Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 09:57

 

 

 

Il ne s’agit pas dans ce texte de « scier la branche » de Hollande par rapport à Sarkozy. On sait ce qu’est le bilan catastrophique  de ce dernier, et le danger qu’il représente pour l’avenir. Il ne faut cependant pas rêver sur les potentialités de son concurrent. Etre conscient et prendre date, c’est tout le sens de ce texte.

 

Quand le 10 mai 1981, François MITTERAND est élu Président de la République, il a dans sa poche 110 propositions. Certaines seront réalisées, d’autres non.

 

En plus de ces propositions, le nouveau Président de la République a un programme – pas seulement une liste de propositions – mais un vrai programme, un programme stratégique de développement économique, dont la clef de voûte est une série de nationalisations censées constituer l’ossature de la nouvelle politique économique.

 

On sait ce qu’il est advenu  de ce beau projet, mais à l’origine il existait.

 

 

UN VIDE PROGRAMMATIQUE

 

Derrière les effets de tribunes et dans l’ambiance chaude des réunions publiques incantatoires, on serait bien en peine de trouver une telle logique chez le candidat François HOLLANDE. Rien qui permette de déceler la moindre stratégie de politique économique.

 

Le projet financier et industriel est faible au regard de la situation actuelle.

 

La finance : déclarée adversaire principal à Paris et tout à fait acceptable à Londres, c’est tout de même avec des pincettes que le candidat Hollande s’en saisit :

 

-          la « taxation des transactions financières avec ceux qui la veulent » laisse dubitatif, sur le sérieux, le caractère aléatoire et la faisabilité d’une telle mesure.

-          L’ « agence publique de notation européenne » apparaît comme un gadget à côté des autres agences, privées, autonomes, qui continueront à exister. Et se pose la question : s’agit-il de donner des gages aux marchés financiers ?

-          Le « pacte de responsabilité de gouvernance et de croissance », malgré sont titre ronflant est un coquille vide dont on ne voit pas très bien comment elle pourrait se remplir… Tout dépend des partenaires et de la finance internationale… Autant dire rien de bien sûr et de bien clair. De même que la renégociation de l’ « accord européen de décembre 2011 » et les « euro-obligations »  est du domaine de l’hypothétique. Cela dit ça n’engage pas à grand-chose de le dire.

 

Ne parlons pas de l’interdiction faites aux banques d’installer des filiales dans les paradis fiscaux et de la limitation de certains produits financiers… là aussi la faisabilité de la chose est tout à fait aléatoire et même techniquement impossible sur une grande échelle. Or, en matière de finance tout est interconnecté.

 

Il est évident que F. Hollande et son équipe n’auront pas les moyens de lutter contre la spéculation financière et que les mesures envisagées ne sont que des piqûres d’épingles sur le dos du monstre.

 

 

L’industrie : la réindustrialisation du pays présentée comme priorité laisse un peu/beaucoup perplexe. Pur produit de la mondialisation du capital, on ne voit pas trop bien comment il compte rapatrier toutes les industries disparues ( ?). Et ce n’est pas une « banque publique d’investissement » qui va réimplanter les industries parties ( ?).

 

Ce sont d’ailleurs les PME qui manifestement, ont la priorité pour le candidat Hollande… C’est certes bien pour elles, encore faut-il qu’elles aient une relative indépendance dans leurs branches – dépendantes de donneurs d’ordre, on change de niveau et ça devient beaucoup plus compliqué. Et, est ce à travers elles que l’on peut réindustrialiser ? Pari audacieux mais risqué.

 

Quand aux grandes entreprises qui, traditionnellement dans les «  projets de gauche » constituent la colonne vertébrale des politiques économiques,… il n’en est nulle part question. Ceci est d’autant plus inquiétant que la plupart de ces entreprises ont été en partie privatisées, liquidant par la même le service public. D’ailleurs, du service public et de son rétablissement il n’en est nulle part question.

