Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 23:58

Je m’interroge depuis un moment déjà sur les diverses controverses « scientifiques »  sur le réchauffement climatique et leurs retentissements politiques, par exemple à Copenhague. Ce soir où jamais  a organisé un débat entre partisans du GIEC et climato-sceptiques. J’ai trouvé Georges GALAM tout à fait convainquant dans son rôle de défenseur des sciences devant l’éternel. Oui, bien sûr, qu’il ne saurait y avoir d’organisme de la science officielle, sous-entendu le GIEC (style sciences pravda), Oui naturellement, que science n’est pas démocratie et qu’il suffit d’une seule preuve pour contredire milles autres expériences contraires, etc…

Mais de vous à moi, cette question scientifique sur le fait de savoir si oui ou non le réchauffement climatique résulte en priorité des activités humaines ou des cycles solaires (par ex), ne vous parait-elle pas avoir le même degré de pertinence que la célèbre querelle byzantine sur le sexe des anges?

L’autre question qui me taraude concerne davantage les politiques : Sachant que le réchauffement climatique est loin d’être la seule calamité écologique qui nous atteint, qu’il y a également en gestation, la 6ème extinction du vivant, la fin programmée des ressources pétroles, métaux et minéraux. Sachant que les autres calamités sont incontestablement liées à l’activité humaine, il faut être bouché pour laisser faire et ne rien entreprendre. Sauf que l’admettre ce serait aussitôt remettre en question le système néolibéral, la croissance, et de cela, naturellement il ne saurait en être question, bien au contraire!

 

Oui mais, peut-on rapprocher la polémique sur le GIEC, les perspectives climatiques et le renforcement de la prise de pouvoir par le système financier du reste du monde ?  A mon sens Oui! Tout est lié Répond ici Corine Lepage .

Plus spécifiquement à propos de ce système financier, on pouvait voir aussi, cette semaine, l’émission très intéressante d'@rrêt sur images, qui confrontait la parole de Jorion ,sociologue et antropologue - l'une des rares personnes, à avoir prévu la crise des subprimes, dès 2007 - à celle d'un économiste, Henri Sterdyniak, et celle d'un journaliste économique "traditionnel", Nicolas Barré, directeur délégué de la rédaction des Echos. à voir. Si vous êtes abonnés  Notre émission est ici  et  Ses meilleurs moments sont là (selon @si), sinon.

Outre le fait que le débat aborde et informe intelligemment sur des questions d'actualités économiques:

"Les Grecs sont-ils les premiers, et les seuls, à avoir triché sur leur déficit ? La crise grecque peut-elle dégénérer en crise de l'euro ? Les médias économiques l'amplifient-ils ? Et que peut-on dire du rôle du nouveau Satan, la banque américaine Goldman Sachs ?"

C'est assez drôle de voir comment, dans ces vidéos, les échanges se font beaucoup plus vigoureux que l'absence de divergences fondamentales sur le fond ne le laisserait supposer.

Quelle mouche a donc piqué Sterdyniak? On voit bien que notre homme est vexé dans son for intérieur:

Comment oserait-on comparer des experts super pointus dans leur spécialité à des charlatans prétendument éclairés par leur ouverture humaniste?

Sachant que Jorion n’est ni un charlatan, ni un oracle, ce débat sur le possible enfermement des savoirs et son impact me semble au contraire tout à fait pertinent.

 

Comme piste sur cette question, j’ai trouvé cet interview de  Jean-Pierre-Dupuy sur Marianne2 . Pour Dupuy, le système libéral est en crise « parce qu’il a pris toute la place et ne se  trouve plus d’extériorité… » . Il a même pris la place du politique qui est devenu économiste, et même mauvais économiste.  Quant aux experts, leur « arrogance est extraordinaire. Il faudrait un Molière pour s’en moquer.  Quand je les entends,  je pense à l’inénarrable scène 3 de l’acte 2 du « Bourgeois gentilhomme » où l’on voit le maître de musique, le maître de danse et le maître d’arme se bagarrer parce que chacun considère que son Art est le meilleur et le plus essentiel. Survient le maître de philosophie qui du haut de sa chaire veut les mettre d’accord à coups d’arguments… Au bout de cinq minutes, il est mis au même plan que les autres.  Ils se bagarrent maintenant à quatre au lieu de trois… L’extériorité ne se décrète pas…» 

Par delà ce constat, il nous exprime, son vœu pour l’avenir : «  qu’une société humaine soit capable de se donner, d’une part, une image de l’avenir désirable et, d’autre part, une image suffisamment crédible pour qu’elle ne soit pas découragée d’avance d’avoir à la créer. Ces deux conditions définissent une utopie crédiblerelance, relance, relance ». Les gens qui nous gouvernent ou qui prétendent nous gouverner, veulent-ils simplement qu’on revienne sur le chemin précédent ? Or, et c’est cette capacité que de toute évidence nous avons perdue. J’entends partout le mot « nous savons que ce chemin mène à l’abyme, ne serait-ce que pour l’environnement. »

 

Dans ces conditions de « gouvernance », avec la bourse et la croissance du PIB comme unique boussole, comment s’étonner de l’augmentation considérable de la désillusion envers le politique qui est vécue aux USA ou en Europe  alors que le fossé se creuse entre les élus et leurs administrés ainsi que le constate Paul Jorion sur son Blog :

« À peine un peu plus d’un Américain sur cinq (21 %) considère aujourd’hui que la classe politique représente les citoyens ordinaires », ce rejet atteindrait quasiment le niveau qu’il avait lors de leur guerre d’indépendance au XVIIIe siècle !

Le point positif, dit-il c’est que des majorités, de l’ordre de 70 %, voire même de 80 %, et qui frôlent donc maintenant l’unanimité, se forment pour exiger que la finance – et peut-être même l’argent – joue dans notre monde un rôle plus limité que celui qu’on lui a vu jouer dans les années récentes. »

 

Est-ce réellement positif ou totalement explosif ? Un article paru sur contreinfo nous rappelle que le revenu des américains les plus riches a augmenté de façon phénoménale entre 1992 et 2007, alors que leur taux d’imposition chutait dans le même temps. C’était la période où tous les experts vantaient les miracles de l’école de chicago : il était de bon ton d’évoquer l’immense prospérité que ce système avait amené partout dans le monde entier. Partout, enfin sauf chez ces ringards de Français, qui s’accrochaient encore à leurs services publics mais décidaient finalement de rattraper la course folle, en 2007, en élisant NS.  

Aujourd’hui, nous constatons, toujours aux USA , que des des millions de chômeurs ne retrouveront pas de travail avant des années - 2,7 millions de chômeurs en fin de droits courant avril. En Grèce, en Espagne, au Portugal, en Allemagne, en France, en plus de l’inexorable montée du chômage, c’est aussi nos acquis sociaux qui se font la malle. Et d'ailleur, comment travailler plus longtemps quand le travail n’est plus ?

Une étude gouvernementale rapporte que les pertes d’emplois en France de 1980 à 2007 sont liées à la désindustrialisation et à l’augmentation de la productivité voir ici, et là. « Ainsi, l'organisation de la globalisation, depuis les choix des pays de production, jusqu'aux lieux de consommation, en passant par les filiales off shore où sont logés l'essentiel des profits, est-elle pensée pour leur (les multinationales) plus grand avantage, et in fine, celui de leurs actionnaires. ».  

Après le sauvetage des banques en 2009, les tensions politiques sont désormais plus que palpables aux USA où les partis politiques classiques (les démocrates comme les républicains) sont dépassés par le succès des mouvements « anti-systèmes », ultra-conservateurs comme celui des Tea-Party ou encore ce rassemblement autour de Ron Paul, qui selon l'excellente source dedefensa, est largement nominé au sein du CPAC d’abord parce qu’il est perçu comme un adversaire de Washington, du système, du centralisme fédéral, etc.

 

 

Avec la crise, le système néolibéral perd en crédibilité en abusant du virtualisme, en s’abritant derrière la magie de chiffres qui fleurent bon les sciences occultes plutôt qu’ils ne paraissent refléter la réalité telle que nous la percevons.

Avec son extension, n’aurions-nous pas à craindre l’explosion des forces anti-démocratiques?

 

J’ai écouté  Myriam Revault D'Allones, sur France Inter –à partir de 9’27 – faire la promotion de son livre « Pourquoi nous n'aimons pas la démocratie ». Elle y constate que « la haine de la démocratie ne date pas d’aujourd’hui. Qu’elle connaît même de nos jours un regain qu’incarnent des intellectuels tel Alain Badiou. » Elle y explique les mécanismes de ce désamour  à partir du caractère structurellement « déceptif» de la démocratie qui ne devrait pas pour autant nous en éloigner.

Elle nous invite à mieux définir ce qu’est vraiment la démocratie : un lieu où des valeurs s’affrontent autour d’un projet de société – du vivre ensemble – et non pas simplement une procédure – élective – dont le seul et unique objet serait de manager le plus efficacement cette société dans laquelle nous vivons.

