Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 14:35

http://the-ou-cafe.france2.fr/index-fr.php?page=emission&id_rubrique=212

Interessant de la 20e à la 32e minute et de la 36e  à la 37 e minute.


Je ne suis pas  d'accord avec lui sur tout mais  il est là  et dénonce la politique hospitalière voulue par ce gouvernement  .Il défend le service public de la santé avec une fougue que j'aimerais voir chez mes colllègues

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 23:24

Bachelot juge le débat sur l'hôpital "médiocre et injuste"
Par Rémi Leroux | Rue89 | 24/10/2008 | 18H41


"Bien médiocre et bien injuste", c'est ainsi que la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a jugé vendredi le débat qui fait rage sur son plan Hôpital 2012. "Bachelot joue la santé au casino", ironisait pour sa part une manifestante, devant le Pasino d'Aix-en-Provence, où la ministre était venue assister à un congrès sur la psychiatrie et où l'attendaient 200 agents hospitaliers. (Voir la vidéo)
SUITE...
http://www.rue89.com/marseille/2008/10/24/bachelot-juge-le-debat-sur-lhopital-mediocre-et-injuste




Signez l ' appel
http://www.appel-sauver-hopital.fr/spip.php?page=article&id_article=676





mardi 28 octobre 2008 (20h55) :
Pour le retrait de la loi Bachelot   !

mardi 28 octobre 2008 (20h49) :

Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux

mardi 28 octobre 2008

Communiqué de la Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité

Le Projet de loi « Hôpital, Patients, Santé, Territoires » vient d'être présenté en Conseil des Ministres. Il ne fait que confirmer les craintes de la Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité. Il est dans la stricte continuité des plans Hôpital 2007 & 2012 et du plan LARCHER, et s'il paraît plus « soft » que les déclarations destructives des rapports VALLANCIEN, il va bien dans le même sens. Il y a triste continuité, pas la rupture nécessaire attendue !

La Ministre de la Santé, après le Président de la République, affirme qu'elle ne fermera aucun établissement et qu'elle est attachée aux hôpitaux de proximité.

La réalité des fermetures autoritaires (Lannemezan, Clamecy, Saint Agrève, pour ne citer que les dernières), des concentrations hospitalières imposées (urgences sur Quimper, maternités en région parisienne ou dans la Région rhodanienne) démentent cet affichage, tout comme le maintien des annonces de fermetures d'Ivry, Valréas et de dizaines d'autres lieux sur notre territoire.

SUITE...

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article73442


Partager cet article
Repost0
24 octobre 2008 5 24 /10 /octobre /2008 23:56




Lire les commentaires aussi


Les fossoyeurs de la santé publique

Non à la loi Bachelot

Casse programmée du système solidaire

vendredi 24 octobre 2008, par Olivier Bonnet


Le collectif Ensemble pour une santé solidaire publie un communiqué de presse qui dénonce vigoureusement le projet de loi Bachelot dit « Hôpital, patients, santé et territoires ».

"L'État n'est plus le garant de la santé publique et du système solidaire, mais le complice de l'actionnariat privé et le fossoyeur du système solidaire et de l'hôpital public.
"
Plus que jamais, en ces périodes d'incertitude et de crise, nous devons protéger et mettre en valeur notre système solidaire, dont l'État est le garant", a dit Roselyne Bachelot.

SUITE...

http://www.plumedepresse.com/spip.php?article992





Ci-dessous , un témoignage sur les conditions de travail  en hospitalier ,reçu par mail (je confirme )



