Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 10:48

"Y a t il une fatalité du système ?"

Pas de changement de société sans mouvement de masse. Pas de mouvement de masse sans prise de conscience individuelle.

A l'impuissance du politique il faut répondre par la reprise en main de nos existences. Redéfinir nos priorités, rependre la main sur notre consommation notre nourriture.

Se faisant, il faut savoir s'identifier les uns les autres.

Inclus : extraits du film "L'an 01" de Jacques Doillon.


http://vimeo.com/3925987?pg=embed&sec=3925987


Beaucoup d'autres films  de Seb Musset




Partager cet article
Repost0
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 20:24
7 avril 2009

Ces luttes... à bout de souffle !


Patrick MIGNARD


Soyons honnêtes avec nous-mêmes : nous ne savons plus quoi inventer comme lutte pour nous faire entendre, pour obtenir satisfaction, pour préserver nos acquis sociaux, ...

Toute la panoplie des actions que nous ont légués nos prédécesseurs, et que certains conservent pieusement, apparaît comme totalement obsolète, même celles qui pourraient apparaître comme les plus radicales et qui sont devenus des « lieux communs ».

De la manifestation classique, jusqu'à la « retraite, de nuit, aux flambeaux », en passant par la « ronde des obstinés », les pique niques dans les supermarchés, les « cercles de silences », les grèves de la faim, les séquestrations de cadres et de PDG, sans parler des occupations d'usines et d'Universités,... nous finissons d'épuiser notre imagination en vaines trouvailles,... pour rien.

UN CONSTAT DIFFICILE A ADMETTRE

SUITE...

http://www.legrandsoir.info/spip.php?article8343#forum55689

 

Partager cet article
Repost0
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 13:16



C'est un livres qui sonne comme un rappel, celui du champ des possibles qu'il nous reste à conquérir. Avec « Argentine rebelle, un laboratoire de contre-pouvoirs », Cécile Raimbeau et Daniel Hérard décrivent comment, après s'être soulevé, un peuple s'attèle à la construction d'alternatives - récupérations ouvrières, assemblée de quartier ou autogestion. Un exemple argentin sur lequel ils ont accepté de revenir ici : entretien.
« Argentine Rebelle » :
changer « le cours de cette histoire
 que les dirigeants veulent écrire
pour les peuples »

lundi 9 mars 2009, par JBB

Un livre fascinant. Pas seulement parce que c'est un bel objet, maquette classieuse, format atypique et large place accordée à de très belles photographies en noir et blanc. Mais aussi - surtout ? - parce qu'il met les mains dans le cambouis, plonge dans la réalité des bouleversements que nous souhaitons, conte les espoirs, les réussites et les erreurs de ceux qui se sont attachés - en Argentine après que le pays se soit retrouvé à genoux - à construire des alternatives. Le livre s'appelle Argentine rebelle, un laboratoire de contre-pouvoirs, publié en 2006 aux Editions Alternatives, œuvre de la journaliste Cécile Raimbeau et du photographe Daniel Hérard. Son titre parle pour lui, retour sur les expériences sociales et auto-gestionnaires de citoyens décidant de prendre leur destin en main.

SUITE...

http://www.article11.info/spip//spip.php?article320

Partager cet article
Repost0
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 14:53
 

 

Mercredi 10 décembre 2008

De renoncements en renoncements


Par FER
  Il est rare que je reproduise un texte in extenso mais celui publié récemment sur un blog par la romancière Anne-Marie Garat est tellement fort que je me permets de le retranscrire tel quel :

   En 1933, depuis près de trois ans, le Reichstag avalise sans broncher ; les décisions se prennent sans débats ni votes. Von Hindenburg gouverne un coude sur l'épaule des SPD, tétanisés, un coude sur celle des nazis, bons bougres. Hitler n'a plus qu'à sauter sur l'estrade, grand clown des atrocités, impayable dans son frac tout neuf.

   Qui prétend encore que c'est arrivé du frais matin ?

   Le sommeil a bon dos, où naissent les songes, et les cauchemars. Mais on ne se réveille pas dans le pire, stupeur, au saut du lit : le pire s'est installé, insidieux, dans le paysage, banalisé par l'apathie ou l'incrédulité des uns, la bénédiction des autres.
SUITE...
http://ferrailleur.over-blog.com/article-25669000.html

Partager cet article
Repost0