Elle s’insurge sur le choix de gérer l’état comme une entreprise,  parce que c’est incompatible avec la notion de bien commun.

Elle déplore qu’on soit passé d’un régime libéral à un régime néolibéral, qui loin d’être un point d’aboutissement est au contraire un processus d’atteinte à la démocratie, et même de « dédémocratisation ». Tout cela parce que le néolibéralisme est un régime d’atteinte à la nature du conflit intérieur propre à l’homme démocratique, qui est un individu partagé entre des tendances contradictoires, non  monolithiques, et qui se doit de faire des choix.

A l’inverse, le modèle, d’un homme réunifié au nom d’un critère d’efficacité, de performance, d’un homme qui serait à la fois gestionnaire de son activité et gestionnaire de lui-même est tout simplement inhumain.

C’est pourtant là, l’un des aspects les plus redoutables de ce dogme dont elle nous dit aussi qu’il est parfaitement incarné dans le programme et les discours de Nicolas Sarkozy.

 

La période chahutée que nous traversons est aussi porteuse d’un second souffle pour les utopies ! Il n’en fallait pas plus à Ariane Mnouchkine  pour exercer une nouvelle fois son talent et nous proposer un de ces spectacles magiques dont elle a le secret. Les naufragés du Fol Espoir.  
Partager cet article
Repost0
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 09:51

La gestion Européenne de la crise Grecque me met littéralement hors de moi.

Ces gens là ont trouvé le moyen de nous imposer leur machin de Lisbonne qui devait tout arranger, et soit disant protéger de tout, de la guerre sociale, économique et militaire, tout ça pour en arriver là ?

Dites-moi que je rêve ? Que j’hallucine ? Que je délire ?

 

De fait, l’objet de ma colère se trouve résumé dans cet Extrait, trouvé sur le blog de jean-luc-melenchon

"Depuis plusieurs jours «les marchés financiers défient les états» selon le titre du journal "les Echos". En effet. Pour l’instant, la Grèce, l’Espagne et le Portugal sont sous le feu. Cet assaut peut tourner au désastre général. Ou au désastre localisé. Mais il y aura  désastre. Désastre social à coup sur si les remèdes de cheval que les libéraux de la commission et les autres chiens gardes demandent aux grecs sont appliqués. Peut-être alors ce pays, ou bien l’Espagne, ou bien le Portugal sera le premier à entrer dans le scénario latino-américain du bug qui déclenche l’avalanche. Notons qu’il s’agit de trois gouvernements socio démocrates. Les trois sont mis en demeure de faire subir une saignée à leur peuple.  Comme cela s’est passé au Venezuela, en Argentine, en Bolivie et autres contrées tellement exotiques.  Examinons un point de détail à présent. Qui sont ces « marchés ».  Les banques. Un point c’est tout. C’est elles qui exigent des taux insupportables. Les banques, hier sauvées par les Etats viennent aujourd’hui les assaillir. Les banques, sauvées par les contribuables viennent les saigner ! En Europe la situation est particulièrement croquignolesque. Car les banques ont été renflouées par les états et gorgées par la Banque centrale elle-même. Voyons!"

  Or le cas de la Grèce va faire jurisprudence. Avec l’extension au Portugal, et l’Espagne, le compte à rebours est lancé pour l'Europe par Frédéric Leclerc     Combien de temps allons nous assister, passifs, aux conséquences de cette ligne dogmatique néolibérale ?  Je trouve cette attitude totalement Munichoise, car c’est maintenant que la solidarité Européenne doit s’exprimer, car nous sommes tous des grecs européens , parce que nous allons tous passer à la moulinette de cette folie qui ravage les sociétés, les économies et le vivant et que demain quand « viendra » notre tour, il sera trop tard.   Ainsi les marchés exerceraient toutes ces pressions pour pousser les états à remettre de l'ordre dans leurs finances publiques et réduire les déficits ? Mais la dette c'est quoi après tout ? Pas forcément facile de répondre, hein ? J’aime assez quand Paul Jorion se pose des questions et donne des   Réponses sur son blog

·     Pourquoi y a-t-il de la dette publique ?

·     Pourquoi un État doit-il verser des intérêts quand il a besoin d’argent ?

·     À qui paie-t-il des intérêts ?

·     À qui l’État verse-t-il des intérêts en France ?

·     Pourquoi ne se pose-t-on jamais ce genre de questions ?  

  Paul Jorion était également invité sur ce thème à l’émission « ce soir ou jamais » de jeudi soir. Il fallait voir les postures virtualistes d’Eric Woerth, Ministre du Budget qui était l’invité de marque. Le moment le plus intéressant de l’émission, fut le coup de gueule de Paul Jorion, qui a réussi à troubler le jeu pendant les quelques 3 minutes où il a pu participer : Voir l'intervention de Jorion dans ce soir ou jamais  par contre, 3 minutes c’est trop peu pour comprendre, alors c’est bien aussi de creuser un peu plus avec le débat de fond qui se poursuit sur son blog : Jorion Video: développement post émission

 

Comment supporter davantage, les directives du Soviet Suprême Européen et de ces technocratesA la ruine totale et à l’absolue corruption de toute la pensée issue des lumières ? imbus d’eux même, nominés de façon plus que douteuse, totalement illuminés par les dogmes Friedmaniens et subtilement corrompus par les lobbyistes de tout poil ? Jusqu’où ira leur cynisme  après le sauvetage des banques ? Au sacrifice de tous nos acquis sociaux, de nos salaires, de nos retraites ? A l’anéantissement des classes moyennes occidentales (c’est un pléonasme, je sais) ?

Tandis que ces seigneurs se bâfrent tant et plus   lire ici les-retraites-en-or-des-hauts-fonctionnaires-europeens Reuters qui vous est surement passée inaperçue : « La Banque centrale européenne (BCE) a plaidé pour que la future directive européenne sur la transparence financière autorise les banques centrales , ils continuent de semer le désastre en catimini : a titre d’exemple, une nouvelle sur  à garder le secret sur des plans de sauvetage bancaire lancés en urgence. » Vive la transparence, on sent tout de suite que les financiers vont jouer à fond la transparence à la mode BCE !

 

Pendant ce temps là on nous presse de croire en la reprise, d’ailleurs le président n’a-t-il pas annoncé que le nombre de chômeurs allait bientôt baisser ? Or sans même compter les 1 millions de chômeurs qui arrivent en fin de droits cette année,  avec les manipulations statistiques constatées depuis quelques temps,  « ce qui serait étonnant, c’est qu’il en aille autrement »   d'après un blogueur du monde détecté  par le site les mots ont un sens Décidément pittoresque cette expression « fin de droits » , comme si ces chômeurs là perdaient effectivement tout leurs droits y compris celui d’être comptabilisé.  

 

Et puisqu’il n’y a même plus l’opportunité de détourner nos regards vers  la grippe A, voici le grand retour des sujets de fond : la burqua  et le voile (fut-il révolutionnaire au NPA):

Je ne résiste pas à mettre en valeur quelques extraits de l’article du redoutable Badiou à propos de féminisme et de foulard , tout en vous encourageant à le lire intégralement parce qu’il s’y trouve une multitude de points de vue atypiques sur autant de sujets (féminisme, laïcité, marchandisation, etc)

 « 9. La laïcité. Un principe inoxydable ! Le lycée d'il y a trois ou quatre décennies : interdiction de mélanger les sexes dans la même classe, pantalon décommandé aux filles, catéchisme, aumôniers. La communion solennelle, avec les gars en brassard blanc et les mignonnes sous le voile de tulle. Un vrai voile, pas un foulard. Et vous voudriez que je tienne pour criminel ce foulard ? Ce signe d'un décalage, d'un remuement, d'un enchevêtrement temporel ? Qu'il faille exclure ces demoiselles qui mêlent agréablement hier et aujourd'hui ? Allez, laissez faire la broyeuse capitaliste. Quels que soient les allers et retours, les repentirs, les venues ouvrières du lointain, elle saura substituer aux dieux morts des religions le gras Moloch de la marchandise.