témoignage d'une infirmière

>  
Voici un texte qui ne se frotte pas certes au Goncourt mais qui à le mérite de décrire une situation qui pour certains d'entres nous est quotidienne et qui pour d'autres reste inconnue ou simplement trop difficile à entendre car ne l'oublions pas pour beaucoup nous sommes des fonctionnaires et donc.................nous n'avons pas à nous plaindre. Sachez que c'est le quotidien de tous les hôpitaux de France. Bonne lecture et Bonne santé Le témoignage d'une infirmière:
> > >
> > > 'Je suis assez catastrophée en ce moment, car dans aucun média, aucune presse, même dans les discours de nos chers politiques, personne ne parle de ce qui se passe du côté de l'hôpital public... Et pourtant, moi qui le vis de l'intérieur, je vous garantie qu'il y a de quoi sauter au plafond (peut-être autant que les fautes d'orthographe dans ce mail, je m'en excuse...!).
> > > Tout ce qui va suivre est un peu compliqué, peut-être, mais nécessaire pour vous expliquer ce qui se passe sur le terrain.
> > >
> > > Je suis infirmière dans un service de Médecine adulte (Médecine interne et thérapeutique, pavillon 5, hôpital Bellevue à St-Etienne) avec une capacité d'accueil de 21 patients, dont 95% est muté directement des urgences. Autrement dit, la plupart ne sont pas encore très stabilisés sur le plan médical et ont donc besoin d'une surveillance étroite et efficace de la part des infirmiers et aide-soignants. Les femmes de ménage (ASH) ont elles aussi un rôle important, car au détour d'un couloir ou pendant qu'elles nettoient une chambre, elles peuvent être les premiers signaux d'alarme d'un patient en détresse. Sans parler de leur travail primordial pour assurer l'hygiène des services, rôle majeur dans la lutte des infections nosocomiales.
> > >
> > > Nos équipes s'organisent ainsi : (les équipes de jour et de nuit sont indépendantes, je ne travaille que le jour matin-soir)
> > > 2 infirmières + 2 aide-soignantes + 1 ASH le matin
> > > 2 infirmières + 2 aide-soignantes + 1 ASH le soir
> > > 1 infirmière + 1 aide-soignante la nuit
> > >
> > > Ceci est ce qu'on appelle le service minimum, autrement dit, c'est le minimum réglementaire pour assurer la sécurité des patients. Or il faut savoir que nous n'avons jamais de personnel en plus et que la tendance actuelle est de nous faire tourner en sous-effectif de manière presque systématique les soirs et les week-end, soit un seul infirmier pour 21 patients.
> > >
> > > Depuis 2 mois, une de mes collègues infirmières a démissionné et n'est pas remplacée, une autre est en arrêt de travail qui risque d'être prolongé cet été et n'est pas non plus remplacée. Nous ne sommes donc plus que 6 infirmiers au lieu de 8 à assurer un roulement sur 4 semaines, jours de semaine, week-end et fériés compris. Alors nous effectuons 1 puis 2 puis 3 week-end supplémentaires (nous en travaillons déjà 2 sur 4 habituellement) et ainsi de suite pour que le service tourne, avec des jours de repos qui sautent et des alternances de rythme incessantes. Si bien qu' il devient impossible de prévoir quoi que ce soit en dehors de la vie au CHU, sous peine de devoir annuler au dernier moment pour cause : boulot!
> > >
> > > Samedi dernier, le 14 juin 2008, une autre collègue s'est arrêtée et, étant la seule infirmière du soir, il n'y avait donc personne pour prendre la relève du matin... C'est un infirmier des urgences qui a été détaché de son service pour venir dans le nôtre, qui a assuré les soins de nos 21 patients, alors qu'il ne les connaissait pas, et qui a dû faire face en plus à une situation d'urgence vitale de l'un d'eux...
> > >
> > > Une des ASH est arrêtée depuis 1 an en étant remplacée de manière très ponctuelle, obligeant les 3 ASH restantes du service à se partager un roulement sur 4 semaines, jours de semaine, week-end et fériés compris. Leur tâche est de nettoyer à elles seules, tous les jours, la totalité des 16 chambres du service de fond en comble (vitres, mobilier, murs, WC), les bureaux médicaux, les pièces de vie (office, douche, WC, couloirs), la salle de soins...
> > >
> > > Il faut savoir que le CHU de St-Etienne est en pleine réorganisation, puisqu'un gros complexe est en fin de construction à l'hôpital Nord, promettant parait-il des technologies de pointe, des locaux modernes et surtout des soins efficaces et de qualité...
> > >
> > > Alors expliquez-moi comment être à la hauteur de ces exigences quand le personnel est déjà largement en sous-effectif? L'hôpital refuse d'embaucher, car déficit budgétaire, mais préfère faire appel à l'intérim, qui coûte plus cher que des contractuels...
> > >
> > > Hier, j'étais normalement en 'repos' et j'ai passé une bonne partie de ma journée à démarcher la Médecine du Travail, les syndicats et à parler avec notre chef de service, pour essayer de trouver des solutions pour que notre direction nous entende...
> > >
> > > Nous sommes par chance soutenus par notre chef de service, qui connaît la valeur de notre travail et sait que nous ne protestons pas pour rien. Il nous connaît suffisamment pour lui même remuer ciel et terre pour qu'on s'occupe du sort des soignants à l'hôpital. Il nous soutient par ce que lui-même est très inquiet de la situation et voit notre gouvernement asphyxier le service public hospitalier, or lui a choisi de travailler au CHU par foi en ce service public et dans le respect du serment d' Hippocrate.
> > >
> > > Je dors très mal et pour être honnête je pense au boulot constamment. J'ai peur que le stress me fasse oublier un soin, que la pression m' empêche de prendre le temps avec un patient déprimé, que la fatigue me fasse faire un mauvais calcul de dose, administrer un produit au mauvais patient... J'ai peur que ce métier que j'aime me transforme en assassin, involontairement, par ce qu'on aura laissé la situation se dégrader. Parce que nous sommes tous responsables : je suis l'infirmière d'aujourd'hui mais nous sommes tous les patients de demain. VOUS pouvez être au bout de ma seringue, ou votre mari, votre enfant, votre proche.
> > > Je vis l'insécurité dans mon travail, alors que je le maîtrise pourtant. Mais je suis humaine avant tout.
> > > Vous serez ceux qui pâtirez du manque de soignants dans les services : je n'aurai pas pu prendre le temps de vous donner des nouvelles du patient que vous aimez, je n'aurai pas pu gérer 2 situations d'urgence à la fois... Faut-il attendre qu'il y ait des morts pour réagir et prendre conscience de ce qui se passe dans les hôpitaux???
> > >
> > > Aujourd'hui, j'ai besoin de vous. Merci de bien vouloir transférer ce mail de manière la plus large possible, pour informer le plus de monde possible. Si vous connaissez des personnes du monde hospitalier, journalistique, politique ou autre, n'hésitez pas à les solliciter.
> > > Il faut se mobiliser en masse pour être plus efficace, moi toute seule, je n'intéresse personne.'
> > >
> > > Merci pour votre attention
Partager cet article
Repost0
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 11:09
Sarko et la Sécu


