Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

14 août 2008 4 14 /08 /août /2008 08:56






http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article7744



Codex Alimentarius L'éradication de la médecine traditionnelle et naturelle
jeudi 14 août 2008

par Frédéric Morin

Aux sources du Codex Alimentarius, l'histoire inconnue de la naissance du Trust Mondial de la Pharmaco-chimie.

Origines de la pharmaco-chimie

Aux environs de 1860 « Old Bill » Rockefeller, marchand forain de spécialité pharmaceutique, vendait des flacons de pétrole brut aux paysans naïfs, leur faisant croire que c'était un traitement contre le cancer. Il appelait son pétrole brut en flacon Nujol (New Oil, nouvelle huile). L'affaire était prospère, il achetait une fiole de pétrole brut de 30 grammes à la Standard Oil pour 21 cents et la revendait 2,00 dollars. Très peu cultivé, peu scrupuleux, sans connaissance ou formation médicale, avec quelques notions de comptabilité et une avidité féroce, il sut s'imposer. Le Nujol fut baptisé « cure contre la constipation » et fut largement commercialisé.

Cependant des médecins découvrirent que le Nujol était nocif et provoquait des maladies graves, éliminant les vitamines liposolubles du corps. La Standard Oil lutta contre la chute des ventes en ajoutant du carotène au pétrole brut pour parer à toute carence. Le Sénateur Royal S. Coperland de New York était payé 75 000 dollars par an pour promouvoir le Nujol.

L'Empire Rockefeller s'est construit grâce à cette formidable supercherie qui consiste à faire ingérer un dérivé de pétrole brut enrichi en carotène, aux populations. C'est ainsi que les fondations de l'industrie pharmaco-chimique furent posées. Nous sommes bien loin des fondements des médecines chinoise, tibétaine, védique ou perse.

Le succès commercial du Nujol permit de diversifier la production pharmaco-chimique et d'atteindre des sommets en terme de bénéfices. En 1948, le chiffre d'affaire annuel de la Rockefeller s'élevait à 10 milliards de dollars. Le médicament Nujol existe toujours sous forme d'huile de paraffine pure, classé comme laxatif doux, il est recommandé pour la constipation chronique rebelle aux thérapeutiques hygiéno-diététiques habituelles. Il est fabriqué par le laboratoire Fumouze.

Rockefeller et IG Farben

Le Trust de la pharmaco-chimie tel que nous le connaissons fut conçu par une association de la Rockefeller avec l'IG Farben de l'Allemagne nazie. La Standard Oil détenue alors par John D. Rockefeller prit une participation de 15% dans ce nouveau trust germano-américain en 1939. L'industrie IG Farben en Allemagne ne fut pas bombardée pour préserver les intérêts de la Rockefeller. Dès 1932, l'industrie pharmaco-chimique IG Farben finança Adolf Hitler, à hauteur de 400 000 Deutsch Mark, sans ce soutien selon le tribunal de Nuremberg « la deuxième guerre mondiale n'aurait pas pu avoir lieu... »

SUITE...


Partager cet article
Repost0
13 août 2008 3 13 /08 /août /2008 09:52







A DIFFUSER   : -le démantèlement de la Sécurité Sociale   voulu par les assurances privées
                             -le TROU de la SS créé de toutes pièces par ces rapaces (la sécu représente 150 MILLIARDS d euros( 1 milliard =mille millions ,comme dirait Superno) :
http://www.rue89.com/2008/06/09/comment-se-prepare-la-privatisation-de-la-secu

                              






                                                       LIRE






-N'oublions pas qu'elle était excédentaire en 2000 et 2001
http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/la-securite-sociale-sera-excedentaire-de-7-9-milliards-en-2001_90054.html





http://bellaciao.org/fr/spip.php?article69813



jeudi 7 août 2008 (09h16) :
COMMENCONS PAR LA
 SECURITE SOCIALE



Par   
BABEUF42

COMMENCONS PAR LA SECURITE SOCIALE

La sécurité sociale est truffée d'ennemis en son sein.

Petit à petit, cette grande conquête sociale a été pénétrée de l'intérieur par ses pires ennemis : les assurances privées.

De l'intérieur ils la déconstruisent comme des rats occupés à grignoter tous ses attributs.