23. Tout le jargon sociétal sur les "communautés" et le combat aussi métaphysique que furieux entre "la République" et "les communautarismes", tout cela est une foutaise. Qu'on laisse les gens vivre comme ils veulent, ou ils peuvent, manger ce qu'ils ont l'habitude de manger, porter des turbans, des robes, des voiles, des minijupes ou des claquettes, se prosterner à toute heure devant des dieux fatigués, se photographier les uns les autres avec force courbettes ou parler des jargons pittoresques. Ce genre de "différences" n'ayant pas la moindre portée universelle, ni elles n'entravent la pensée, ni elles ne la soutiennent. Il n'y a donc aucune raison, ni de les respecter, ni de les vilipender. Que "l'Autre", - comme disent après Levinas les amateurs de théologie discrète et de morale portative - vive quelque peu autrement, voilà une constatation qui ne mange pas de pain." »

 

Encore une preuve que la presse Pravda m’ennuie et m’insupporte terriblement sur ces questions douteuses d’identité nationale, par exemple: je goute davantage la plume des plus allumés des passionarias de la désespérance de l’époque : voir encore ce débat, découvert grâce au blog de mon hôtesse finkielkraut-badiou-le-face-a-face

 

Je m’interroge aussi sur ces féministes post modernes qui préfèrent s’acharner sur la Burqua (npa-nouveau-parti-antifeministe-par-caroline-fourest) et fermer les yeux sur les coups perfides et indirects qui sont portés au droit à l’avortement et je me demande si elles font correctement honneur aux combats et victoires de leurs ainées. En effet, de plus en plus de centres IVG ferment parce qu’ils ne sont pas assez rentables et avorter redevient de plus en plus un parcours du combattant pour les femmes qui y ont recours: Fermetures de centre IVG en Région Parisienne

 

Evidemment, à force de trahir ses promesses, à force de fuir les réalités tangibles, le système (représenté quasiment par tout le spectre politique) et ses relais (la presse Pravda) sont de plus en plus inaudibles et d’aucuns comme moi-même préférons aller rechercher des points de vues intelligibles et différents sur le NET. Pour combien de temps encore ! Il semble qu’Hadopi ne soit que le cheval de Troie qui masque tout un bataillon d’horreurs à venir pour brider et filtrer le NET à grande échelle et au niveau mondial. Avez-vous entendu parler d’ACTA ?  J’ai trouvé cet article par exemple : A propos d'ACTA , qui nous annonce sans plus de cérémonie : « le contrôle total et sans contrepartie juridique du pouvoir des Etats sur le contenu d’internet » : Berlusconi a déjà décidé de ne pas attendre et de montrer l’exemple: Berlusconi veut contrôler les video sur le net

 

Avec au moins 25 ans de retard sur le calendrier Orwelien, nous assistons à la naissance d’un Big Brother qui oh surprise aurait tout perdu ses oripeaux de communiste/nazi ect. Ce big Brother là se proclame démocrate, laïque, antiraciste, il est surtout néolibéral et dévoie une à une toutes les pensées issues des lumières, en abusant des oxymores. Voyez d’ailleurs comment ses slogans, conviennent parfaitement à l’époque dans laquelle nous vivons :

La guerre c’est la paix (Irak, Afghanistan, Yemen, etc…)

La liberté c’est l’esclavage (Sous-traitants sans papiers employés par la RATP, Suicidés de France Télécom, les vieux censés bosser jusqu’à 70 ans, les stages sous-payés très longue durée pour les Jeunes, Les grecs, les Irlandais, les Portugais, les Espagnols vaporisés par le FMI, l’EU, etc..)

L’ignorance c’est la force (Grippe A, Copenhague et le Giec, la vaporisation des chômeurs en fin de droit, des statistiques faussées et manipulées)

 

 En réfléchissant, pendant le temps que vous pouvez encore, avant d’être à votre tour vaporisé, je suis certaine que vous ne manquerez pas d’ajouter vos propres exemples et témoignages à l’appui de ses slogans.

Mais avant merci d’avoir une pensée pour nos amis Grecs, abandonnés avec une belle ingratitude par les technocrates de Bruxelle, qui ont oublié qu’après tout L-Europe-est-née-en-Grèce comme nous le rappelle, par son nom, la déesse Europa.

 

 

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 00:51
Et oui, je vous le dis et vous le répète: les temps sont troubles et on ne compte plus les symptômes qui trahissent cet état de fait!   Au delà de ce constat, je voudrais m'attarder aujourd'hui sur un phénomène qui prend de l'ampleur dans tout le monde occidental: je veux parler d'une sorte de dynamique "anti-système" qui prend naissance au coeur même de populations initialement plutôt favorables à un libéralisme "éclairé" ou moins: C'est ce qui fait toute l'originalité de ces mouvements et leur caractère remarquable.   Le site dedefensa décrypte régulièrement cette tendance particulièrement vivace aux USA, qu'il s'agisse du mouvement des Tea-Party qui s'est affirmé dans les manifestations contre la réforme de santé: Mouvement des tea party  ou qu'il s'agisse de personnalités politiques atypiques qui s'y distinguent actuellement face à Obama: Michele Bachmann après Sarah Palin    En France, cette dynamique est d'une autre nature, mais elle existe et se concrétise tout particulièrement dans le cadre de la campagne gouvernementale sur le H1N1, avec le positionnement pour le moins frileux si ce n'est polémique de nombreux professionnels de Santé. Outre les plus connus que vous connaissez déjà (ex: Marc Girard), voici ce que l'on peut trouver par exemple sur des sites web de médecins:
Le 26 Novembre , sur le blog d'un médecin traitant : Où  il est dit que "Roselyne Bachelot terrorise la population et néglige les patients à risque" et que "nous n’avons pas de preuve que les vaccins antiH1N1… protègent du virus H1N1..."   Le 22 Novembre  Un médecin qui exprime effectivement à la fois ses doutes sur les tests des vaccins non adjuvés et une certaine amertume contre les autorités et les experts.   Le 12 Novembre: Farce façon théorie du complot appliquée à Roselyne Bachelot     Article excellent, surtout si on n'oublie pas de lire le PS N°2 , qui montre bien malgré tout, ce que nombre de professionnels de santé ne digèrent pas dans cette campagne gouvernementale   Le 31 octobre  Où il est dit que "Rien n’est transparent au pays du vaccin grippal pandémique à un milliard d’euros. Ni le vaccin, ni les experts, ni l’administration, ni la Ministre."   Moi même, je fus témoin ce WE d'un dialogue téléphonique étonnant entre une de mes amies et son médecin perso: -"A votre avis, faut-il faire vacciner mes enfants docteur ?" -"Vous êtes une grande fille: c'est à vous de vous déterminer: évidemment vous pourriez toujours me demander ce que je décide de faire pour mes propres enfants et je vous répondrais volontiers" -"Alors docteur, qu'avez-vous décidé pour vos enfants?" -"J'ai décidé de ne pas les faire vacciner."   Sinon à signaler au milieu de tous les bruits qui rampent et se contredisent sur le sujet: pour ceux qui redoutent autant les complications du virus H1N1 que celles du vaccin, il existerait une autre solution: se protéger contre les complications avec un vaccin qui serait plus sur en termes de protocole de test et d'efficacité: "le pneumo 23". - évidemment c'est à creuser avec ... vos médecins traitants... complications pulmonaires et pneumo 23
Bien d'autres exemples dans des domaines divers pourraient témoigner de l'apparition d'une dynamique anti-système un peu étrange, un peu spéciale. Mais serait-ce un hasard si aux Usa comme en France cette dynamique  semble s'articuler et se cristalliser d'abord et avant tout sur des questions de santé publique? Eh bien la question restera ouverte!   @plus 
Partager cet article
Repost0
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 23:18

Bonjour,

 

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais toutes ces histoires sur la grippe A et les vaccins m'intriguent et me déstabilisent. Propagande à tous les étages.

 

J'ai trouvé ces 2 liens qui ont l'avantage de présenter des arguments rationnels -que je comprends- pour aider le quidam à se faire sa propre idée et prendre la meilleure décision.

 

Avantage: ils sont rédigés par des médecins et non par des médias, ou par des bloggers, ou par un ministère ...

 

Le premier sur la grippe A, la grippe saisonnière et les vaccins:

http://www.atoute.org/n/article134.html

 

Le second sur les vaccins en général:

http://www.claudeberaud.fr/?51-que-penser-des-controverses-sur-les-vaccinations

 

 

Cordialement

Sybille

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

                                              @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

 

considère la suite comme un commentaire !

 

__

Sybille ,


Je me permets de mettre mes liens à ce sujet :

Pendant le démantèlement de la Santé Publique , le gouvernement nous fait croire qu'il se soucie de notre santé ...Oh! Oh! Oh! (Que fait il pour les 200000 personnes qui couchent  dans la rue ? )


Pressions  sur le gouvernement polonais, qui ne veut pas acheter de vaccin sans études sérieuses démontrant leur sécurité et leur rapport bénéfices - risques.

http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2009/11/23/la-pologne-refuse-les-vaccins-mal-testes-contre-la-grippe-a.html

 


 

Emission propagande avec   des spécialistes  pro-vaccinations


http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/lateteaucarre/index.php?id=85572

 

 

L'émission qui suit celle ci-dessus ...Je sais , encore Marc Girard , mais bon ...avec tout ce que j'entends , ...

 

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1793



ET


http://mots-croises.france2.fr/59063812-fr.php

rediffusé je suppose  dans les heures qui viennent  (tous opinaient à chaque mot de la ministre sauf (et heureusement , Mme Michèle RIVASI ...)

