Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

23 août 2007 4 23 /08 /août /2007 21:20
http://bravepatrie.com/1050-Nicolas-Sarkozy-prescrit-les-electrochocs-a-une-justice-malade#nb1


mardi 21 août 2007
Nicolas Sarkozy prescrit les électrochocs à une justice malade
En proposant la création de centres rééducatifs fermés pour les déviants sexuels, le premier magistrat de France entend mettre fin une bonne fois pour toutes à l’angélisme de textes de lois dépassés. La délégation de l’acte d’écrou à des médecins spécialistes devrait à terme vider les rues de tous les inadaptés sociaux, sans pour autant grever les caisses de la justice puisque celle-ci serait exclue de la procédure pour incompétence (notoire).

C’est un fait divers sordide et douloureux, comme ils le sont tous : un médecin stagiaire prescrit du Viagra à un délinquant sexuel plusieurs fois condamné. Au bout de la route, un petit garçon. Il est hors de question d’instrumentaliser cette histoire pour en faire une introduction hilarante à cet article en filant la métaphore des e-mails non sollicités. Mais si c’est pour réformer la justice en profondeur (all night long and all over her face), on peut.

Aussitôt libéré de deux longues semaines d’exil outre-mer [1], Nicolas Sarkozy a donc trouvé une petite victime à son goût.
A quelque chose malheur est bon : pour pénible qu’il soit, le calvaire vécu par le petit Enis a sensibilisé l’opinion publique à la nécessaire réforme d’un système judiciaire pantelant. Légitimement horrifiée, la France ne peut plus accepter que des criminels dangereux soient relâchés sans contrôle après des années passées à regarder Canal + et son film pornographique du samedi soir en cellule. Une seule solution : les mettre à l’hôpital, où il est notoire que les télévisions ne diffusent que des matches de tennis en après-midi, sans possibilité aucune de baisser le volume.

SUITE...


Partager cet article
Repost0
23 août 2007 4 23 /08 /août /2007 09:53


http://www.altermonde-levillage.com/spip.php?article11153#cooliris


Le virus de la grippe aviaire

jeudi 23 août 2007

par BlueLily

Ce matin-là, les Français se réveillent sur une information de première importance. Un virus vient de faire un mort en Asie.
De suite, les journalistes nous rassurent.
Il ne faut pas s’alarmer ni céder à la psychose. C’est le virus de la grippe aviaire. Il ne se transmet pas à l’homme.

Ouf ! Je suis rassuré.
Pas vraiment, il est vrai. D’une part parce que les journalistes savent bien se taire quand on leur demande.
D’autre part, quand on imagine le nombre de naissances et de décès journalier dans les pays asiatiques, un mort pour cause de virus n’est pas vraiment significatif.

De plus, entre l’Europe et l’Asie il y a une distance certaine. Et d’ailleurs, comment et pourquoi les journalistes français ont eu l’information ? Eux, qui le plus souvent, ne s’intéressent même pas à ce qui se passe dans leur propre pays.

Là, on ne l’a pas dit ! On ne le dira jamais que le premier métier d’un journaliste est de se taire et que son deuxième métier est de mentir. On ne l’a pas dit !

Merci ! L’heureuse invention des virus.
En revanche ce que l’on dit, c’est que les histoires de virus, pour quelqu’un qui s’y intéresse de prêt, ce n’est jamais très clair. Tout repose sur la croyance aveugle de gens qui n’ont pas besoin, ni envie de savoir. Le savoir, c’est du travail. Le travail c’est fatigant. Il vaut mieux laisser penser les autres. (Ceux qui en ont les moyens.)

À propos des virus « médicaux », si l’on veut voir clair dans l’information, il existe une solution très simple. On remplace le mot « virus » par son synonyme. On remplace le mot « virus » par le mot « imposture ». Tout devient clair.

Pour ce qu’il en est des éventuels symptômes, dans les cas où il en existe.
Les origines matérielles des symptômes sont rarement du ressort des médecins, moins encore des médicaments. Merci ! L’heureuse invention des virus.
(Les symptômes du Sida n’apparaissent qu’après le début des soins. Si début de soins, il y a.)

Ce premier mort (vrai ou supposé) a eu pour mérite de sensibiliser les Français sur l’existence du virus de la grippe aviaire. Auparavant, personne ou presque n’avait jamais entendu parler de ce virus.

Question ! : « Pourquoi les Français ? » _Réponse : Bonne question ! Je vous remercie de me l’avoir posée.

