Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 14:11
Le prix Nobel se la pète

 

TGB

 

 

Bon, je vous préviens tout de suite va falloir me parler meilleur.

 

Depuis hier dans le sillage des illustres, Henri Kissinger à qui l’on doit l’admirable prolongement du lâcher de napalm au Vietnam, Elie Wiesel, qui proposa subtilement de torturer Bernard Madoff sans plus de gratitude pour les 10% de dividendes qu’il perçut durant des années sans trop d’état d’âme, et Barack Obama, éminent joueur de drone tueur avec dommages collatéraux, je suis prix Nobel de la paix.

SUITE

http://rue-affre.20minutes-blogs.fr/archive/2012/10/13/le-prix-nobel-se-la-pete.html 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 12:42

 


“La classe politique méprise le monde ouvrier”

10/10/2012

 

Alors que les plans sociaux s’accumulent sur le bureau du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, l’historien Xavier Vigna revient sur le rapport contrarié qu’entretient le monde ouvrier avec la gauche au pouvoir.

 

SUITE...

http://www.lesinrocks.com/2012/10/10/actualite/la-classe-politique-meprise-le-monde-ouvrier-11313013/

 

Recueilli par David Doucet

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 15:51
Toi aussi, trouve une idée à la con
pour aider Hollandréou
à payer le racket des banksters

 


 

 

Certains se sont émus des noms d’oiseaux dont j’ai affublé Hollandréou et sa clique de traîtres. Ça ferait le jeu de l’UMP, ou du FHaine.

Je sais, ce n’est pas bien. Et je me repens. C’est vrai, je me suis un peu emporté. Car en réfléchissant deux secondes, il est facile de trouver de grosses différences entre l’UMP et le P”S”.

 

 

SUITE...

 

 

http://www.superno.com/blog/2012/10/toi-aussi-trouve-une-idee-a-la-con-pour-aider-hollandreou-a-payer-le-racket-des-banksters/comment-page-1/#comment-27119

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 15:32

)DECLARATION DE MANOLIS GLEZOS

 

A L’OCCASION DU NOBEL DE LA PAIX A L’UNION EUROPEE
de : yorgos
samedi 13 octobre 2012 - 15h19))))

Déclaration de Manolis Glezos* à l’occasion de l’attribution du prix Nobel de la Paix à l’Union Européenne

Donc, le Nobel de la Paix à l’Europe Unie ! Exactement au moment où est menacée la cohésion sociale de tout le Sud Européen, où les enfants vont à leurs écoles affamés, où les citoyens vivent sous une guerre économique non déclarée, où guette la catastrophe humanitaire !

suite...

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article130724))

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 14:05
Les socialistes d'avant 1981
2 octobre 2012
La Honte N’Éblouit Pas Les Yeux Des « Socialistes »

 

Sébastien FONTENELLE

 

Aujourd’hui, les ami(e)s : nous allons, si tu veux bien, mesurer le taux de félonie des « socialistes » français.

Plus précisément : nous allons vérifier si ces personnages sont vraiment d’impénitents renégats – ou si c’est encore pire que ça.

Pour cela, nous allons nous replonger, 32 ans après sa publication, dans un livre écrit par quelques-uns d’entre eux, et paru en 1980 - sous le titre : L’Agression. L’État-Giscard contre le Secteur public [1].

 

SUITE...

http://www.politis.fr/La-Honte-N-Eblouit-Pas-Les-Yeux,19702.html

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 15:11

J'ai hésité pour le titre avec une partie de cette phrase : "Je dois admettre que l’efficacité atteinte par le capitalisme contemporain dans le processus de domestication inhérent à tous les régimes historiquement connus de domination de l’homme par l’homme – processus qui fait du travailleur exploité le complice reconnaissant de sa propre exploitation et le bourreau-adjoint de ses semblables – demeure de nos jours un obstacle majeur à la lutte révolutionnaire."

 

 

 

Et vogue la galère…

 

Par Agone le jeudi 4 octobre 2012,

 

 

- La chronique d'Alain Accardo

 

 

 

 

La rentrée a eu lieu. On nous avait prédit, comme d’habitude, qu’elle serait socialement « chaude ». Comme d’habitude, il ne s’est rien passé. Plus exactement, les choses ont suivi leur cours, celui que leur imprime ce que les médias appellent « LA CRISE ». Une fois de plus, le capitalisme international a réussi à transformer une catastrophe engendrée par son propre fonctionnement en une espèce de fatum transcendantal implacable auquel les peuples ne pourraient espérer échapper qu’au prix de sacrifices redoublés. La vraie droite, déguisée chez nous en fausse gauche, gouverne partout, au détriment des travailleurs et dans l’intérêt des financiers.