 

 


Partager cet article
Repost0
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 01:33
Il parait qu'à Berlin, des victimes d'Ostalgie se soignent à coup de produits dérivés, ces  bonus du pauvre. Jusqu'où ira donc la dernière revanche du capitalisme?  Tu imagines un peu tout ce potentiel de "Business" de la mort:  3 € la minute de frisson avec la Stasi, 10% de remise exceptionnelle sur votre prochaine semaine de vacances au goulag,  etc ...    Enfin laissons là ce drôle de syndrome; grace à lui, j'ai enfin trouvé de quelle étrange maladie je souffre: La Westalgite aiguë !   Peut-être, même que je fus contaminée dès ma naissance quelque part dans les années Kennedy ! Magnifique Kennedy à Berlin, en 1963, lorsqu'il scandait "ich bin ein berliner, ich bin ein berliner"


 http://www.dailymotion.com/video/x16vbx_1961-kennedy-ich-bin-ein-berliner_blog Parce que j'étais trop jeune en 1968, parce que j'avais manqué les premiers pas d'Amstrong sur la lune: http://www.youtube.com/watch?v=4TJtrcFn_mY, que j'avais aussi raté Woodstock http://www.youtube.com/watch?v=ESmPloYlXJs, avec le sentiment d'être née trop tard, au beau milieu d'une génération perdue à jamais.   Ainsi, lorsque je m'éveillais à la conscience politique vers le milieu des années 70 c'est naturellement que mon coeur allait vibrer à l'unisson de tous les peuples opprimés de la terre. 
Chili 73 : J'allais voir des films comme "la spirale", découvrais les horreurs de Pinochet et fredonnais les airs des Quilapayun persuadée en effet que "El Pueblo Unido Jamas Sera Vencido"!






http://www.youtube.com/watch?v=fvlgM70tBGcLe Chili de Pinochet (1973)   Argentine 76 : En cours d'espagnol, j'imposais ma loi. Je voulais tout savoir des dictatures d'Amérique Latine. J'écoutais tous les artistes engagés quelquefois jusqu'au péril de leur vie, des voix comme celle de Mercedes Sosa reprenant la superbe chanson de Isabella Parra :"Daba gracias à la vida...)




 http://www.youtube.com/watch?v=WyOJ-A5iv5I . Mais voilà, encore une fois la terreur politique imposée par ces généraux qui firent disparaître plus de 30000 Argentins se doublait d'une thérapie de choc ultra libérale.   Les disparus d’Argentine (1976)   Watergate : Comment en vouloir à l'oncle SAM, qui avait installé toutes ces dictatures, alors même que le peuple américain nous donnait une incroyable leçon de démocratie en fichant dehors son président Nixon? Fabuleux Robert Redford dans "les hommes du président" http://www.cinemovies.fr/bande-annonce-6815-30547.html . Fabuleux Bob Woodward du washington Post, enfin du moins c'est ce que je croyais jusqu'à ce que ces histoires d'espionnage et de coups montés ne me viennent à l'oreille (http://www.silentcoup.com/)     Évidemment, je ne savais pas qu'à la brutalité politique s'ajoutait une violence économique inspirée par les conseils de Milton Friedman en personne. (voir dans cet extrait, le résumé du chapitre chilien de la stratégie du choc, de Naomie Klein)
Dans les années 80, pour tout bagage j'avais 20 ans




http://www.dailymotion.com/video/xekid_leo-ferre-vingt-ans , et ma vie se dissipait dans des vapeurs de spleen et plaisirs de jeunesse qui réussirent trop bien à ranger au plus profond de mon subconscient, le début de la servitude mondialisée devant les stock-options.  
UK  : Médusée, j'assistais aux débuts du mouvement punk, cette antithèse du mouvement hippie: quoique !  L'Angleterre pré-tatcherienne faisait le plein d'énergies sombres. (réécoutez My ways par Sid Vicious)



  http://www.youtube.com/watch?v=WIXg9KUiy00 Même s'il fallut la guerre des Malouines pour que Tatcher porta haut le fanion de l'école de Chicago La guerre des malouines (1983) Je crois bien avoir raté l'essentiel du message, ce "No future", qui résonne encore de manière si tellement contemporaine.   Usa : A l'opposé de sa cousine anglaise, l'Amérique de Reagan était grisée par la fièvre du Samedi soir, le hip-hop et Mickael Jackson


 http://www.youtube.com/watch?v=kXhy7ZsiR50 ; elle s'apprêtait à imposer partout son modèle néolibéral ne sachant pas encore qu'elle venait d'atteindre le Zénith de sa puissance.  Pour elle, rien ne pourrait jamais stopper la marche du progrès incarné dans la frénésie de consommation à outrance. Rien et surtout pas le monumental film "Koyaanisqatsi"  avec sa superbe bande son de Phill Glass.


http://www.youtube.com/watch?v=PirH8PADDgQ . Ce film arrivait sans doute bien trop tôt pour marquer profondément et durablement nos consciences, bien avant Homes et le syndrome du Titanic, sans voix off, avec une dimension éminemment spirituelle (Ko-yaa-nis-qatsi (tiré de la langue Hopi), dont le nom signifie. 1. vie folle. 2. vie tumultueuse. 3. vie déséquilibrée. 4. vie se désagrégeant. 5. mode de vie non viable devant être remis en question) : l’avancée de la technologie sur la nature   France : Selon les apparences, en opposition de phase, la France de Mitterrand se prétendait socialiste, rejetait la peine de mort et se moquait de la perfide albion en découvrant naïvement la magie des actions et des marchés.


 http://www.dailymotion.com/video/x1qopc_renaud-miss-maggie-live-86_music Elle se voulait la vitrine d'une sorte de 3ème voie Européenne dont la perspective s'estomperait chaque jour davantage au fur et à mesure que la social démocratie vendrait son âme au diable.      Allemagne : Ici, dès 1975, le titre "radioactivity" de Krafwert,  anticipait déjà la catastrophe de Tchernobyl, qui survint 10 ans plus tard;


 http://www.dailymotion.com/video/xa7ef_kraftwerk-radioactivity_events. Des transfuges de l'est entonnaient par avance le chant de toutes les libertés: Souvenez vous de Nina Hagen



http://www.dailymotion.com/video/x2ghn2_nina-hagen-unbeschreiblich-weiblich_music   et de Klaus Nomi


 http://www.youtube.com/watch?v=C_A6IR58Htg   . Partout, le SIDA soulignait de façon morbide la mondialisation tout en sonnant le glas des années "Sex and Drug and Rock and Roll"! 
Mais la déchirure Allemande se rendait de plus en plus insupportable et nous étions tous redevenus Berlinois le temps d'un film en découvrant Nick Cave dans les ailes du désir


http://www.youtube.com/watch?v=ZS_GagmpfvU  
Sans le savoir, nous prenions déjà le tournant des années 90. L'école de chicago, après avoir conquis l'amérique de Reagan et l'angleterre de Tacher, venait de réussir à infiltrer les plus hautes instances mondiales et en particulier le FMI, tandis que le monde communiste commençait à montrer des signes d'essoufflement.
Pologne : Bien que je les trouva plutôt sympathiques ces ouvriers des chantiers navals de Gdansk, l'ombre du pape Jean-Paul II et de la CIA m'empêchèrent de supporter totalement la cause de Solidarnosc façon Jean-Michel Jarre.




http://www.youtube.com/watch?v=0kQEvGmnkCQ .  Hélas, Je n'avais pas remarqué non plus le tour de passe passe: pour un misérable prêt du FMI, la ¨Pologne alors au bord de la faillite fut contrainte de se plier au diktat néolibéral. C'est ainsi que les mines, les chantiers navals et les usines d’Etat durent être vendus au privé. En quelques années, Exit les coopératives! Exit Lech Valesa! Exit Solidarnosc! Le naufrage de Solidarnosc   Fin de l'apartheid :  Pendant toutes cette période mon âme métissée réclamait régulièrement sa part de rythme et de sensualité. Je surfais sur les différentes vagues de la World Music: A la vague Africaine succédait celle du Raï et celle de la salsa. Nous voulions croire à la diversité, aux droits de l'homme etc..  C'est avec enthousiasme que nous avions acceuilli la musique de Jonnhy Clegg



http://www.youtube.com/watch?v=wUX3AK6wRzM et avec un enthousiasme bien plus grand que nous avions reçu la nouvelle de la libération de Mandela. Oui, mais une fin de l'apartheid placée sous contrôle du FMI: L’économie confisquée en Afrique du (...) . Très loin de l'ouverture du monde à laquelle j'aspirais, c'est l'inverse qui se produisait et des titres comme "Faut-il avoir peur de l'Islam?", allaient fleurir dans les médias pour appuyer une théorie du choc des civilisations chère à Fukuyama et Huntington.
Le flot de ma Westalgie s'arrête donc à cette époque qui vit la chute du mur, la fin de l'URSS, la fin de Gorbatchev, les débuts de l'Europe de Maastrich et la première guerre en Irak!     20 ans plus tard, en marge des célébrations de l'évènement à Berlin, un sondage international est venu étayer ma rêverie nostalgique, en témoignant d'une hostilité au capitalisme qui s'amplifie partout dans le monde, avec la France comme championne toute catégorie. http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2881 Le néo libéralisme expérimental des dictatures, puis adolescent en Angleterre et aux USA s'est déployé partout dans le monde après s'être infiltré dans les grandes instances internationales.   Je suis persuadée que nous atteignons ce moment dangereux où la démocratie représente un frein à son développement. Faudrait-il abattre le mur de la pensée unique avant que d'y être totalement enfermé? http://www.superno.com/blog/2009/11/abattons-le-mur-du-capitalisme/ Pour le remplacer par quoi?  Et de quelle façon?   J'ai peut-être déniché ce qui pourrait être une piste: faire appel aux pouvoirs mystérieux de la "conscience globale".  J'espère que "Le Global consciousness project", présenté ici comme un véritable projet scientifique vous fera rêver, un peu http://www.lesmotsontunsens.com/esprit-modifie-agit-matiere-distance-global-consciousness-project-6115  ... Un peu comme moi jadis avec la fabuleuse mystification de la mémoire de l'eau!     @plus
Partager cet article
Repost0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 14:23


