possède non seulement le droit du plus fort, mais aussi le droit pur et simple, et cela même quand il n'en est rien.

 

Les Grecs n'ont jamais su être ainsi ; on voit dans Thucydide avec quelle netteté les Athéniens, quand ils commettaient de cruels abus de pouvoir, reconnaissaient qu'ils les commettaient. On ne bâtit pas un empire quand on a l'esprit si lucide.

 

Les Romains ont pu parfois reconnaître que des sujets suppliants avaient été soumis à des cruautés trop grandes, mais ils le reconnaissaient alors en gens qui, loin d'éprouver des remords, s'applaudissaient de condescendre à avoir pitié ; quant à admettre que des sujets révoltés ou des ennemis pussent avoir quelque bon droit, ils n'y songeaient même pas.

 

(...) une telle satisfaction de soi, appuyée par la force et la conquête, est contagieuse, et nous en subissons encore la contagion.

 

Rien n'est plus essentiel à une politique de prestige que la propagande ; rien ne fut l'objet de plus de soin de la part des Romains. Chaque Romain d'abord était un propagandiste naturel au service de Rome (...) »

 

 

Pour le gouvernement de Bush (et pour les autres), il est essentiel de "justifier" ses méfaits par un prétexte, fut-il calamiteux : il suffit que le prétexte existe.

 

Les vieilles grosses ficelles du pouvoir et notre insondable et éternelle crédulité sont proprement passionnantes.

 


Partager cet article
Repost0