 

Ces grandes entreprises, qui sont mondialisées, largement privatisées, soumises à des règles européennes, échappent au pouvoir politique.

 

L’administration

 

Le candidat Hollande se satisfait complètement des mesures sarkozystes de rentabilisation de l’administration : « le nombre de fonctionnaires n’augmentera pas ». Il fait la part belle à la « Révision Générale des Politiques Publiques » (RGPP) qui est un pur produit de la pensée libérale. Merci à Mr Sarkozy ! Il en conclut, de fait, que ces mesures étaient indispensables.

 

Le reste du programme est d’un grand classique et ne coûte rien d’être annoncé surtout quand la surenchère démagogique des candidats y pousse.

 

Mesures fiscales tendant à réduire les inégalités : faudra voir !

 

Le système des retraites est bidouillé "tous ceux qui auront 60 ans et 41 années retrouveront le droit de partir à la retraite à taux plein".  mais le vrai problème n’est toujours pas posé : celui de l’affectation des surplus de productivité à l’abaissement de l’âge de la retraite.

 

Sur la « République et les institutions » on a droit à un lot massif de promesses plus ou moins alléchantes  et qui ne coûtent rien d’être annoncées… et, éventuellement pas réalisées,… Faudra voir le moment venu.

 

 

CHANGEMENT ? VOUS AVEZ DIT CHANGEMENT ?

 

 

Qu’est ce donc que le changement ? S’il consiste à changer le personnel politique, à virer l’actuel Président de la République, et on peut parfaitement le comprendre… alors oui il faut voter Hollande. C’est d’ailleurs ce qui va se passer. Pour y mettre on sait qui,… mais pour faire quoi ?

 

A l’examen du programme du candidat « socialiste » on peut être certain qu’il n’y aura aucun véritable changement.

 

Pourquoi ? Parce que le nouveau Président, et donc son gouvernement gèreront le système marchand tel qu’il est, sans toucher à son mécanisme de fond, sans remettre en question la manière de fonctionner, en respectant les règles du salariat, de la rentabilité, de la circulation et de l’accumulation du capital, de l’essentiel des règles imposées par les traités européens,… et en subissant les contraintes internationales. Les gouvernements  de MITTERAND, avec un arsenal de nationalisations, et autrement plus conséquent, avait capitulé devant la « réalité économique du monde »,… le fameux « principe de réalité »… Imaginez donc HOLLANDE dépourvu d’outil stratégique en vue du changement !

 

Nous allons assister à la continuation de la marchandisation de toutes les activités économiques et sociales,… avec quelques bémols, mais qui ne perturberont pas le processus en cours.

 

Nous allons assister, et subir, une gestion « social démocrate », en fait libérale, du capitalisme, à l’image des autres pays européens. Ce ne sera pas pire qu’une gestion « de droite », mais ce ne sera pas mieux. La pensée libérale a complètement contaminée la « pensée socialiste »…

 

Ce qui va changer c’est le style de la gouvernance, les apparences… c’est d’ailleurs sur elles que s’est faite la différence finale entre les deux candidats. On a ras le bol de Sarkozy on va essayer l’autre !

 

Les problèmes, les vrais, ceux qui se posent aux citoyens dans leur quotidien (pouvoir d’achat, emploi, retraites, santé) vont demeurer et ne seront évidemment pas résolus… jusqu’à ce que le peuple déçu… revote pour la droite,… et ainsi de suite !

 

 

 

Pour celles et ceux qui seraient dubitatifs  voici une citation (une fois n’est pas coutume) à laquelle je vous demande de réfléchir – parole d’expert en la matière, qui sait de quoi il parle  et qui s’applique exactement à ce qu’il est devenu une fois arrivé au pouvoir :

 

« Les socialistes qui se sont posés en réformistes, ont fini par collaborer au système de valeurs capitalistes et donc à la politique de droite. La collaboration échappe difficilement à son destin qui est de trahir »

                        François MITTERAND – in « Un socialisme du possible » 1970

 

 

                        Avril 2012                                                          Patrick MIGNARD

 

 

 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 14:20

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE : UN PATERNALISME REPUBLICAIN.