Bientôt, nous avons droit à un deuxième mort (Toujours en Asie). Deux morts, c’est énorme ! Ce n’est pas encore une pandémie. (Pas encore ! Mais, dans les milieux bien informés, on est inquiet et on se prépare. La valeur de la santé des Français, c’est sacré !)

On se doit d’agir !
Médecins du Monde et le Secours catholique envoient en urgence des équipes sur place. Il faut analyser sérieusement la situation pour prévenir les risques.
(Médecins du Monde pour envoyer des armes. Le Secours catholique pour envisager une collecte nationale à l’échelle de la tragédie vécue par les asiatiques.)

C’est ainsi que l’on apprend, les journalistes nous l’avaient caché, que ce ne sont pas deux mais cent morts que l’on dénombre. Cent morts causés par le virus de la grippe aviaire. Avec Médecins du Monde et le Secours catholique, l’information c’est du sérieux. On en a pour notre argent.

Ce nouveau virus dispose de tous les attributs pour devenir la grande vedette de la boîte à crétiniser.
Le problème, il est là ! La plupart des virus naissent en Asie. C’est comme ça ! On ne discute pas !
Habituellement pour arriver en France afin de remplir les poches des médecins, de remplir les caisses des industriels du médicament, de régaler les curés qui coiffent l’ensemble, cela en prélevant dans les caisses sociales, les virus asiatiques savent trouver le chemin par eux-mêmes.

Oui mais voilà ! Notre virus de la grippe aviaire est un médiocre. Seulement cent morts en Asie, pas de quoi pavoiser. De plus pour venir en France, il faudra sérieusement lui venir en aide. On cherche des solutions. Les spécialistes sont à la peine.

Les journalistes vont nous arranger cela.
L’idée est de faire venir le virus par la voie des airs, avec les oiseaux eux-mêmes.
Oui ! Mais voilà ! nous sommes en hiver. Faire traverser l’Asie et l’Europe centrale, d’est en ouest, en hiver par les oiseaux, même en expliquant aux oiseaux que le paysage est fabuleux, il n’y a pas trop de volontaires. Les oiseaux sont peut-être malades mais, pour autant, ils ne sont pas fous.

L’autre idée est d’organiser une compétition.
Un rallye type Monte Carlo ou course genre Route du Rhum. Les journalistes disposent de moyens illimités.
On prévoit des étapes, repas, boissons chaudes, aires de repos avec télé, cellules médicales et accompagnement psychologique. Le grand jeu !

La première route préconisée est la route du nord. Naturellement, on est en hiver. Il fait froid. Il va falloir voler beaucoup pour se réchauffer. Mais voilà ! Les journalistes ont oublié que les oiseaux ne sont pas des avions. Ils ne sont pas équipés pour le vol sans visibilité. Les oiseaux ne volent que par beau temps. En cas de mauvais temps, ils se posent et attendent. La proposition de la route du nord ne reçoit que des dos tournés.

Qu’à cela ne tienne ! Les journalistes envisagent bien vite une route du sud. Le tracé est plus touristique mais beaucoup plus long. Certains délais ne pourront êtres respectés. Les journalistes vont nous arranger cela.

On assure au vainqueur la notoriété et la gloire. Le parcours est booké. Les concurrents sont briffés. Le starter peut donner le départ. PAN !

Les oiseaux n’ont rien compris. Ils sont partis dans tous les sens. Certains vont se poser en Australie. En Australie, la grippe aviaire n’intéresse personne. En Australie, on oublie bien vite ces crétins d’oiseaux.

D’autres arrivent enfin en Inde où ils sont attendus impatiemment. En Inde, les oiseaux font un malheur (Dans tous les sens du terme).

Il faut savoir que l’Inde, c’est pas la France. Si en France, ce qui gagne et produit du PIB, c’est le malade. En Inde, ce qui gagne, ce sont les gens qui crèvent de faim.
Et en Inde, la santé des gens qui crèvent de faim, c’est sacré. Il est hors de question qu’ils meurent malade.

En Inde, on prend une mesure adaptée à la situation. On abat quelques dizaines de million de volailles. Les gens qui crèvent de faim doivent mourir bien portants.

Que s’est-il passé ?
Est-ce la suite de cet incident ? Les oiseaux déclarent forfait ! Il n’y a plus aucun concurrent pour poursuivre cette compétition prestigieuse.