Jeudi, 18 Septembre 2008

En déplacement dans le Jura pour présenter sa réforme du système de soins, le chef de l'Etat a réitéré son objectif d'un retour à l'équilibre de l'assurance-maladie en 2011. Et nous a régurgité les mêmes poncifs mensongers et culpabilisateurs.

Après les chômeurs fraudeurs, les malades qui abusent : Nicolas Sarkozy ressort les bons vieux spectres qui ont contribué à le faire élire. Alors que sa politique, comme celles qui l'ont précédée, contribue au démantèlement de la protection sociale et de notre système de santé - cette immense manne financière de 200 milliards d'€ par an qu'il aimerait voir un jour tomber aux mains du marché -, il continue à faire semblant de vouloir y remédier tout en stigmatisant ses acteurs.

Des «pénalités plancher» contre les fraudeurs. «J'invite l'assurance maladie à intensifier la lutte contre les gaspillages, les abus et les fraudes», a-t-il déclaré. Selon lui, l'assurance maladie «doit s'appuyer sur de nouveaux instruments pour s'attaquer aux fraudes. Un mécanisme de pénalités plancher sera institué à compter de l'an prochain, sur le modèle de celui en vigueur pour lutter contre le travail illégal».

Des indicateurs de mortalité pour les hôpitaux. Alors qu'il assèche leurs budgets et réduit leurs effectifs au nom de la dette publique.