 

 

A écouter les politiciens, relayés par les médias, nous vivons actuellement, avec l’élection présidentielle, un moment essentiel et privilégié de la vie démocratique. Un moment irremplaçable et déterminant pour notre avenir. Un moment où tout est possible concernant l’avenir.

 

De cette consultation doivent, paraît-il, émerger des choix fondamentaux, certains même, n’hésitent pas à dire : un choix de civilisation… Rien que ça !

 

Cette conception n’a évidemment rien à voir avec la réalité sociale dans laquelle nous vivons,… elle est une astucieuse image fabriquée du pouvoir.

 

 

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : UN MYTHE

 

 

La fonction de « président de la république » est une création purement artificielle. Elle date, dans sa conception actuelle, de 1962, sur initiative de Charles De Gaulle qui, au lendemain de la guerre d’Algérie n’était pas sûr d’être désigné par le collège des « grands électeurs ». Ce nouvel article de la constitution de 1958 instaure  un régime présidentiel et permet de donner un « légitimité » équivalente au législatif et à l’exécutif. Celui-ci prenant finalement le pouvoir sur celui-là.

 

Celle-ci est donc une pure opportunité politique, imposée par un « homme providentiel », du moins perçu comme tel, et permettant à la limite d’imposer un pouvoir fort, mais en tout cas une sorte de « monarchie républicaine ».

 

Le soit disant dialogue entre « un homme et le peuple », qui est à la base de la conception gaullienne de la Présidence de la République est un mythe directement issu de la personnalisation du pouvoir telle que l’imaginait Charles De Gaulle… et qui remonte d’une certaine manière aux racines de la monarchie.

 

Ce mythe est devenu, dans la classe politique, les partis, les médias, peut-être le peuple, la pierre angulaire de tout l’édifice politique français… le top niveau de la vie démocratique (?).

 

Pourtant, au regard des autres pays « démocratiques », une telle institution est loin de faire la preuve de son universalité. On peut même dire qu’elle est sources de dérives parfaitement contraires aux principes, proclamés, de la démocratie.

 

 

UNE MASCARADE POLITIQUE

 

 

Toute cette construction politique permet au moins une chose : éviter de poser les vrais problèmes – c’est ce que l’on constate d’ailleurs aujourd’hui. En effet, l’hyper personnalisation fait que l’on centre l’attention publique plus sur la personnalité que sur un programme.

 

Si l’ « homme du 18 juin » pouvait encore représenter un symbole qui pouvait faire confondre son image et sa « mission »,… ceux qui lui ont succédé n’avaient pas le même prestige, loin s’en faut. Ce manque a largement été compensé par une personnalisation à outrance, produits des médias et des agences de communication.

Les mises en scènes grotesques des candidats, leurs manières racoleuses, leur démagogie, les promesses à tout va,…sont devenues les pratiques courantes des campagnes électorales.

 

En 1981, lors de l’élection présidentielle, on pouvait imaginer – imaginer seulement, car on a vu la suite – qu’un projet politique original était porté par le candidat de la Gauche. Le mirage a été de courte durée.

 

Désormais c’est le pur spectacle de la politique, dans tout ce qu’elle a de plus vil et de superficiel, qui occupe tout l’espace politique. Les partis politiques ont compris tout de suite tous les avantages qu’ils pouvaient tirer de cette situation. Les politiciens professionnels ont œuvré pour investir la nouvelle fonction et faire en sorte qu’elle leur assure l’accès au pouvoir.  Le soit disant « dialogue entre un homme et le peuple » s’est transformé en une course au pouvoir, parsemée, au sein des partis, de trahison, de soumissions, d’ambitions, de compromis et autres trafics d’influence…. le citoyen restant sur la touche à compter les points.