 

SUITE...

http://blog.agone.org/post/2012/10/03/Et-vogue-la-galere

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 15:27

07.10.2012

La bombe au chocolat

 

TGB

 

Y’avait longtemps, au moins 2 jours, qu’on ne nous avait pas refourgué du barbu qui tue.

 

De l’hirsute anti-blanc avec tout plein de petits pains tnt au chocolat piégé dedans.

 

SUITE...

http://rue-affre.20minutes-blogs.fr/archive/2012/10/07/la-bombe-au-chocolat.html

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 08:51

4 octobre 2012

 

Après le TSCG, la CSG :

 

 

l’incroyable trahison de Hollande et de sa “gauche de droite” !

 

 

SuperNo

 

“Il n’y aura pas d’augmentation de la CSG, il n’y aura pas d’augmentation de la TVA dans le budget”.

 

De qui cette affirmation claire et martiale ? De Jean-Marc Ayrault, premier ministre, le jeudi 27 septembre dans l’émission “Des paroles et des actes” sur France 2.

 

 

SUITE...

 

 

http://www.superno.com/blog/2012/10/apres-le-tscg-la-csg-lincroyable-trahison-de-hollande-et-de-sa-gauche-de-droite/

 

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 12:47

 

 

 

SALARIAT

UNE RE/DECOUVERTE DOULOUREUSE

 

 

En presque environ deux siècles d’existence, ce rapport social, le salariat, est « devenu », perçu, comme une véritable nature de nos sociétés… surtout dans les pays industriels développés. Le salariat apparaissait, et apparaît encore pour beaucoup, comme le top du top de l’organisation sociale.

 

Pourtant, depuis presque deux décennies, le doute s’installe. La mondialisation marchande a jeté un doute sérieux sur la stabilité et l’efficacité d’un tel lien social.

 

A y regarder de près, il n’y a pourtant rien de surprenant et rien de nouveau.

 

LA MONDIALISATION COMME REVELATEUR

 

Tant que le monde a été dominé, aux 19e et 20e  siècles par des pays industriels qui détenaient l’essentiel des facteurs de production : capitaux, technologies, force de travail, marchés de consommation et sources d’énergie,… le lien social salarial qui les constituait, quoique contradictoire et conflictuel, représentait une forme de stabilité certaine au point qu’il n’a jamais été remis véritablement en question dans ces pays.

 

La valorisation du capital et son corollaire, le salariat, s’étaient fondés dans, et par, une identité géopolitique , l’état-nation, qui garantissait une relative stabilité. C’est sur ce modèle, avec quelques variantes que se sont constitués les grands états industriels.

 

La mondialisation, c'est-à-dire l’expansion des activités de production au-delà des frontières de ces pays, les facilités de communications et de transports, l’accession de nouveaux états à une relative indépendance par rapports aux anciennes métropoles coloniales, a rompu cet état de relative stabilité économique, sociale et politique.

 

Le délabrement politique et social de nos sociétés n’est donc pas surprenant, on peut même dire qu’il était inscrit dans l’existence et la dynamique même de la valorisation du capital, du capitalisme.

 

RAPPEL DE QUELQUES FONDAMENTAUX

 

1-     Une entreprise est faite avant tout pour valoriser le capital que l’on y investit…pas pour créer des emplois. La production n’est qu’accessoire… la preuve, on l’arrête quand ce n’est plus rentable de produire.

2-     Le salarié n’est qu’un facteur de production. Il crée la valeur, par son travail, mais est rémunéré à la valeur de sa force de travail (ce dont il a besoin pour vivre). Son salaire est un coût de production.

3-     Le capital technique, les machines, permet au salarié d’être efficace dans son acte de production. Le progrès technique en augmentant la productivité du travail humain, relativise, quantitativement, sa présence dans la production. Plus la machine est performante, moins on a besoin du salarié.

4-     Le profit, la part de la valeur produite par le salarié, mais qui ne lui est pas restituée, appartient exclusivement aux propriétaires du capital (les actionnaires). Notons que les salariés n’ont aucun droit sur lui puisqu’ils ont été rémunérés à la valeur de leur force de travail (marché dit « du travail », en fait « de la force de travail »).

5-     La gouvernance de l’entreprise est constituée par l’assemblée générale des actionnaires (les propriétaires du capital). Notons que les salariés n’ont aucun droit dans ce domaine.

6-     Le droit – social - des salariés n’est que le produit de leurs luttes. Rien n’a été accordé par le capital, tout a été conquis soit par la force soit par la peur.

 

Ces quelques fondamentaux, on les a oubliés, ils se rappellent aujourd’hui à nous.