SUITE...
,http://www.actuchomage.org/modules.php?op=modload&name=News&file=article&sid=4003&mode=thread&order=0&thold=0







VOIR :

http://srv03.admin.over-blog.com/index.php?id=1053075082&module=admin&action=publicationArticles:editPublication&ref_site=1&nlc__=421221819463


VOIR:


http://srv03.admin.over-blog.com/index.php?id=1027568203&module=admin&action=publicationArticles:editPublication&ref_site=1&nlc__=431221819713



VOIR:


http://srv03.admin.over-blog.com/index.php?id=1010007944&module=admin&action=publicationArticles:editPublication&ref_site=1&nlc__=441221819748

 

VOIR:

http://srv03.admin.over-blog.com/index.php?id=1013218716&module=admin&action=publicationArticles:editPublication&ref_site=1&nlc__=811221819748




ET SURTOUT :

http://srv03.admin.over-blog.com/index.php?id=1007861459&module=admin&action=publicationArticles:editPublication&ref_site=1&nlc__=591221819838
Partager cet article
Repost0
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 10:41





POUR NOTRE BIEN N EST CE PAS LES OUI-OUISTES ?


Soja transgénique de Bayer dans l'alimentation... Une décision inacceptable !
lundi 15 septembre 2008

Ce 8 septembre, la Commission européenne a autorisé l'importation et la transformation du soja transgénique "A2704-12" de Bayer dans l'alimentation animale et humaine. Cette autorisation remet une fois de plus en exergue les errements du cadre décisionnel européen en matière d'autorisation d'OGM.

Cette autorisation découle d'un déficit démocratique inacceptable. Les Etats membres n'ont pas réussi à trancher et c'est donc la Commission européenne qui a pris seule la décision d'autorisation. Il n'est pas inutile de rappeler que depuis 2004, lorsqu'il lui appartient de trancher, la Commission n'a jamais rendu d'avis négatif.

SUITE...

http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article8072

 

 

distribué par la Coordination contre les méfaits de BAYER
Postfach 15 04 18
40081 Duesseldorf, Allemagne
CBGnetwork.org (aussi en francais)
e-mail : CBGnetwork@aol.com

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 09:36

 

 

 




C'est 1/15 e des cadeaux du paquet fiscal

 

mardi 2 septembre 2008, 21:55

Des Hôpitaux étouffés...

Par Maximilien Reynès-Dupleix dans Luttes et communiqués

Une chose est sure, c'est qu'il va manquer des millions d'euros pour boucler le budget des hôpitaux. Qu'on en juge, la Fédération Hospitalière de France annonce

un déficit cumulé de 1 milliard d'euros pour tous les hôpitaux publics. Les 2/3 des établissements sont en déficit. Pour revenir à l'équilibre financier, les Agences Régionales Hospitalières poussent les directeurs d'hôpitaux à supprimer des postes. Ce serait près de 13.000 emplois au total qui seraient sur la sellette dans les hôpitaux pour cette période.
SUITE...
http://moissacaucoeur.elunet.fr/index.php/post/02/09/2008/Des-Hopitaux-etouffes





Partager cet article
Repost0
13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 09:12

 

 

 

 

jeudi 11 septembre 2008, 20:07

Hôpital: décryptage de la loi





Par Maximilien Reynès-Dupleix dans Reflexions

croix_rouge.jpg

Le texte de loi qui va être présenté en conseil des ministres est ici décrypté et commenté par:

  • Patrice Pelloux Médecin Urgentiste
  • Yohann Wayolle, chargé de mission auprès de l'APVF
  • Nadine Prigent, secrétaire générale de la CGT santé
  • Pierre Faraggi, président de la CPH
  • Olivier Veran, vice-président de l'ISNIH
  • Pascal Menguy, vice-président de MG France
  • Philippe Foucras, membre du COMEGAS et bien d'autres....

Dans un dossier réalisé pour le Journal l'Humanité en date du 10 septembre 2008sigle_hopital.jpg

TITRE I : modernisation des établissements de santé

Directement inspiré du rapport Larcher sur les missions de l'hôpital, ce volet préfigure un nouveau paysage hospitalier avec de nouvelles règles. Il instaure un hôpital calqué sur le modèle des entreprises, avec un directeur « patron ». Proposition phare de ce texte : les regroupements d'hôpitaux. Ce chapitre donne aussi la possibilité aux cliniques privées à but lucratif d'assurer des « missions de service public ». En bref, une boîte à outils pour fermer, concentrer, fusionner, privatiser le public.
SUITE...

http://moissacaucoeur.elunet.fr/index.php/post/11/09/2008/Hopital%3A-decryptage-de-la-loi2
Partager cet article
Repost0
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 08:50








mardi 2 septembre 2008 (18h56) :

jusqu'à 1000 fois plus de pesticide depuis le 1er septembre !