 

LE CULTE DE L’INESSENTIEL

 

Le triomphe mondial du libéralisme, s’il a conforté la Droite dans ses convictions, n’en a pas moins influencé la Gauche au point de lui faire perdre l’essentiel de ce qui pouvait – pouvait seulement – constituer un espoir de changement.

 

Aujourd’hui la pensée officielle, la pensée unique, a raboté toutes les différences qu’il pouvait y avoir entre ce que l’on appelle abusivement une « pensée de droite » et une « pensée de gauche ». Ces différentes pensées baignent entièrement dans une conception libérale de la société fondée sur la marchandisation totale des activités humaines,  la déréglementation et le désengagement de l’Etat, c'est-à-dire du collectif.

 

Les marchés constituants le substrat de ce qui constitue les relations sociales, la dimension politique  - c'est-à-dire la dimension consciente et citoyenne - disparaît.

 

L’ « homme politique » n’est plus, fondamentalement, le représentant de celle ou celui qui l’élit, en ce sens que l’électeur-citoyen n’a plus prise réelle sur la réalité économique,… ce dernier ne peut que subir des mécanismes qui lui sont étrangers. 

 

Le sens même de ce qu’est l’ « homme politique » change.

 

Pour le définir on ne peut décemment plus dire le représentant des intérêts de celles et ceux qui l’élisent, pas plus d’ailleurs que le guide, étant lui aussi soumis aux règles d’un système qu’il cautionne et garanti.

 

La meilleur image qui puisse le représenter c’est celle du père (de la mère si c’est une femme).

 

La fonction tutélaire du Président de la République est parfaitement campée aujourd’hui par l’image du protecteur que voudrait faire croire – dans un excès de zèle qui le couvre de ridicule -  l’actuel Président de la République.

 

Pour ce faire, pour accéder au pouvoir, le candidat doit jouer ce jeu : aimable mais ferme, attentif mais directif, généreux mais économe, rassurant (exorciser les fantasmes) attentifs aux rêves mais les pieds dans la réalité, à la fois « Père Noël » et « Père Fouettard »…. Autrement dit le rôle traditionnel du père de famille dans sa conception traditionnelle.

 

La campagne électorale porte donc là-dessus, une image apaisante, paternelle, voire pateline avec une touche de séduction plus sensuelle : postures à la tribune, allure générale, énergie, virilité/féminité (pas trop !), langage modéré,… Bref une image forte avec pas trop de choses sérieuses derrière, sinon des promesses, encore des promesses,… toujours des promesses…. Une réplique pour adulte de ce qu’est la lettre au Père Noël.

 

C’est ce discours lisse qui passe le mieux dans la population préparée par les médias et la classe politique à ne se prononcer que sur l’inessentiel. Celles et ceux qui sont en marge de cette logique spectaculaire sont irrémédiablement exclus de la course, et s’ils y participent c’est, soit par un narcissisme exacerbé (« je passe à la télé »), soit parce qu’il n’ont pas compris – eux et leur organisation – l’enjeu réel de cette mise en scène.  

 

 

Porter au pinacle l’élection présidentielle, c’est donc se rabaisser à vouer un culte à l’inessentiel, aux apparences, à la mystification, à la fausse image du père. C’est abandonner son statut de citoyen et se comporter soit comme face à un gourou (voir l’hystérie de certains meetings), soit à voter par défaut contre celle ou celui que l’on déteste.

 

Dans tous les cas de figure, la démocratie n’a rien à y gagner et même tout à y perdre. Cela explique certainement la panade dans laquelle nous sommes aujourd’hui et nous serons demain.

 

                        Mars 2011                                                      Patrick MIGNARD

 

 

Voir aussi :

 

«PEUT-ON AVOIR CONFIANCE DANS LES HOMMES/FEMMES POLITIQUES?