L'identité citoyenne menacée par la nouvelle raison du monde


Cette semaine, c'est le Sarkosisme cynique et triomphant qui m'inspire, une fois n'est pas coutume ...  quelques réflexions style/genre philosophiques.
Au delà de la manœuvre électorale, quelle est donc l'opportunité de débattre sur l'identité nationale? Telle est la question posée très justement par Malakine: http://horizons.typepad.fr/accueil/2009/10/fautil-debattre-de-lidentite-nationale.html   En effet, qui dit nation, dit état et on peut s'interroger sur la stricte définition de cette notion dans nos univers globalisés, comme le font J.Buttler et G.C Spovack, dans un essai dialogué "l'état global" : "De quels états parlons nous? Les états sont des lieux déterminés de pouvoir mais l'état n'est pas tout le pouvoir possible. L'état n'est pas toujours l'état nation..." .  La question n'est pas si simple et les auteures soulignent "les paradoxes contenus dans la structure même de l’État, qui au lieu de garantir le sentiment d’appartenance va mettre en place des dispositifs d’exclusion." 
Exclus en raison de "leur âge, leur genre, leur race, leur nationalité", certains se retrouvent en quelque sorte
apatrides et privés de droits et de statuts. On voit bien le calcul de Sarko exploitant ce mécanisme d'exclusion des états-nations inscrit au cœur d'une lutte contre l'immigration censée avoir la 'vertu' de cimenter notre identité nationale.
Le lien suivant résume l'essentiel du dialogue entre les 2 auteures: http://www.sceren.fr/magphilo/philo21/critique_l_etat_global.htm  
Et l'impérialisme ou le nationalisme sont-ils encore et toujours le côté obscur des états-nation? Cet essai revisite la pensée d’Hannah Arendt  au sortir de cette  2ème guerre mondiale en partie causée par cette folie impérialiste et nationaliste; il évoque sa  répulsion pour "l’État-nation, universel et se voulant protecteur des droits des minorités, comme forme d’administration de la démocratie", et aussi ses réserves quant à la création du futur état juif, alors qu'elle devine les futurs éléments de fractures et d'exclusion au Proche-Orient.
Ces fractures ont, depuis, largement débordé leur cadre géographique au point que certains fantasment sur la recrudescence de l'antisémitisme en France. Jacques Attali réfute fermement cette recrudescence de l'antisémitisme dans une interview  très intéressante qui fait également écho à la pensée d’Hannah Arendt, en pointant du doigt les excès de l'état-nation Israël. http://www.courrierinternational.com/article/2009/10/26/jacques-attali-l-antisemitisme-et-la-propagande-israelienne 
Cet essai nous invite surtout à dépasser la problématique d’Hannah Arendt : - Ces mécanismes d'exclusions sont-ils l'apanage des états-nation ? - Ne pourrions nous pas les identifier pareillement dans les formes plus modernes de l'état global ?
Rappelez-vous, en 1989, ce mur détruit qui symbolisait nos rêves, en appelant la fin de l'histoire puisque partout dans le monde, la liberté, la démocratie et les droits de l'homme allaient enfin pouvoir se répandre !
Et bien, ces rêves, que sont-ils devenus ? Comment se sont-ils ancrés dans notre réalité d'aujourd'hui ? Télérama nous interpelle à ce sujet, à l'occasion de cet anniversaire : "Vingt ans après la chute du mur de Berlin,
18 000 kilomètres de nouveaux remparts vont bétonner les frontières partout sur la planète. Mesure de protection ou dangereux désir d'exclusion ?"  http://www.telerama.fr/idees/allons-nous-tous-finir-emmures,48848.php    Vous rappelez-vous aussi, nos rêves d'Europe incarnés dans un projet qui semblait garantir la paix et nous mettre définitivement à l'abri des totalitarismes dans une démarche «Plus jamais ça» que n'aurait pas reniée Hannah ? 
Alors, ce projet, ce rêve qu'en est-il donc advenu ? Noyé ! Fichu ! Foutu !
Et tout cela parce qu'il se réalise selon une dynamique d'exclusion des citoyens Européens dont la démonstration se fait toujours plus criante depuis le référendum Français 2005. De fait, la citoyenneté Européenne en a pris un sacré coup, à un tel point que même les sponsors de la première heure se retrouvent embarrassés comme nous le montre Edgar en pointant un double paradoxe dans les thèses de Habermas, philosophe et partisan de cette Europe dont nous rêvions tous ou presque: "1. Il (Habermas) récuse l'existence d'une identité européenne aujourd'hui, socle d'une véritable démocratie, mais réclame un vote à travers toute l'Europe sur une démocratisation de l'Union européenne, comme si cette identité européenne existait déjà ; 2. Il fait de la démocratie le cœur de la vie politique, à juste titre, mais soutient l'Europe - qui menace la démocratie selon ses propres termes - au nom de la science. " http://www.lalettrevolee.net/article-jurgen-habermas-sur-l-europe-38432278.html   Pourtan, force est de reconnaitre que le projet Européen, y compris celui de nos rêves, conduisait à une certaine forme de globalisation qui tendait nécessairement à affaiblir les états-nation Européens. C'est d'ailleurs, peut-être, la seule réussite de l'Europe des traités de Maastricht à Lisbonne et ce succès s'inscrit parfaitement dans ce que nous appelons désormais la mondialisation.
Mais avec le déclin généralisé des états-nation, la question reste de savoir où s'exerce le pouvoir et par qui? Et dans la foulée, de regretter qu'il n'y ait pas d'invitation à débattre autour de l'identité..citoyenne plutôt que sur l'identité nationale!
La globalisation rend les frontières et les territoires mouvants et poreux pour le citoyen dont le poids et la représentation démocratique se retrouvent amoindris sans qu'il ne s'en rende compte. Ainsi en a t'il été de l'élargissement à 27 de l'Europe, ainsi en sera t'il de la nouvelle régionalisation.
Quelle ironie pour la France jacobine ainsi sommée de se fédéraliser ! Au delà de la
réforme territoriale, tout se passe comme si l'exception Française et sa prétention universaliste devaient être inéluctablement liquidées, sa maxime "liberté, égalité, fraternité" définitivement vidée de son sens, et sa république devenir, non plus la chose du peuple mais la chose des élites, des experts, et autres lobbyistes, sur le modèle de l'Europe de Lisbonne.   http://www.geopolintel.fr/article154.html   Cette confiscation des pouvoirs de la part des élites s'accompagne de la disparition du contrat social qui fut l'apanage des états-nations d'après guerre, de la mort des services publics dont les activités sont transférées à grand frais vers le privé et enfin, de la dissémination dans tous les secteurs des méthodes néolibérales de management d'entreprise:
Sur un autre plan, en France comme en Italie c'est la liberté d'expression qui est touchée; nous sommes d'ailleurs tombés à la 43 ème place du classement RSF, derrière le mali, l'Afrique du Sud ou l'Uruguay. http://www.lesmotsontunsens.com/classement-liberte-de-la-presse-rsf-france-43-eme-5892
Nous voyons donc comment notre époque se rapproche (déclin des état-nations) et s'éloigne (déclin démocratique) des projections d'Annah Arendt qui s'en tenait principalement à des considérations politiques. Ce qu'elle ne pouvait prévoir, c'est l'avènement du Néolibéralisme, cette nouvelle raison du monde qui se constitue peu à peu en état global déterritorialisé. Pour mieux comprendre comment nous en sommes arrivés là, je vous recommande de lire l'ouvrage de Pierre Dardot et de Christian Laval, ainsi que les 2 articles de fond de Jean Claude Werrebrouck diffusés sur Contre Info:
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2853 http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2860 http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-La_nouvelle_raison_du_monde-9782707156822.html Ci-après un extrait de la présentation de ce livre, très complémentaire à la "stratégie du choc" de Naomi Klein. "Par des voies multiples, le néolibéralisme s’est imposé comme la nouvelle raison du monde, qui fait de la concurrence la norme universelle des conduites et ne laisse intacte aucune sphère de l’existence humaine, individuelle ou collective. Cette logique normative érode jusqu’à la conception classique de la démocratie. Elle introduit des formes inédites d’assujettissement qui constituent, pour ceux qui la contestent, un défi politique et intellectuel inédit. Seule l’intelligence de cette rationalité permettra de lui opposer une véritable résistance et d’ouvrir un autre avenir."
La crise multiple que nous subissons, loin de calmer le jeu, va exacerber ces tendances. Le capitalisme apparemment affaibli, entend bien ressusciter en sacrifiant la noble cause écologique à la logique des marchés. De tous les enjeux écolos, c'est la cause climatique qui offre le plus gros potentiel en termes de marché et c'est donc celle dont on nous parle le plus. Les autres problématiques sont pourtant tout aussi redoutables sinon plus (fin des ressources naturelles, la 6ème ou 7ème extinction du vivant), et ces dernières sont incontestablement liées directement à l'activité humaine, bien plus surement que les bouleversements climatiques si j'en crois  cet article du monde: http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/10/20/climat-et-si-le-rechauffement-faisait-une-pause_1256238_3244.html#ens_id=1234881 Faut-il déplorer ou au contraire se réjouir de ces polémiques scientifiques sur le réchauffement climatique, en ce sens qu'elles pourraient nous conduire à une critique bien plus radicale du système? Et la question de la survie des espèces vivantes, n'est-elle pas celle qui laisse le moins d'échappatoire quant à la remise en cause radicale de nos modes de vie? Voir à ce propos, les photos étonnantes de l'article "Géocide : ainsi meurent les albatros" http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2868     Pour finir, loin, très très loin du lamentable Sarko débat, je dirais que le néolibéralisme, la mondialisation et l'Europe des traités n'auront tenu aucunes de leurs promesse, si nous acceptons le triste constat: il y a aujourd'hui, dans le monde, plus de mur, plus de guerre, moins de démocratie et finalement moins de richesses. Et parce que l'empire néolibéral est désormais incapable de nous faire rêver, le citoyen du monde, ne devrait-il pas redoubler de vigilance et craindre à nouveau le retour des débordements totalitaires qui furent jadis portés par les nations? 
  @ plus 
Bonus :
Partager cet article
Repost0
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 11:57
A l'approche d'Halloween, âmes sensibles ou fanatiques du bon goût s'abstenir !  
  • Alors que la campagne de vaccination H1N1 vient tout juste de commencer, les français restent méfiants comme s'ils redoutaient une obscure machination d'un non moins obscur "docteur Mabuse". Ils ne semblent pas faire confiance aux experts pas plus que la moitié du corps médical. Ces experts, d'ailleurs, qui sont-ils donc, s'ils ne sont pas médecins? 
    http://www.mediapart.fr/club/blog/wiking60/221009/grippe-ah1n1-qui-seme-la-peur-recolte-les-mefiances
  • Là c'est Eric Besson soignant son remake des Chasses du Comte Zaroff  et pratiquant la chasse aux Afghans de Calais .
    http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/10/15/le-renvoi-par-avion-des-afghans-de-calais-est-indecent-et-incoherent_1254400_3232.html
    Au mépris du droit d'asile, ils sont renvoyés en Afghanistan, en attendant qu'Obama prenne la décision de s'enfoncer plus avant dans un conflit qui a si peu de sens que les Italiens trouvent plus judicieux d'acheter directement la paix aux Talibans.
  • Ici c'est carrément un scénario de type snuff-movies, où la fine fleur de intelligentsia française parait disposée à ériger le viol en œuvre d'art pourvu que l'acte soit commis par un géni. Et certains -pourtant issus de la vraie gauche- n'hésitent pas à prendre leur revanche sur le féminisme, avec un accent puritain et moraliste des plus Tartuffe- voir cet extrait par ex: "On peut aussi se poser quelques questions au sujet de cette Lolita dont les charmes firent déraper le cinéaste, et que personne n’obligeait à se rendre en sa seule compagnie en un appartement désert pour y poser seins nus (c’est elle qui raconte) devant son objectif : l’ingénuité aussi a des limites" http://www.politis.fr/Crocodiles,8257.html
  • Là, c'est un Sarkozy qui tente de nous hypnotiser avec ses discours vertueux : "pour réussir il ne faut plus être bien né", au moment même où il fait couronner sa progéniture au bal des maudits élus qui se jouent des élections en jetant leur bulletin de vote aux charognes.
  • Ici encore dans le procès Clearstream, Sarkozy et Villepin se la jouent "combat des Titans", comme s'il n'y avait pas d'autres victimes ! Plutôt indigeste le scénario que l'on veux bien nous présenter. Denis Robert soudain inspiré par le "Portrait de Dorian Gray", a "choisi" de se taire et de se mettre à la peinture: désormais, nous chercherons en vain la réalité cachée derrière la chambre de compensation!
    http://www.ladominationdumonde.blogspot.com/
  • Je vous le dis, effet de saison ou pas, l'irruption du gore est partout, partout ... même chez les peoples.