Finalement, les journalistes disent que c’est tant mieux. Que cela va permettre d’accélérer et d’aller plus vite. Effectivement, on va brûler les étapes. À cette époque, on brûle aussi beaucoup de voitures. (Les émeutes de décembre 2005)

Le grand rallye aviaire progresse très vite.
En Egypte, ce sont trois canards morts que l’on découvre. Ce ne peut-être que la grippe aviaire. La question ne se pose même pas. Dès cet instant, on déclare officiellement ouverte la chasse au canards morts.

En Hongrie.
Les pays de l’Europe de l’est sont des pays où l’on privilégie encore l’élevage traditionnel. La grippe aviaire n’avait pas le droit de rater ces pays là.

Les journalistes nous la joue à l’émotionnel.
La télé nous montre un éleveur désespéré. Il a tout perdu. Il est ruiné !
On enferme ses volailles encore vivantes dans des sacs. Visiblement, c’est pour les emporter et les abattre.

Un autre éleveur nous dit quelque chose que personne , ou presque, ne comprend. Heureusement ! Grâce à dieu ! La traductrice qui ne comprend rien non plus mais qui connaît bien son texte, nous explique : « Nous, ce que l’on veut ! C’est que l’on vaccine nos volailles et que l’on en parle plus ».
Eh bien voilà ! La boucle est bouclée ! On a une bonne idée de la fin du feuilleton. Il n’y a plus qu’à attendre.

L’Afrique n’y échappe pas. Elle aussi est envahie.
Les journaux et la télé nous le font bien voir. Nous avons droit à un africain bien de chez nous qui, un masque sur le visage (Sans doute pour ne pas être reconnu.), le regard apeuré, nous montre une poignée de poussins. Ces poussins sont des phénomènes ! À peine sortis de l’œuf, ils ont déjà attrapé la grippe aviaire. Si, Si, on ne ment pas ! C’est dans les journaux !

Encore les journalistes, quand il est question de fric, ils ne s’arrête pas sur les détails. Les journalistes nous annoncent sérieusement que : « Le froid oblige les oiseaux à remonter vers le sud ! ».

On est en droit de ne pas comprendre du premier coup. Mais en aparté, les journalistes expliquent. Ils disent cela pour se mettre à la porté de l’auditeur. Si les journalistes sont des crétins, c’est pas de leur faute. C’est de la faute aux croyants.

L’Allemagne, maintenant.
Un chat a mangé un piaf ! Il a attrapé la grippe aviaire ! Là encore, on a droit aux images. Ce n’est que du bonheur et de l’émotionnel !

Notre matou allemand est un matou de luxe. Il ne semble nullement impressionné par les photographes et la journalistes. À le voir, on devine que notre matou de luxe a déjà fait tous les métiers devant les caméras.
Bref ! Il est entouré de mains qui se veulent protectrices. Notre matou de luxe a la grippe aviaire. Ça c’est sûr !

La France est encerclée.
On se prépare à l’assaut final. Depuis longtemps, de façon préventive, dans les élevages traditionnels, on a confiné les volailles. On imagine les conséquences.

Il faut aussi savoir que ce qui est garanti sain, c’est l’élevage en batterie. Tout ce qui évolue en milieu naturel est exposé à des tas de pollutions de toutes sortes. La nature nuit à la santé.

La défense s’organise.
On détruit les nids d’hirondelles. On abandonne les chats.

Dans les communes, les Maires se plaignent de manquer d’informations. Manquer d’informations, cela fait toujours bien dans le paysage politique. Les journalistes sont ravis. Ils nous en remettent plusieurs couches.

Un Maire va plus loin.
Il se casse d’un arrêté interdisant la consommation de volaille dans les cantines scolaires de sa commune. Il provoque un tollé au niveau des associations.

Le discours des associations n’est pas franchement clair.
Il faut savoir que les associations évoluent sous le contrôle des curés. _ Les curés sont financés par l’industrie du médicament. Les associations sont au service de l’industrie du médicament et sont, le plus souvent, financées avec du bon argent public.

Bref ! Si le discours des associations n’est pas franchement compréhensible, il est suffisamment convaincant pour le Préfet qui annule l’arrêté du Maire.

Manger de la volaille à la grippe aviaire, c’est bon pour la santé des médecins, de l’industrie du médicament, des curés et des associations.

Un cygne est retrouvé mort.
C’est peut-être la grippe aviaire ! Toute la France est maintenue en haleine !
Finalement, au bout d’une semaine, CE … N’ … EST … PAS … LE … VIRUS … DE … LA … GRIPPE … AVIAIRE !!!
Ouf ! Nous sommes rassurés ! Et surtout, nous sommes maintenant réellement convaincus de l’existence de ce virus imaginaire. Bref ! Ce n’était qu’un cygne mais c’est déjà un signe.