 

« LE « PROGRAMME » EN POLITIQUE »

 

«VICTOIRE DE «LA» POLITIQUE…MORT «DU» POLITIQUE »

 

 

Partager cet article
Repost0
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 15:11
Présidentielle J-51 :
la campagne vue
par Frédéric Lordon

 

 

 

Le 29 février 2012    -    Mis à jour le 2 mars 2012 à 18h33

Jusqu'au 1er tour tour de la présidentielle, Télérama.fr publie le journal de campagne de cent personnalités du monde culturel. Aujourd'hui, l'économiste Frédéric Lordon.

 

Gauche de gauche, gauche de droite

Par une déformation de lecture dont on ne sait plus ce qu’elle doit à une incompréhension feinte ou à la simple bêtise, les éditorialistes se sont plu à entendre une mention à la « gauche de la gauche » quand la tribune publiée il y a quatorze ans par Pierre Bourdieu en appelait, elle, à une « gauche de gauche » – formidable pouvoir des mots qui en deux signes à peine modifient du tout au tout le sens d’un propos.

 

SUITE...

 

http://www.telerama.fr/idees/presidentielle-j-51-la-campagne-vue-par-frederic-lordon,78502.php

Partager cet article
Repost0
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 01:39
Contre l’oligarchie, la finance,
les médias : que faire ? (Partie 1/3)

 

 

 

 

 

Par François Ruffin,

 

 

 

15/02/2012 , N°52 (09-10-11 2011)

 

 

On le sait, désormais : qu’on leur laisse les mains libres, et pour maintenir leurs profits, ils iront jusqu’au bout. Jusqu’au désastre. Comment on va s’y prendre, alors, pour leur retirer le pouvoir ? Mon « Que faire ? » ressemblerait plutôt à « Que ne pas faire ? » Qui ne va pas vous brosser, chers lecteurs, dans le sens du consensus…
SUITE...
http://www.fakirpresse.info/Que-faire-Partie-1-3.html

http://www.fakirpresse.info/Que-faire-Partie-2-3.html


http://www.fakirpresse.info/Contre-l-oligarchie-la-finance-les.html

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 13:57

En sachant que les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent.

Est-on prêt  pour une véritable démocratie ? Ce vers quoi  je  tends ( http://www.dailymotion.com/video/xhm99c_entretien-avec-etienne-chouard-4-le-tirage-au-sort_news 

********************************

Le moins pire sans doute :

Le programme de Jean-Luc Mélenchon et du Front de gauche pour 2012

 Arnaud Mouillard,

 

http://hern.over-blog.com/article-le-programme-de-jean-luc-melenchon-et-du-front-de-gauche-pour-2012-84117379.html

 

 

**********************

Les principales mesures de F.Hollande en une Infographie

 Par Stef

 

http://uneautrevie-stef.blogspot.com/2012/01/les-principales-mesures-de-fhollande-en.html

 

************************

 

M  LePen

 

http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid3354-c-dimanche.html?progid=570377

  **********************

Bayrou :

 

http://lexpansion.lexpress.fr/election-presidentielle-2012/bayrou-prescrit-une-cure-de-rigueur-drastique-aux-francais_279346.html

 

**************************

Liste signalée par TGB (je n'ai pas encore vu tous les programmes , désolée ...):

 

http://flash-news.over-blog.com/article-les-candidats-reels-ou-potentiels-a-la-presidentielle-2012-61941555.html

 

 

**************************

ça aussi :

 

http://www.touscandidats2012.fr/  

 

**************************

Ah j' allais oublier  ce programme pas encore terminé :

 

 

http://www.laforcedonnelecourage.com/

 

******************************************************************************************

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 14:54

Laetsgo,, ça ne me mènera pas forcément vers les urnes , mais suis contente de ton retour .

mardi 17 janvier 2012

Soyons utopistes, osons l'espoir !