 

Les luttes sociales ont permis aux salariés d’obtenir des avantages substantiels au travers d’une législation du travail : conditions de travail, garantie contre les licenciements, conventions collectives, salaire minimum, hygiène et sécurité, retraites, protection sociale… Tous ces acquis ont transformé la condition salariée grâce au rapport de force instauré,… et ils ont été garantis et maintenus grâce au même rapport de forces… on les a cru éternels ! Erreur !   

 

L’effondrement actuel de ce rapport de force remet en question tous ces acquis.

 

 

UNE REMISE EN QUESTION GENERALE

 

 

Ces acquis – certainement pas définitifs contrairement à ce que beaucoup de salariés croyaient et croient – ne tenaient que parce que le rapport de forces salariés/capital était en  faveur des premiers… le capital ayant alors, encore, peu de marges de manœuvre. Mais le capital ne connaît pas les frontières.

 

Une des caractéristiques de la mondialisation marchande est évidemment la mondialisation des marchés, aussi bien ceux des matières premières, que celui des capitaux, de la consommation et même ceux de la force de travail.

 

Cette mondialisation, et en particulier, celle de la force de travail a des conséquences prévisibles sur le rapport des forces entre salariés et entrepreneurs/actionnaires.

 

Le chef d’entreprise et les actionnaires ne sont plus limités au territoire national (l’Etat-nation berceau du capitalisme) pour produire et donc valoriser leur capital. Les salaires plus bas à l’étranger les incitent logiquement à délocaliser. De même que l’ouverture des frontières à la circulation de la force de travail leur permet d’embaucher à des salaires plus bas que ceux habituellement versés.

 

Cette nouvelle situation se double d’une caractéristique déterminante : l’Etat, dans son désir de libéraliser et de déréglementer, se tient en retrait et n’est plus le garant des conditions d’existence des salariés.

 

Dés lors, on assiste à une remise en question totale des acquis :

 

-          les salariés en concurrence sur le marché international de la force de travail ne peuvent plus exiger le maintien, et à fortiori, l’augmentation de leurs salaires,

-          l’entreprise, lieu essentiel pour les salariés (pas pour les actionnaires) peut quitter le territoire national, voire disparaître,

-          tous les acquis sociaux sont remis en question et les syndicats n’y peuvent rien,

-          l’exclusion remplace l’exploitation dans la conscience des salariés et le « couteau sous la gorge », ceux-ci sont prêts à tous les sacrifices pour défendre leur emploi.

 

UNE PRISE DE CONSCIENCE  BIEN TARDIVE

 

Sont totalement incongrues au regard des principes de fonctionnement de la gestion du capital, ces idées et déclarations que l’on entend couramment dans les médias :

 

L’idée qu’il serait scandaleux que l’entreprise (les actionnaires) imposent une rentabilité fondée sur la maîtrise du coût de la main d’œuvre (les salaires),

 

L’idée qu’il serait scandaleux que l’entreprise (les actionnaires), licencie pour accroître sa rentabilité  ( la force de travail variable d’ajustement),

 

L’idée qu’il serait scandaleux et inhumain, de liquider une entreprise, et de licencier son personnel, pour des questions de rentabilité financière (liquidation pour spéculer sur les marchés financiers),

 

L’idée qu’il serait scandaleux que l’entreprise privilégie les actionnaires au détriment des salariés.

 

Ces idées, émises, véhiculées, proclamées par les salariés licenciés, ou en voie de licenciements, montrent à quel degrés d’incompréhension, ceux-ci sont en matière de connaissance de ce qu’est véritablement ce système.

 

Les salariés, la classe ouvrière (comme on disait), l’ensemble des citoyens ont eu cent cinquante ans pour se rendre compte de ce qu’était le capitalisme. Des millions d’articles, des tonnes d’ouvrages, des années de discussions ont dénoncé ce système… pour rien,… ou encore pas grand-chose.

 

L’immense majorité a cru, et croie encore, qu’il était/est réformable, que les acquis chèrement arrachés à la rapacité du capital, seraient définitifs… elle s’est trompée.

 

L’immense majorité a cru en la parole des bonimenteurs politiciens qui promettaient, et promettent toujours d’humaniser le capitalisme, de faire des réformes, de défendre l’intérêt du peuple,... et vote pour eux.

 

Aujourd’hui il est trop tard, l’édifice s’écroule sur nous. Il va falloir faire preuve d’une grande imagination et d’une pratique efficace pour ne pas y laisser notre peau.

 

 

Septembre 2012                                                               Patrick MIGNARD

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 23:54

Quand Hollande veut rassurer la City de Londres

 

par Le Yéti -

 

 

http://yetiblog.org/index.php?post/hollande-rassure-la-city

Partager cet article
Repost0