Encore un canard mort
C’est peut-être la grippe aviaire ! Le préfet déploie un périmètre de cent kilomètres de sécurité. On le voit bien à la télé, à chaque passage on lave les véhicules et l’on désinfecte les roues.

On informe aussi le public que, dans cette zone, il faut éviter de circuler inutilement. C’est grâce, parait-il, aux déplacements humains que le virus se propage. (En voilà une, qu’elle est bien bonne !)

À trop en parler, cela finit par arriver.
Voilà, c’est fait ! Le virus de la grippe aviaire, on n’y croyait plus, il s’est enfin installé. Il a envahi un département du sud de la France.

Les émissions « d’informations » se succèdent.
C’est ce brave père de famille, en apparence toujours le même. Il vit un drame épouvantable. Mettez-vous à sa place ! Il a un chat chez lui ! Ses enfants caressent le chat ! Et, si le chat attrape la grippe aviaire ?

Habituellement, je ferme ma radio avant d’entendre la réponse. Ce jour-là, je ne suis pas chez moi. Je suis dans un lieu public et je subis la réponse.
Le chercheur au CNRS de circonstance rassure notre brave père de famille. Il n’a pas lieu de s’inquiéter. Il n’habite pas dans la zone touchée par le virus.

Il est bon de savoir que la zone touchée par le virus se limite à un département et aux communes limitrophes, ainsi qu’à une commune qui s’appelle l’Allemagne. On le constate, en matière de géographie, au CNRS, on n’est pas meilleur que les journalistes.

Bref ! Si le brave père de famille n’a pas de raison de s’inquiéter puisqu’il habite dans une région qui n’est pas touchée par le virus, les autres se démerdent.

Le salut nous vient de l’Europe.
C’est l’affolement général. Heureusement, il y a l’Europe. Face à cette situation hors du commun, chacun est désemparé. Mais, la Commission européenne est là et veille au grain. L’Europe autorise ENFIN la vaccination des volailles. Merci l’Europe !

Il est déterminant d’insister, c’est l’Europe qui autorise la vaccination. Il était temps ! Il faut dire que l’on a pris beaucoup de retard. Les stocks de vaccins étaient prêts depuis longtemps. Certaines doses ont dépassé la date de péremption.

Ce n’est pas grave ! Comme on dit dans l’industrie du médicament, un bon vaccin c’est comme un bon fromage. C’est après la date péremptoire qu’il est le meilleur. Et de toutes les façons, il y a urgence. On ne discute pas !

Bref ! Il faut écouler les stocks et on vous dit pas les doses. C’est le généreux et pas regardant contribuable qui régale.

Une campagne de consommation
Les volailles tout juste vaccinées, à peine en début de convalescence vaccinale, le Premier ministre de l’époque décide de nous mettre tout cela dans nos assiettes. Il lance une grande campagne de consommation.
Distribution gratuite aux associations qui « aident » les SDF et consommation obligatoire dans les cantines scolaires. (Voilà un Premier Ministre qui sait bien, lui, quels sont les malades qui gagnent le mieux.)

Quant aux associations ???

La bonne question :
Une population malade est une population soumise. Si le virus est imaginaire, en revanche les toxines vaccinales ne le sont pas.
Existe t-il un lien entre les toxines que l’on a concentrées dans les assiettes en 2006 et la grande victoire de la démocratie de 2007 ?

Une chose est sûr ! Il existe un lien entre le mythique du trou de la Sécu, le Capital de la Dette publique et le financement des partis politiques de gauche et de droite.


www.altermonde-levillage.com/spip.php
Partager cet article
Repost0
23 août 2007 4 23 /08 /août /2007 09:31
http://www.altermonde-levillage.com/spip.php?article11109

L’empire pharmaceutique ( 4 )

mercredi 22 août 2007 par Jean Dornac

  Suite et fin de l’émission enquête que je réalisais en juin 2003 sur l’empire pharmaceutique…