 

 

 

Par Laetsgo

 

 


Cette année 2012 commence sur les chapeaux de roue. La perte de notre triple AAA serait presque risible, vu les efforts surhumains de l’Elysée pour tenter de nous faire croire que ce n’est pas si grave que ça.
SUITE...
http://ruminanc.blogspot.com/2012/01/soyons-utopistes-osons-lespoir.html?spref=tw

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 14:10

Dignes dindons

Les périodes électorales se suivent et se ressemblent. Celle où nous entrons voit refleurir sans retard la rhétorique creuse et hypocrite des barons de la droite et de leurs comparses socialistes qui, tels les automates solidaires d’un ancien jacquemart, viennent alternativement asséner aux citoyens les coups de maillet de l’évangile libéral :


SUITE...
http://blog.agone.org/post/2011/09/05/Dignes-dindons

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 13:32
Partager cet article
Repost0
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 10:48

29

juil

28/07/2011 15:14:00

 

 


Il est des soutiens gênants. Des compliments dont on se passerait volontiers. Des couronnes de lauriers qu’on renverrait volontiers à l’expéditeur.

Ainsi, les organisations politiques jugées positivement par le tueur de masse norvégien, se sont pour la plupart empressées de se distancer du cinglé monstrueux et de jurer bien haut qu’elles n’avaient rien à voir avec lui ou ses idées.
SUITE...
http://claude-frisoni.lu/?p=414

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 12:47
Quand les sénateurs
se votent une prime
de 3500 euros

 


Hamza Hizzir

 

http://www.metrofrance.com/info/quand-les-senateurs-se-votent-une-prime-de-3500-euros/mkgf!tTWG1JnJJZWAw/

 

%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 

Notre chariot-test
bat tous les records


samedi 04.06.2011, 16:00 - CHRISTIAN CANIVEZ


http://www.lavoixdunord.fr/Region/actualite/Secteur_Region/2011/06/04/article_notre-chariot-test-bat-tous-les-records.shtml

 

 

%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 

Pas de pitié
pour les crédits

 

 

Par Seb Musset

 

http://sebmusset.blogspot.com/2011/07/pas-de-pitie-pour-les-credits.html?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter&utm_campaign=Feed%3A+sebmusset+%28LES+JOURS+ET+L%27ENNUI+DE+SEB+MUSSET%29

 

%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

Haro sur le Capes,

sus au fonctionnaire !

 

Claire Mazeron - Tribune | Lundi 4 Juillet 2011 à 16:01


http://www.marianne2.fr/Haro-sur-le-Capes-sus-au-fonctionnaire-_a208152.html

 

 

Fonction publique:
François Sauvadet
dévoile sa feuille de route


http://www.liberation.fr/politiques/01012347441-fonction-publique-francois-sauvadet-devoile-sa-feuille-de-route

 

 

Baisse du nombre

 

de fonctionnaires :

 

des économies minables

 

au détriment de l'emploi

 

et des services publics



Marianne LAMIRAL


http://lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2239&id=10


%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 

Sarkozy charge Balladur
d’une mission
sur les révolutions arabes

 

 

Gilles Halais,


http://www.france-info.com/france-politique-2011-07-05-sarkozy-charge-balladur-d-une-mission-sur-les-revolutions-arabes-548438-14-20.html

 

Affaire Karachi : plus de 20 millions
de francs suspects
pour la campagne
de Balladur en 1995

 


pour Le Monde.fr | 30.06.11 | 07h51

http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/06/30/affaire-karachi-des-anomalies-dans-les-comptes-de-campagne-d-edouard-balladur-en-1995_1542740_823448.html

 

%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 

06/07 | 07:00 | Veronique Le Billon

Les entreprises du CAC 40
paient beaucoup moins d'impôt
sur les sociétés que les PME


http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0201488761319-les-entreprises-du-cac-40-paient-beaucoup-moins-d-impot-sur-les-societes-que-les-pme-190338.php

 

%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

mardi 5 juillet 2011

Retraites :
Coup de canif
dans la loi par simple décret


Par Stef


http://uneautrevie-stef.blogspot.com/2011/07/retraites-coup-de-canif-dans-la-loi-par.html

 

  %%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

René Dosière a encore frappé

 

 

 

Partager cet article
Repost0