En 1945, elle a été créée sans contestation possible par les communistes et en particulier par Croizat ministre du travail et de la sécurité sociale.

Les assurances privées et le système mutualiste de l'époque n'appréciaient guère cette création.

Le patronat non plus ; mais sa collaboration avec l'ennemi et le système de Vichy ne lui permettait pas d'élever la voix.

Aujourd'hui, tous ces organismes et particulièrement les assurances privées voudraient bien faire le chemin inverse et revenir aux assurances privées et à des formes mutualistes plus libérales et moins solidaires complétant autant que possible la couverture et laissant aux organisations caritatives et charitables le soin de donner les derniers soins aux « laisser pour compte ».

Les décisions en cours vont dans ce sens en associant les assurances privées et les mutuelles à compléter les couvertures, à financer celle-ci et demain à frapper monnaie avec des cotisations nouvelles pour payer les risques de plus en plus mal remboursés par des décisions gouvernementales de droite visant à vider le contenu de la sécurité sociale et surtout à éliminer toutes cotisations des entreprises.

Le ver est donc dans le fruit et il a été mis par le MEDEF avec le concours de ce gouvernement ultralibéral et une ministre de la santé Roselyne Bachelot pharmacienne de son état.

Rajoutons-y le ministre du travail Xavier Bertrant qui vient des assurances.

SUITE...


Partager cet article
Repost0
5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 14:27





http://vincentluaces.unblog.fr/2008/07/29/qu-veut-noyer-la-secu-laccuse-de-deficit/


Qu veut noyer la sécu l'accuse de déficit !!!
29 juillet, 2008 Posté dans Non classé

Trop , c'est trop..

Le plan Bachelot Woerth pour"sauver " la sécu ressemble à une plaisanterie...en tout cas c'est de mauvais goût!

On va taxer les Mutuelles??  bien sûr , lesdits organismes , ententes philanthropiques bien connues , ne vont pas augmenter leurs cotisations!

il manque 4 Milliards d'Euros ?? mais moi pauvre citoyen parasite je sais où les trouver ; sur un site d'info , trés officiel: la Documentation Française; le rapporteur nous entretient sur les aides accordées au patronat


http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/034000643/0000.pdf

SUITE...


Partager cet article
Repost0
26 juillet 2008 6 26 /07 /juillet /2008 10:58
http://www.lemonde.fr/opinions/article/2008/07/25/securite-sociale-le-temps-des-inegalites-par-cecile-prieur_1077188_3232.html


Analyse
Sécurité sociale : le temps des inégalités, par Cécile Prieur
LE MONDE | 25.07.08 | 13h27  •  Mis à jour le 25.07.08 | 13h27

Par Cécile Prieur

Nouvelle cure d'austérité en vue pour la Sécurité sociale : lundi 28 juillet, les ministres de la santé et du budget, Roselyne Bachelot et Eric Woerth, doivent annoncer comment ils comptent réduire le déficit du régime général de l'assurance-maladie, qui s'élève à 4,1 milliards d'euros en 2008 (pour 150 milliards de recettes). Le directeur de la Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM), Frédéric Van Roekeghem, a présenté, le 3 juillet, un plan d'économies de 3,15 milliards d'euros, dont les grandes lignes seront reprises par les deux ministres. Mais le gouvernement veut aller plus loin et n'exclut pas de trouver entre 1 à 2 milliards d'euros supplémentaires.

SUITE...
Partager cet article
Repost0
19 juillet 2008 6 19 /07 /juillet /2008 08:30






http://www.humanite.fr/SAUVER-L-HOPITAL-PUBLIC


SAUVER L'HÔPITAL PUBLIC 

L'hôpital public a subi plusieurs attaques : pénurie de personnel médical conséquence d'un numerus clausus trop restrictif poursuivi pendant deux décennies, manque d'infirmières aggravé par les conditions d'application de la loi des 35 heures aux hôpitaux, sous financement délibéré par la tarification dite à l'activité sous évaluant lourdement les activités de l'hôpital public, limitation abusive de l'enveloppe budgétaire nationale. Résultat : 29 des 31 Centres Hospitalo-Universitaires (CHU) ont un compte d'exploitation négatif, le déficit programmé des hôpitaux dépasse, comme prévu, les 350 millions d'euros. Le retour à l'équilibre nécessiterait d'après la Fédération Hospitalière de France la suppression de 20 000 emplois. Pendant ce temps, la Générale de Santé, qui possède 180 cliniques privées, a versé 420 millions d'euros à ses actionnaires. Le secteur des cliniques privées à but lucratif se développe et se restructure sous l'emprise des fonds d'investissements internationaux, exigeant des taux de rentabilité financière entre 15 et 20 %.