Le cas de l’Afrique du Sud

L’Afrique du Sud a osé affronter les multinationales pharmaceutiques en tentant de s’opposer au système de propriété intellectuelle imposés par l’OMC, ceci pour sauver ses malades du sida qui ne peuvent pas payer la trithérapie occidentale. La réaction des labos fut immédiate, comme l’écrit Chiara Penzo dans le magazine l’Idéaliste : « A partir de 1997, 39 d’entre elles ont intenté un procès contre le gouvernement sud-africain. Un procès qui a traîné en longueur pendant trois longues années, au cours desquelles 400 000 personnes sont décédées parce qu’un traitement adéquat restait hors de leur portée. » La journaliste de l’Idéaliste ajoute, visiblement écœurée : « Lors de ce procès, les firmes pharmaceutiques sont finalement apparues sous leur vrai jour : des structures inhumaines, pour lesquelles l’argent et le profit sont les seules motivations. Leur objectif : accroître leur puissance mondiale – pourtant déjà considérable- par la vente exclusive de leurs produits, quel qu’en soient les conséquences.  » La conférence de Doha qui devait décider d’assouplir les règles de la propriété intellectuelle des médicaments pour les pays pauvres, s’est déroulée alors que le procès en Afrique du Sud n’était pas encore achevé. Philippe Demenet, dans le Monde Diplomatique de février 2002 écrit, en liant les deux événements : «  Quand l’Organisation mondiale du commerce réunie à Doha, en novembre 2000, décida d’assouplir les règles du brevet pour les pays pauvres, ce fut immédiatement une levée de boucliers : Sans les brevets, les profits ne sont pas possibles et la recherche souffre, déclara M. Daniel Vasella, PDG de Novartis AG, entreprise suisse. » Le journaliste poursuit : «  Mais comment expliquer, dans ces conditions, que les grands producteurs de médicaments -qui tous engrangent des profits records- investissent trois fois plus dans le marketing et l’administration que dans la recherche et le développement ? » Et, liant ce dernier point avec le procès sud-africain, il ajoute : «  La vérité ? Elle se trouve dans les livres de comptes que les compagnies pharmaceutiques refusent obstinément d’ouvrir, au nom du secret commercial. Quand, à Pretoria, le juge sud-africain a voulu obtenir des données précises sur les politiques de prix concernant les antirétroviraux, les trente-neuf industriels ont préféré retirer leur plainte.  » Sans commentaires, là encore...

Afrique maudite…

SUITE...


Partager cet article
Repost0
20 août 2007 1 20 /08 /août /2007 19:44



http://www.altermonde-levillage.com/spip.php?article11108





L’empire pharmaceutique ( 3 )

dimanche 19 août 2007 par Jean Dornac




  Troisième partie de mon émission-enquête sur les labos pharamceutiques réalisée en juin 2003…












Cette dérive par et pour l’argent n’est pas venue subitement et ne se maintient pas par elle-même. La mondialisation y est pour beaucoup après les tares de la nature humaine. Nous avons entendu la Fédération du Québec pour le planning des naissances dire que le premier objectif des compagnies c’est le profit et non la santé. Il est très intéressant, pour comprendre les effets réels du néolibéralisme sur notre vie actuelle, d’écouter ce qu’en disent les médecins suisses de l’association des Médecins contre la Mondialisation Néolibérale, des médecins tout ce qu’il y a de plus libéraux et non fonctionnaires, dans leur article du 23 décembre 2001 : « Le rôle d’un médecin n’est pas de soigner uniquement les patients rentables. » C’est simple à comprendre. L’auteur de l’article veut, ensuite, expliquer pourquoi ces médecins suisses sont contre la mondialisation néolibérale : «  Qu’est-ce que la mondialisation néolibérale peut bien avoir à faire avec la médecine ? Etat des lieux : Pour rappel, la politique de la mondialisation néolibérale est basée sur : l’augmentation de la consommation ; la diminution des charges liées au personnel et de tout ce qui n’est pas rentable ; l’augmentation des profits par tous les moyens ; l’affaiblissement de l’état en lui faisant supporter les charges des secteurs déficitaires, et en privatisant les secteurs lucratifs.  » Cela étant posé, quels sont les effets de cette mondialisation : «  Ses effets pervers sont l’accroissement des inégalités sociales et la perte de toute notion de solidarité, associés à un démantèlement des systèmes sociaux. Ces mêmes mécanismes se retrouvent dans tous les secteurs de la société. » Comme médecin, l’auteur de l’article devait faire le rapprochement avec la santé : «  Chaque médecin a pu constater ces dernières années l’augmentation des consultations liées directement aux effets nocifs de la mondialisation sur la santé physique et mentale des gens dans les situations de licenciement, de chômage, de la retraite anticipée.  » Par ailleurs, selon ces médecins suisses : « Le nombre de consultations liées aux méfaits du néolibéralisme représente un pourcentage non négligeable des consultations. Les maladies liées au travail représentent actuellement entre 15 à 30% des coûts globaux de la santé, et sont en augmentation.  »