Je veux parler du buzz des photos de la chanteuse Diam's dans Paris Match: Je me souviens, juste avant les élections présidentielles 2007, mes gosses avaient réussi à me trainer dans un concert de Diam's : la gamine, la main de son pote sur l'épaule, porte drapeau de l'intégration façon black-blanc-beur, encourageait les jeunes à voter pour n'importe qui mais VOTER! J'avais failli verser une larme! Mais voilà qu'à présent, d'aucuns se demandent si la jeune femme n'est pas victime de quelques maléfices, de quelques sorcelleries tout droit sorties d'une réincarnation islamique du Moine de Lewis (traduction d'Artaud, de préférence). Dans un fantasme Durasien, je l'imagine sublime, forcément sublime, celle qui nous exhibe ainsi son voile et sa colère ! A moins qu'elle ne nous cache sa peine de voir à tout jamais sombrer ses rêves de lumières et les promesses d'égalités.   Tandis qu'ici ou là la rébellion se masque outrancièrement sous des voiles, des cités ghettos enfantent des clones de Rosemary's baby qui se constituent en mafia, qui prospèrent en imposant leur loi, petits soldats de la terreur, Sections d'Assaut locales éventuellement disponibles pour aider à rétablir "l'ordre" sur leur territoire en cas d'émeutes (cf 2005). Ces gens là ne sont que rarement inquiétés, en tout cas bien moins souvent que d'autres comme Ounoussou Guissé, Français de naissance, hussard parachutiste mais... bientôt déchu de sa nationalité: http://www.lesmotsontunsens.com/ounoussou-guisse-francais-de-naissance-hussard-parachutiste-et-bientot-dechu-de-sa-nationalite-5774
  Que dire sinon que "l’horreur, en effet, fonctionne toujours sur un envers qui reste caché, présent bien que hors-champ – comme le centre invisible d’un film qui se meut toujours à la périphérie." Que le philosophe me pardonne de détourner ainsi ses propos sur le cinéma d'horreur. http://www.ombres-blanches.fr/prochainesbr-rencontres/detail/rencontre/480/eric-dufour/le-cinema-d-horreur-et-ses-figures.html   Qu'y a t'il donc hors champs de toutes ces horreurs?
J'y vois bien entendu les effets destructeurs d'un système qui se concrétisent avec la crise!
Cette peste va t'elle continuer de se répandre? C'est ce que suggère un article sur contre-info, le « oui » irlandais ayant débloqué l’armée de l'ombre ordolibérale, cette version allemande du Néolibéralisme qui promeut une sorte interventionnisme libéral :   "la population va devoir payer les gabegies de la finance internationale qui a réussi, encore une fois, à socialiser ses pertes. Parmi la population, comme les pauvres le sont trop et que les riches sont exemptés, c’est sur la classe moyenne que reposera l’essentiel de la charge de l’ajustement.
L’euthanasie de la classe moyenne, voulue par les néolibéraux, pourra ainsi se poursuivre, avec pour objectif : la Tiers-Mondialisation de la planète. En ce sens, l’Europe ordolibérale du traité de Lisbonne s’inscrit parfaitement dans le dispositif néolibéral"http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2835   Je me souviens François Mitterrand qui avait gagné Mastrich en 1991, lorsqu'il n'avait pas encore son look de Nosferatu, malade d'avoir trop sucé le sang déjà contaminé de la social démocratie. C'est alors que j'avais découvert Jean-Pierre Chevénement et son combat Républicain. 10 ans durant, scrutins après scrutins, j'ai choisi mes candidats à l'aune de l'évidence de ce combat. Aujourd'hui, je ne suis même plus capable de partager l'hommage que contre-info rend au CHE, " l’un des trop rares hommes politiques français à avoir une vision d’homme d’Etat, fidèle contre vents et marées à ses convictions, ce qui ne peut que susciter le respect." pas plus que ses analyses et arguments ne réussissent à me convaincre désormais. http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2836  
Tous ces stigmates semblent nous laisser impassibles comme jadis les étoiles jaunes sur nos frères et nos soeurs, mais ils masquent de plus en plus difficilement le buste de Marianne éviscéré. Réveillons nous avant d'être tous transformés ... en morts vivants!   @plus Bon WE   En Bonus: hommage à Mercedes SOSA décédée récemment: http://www.youtube.com/watch?v=BcID17wcZHU
Partager cet article
Repost0
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 20:34
Ces derniers jours, une vague d'euphorie s'empare des marchés financiers, l'AFP nous affirme que les germes de la croissance, apparus au printemps, se sont enracinés. http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5g3R5ICmCdAHOLUAB-RXL-hMUD5mA   En effet telle est l'impression, certe douce à l'oreille, qui se dégage en écoutant les radios, les TV et en lisant les news.   Enfin presque toutes! Parce que nos cassandres préférés recommencent à donner de la voie.   Bill Bonner lance une alerte au krach dans la chronique agora: "nous hissons le drapeau une fois encore !" hurle t'il de peur de ne pas être entendu. Pour lui, toutes cette euphorie ne serait qu'une énorme bulle, inéluctablement suivi par un krach de très grande ampleur . Et de nous expliquer entre autre comment la consommation US grimpe... parce que la croissance baisse !
http://www.la-chronique-agora.com/articles/20091014-2197.html   Le LEAP octobre vient de sortir: pour eux bien entendu, la chute du Dollar et la fuite des capitaux hors du pays anticipent la cessation de paiement des USA et placent l'Europe devant un choix Cornellien: Soit les Européens "s'affirmeront comme des acteurs-clés de la structuration du monde de demain en affirmant leur propre vision de l'avenir et en cherchant les partenaires ad hoc sans exclusive ; soit ils se contenteront d'être des victimes consentantes du naufrage de l'Occident en suivant aveuglément Washington dans sa descente aux enfers" http://www.leap2020.eu/GEAB-N-38-est-disponible!-Crise-systemique-globale-L-Union-Europeenne-a-la-croisee-des-chemins-en-2010-complice-ou_a3879.html 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 22:56










