Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 22:11
http://onsefechier-anatic6.blogspot.com/2008/07/enfin-la-libert.html


mardi 8 juillet 2008


Par Monsieur BERNARD


L'opération commando menée par Nicolas Sarkozy et son fidèle lieutenant Xavier Bertrand a permis cette nuit de délivrer tous les salariés au forfait otages du code du travail. Grâce à l'abnégation et au courage de notre gouvernement, ce sont les 35 heures et la 5ème semaine de congés payés (ultimes vestiges d'une politique de gauche d'un autre temps) qui ont été supprimées. L'apothéose de cette nuit vient récompenser un travail de longue haleine commencé il y a plus de 6 ans.

SUITE...
Partager cet article
Repost0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 22:53
http://zgur.20minutes-blogs.fr/archive/2008/07/05/mort-programee-de-la-cinquieme-semaine-de-conges-payes.html

05.07.2008

Mort programée de la cinquième semaine de congés payés ?

 

 

Les projets du gouvernement sarkozyste prévoient d'exploser non seulement les 35 heures mais aussi, pour les cadres et ceux de plus en plus nombreux travaillant en forfait jour, la cinquieme semaine de congés payés.

"Le forfait jour est relativement encadré dans les grandes entreprises : souvent, il colle aux horaires effectifs de l'entreprise, soit 10-11 heures d'amplitude. Dans les petites entreprises, on peut arriver plus facilement à des durées du travail de 13 heures.
Par ailleurs, nous avons constaté que les entreprises avaient fait passer un grand nombre de salariés soumis aux horaires collectifs en forfait jour : il y a aujourd'hui près d'un million de salariés, cadres ou non, au forfait jour.
SUITE...
Partager cet article
Repost0
5 juillet 2008 6 05 /07 /juillet /2008 20:44



http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Liens.php




« Intervention de Gérard Filoche au Conseil National du PS du 2 juillet :

D'abord redistribuer les richesses »

 

 

« 17 : au tirage au sort, la contribution que je défends devant vous a obtenu  le n°17, elle est signée par 500 militants socialistes, des responsables et élus,  mais si je suis, de ce fait, le 17e orateur,  je vais pourtant être le premier à utiliser un certain nombre de mots inédits dans la bouche de tous ceux qui m'ont précédé par exemple, lisez sur mes lèvres, « il faut augmenter massivement les salaires. »


« Aug-men-ter mas-si-ve-ment les sa-laires ! », les salariés constituent 93 % de la population active, ils produisent toutes les richesses et n'en reçoivent pas la part qu'ils méritent, la France n'a jamais été aussi riche et les richesses aussi mal redistribuées,  105 milliards d'euros pour le CAC 40, 100 milliards l'année d'avant, 86 l'année d'avant, 66 l'année d'avant, 57 en 2003, en cinq ans, ils ont fait la culbute, ils ont doublé ! Les 500 premières familles ont gagné 80 milliards d'euros de plus l'an passé que l'année qui a précédé selon Challenges, Le Monde annonçait en "une" 72 milliards d'euros de niches fiscales,  10 points ont été pris aux salaires par les profits financiers, soit entre 148 et 160 milliards d'euros,  ils donnent 65 milliards d'euros par an aux entreprises, aux chefs d'entreprises pas aux salariés, et le cadeau fiscal de 15 milliards donné en été 2007 aux plus riches électeurs de Bling-bling vient en plus de tout cela,


Mme Parisot dit qu'on ne peut pas prendre aux riches pour donner aux pauvres parce que cela ne ferait pas assez... mais si, bien sûr on peut, on doit d'abord redistribuer les richesses énormes ! leurs caisses n'ont jamais été aussi pleines, c'est un mensonge d'État de prétendre que "les caisses sont vides", elles sont pleines à ras bord, elles débordent, ils nous ont attaqué il y a dix ans parce que, sous Lionel Jospin, "la cagnotte publique était pleine", c'était vrai et c'était bien, nos comptes étaient en excédent, y compris ceux de la Sécurité sociale et des retraites mais c'est la cagnotte privée qui est archi pleine, ils ont siphonné les comptes publics pour les transférer au privé, Il y a tout ce qu'il faut pour nos écoles, notre santé, nos équipements publics, nos logements, nos quartiers, nos retraites...  


Il faut reprendre cela, pas faire du « donnant-donnant » ! I0 euros minima de l'heure pour tous ! C'est à dire le Smic à 1510 euros ! et 200 euros de plus pour tous, les salariés de chez Renault - Dacia en Roumanie nous ont montré la voie !  