SUITE...
Partager cet article
Repost0
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 11:58
http://www.altermonde-levillage.com/spip.php?article11108
L’empire pharmaceutique ( 3 )

dimanche 19 août 2007 par Jean Dornac

 Troisième partie de mon émission-enquête sur les labos pharamceutiques réalisée en juin 2003…

La responsabilité de la mondialisation financière et marchande

Cette dérive par et pour l’argent n’est pas venue subitement et ne se maintient pas par elle-même. La mondialisation y est pour beaucoup après les tares de la nature humaine. Nous avons entendu la Fédération du Québec pour le planning des naissances dire que le premier objectif des compagnies c’est le profit et non la santé. Il est très intéressant, pour comprendre les effets réels du néolibéralisme sur notre vie actuelle, d’écouter ce qu’en disent les médecins suisses de l’association des Médecins contre la Mondialisation Néolibérale, des médecins tout ce qu’il y a de plus libéraux et non fonctionnaires, dans leur article du 23 décembre 2001 : « Le rôle d’un médecin n’est pas de soigner uniquement les patients rentables. » C’est simple à comprendre. L’auteur de l’article veut, ensuite, expliquer pourquoi ces médecins suisses sont contre la mondialisation néolibérale : «  Qu’est-ce que la mondialisation néolibérale peut bien avoir à faire avec la médecine ? Etat des lieux : Pour rappel, la politique de la mondialisation néolibérale est basée sur : l’augmentation de la consommation ; la diminution des charges liées au personnel et de tout ce qui n’est pas rentable ; l’augmentation des profits par tous les moyens ; l’affaiblissement de l’état en lui faisant supporter les charges des secteurs déficitaires, et en privatisant les secteurs lucratifs.  » Cela étant posé, quels sont les effets de cette mondialisation : «  Ses effets pervers sont l’accroissement des inégalités sociales et la perte de toute notion de solidarité, associés à un démantèlement des systèmes sociaux. Ces mêmes mécanismes se retrouvent dans tous les secteurs de la société. » Comme médecin, l’auteur de l’article devait faire le rapprochement avec la santé : «  Chaque médecin a pu constater ces dernières années l’augmentation des consultations liées directement aux effets nocifs de la mondialisation sur la santé physique et mentale des gens dans les situations de licenciement, de chômage, de la retraite anticipée.  » Par ailleurs, selon ces médecins suisses : « Le nombre de consultations liées aux méfaits du néolibéralisme représente un pourcentage non négligeable des consultations. Les maladies liées au travail représentent actuellement entre 15 à 30% des coûts globaux de la santé, et sont en augmentation.  »


Partager cet article
Repost0
16 août 2007 4 16 /08 /août /2007 11:39
http://www.altermonde-levillage.com/spip.php?article11107

L’empire pharmaceutique ( 2 )

jeudi 16 août 2007 par Jean Dornac


Suite de l’émission radio que j’avais réalisée en juin 2003 …

Invention de nouvelles maladies …

Pour améliorer leur chiffre d’affaires, les grands labos pharmaceutiques ne manquent pas d’imagination et ne reculent devant rien, pas même devant le ridicule, à savoir l’invention de nouvelles maladies. Juste avant de vous parler de ces nouvelles maladies, voyons d’abord quelques aménagements utiles aux chiffres d’affaires et aux actionnaires des grands groupes pharmaceutiques. Gilbert Charles, dans son article du 20 mars 2003 à l’Express dit, entre autres : « A partir de quel stade de la maladie un médecin doit-il prescrire un médicament à un patient atteint de cholestérol ou d’hypertension artérielle, plutôt que de l’inviter à changer de régime ?  » Le journaliste de l’Express nous montre, ensuite, l’une des méthodes utilisées en citant Philippe Pignarre qui a longtemps travaillé dans le secteur pharmaceutique : « Récemment, les experts ont décidé d’abaisser le seuil de triglycérides au-dessus duquel il est recommandé de prescrire. On multiplie ainsi d’un coup le nombre de patients concernés, et donc de pilules vendues.  » Ingénieux, non ! Gilbert Charles ne s’arrête pas là : « De la même façon, des médecins américains, poussés par certains laboratoires finançant leurs recherches, recommandent d’administrer de la testostérone aux hommes de plus de 50 ans, afin de les dynamiser. Avec la possibilité, à terme, de voir se multiplier les cancers de la prostate, car cette hormone est connue pour favoriser ce type de tumeurs. » Véronique Lorelle, dans le Monde du 12 avril 2003, en citant, elle aussi, Philippe Pignarre, nous montre l’une des raisons probables des dérives de l’industrie pharmaceutique. Ainsi écrit-elle : « Pour Philippe Pignarre, auteur d’un livre intitulé Le grand secret de l’industrie pharmaceutique, la soif de profits n’expliquerait pas tout. Le secret est ailleurs. Les dirigeants tenteraient de camoufler la plus grande des faiblesses pour une industrie de l’invention, son impuissance à trouver de nouveaux médicaments.  » D’où les dérives suivantes : « Abusée par les sociétés de biotechnologies, auprès de qui elle pensait trouver les médicaments du futur, l’industrie userait de tous les moyens pour camoufler son inefficacité : du laboratoire qui menace de stopper ses investissements dans un Etat parce que les prix des médicaments ne lui conviennent pas, à la modification de résultats d’études en vue de favoriser le laboratoire, jusqu’à l’invention de maladies, troubles obsessionnels compulsifs, dépression récurrente brève, ou ménopause masculine...  »
SUITE...