D UNE RIVE
 
A L AUTRE
 
DE

L OCCIDENT




PAR SYBILLE



Cette semaine, je pense avoir ramené dans mes filets, plusieurs pépites assez consistantes:
  • Dans les eaux troubles internationales, le plus gros poisson est sans doute le scoop de la semaine sur cette fronde monétaire secrète visant à précipiter la fin du dollar.
    Important pourquoi? Essentiellement parce que l'article en question permet de cerner en arrière plan et par delà les enjeux du moment, le rôle du dollar dans le maintient de l'hégémonie américaine et ce qui s'est réellement joué dans les années 2000 à 2004 : l'adoption de l'Euro, son rejet par Angleterre jusqu'au déclenchement de la guerre en Irak. L'hégémonie américaine et le dollar n'auront finalement gagné que quelques années supplémentaires de sursis jusqu'à la crise.
  • Extraordinaires justement, les visages de cette crise aux USA : Tandis que la bourse à gagné 60% en 6 mois, je découvre, médusée, le chao qui s'abat sans pitié sur les classes moyennes américaines, dans plusieurs témoignages bouleversants. Ce sacrifice de la classe moyenne aux USA, s'il était confirmé serait un épisode majeur et significatif de la crise actuelle.
  • Sur notre rive de l'occident, la semaine fut singulièrement riche en événements qui témoignent à leur façon de la dislocation de nos sociétés: plébiscites de la peur, lynchage de 'traitre' ainsi qu'une très curieuse épidémie de victimes.
Si nous nous décidions enfin à voir tous ces signes comme autant de traces des ravages du néolibéralisme, cette idéologie totale qui ne se limite pas à promouvoir la concurrence libre et non faussée, cette idéologie de déstructuration et de fragmentation des sociétés, cette idéologie morbide pour les humains autant que pour le vivant sans doute pourrions nous échapper au pire et reprendre un peu de notre libre arbitre! C'est peut-être aussi cela le message et l'espoir du "Syndrome du Titanic".

 
Fronde Monétaire et Fin de la Suprématie du dollar:
Un grand reporter, Robert Fisk, correspondant de The Independent, nous annonce le 06/10/09 dans un article très remarqué un peu partout dans les medias ( le monde, France Inter, dedefensa, Leap, contre info, etc...) que les pays Arabes du Golfe Persique planifient - avec la Chine, la Russie, le Japon et la France - de mettre fin à la facturation du pétrole en dollars, et qu'ils vont utiliser à la place un panier de monnaies, dont le yen japonais et le yuan chinois, l’euro, l’or.
Vous le trouverez traduit en français sur contre-info et c'est très intéressant. http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2828
Cet article a déjà provoqué une hausse sensible des marchés de l'or, ainsi que des démentis appuyés mais pas forcément convaincants de la part des pays concernés. "Malgré les démentis, la perspective d’un abandon du dollar dans les marchés pétroliers du Golfe revêt une importance considérable, estime Robert Fisk. Elle traduit non seulement le ressentiment croissant de la région à l’égard de la superpuissance américaine déclinante, mais aussi la prise en compte par les pétro-Etats du nouveau rapport de force naissant, où la Chine jouera un rôle de premier plan" Commentaires de contre info et 2ème article de RF: http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2829
Les Pétrodollars à l'origine du conflit en Irak
En arrière plan, cet article nous renseigne aussi sur les véritables motivations de la guerre en Irak.
Cette guerre je ne l'ai jamais vraiment comprise et me suis souvent posée une foultitude de questions: D'abord il y a eu ces histoires fumeuses d'armes de destructions massives, et ces histoires à dormir debout sur le rétablissement de la démocratie (oui mais alors pourquoi ne pas l'avoir fait dés la 1ère fois?), et ce lien incompréhensible entre al-qu'Aïda (des fous de dieu du 9/11) et l'Irak (dictature horrible, certes, mais laïque). Il y avait aussi le pétrole, (oui mais alors pourquoi l'Irak qui était la seule puissance à pouvoir faire contre poids avec l'Iran?). De fait le pétrole, était tel un train qui en cachait un autre: Le dollar.
 
En 2000, l'Euro venait tout juste d'être adopté, par les Européens sauf les anglais -  "Les Chinois pensent d'ailleurs que les Américains ont persuadé la Grande-Bretagne de rester en dehors de l’euro afin d’éviter un mouvement plus précoce de désaffection par rapport au dollar" -, et l'Irak a converti toutes ses transactions pétrolières en Euros et a scellé son destin. : "... les banquiers se souviennent de ce qui est arrivé au dernier pays producteur de pétrole du Moyen-Orient qui ait décidé de vendre son pétrole en euros plutôt qu’en dollars. Quelques mois après que Saddam Hussein eut claironné sa décision, les Américains et les Britanniques ont envahi l’Irak." C'était en 2003 alors que d'autres pays producteurs comme le Venezuela menaçait d'en faire autant.
L'une des 1ère mesures immédiatement prise après l’invasion de l’Irak fut de réinstaurer le dollar US comme seule monnaie de paiement du pétrole irakien.
 
Pas étonnant que certains relèvent l'opportunisme des USA après le 9/11, voire s'en étonnent, avec des arguments plus ou moins capilotractés.


DOLLAR US (VOIR PHOTO EN DEBUT DE BILLET)
                                Bluffant, hein, les Twins sur les dollars! Vous connaissiez?
Non? Donc, pour vous détendre uniquement et si vous avez un billet de 20$ qui traine, vous pouvez vous entrainer à cet exercice origami très spécial et remarquablement documenté sur le site: http://www.nouvelordremondial.cc/pliage-des-dollars-americains-wtc-twin-towers/
 
 
Les visages de la crise aux USA:
La situation semble particulièrement tendue aux USA et dedefensa ne mâche pas ses mots dans les extraits suivants:
D'abord avec cette citation de l'Observer: "la Californie, est en passe de devenir ce que les experts du Pentagone nomment “a failed state”.
Cet article "a fait grand bruit aux USA. (L’expression “failed states” concerne ces pays, surtout africains, qui sombrent dans un cycle incontrôlable de pauvreté, de corruption, d’anarchie et de désordre, qui retournent à un état de semi-sauvagerie et d’absence de droit jusqu’à ne plus exister en tant qu’Etat structuré, selon les normes civilisées, ou dites telles.")
 
"L’état d’esprit des républicains .... s’apparente presque à l’idée d’un “coup d’Etat constitutionnel” contre Obama".
 