   PAR   Eléonore Gratiet-Taicher  

Davantage de pesticides dans les fruits et légumes

Les ONG dénoncent le nouvelle réglementation sur les pesticides

Depuis lundi 1 septembre, une nouvelle norme européenne qui vise à harmoniser le taux de pesticides dans les aliments entre les pays de l'Union Européenne est entrée en vigueur. Résultat : la limite autorisée augmente pour la plupart des pesticides concernées. Certains produits verront leur taux augmenter jusque 1000 fois. Les réactions à cette décision ne se sont pas faites attendre du côté des organisations non gouvernementales (ONG) qui crient au scandale sanitaire. Ces dernières redoutent de voir grimper de manière exponentielle les taux de résidus de pesticides contenus dans les fruits et légumes. Le plus concernés est le fénoxycarbe, un insecticide utilisé notamment dans le traitement des agrumes est considéré comme cancérigène et perturbateurs endocrinien possible. Il passe de 0,0500 mg/kg autorisé à 2 mg/kg. Selon une analyse menée par Global 2000 et Greenpeace, les aliments qui pourraient désormais poser des risques pour notre santé, particulièrement chez les enfants, sont les pommes, les poires, les raisins, les tomates et les poivrons. Et le biochimiste Helmut Burtscher prévient : « Pour un enfant pesant 16,5 kilos, la dose de pesticide dangereuse pour la santé est dépassée après la consommation de 20 grammes de raisin (soit 5 à 7 grains), 40 grammes de pomme ou 50 grammes de prunes ».

Les ONG dénoncent le nouvelle réglementation sur les pesticides (suite)

 

SUITE...

 

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article70602
Partager cet article
Repost0
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 08:21





Partager cet article
Repost0
15 août 2008 5 15 /08 /août /2008 15:22



http://www.lesmotsontunsens.com/financement-protection-sociale-secu-les-entreprises-sabrent-et-les-menages-trinquent




"Financement de la sécu :
les entreprises sabrent et
 les ménages trinquent Financement de la sécu : les entreprises sabrent et les ménages trinquent
15 août 2008, 11:38, Les Mots ont un Sens


Transfert du financement de la protection sociale des entreprises vers les ménages. Transfert financement protection sociale entreprises ménages. Financement de la sécu : les entreprises sabrent et les ménages trinquent - blog politique

Une étude de la DREES, datée d'aout 2008, se révèle pour le moins intéressante. Depuis 1990, le financement de la Sécurité Sociale a été amplement et discrètement transféré des entreprises (-8%) vers les ménages (+9%). En cause, la CSG qui n'a jamais cessé d'augmenter, et la multiplication des exonérations patronales. Au final, les ménages paient de plus en plus et sont de moins en moins remboursés...

Roselyne Bachelot est décidemment très forte. Fin juillet, elle annonçait de nouvelles taxes sur les mutuelles, mais attention ! Les assurés ne seraient pas touchés. Génial, il fallait y penser : la génération spontanée d'un milliard d'euros. Tout le monde a rigolé... sauf les assurés, sur qui tout cela retombera. La faute aux méchantes mutuelles, et le gouvernement n'y sera pour rien... Car depuis 1990, les différents gouvernements n'y sont pour rien. S'il y a augmentation, ce n'est pas leur faute, mais comprenez... il n'y a pas le choix. Pas de bras, pas de chocolat.


Les ménages paient de plus en plus, les entreprises de moins en moins

Cette enquête de la DREES, alias Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques, a été réalisée pour trois ministères (Travail, Santé, Budget) rien que ça. En 1990, les entreprises contribuaient à 42% du financement de la protection sociale, les ménages 31%, et l'administration publique 27%. Aujourd'hui, les entreprises ne s'acquittent plus que de 36%, contre 40% pour les ménages et 24% pour l'administration. "La part des impôts et taxes affectés dans le financement de la protection sociale a fortement progressé : de 3,5 % des ressources (hors transferts) en 1990, elle est passée à 21,2 % en 2006", quand, ajoute le rapport, "le poids des cotisations sociales a diminué pour atteindre 66 % en 2006", contre 80% en 1990.

SUITE...


Partager cet article
Repost0