Partager cet article
Repost0
13 août 2007 1 13 /08 /août /2007 15:27
http://www.altermonde-levillage.com/spip.php?article11105

L’empire pharmaceutique ( 1 )

lundi 13 août 2007 par Jean Dornac


 


En juin 2003, j’ai réalisé une enquête pour une radio associative qui m’offrait la possibilité d’une émission hebdomadaire. Cette fois-là, le sujet concernait l’empire pharmaceutique. Il est intéressant de reprendre cette émission sous forme d’articles parce que les pratiques des multinationales de la pharmacie n’ont pas changé, bien au contraire comme nous venons de le voir avec le scandale des vaccins… (Voir la rubrique « Maladies neurologiques & produits chimiques » puis la sous-rubrique « Danger vaccins ! ») Vous y trouverez cinq articles, notés de 1 à 5 qui vous permettront de réaliser à quel point l’empire pharmaceutique est dangereux pour la population mondiale.

Avec ces textes, qui correspondent à deux émissions, on peut se rendre compte que si un certain nombre de malversations était déjà dénoncé il y a quatre ans, la situation est encore bien pire que je ne le disais à l’époque à la radio. Mais je crois que ces textes valent tout de même la peine d’être publiés puisque les citations sont toutes issues de médias officiels. A l’époque, pour réaliser mes émissions, je faisais des recherches par Internet dans tous les médias francophones du monde.

Voici l’introduction de l’émission. Les questions étaient importantes et le restent :
Le monde des laboratoires pharmaceutiques fait rêver ou fait peur, c’est selon ! Comment et pourquoi, une industrie aussi utile à l’humanité a-t-elle pu dériver au point de sacrifier au nom de ses seuls profits une large part de l’humanité ? En quoi consistent les dérives ? Comment réagissent les gouvernements ? Que font les organismes internationaux ? Et nous, sommes-nous seulement conscients de ce qui se trame ?

Ce dossier est peut-être celui qui démontre le mieux le non-sens du néo-libéralisme. Nombre d’individus et d’associations de tous bords, de toute culture, de tous niveaux, tentent de nous alerter depuis quelques années. En Suisse, c’est une association de médecins regroupés sous le sigle de « Médecins contre la Mondialisation Néolibérale » qui réagissait dans un long article en décembre 2001. Que disent ces médecins à propos de la santé :
« Demain, seuls les riches auront-ils le droit d’être malades ? Le néolibéralisme, par l’intermédiaire de l’OMC, est en train de nous organiser un immense supermarché de la médecine : qui paye aura accès à tous les progrès médicaux, même les gadgets les plus inutiles et les autres pourront faire la manche au bas de l’escalier roulant.  » Et l’association d’ajouter :
SUITE...