"Les USA sont entrés dans un automne très sombre, où tout est désormais en place pour créer les pires conditions imaginables en cas d’accident brutal, d’explosion qu’on n’a pas prévue au moment et dans le domaine où elle a lieu; que ce soit une brusque aggravation de chômage pour tel mois, un effondrement du dollar, un revers particulièrement frappant en Afghanistan, une manifestation du Tea Party sur quelque sujet que ce soit qui dégénère accidentellement, ou, beaucoup plus probablement, n’importe quel autre événement fortuit ou inattendu et que nous ne pouvons prévoir, qui déclenche un enchaînement imposé par le phénomène incontrôlable d’une communication exacerbée"
 
De fait, alors que la bourse a monté de 60%, 35 Millions d'américains vivent de bons alimentaires:http://www.lesmotsontunsens.com/35-millions-d-americains-vivent-de-bons-alimentaires-5663
 
Les laissés pour compte aux USA, ont souvent perdu leur foyer dans la crise et sont obligés de dormir sous des tentes:
"un peu partout, dans le pays, en Californie, en Géorgie, au Tennessee, en Ohio, dans l’Etat de Washington et jusqu’à Rhodes Island, des villages de tentes ont éclos qui ont souvent été prestement, parfois brutalement, démontés par les autorités."
 
A Détroit, on relève des scènes de chaos dans les files d’attente de l’aide sociale au logement et l'article est particulièrement poignant.
« C’est tout à fait représentatif des difficultés de la classe moyenne en Amérique », juge-t-il. « Nous avons été trahis par le gouvernement, les agents immobiliers et ceux qui en ont profité. Le contrat a été rompu. »http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2832
 
Les USA seraient-ils en train de sacrifier leur classe moyenne, avec au delà, le risque que cela comporte pour la démocratie? L'empire néolibéral serait-il rendu à ce tournant -inéluctable- qu'il n'en aurait plus besoin de s'appuyer sur les classes moyennes pour se développer? 
 
Les plébiscites de la peur:
Plébiscite en Irlande: Autour de 50% nous aurions pu chercher la petite bête, vouloir en découdre, mais à quoi bon après ce magistral plébiscite? Il ne nous resterait donc plus qu'à nous incliner, enfin domptés par la bête. De fait, même si ce plébiscite suinte la peur bien plus que l'adhésion, même si ce score (68%)aurait pu faire pâlir de jalousie le pays des soviets et les républiques bananières, une fois passés les quelques accès de morgues  http://www.superno.com/blog/2009/10/bien-profond/ , il faudra bien voir comment rebondir et globaliser le propos:
le néolibéralisme ne s'arrête pas à prôner la concurrence libre et non faussée non plus qu'il ne s'oppose à l'interventionnisme: c'est évident en chine et en Europe. 
Encore faut-il également, relativiser les aspects faussement progressistes de l’Euroligarchie actuelle : Au prétexte de combattre les discriminations, cette Europe contribue discrètement à une division spatiale, sociale et spirituelle qui ruinent peu à peu l’esprit des lumières, son tryptique (liberté, égalité, fraternité) et plus que tout brise les moindres velléités égalitaires : Communautarisme, Gays/hétéro, Jeunes/vieux, Pères/Mères, etc... C’est ainsi que chacun revendiquant ou dénonçant les droits de l’autre passe son temps à se tromper d’ennemi.
 
Services Publics Plébiscités: Au même moment, les français étaient conviés à participer à leur 1ère votation: A travers la poste, ils ont plébiscités les services publics, ceux là même qui sont honnis et attaqués par Bruxelles, par le FMI, et toute la cohorte d'institutions supra-étatiques (et hors de tout contrôle démocratique) qui interviennent depuis 1/4 de siècles pour mieux les détruire.
 
Traitre et ... lynché:
Mitterrand victime de Sarkozy? Soyons clair, je condamne toute forme de lynchage, mais il faut bien reconnaitre que l'homme n'a pas le talent politique de son tonton. Qu'est-il donc aller faire dans cette galère? Lui, si fidèle à la droite, comment à t'il pu accepter d'endosser le costume du traitre, d'être embauché pour son patronyme, de devenir malgré lui le symbole de l'ouverture Sarkosienne? Sans cela, il aurait pu continuer à nous décrire tranquillement toutes ces turpitudes par le menu sans que celà ne fasse l'ombre d'un scandale. Et bien non, le voilà tombé dans le piège de Sarko, ce président qui distille et susurre la haine à chaque intervention, cet homme qui cherche à occuper tout l'espace politique sans rien laisser à l'opposition. La gauche (néolibérale interventionniste) ne pouvant s'opposer sur le fond attend la faute pour exister. Pourquoi s'étonner dés lors, de l'exploitation politique qui est faite de cette affaire: nous avons ici une réponse mode pour mode, dans l'esprit et la lettre de la méthode et des conceptions politiques de Sarkozy.
 
La misère qui fait bander: Ceci dit, j'ai cru vomir en étudiant le texte incriminé, non pas tant parce qu'il ferait l'apologie du tourisme sexuel, ce qui lui est reproché (à tord, à mon avis), mais surtout pour l'empathie qu'il réclame de la part du lecteur, mis en demeure de prendre le rôle du curé ou du psychanalyste pour absoudre les "fautes" d'un F.M se répandant publiquement plutôt que sur un divan ou à l'abri du confessionnal : http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/quand-la-misere-fait-bander-62959
Une épidémie de curieuses victimes:
Nous avons déjà vu comment cette crise a permis que la solidarité s'exerce en priorité vis à vis des financiers plutôt que sur les indigents. N'était-ce pas le début d'une épidémie?
 
Quand la victime est le violeur et la Sa...pe est une ado: Finkielkraut, la fine fleur des intellectuels érudits et fiers de l'être condamne le retour à l'ordre moral dans l'affaire Polanski, avec des arguments dignes de l'époque où les femmes n'osaient pas porter plainte après un viol de peur d'être accusées d'avoir tout fait pour le provoquer. Sauf qu'il fait encore plus fort en accablant une ado.  http://bellaciao.org/fr/spip.php?article92298
 
Quand la victime est l'entreprise et le problème le suicidé: De la bouche de son patron, France Telecom serait victime d'un effet de mode: les salariés se seraient donnés le mot pour se suicider en masse, juste pour faire C... Puisque les méthodes de management néolibérales ne sauraient être seules responsables, et que chacun doit se sentir également coupable voire responsable, quoi de mieux que de lutter tous ensemble, (avec les partenaires sociaux) contre ces divines calamités (ou cache sexe?) que sont le stress au travail et les risques psycho-sociaux: http://www.cawa.fr/orange-stresse-le-management-par-le-stress-a-france-telecom-article003231.html, http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/economie/20091009.FAP7404/travail_darcos_veut_des_negociations_sur_le_stress_dans.html
 
Quand les victimes sont présidents et les persécuteurs sont juges et le droit scélérat:
Et voilà un Berlusconi qui n'a pas honte de se déclarer "l'homme le plus persécuté du monde",   http://www.romandie.com/infos/news2/091009122013.fioood1g.asp
Et voilà, dans l'affaire Clearstram, un Sarkosy qui revendique son statut de victime et réclame haut et fort le droit d'user des mêmes droits que le citoyen ordinaire. Elle est pas belle la vie? le citoyen lambda et Sarko en toute équité? http://www.slate.fr/story/10657/clearstream-nicolas-sarkozy-nest-pas-un-citoyen-ordinaire
 
Quand les malades deviennent suspects et que les accidentés du travail sont imposés au nom de l'équité:  http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5j5_FQBx_Kdx7XJoCg9TGgPD0GWIQ
 
Dans une curieuse inversion des objets et des sujets, nous vivons une offensive sans précédent contre l'esprit de solidarité 2ème facette (à abattre?) du tryptique des Lumières. Tout ce qui n'est pas marchand doit périr, tel est le code génétique Néolibéral.
 
L'espoir ou le Syndrome du Titanic?
L'urgence c'est de sortir du déni, de poser un diagnostic et l'espoir réside dans le fait qu'on nous a trompé en nous fourrant dans le crâne qu'il n'y avait pas d'alternative (TINA: There Is No Alternative). Au contraire, des alternatives, il y en a trop. Pas de pensée unique de ce côté là: et c'est bien là le problème, pour tout ceux qui attendent que la Vérité avec un grand V tombe toute crue avec un nouveau truc en ISME et qui en attendant, se mettent sous la couette: Ne rien voir, ne rien entendre et ne rien dire! Comme si le déni pouvait rendre plus heureux?
 
Pourtant, la vie c'est la diversité et c'est la mort qui s'imprime dans l'avènement de l'Homo Dollar Sapiens.
Le capitalisme est le problème et pas la solution--> c'est Nicolas Hulot qui nous le dit, dans le "Syndrome du Titanic" comme un porte flambeau de l'espoir et c'est un espoir que ce message soit porté par des acteurs qu'on ne peux pas soupçonner d'être des révolutionnaires professionnels.
Je vous encourage, donc à aller voir le film et à lire l'excellente critique du Yéti: http://yetiblog.org/index.php?post/DU-TITANIC-AUX-ESQUIFS-DE-SAUVETAGE.
 
Partager cet article
Repost0