SUITE...


Partager cet article
Repost0
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 17:13







http://www.rue89.com/2008/06/09/comment-se-prepare-la-privatisation-de-la-secu?page=0



Comment se prépare
la privatisation de la Sécu
Le sociologue Frédéric Pierru, de l'université Paris-Dauphine, vient de publier "Hippocrate malade de ses réformes" (Ed. du Croquant): il y démontre comment depuis soixante ans, les réformes successives préparent le terrain à la privatisation d'une part de plus en plus importante de l'assurance maladie.


"Le 'trou' de la Sécu est un mythe"

Plutôt que de raisonner en termes de besoins, le débat public sur la Sécurité sociale en général et sur l'assurance maladie en particulier se limite aux dépenses et notamment au manque de financement, le fameux "trou" de la Sécu. Pour Frédéric Pierru, membre du collectif "Raisons d'agir" (fondé par Pierre Bourdieu à la suite du mouvement social de 1995), parler de déficit permet surtout de justifier une politique de rigueur. (Voir la vidéo)

SUITE...


Partager cet article
Repost0
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 15:46




Trouvé chez Etienne CHOUARD




http://u-p-r.org/ab/index.php?page=article&id=51




HISTORIQUE :

 L'ENSEMBLE DU SECTEUR MÉDICAL FRANÇAIS S'ÉLÈVE CONTRE LE « DIKTAT » EUROPÉEN

Pour la première fois de son histoire, le Conseil national de l'Ordre des médecins vient de s'associer publiquement aux quatre grands syndicats de médecins libéraux français (CSMF, MG-France, SML, FMF) dans un texte commun titré "Maintenir des services de santé de proximité et protéger le secteur de la Santé des appétits des financiers ". Ce communiqué sans précédent historique dénonce le " diktat de la Commission Européenne exigeant de la France qu'elle laisse des capitaux, de toute nature, prendre la maîtrise des sociétés d'exercice (SEL) constituées entre professionnels de santé libéraux."

nterrogé par l'AFP, le Dr Martial Olivier-Koehret, président du syndicat MG-France, a déclaré que "pour qu'on ait une position commune il faut qu'on soit très inquiets: ça n'est jamais arrivé ".

 Dogmatisme européen

Avec son dogmatisme habituel, la Commission européenne considère la santé comme un service comme les autres. Elle exige donc qu'il soit ouvert à la concurrence et elle impose à la France de modifier sa loi sur les "sociétés d'exercice libéral" (SEL) pour ouvrir leur capital aux financiers qui veulent les acquérir.

La tactique du salami

Comme à l'accoutumée, Bruxelles utilise également la "tactique du salami" pour parvenir à ses fins. Comment ? En pratiquant des coups de force sournois et petit à petit, pour imposer de façon progressive et peu visible une politique rejetée par une écrasante majorité de Français.
SUITE...

Partager cet article
Repost0
29 juin 2008 7 29 /06 /juin /2008 09:36
Partager cet article
Repost0
24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 20:25





http://www.appel-sauver-hopital.fr/spip.php?article674

Texte de l'appel

L'hôpital public a subi plusieurs attaques : pénurie de personnel médical conséquence d'un numerus clausus trop restrictif poursuivi pendant deux décennies, manque d'infirmières aggravé par les conditions d'application de la loi des 35 heures aux hôpitaux, sous financement délibéré par la tarification dite à l'activité sous évaluant lourdement les activités de l'hôpital public, limitation abusive de l'enveloppe budgétaire nationale. Résultat : 29 des 31 Centres Hospitalo-Universitaires (CHU) ont un compte d'exploitation négatif, le déficit programmé des hôpitaux dépasse, comme prévu, les 350 millions d'euros. Le retour à l'équilibre nécessiterait d'après la Fédération Hospitalière de France la suppression de 20 000 emplois. Pendant ce temps, la Générale de Santé, qui possède 180 cliniques privées, a versé 420 millions d'euros à ses actionnaires. Le secteur des cliniques privées à but lucratif se développe et se restructure sous l'emprise des fonds d'investissements internationaux, exigeant des taux de rentabilité financière entre 15 et 20 %.