 



Partager cet article
Repost0
9 août 2007 4 09 /08 /août /2007 09:48
http://www.altermonde-levillage.com/spip.php?article11079

Ces vaccins qui nous veulent du mal ( 5 )
Le scénario du pire : confirmation ?

jeudi 9 août 2007 par Jean Dornac

En politique, rien n’arrive par accident. Si quelque chose se produit, vous pouvez parier que cela a été planifié de cette façon.”
Franklin Delano Roosevelt (1882-1945), 32e président américainx

Il y a bientôt 3 ans, j’écrivais un article intitulé « Le scénario du pire ». Ce texte résultait à la fois de la réflexion et de l’intuition. Je ne pouvais rien prouver. Ma conclusion, à l’époque, c’est que, tôt ou tard, les dirigeants des pays les plus riches procèderaient à l’élimination physique des peuples trop pauvres pour présenter un intérêt économique. Ce qui est troublant, c’est qu’à l’occasion de mon enquête sur les vaccins, cette hypothèse se renforce de manière très inquiétante…

Le meilleur allié des politiques monstrueuses, c’est le silence des médias et l’ignorance qui en résulte. Cette manipulation ne date pas d’aujourd’hui…
"Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir."
Jean-Paul Marat (1743-1793), scientifique, journaliste et protagoniste important de la révolution française.

SUITE...


Partager cet article
Repost0
1 août 2007 3 01 /08 /août /2007 08:59




http://www.altermonde-levillage.com/spip.php?article11019


Ces vaccins qui nous veulent du mal ( 3 )

mercredi 1er août 2007 par Jean Dornac

 Ce « cher » Louis Pasteur nous aurait-il « roulé dans la farine » ? Et nos « chers gouvernants » auraient-ils fait de même depuis des décennies ? Et que penser des autorités médicales et scientifiques : ignorantes ou complices ? Comme vous le voyez, les questions sont importantes et graves.

Pour tenter d’y répondre, j’aurais pu chercher des arguments dans la médecine dite « alternative ». Mais nos « autorités », toutes confondues, ont tout fait pour enlever toute crédibilité à cette médecine différente qui prend en compte l’ensemble de l’humain pour découvrir les causes d’un mal, ne se contentant pas de ne scruter qu’un effet… Quelques pervers, dans certaines commissions particulières, vont jusqu’à affirmer que les citoyens se soignant « autrement » font forcément partie de sectes… Là, nous sommes dans le domaine de la perfidie totale. Ce type d’accusation doit particulièrement plaire aux multinationales de la santé et à leurs lobbies… si elles n’en sont pas à l’origine…

Voulant vous offrir la réflexion la plus crédible possible, avec l’aide essentielle de Kiboa pour la documentation, je vais vous livrer l’avis de médecins, chercheurs, mais aussi de certains médias qui font partie de la médecine qu’on pourrait qualifier « d’officielle ». Mais il faut savoir, avant d’aller plus loin, que ces médecins-là, le plus souvent, sont totalement censurés. Cela vous étonne-t-il ?…

Toutes les citations utilisées ci-dessous sont issues du site www.e-monsite.com/aluminiumetvaccins

DES FAITS (ET NON PAS DES THEORIES) CONCERNANT LES VACCINS


SUITE.....


Partager cet article
Repost0
30 juillet 2007 1 30 /07 /juillet /2007 21:15
http://www.altermonde-levillage.com/spip.php?article10962#forum1845
Ces vaccins qui nous veulent du mal… ( 1 )
Parce que nous sommes de plus en plus nombreux à souffrir de maladies rares, dites « orphelines », avec le peu de moyens qui sont les miens, je veux tenter de « traquer » les causes de ces maux. J’ignore à quoi j’aboutirai, mais ce qui me semble essentiel, c’est que vous, lecteurs et amis d’altermonde, soyez mis au courant d’un certain nombre de scandales. Car il m’apparaît de plus en plus clairement que ces maladies inconnues ou plus que rares il y a cinquante ans à peine, ne surgissent pas par hasard. Et, qu’on le veuille ou non, pour l’essentiel, c’est bien la mentalité liée à la mondialisation financière qui se retrouve au centre de ces drames.
On pourrait penser que j’exagère, que je tombe bêtement dans la politique politicienne… Non, parce qu’au niveau des responsabilités principales, on retrouve un grand nombre de multinationales, les divers gouvernements des pays riches, qu’ils soient situés à gauche, au centre ou à droite, de nombreuses autorités médicales et scientifiques

SUITE...


http://www.altermonde-levillage.com/spip.php?article11003

Ces vaccins qui nous veulent du mal ( 2 )

lundi 30 juillet 2007 par Jean Dornac


« Ce ne sont pas les prions qui sont à l’origine de la maladie de la Vache Folle. Cette épidémie n’en est pas une... Elle n’est liée à aucune contamination ni CONTAGION, comme le démontre son extension aveugle et incohérente. Elle n’est que la résultante d’un empoisonnement massif par l’ALUMINIUM.  » (Alain SCOHY, docteur en médecine)

SUITE...

Partager cet article
Repost0