Certes, les hôpitaux doivent améliorer leur organisation et leur efficience, mais les réformes en cours et une partie des mesures préconisées par le rapport du sénateur Larcher, vont entraîner une privatisation progressive de l'hôpital public. Bientôt, les médecins et chirurgiens et même les directeurs d'hôpitaux pourront être embauchés sous contrats privés avec intéressement aux bénéfices selon une logique contraire à l'éthique du service public. La prochaine étape sera le changement de statut des hôpitaux pour permettre plus facilement des licenciements, considérés comme une variable de régulation financière. Telle est la logique de « l'hôpital entreprise » et de la marchandisation de la santé. Parallèlement, cette course à la rentabilité entraînera la suppression d'activités médicales jugées peu ou pas rentables, le développement des cliniques privées à but lucratif et la généralisation des dépassements d'honoraires.

Du paiement à l'activité de l'hôpital au paiement à l'acte des chirurgiens et des médecins, du paiement à l'acte aux dépassements d'honoraires, des dépassements d'honoraires à l'entrée des assurances dans le système de soins, voilà l'enchaînement dans lequel nous sommes rentrés. Le système de santé français, basé sur la solidarité, permettant à chacun d'être soigné pour l'essentiel selon ses besoins et pas selon ses moyens, va laisser place à un système mixte où la part de la solidarité sera réduite tandis qu'augmentera la part des financements personnels assurés par la souscription à des assurances privées. Chacun sera alors soigné en fonction de ses moyens. Ce sera la santé, non pas à deux vitesses, mais à dix vitesses ! La carte Bleue remplacera la carte Vitale !

Pour assurer la sauvegarde de l'hôpital public, nous demandons :
SUITE...

Partager cet article
Repost0
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 23:51



http://bellaciao.org/fr/spip.php?article67917

vendredi 20 juin 2008 (21h09) :
Retrait du plan Sarkozy contre les hôpitaux   !

Retrait du plan Sarkozy contre les hôpitaux ! Le gouvernement des capitalistes mène la guerre contre l'hôpital public, les malades et les personnels

Le gouvernement Sarkozy-Fillon-Bachelot, comme ses prédécesseurs, a découvert que la Sécu et les hôpitaux publics avaient des « trous », des « déficits »... que l'Etat crée lui-même et dont il tire argument pour diminuer les soins des plus pauvres et s'en prendre aux travailleurs des hôpitaux. La Sécurité sociale résulte d'une mise en commun d'une partie du salaire de l'ensemble des travailleurs, pour assurer l'accès de tous aux soins, salaire différé que les patrons appellent « charges sociales » pour cacher qu'il s'agit d'argent dû aux travailleurs. Si la Sécu manque de fonds, c'est parce que les salaires sont trop bas, le chômage trop élevé, les exonérations de cotisations patronales trop nombreuses et les médicaments trop coûteux. L'étranglement progressif des remboursements de soins et des retraites est autant de gagné pour les compagnies d'assurances et les banques privées. Les hôpitaux publics n'ont pas à être rentables. Ils traitent les réanimations les plus longues, les pathologies les plus lourdes, ils assurent les radios, les analyses et les autres examens sur place ; ils assurent la formation des médecins, les urgences. Si l'hôpital public n'a pas assez d'argent, c'est que les gouvernements au service des riches et des patrons garantissent les profits des cliniques privées et n'assurent pas au service de santé publique les moyens de ses missions, au détriment des travailleurs des hôpitaux et des patients. Déjà, le forfait hospitalier a été relevé, les patients paient un euro par consultation de son médecin, de nombreux médicaments ne sont plus remboursés, Sarkozy et l'UMP ont instauré des nouvelles franchises annuelles non remboursables sur les soins. En plus, le gouvernement a décidé une « réforme », c'est-à-dire un plan réactionnaire, directement contre les hôpitaux publics.

Un projet de fermetures de services et d'hôpitaux, d'atteintes aux statuts, de privatisation

SUITE...




Partager cet article
Repost0