Ce sont les salaires qu'il faut augmenter, pas la participation ou autre intéressement ou autre épargne salariale bidon ! car augmenter les salaires, c'est bon, cela remplit du même coup les caisses de sécurité sociale et de retraite, c'est en augmentant les salaires qu'on assure nos comptes sociaux ! qu'on assure notre santé, qu'on assure nos retraites !  


Le salaire médian est de 1450 euros comment peut-on vivre avec au prix des  loyers, de l'essence ? Augmenter les salaires ! en mai 68 la hausse des salaires a été de 33 à 55 % de hausse des salaires. Cela voudrait dire, si cela arrivait aujourd'hui, un Smic à 1740 euros ! Et la décennie 70 en a été meilleure !  Des millions de gens ont pu mieux vivre, acheter des lave-linge, payer les études des enfants... Cela a duré, car les salaires étaient indexés sur les prix jusqu'en 1983 ! Il faut rétablir cette indexation pour les salaires et les retraites !


Et défendre les 35 h avec force ! Comment a-t-on pu se laisser mettre sur la défensive par le honteux slogan "la liberté de travailler plus pour gagner plus". Chaque mot est mensonge. Aucun salarié n'a la liberté de ses horaires. C'est l'employeur qui décide seul des horaires. Tout cela est pour "gagner moins".


Les 35 h sont généralisées, c'est la référence légale pour tous les salariés, pour 100 % des salariés, cela ne "nuit" à aucun, sauf à ceux qui sont victimes de fraudes, d'heures supplémentaires impayées, en attaquant les 35 h ils veulent baisser les salaires, ce n'est qu'une attaque contre les salaires, car les 35 h étant le seuil de déclenchement des heures supplémentaires, chaque heure au delà est majorée de 25 %, puis de 50% puis de 100% et c'est cela qu'il remettent en cause lorsqu'ils veulent déroger à la durée légale, aux contingents annuels...  


Défendons les 35 h comme la prunelle de nos yeux, on peut À LA FOIS réduire le temps de travail, hausser les salaires et la productivité, parfaitement, les trois choses à la fois, c'est ce qu'on fait en France depuis 70 ans, des 40 h de 36 aux 39 h de 82 aux 35 h de 2002, on prouve au monde entier que c'est possible, pourquoi céderait-on aux intégristes néo libéraux qui veulent nous ramener au 19° siècle ?


Et le Code du travail qu'ils ont cassé méticuleusement et qu'il faut reconstruire pourquoi ne pas en parler plus ? On nous disait "augmenter les salaires cela crée de l'inflation". Faux. Ils n'ont pas augmenté les salaires et on a de l'inflation. C'est la preuve que leur théorie est mensongère : l'inflation c'est la spéculation qui la provoque ! Et il faut un programme d'action d'urgence sociale a défendre maintenant, pas dans 5 ans, maintenant face à ce gouvernement le plus réactionnaire néo libéral intégriste, que nous ayons eu depuis 60 ans, qui veut nous imposer une contre révolution blanche antisociale dans tous les domaines.


En cinq points : salaires, protection sociale, 35h-plein emploi-droit du travail, service publics reconstruits, renforcés, élargis, et fiscalité républicaine redistributive, directe et progressive.  Voilà des mots qui n'ont pas été prononcés hormis notre contribution.


Personne n'a défendu cela ! Pourquoi, c'est cela qui essentiel pour nos concitoyens ! C'est cela qu'il faut défendre si nous voulons gagner et ne pas perdre les élections. C'est le social qui doit être au cœur et susciter des "saines colères" en face de Sarkozy.  Ce sont ces points sociaux qui sont vitaux, incontournables, pourquoi ne pas nous en emparer ?  


Dans ce programme d'urgence sociale, il faut défendre nos retraites à 60 ans, à taux plein, aucun des 16 orateurs qui m'a précédé ne l'a dit, excepté Marie-Noëlle juste avant moi. Ils mentent quand ils disent qu'il veulent passer à 41 ou 42 annuités à cause de l'allongement de l'espérance de vie. Ils mentent : la réalité, dans la vie réelle, pas sur TF1, pas dans les rapports bidons, c'est que les salariés français travaillent 37 annuités, encore, toujours, dans les faits, et  prétendre leur imposer 41 annuités, c'est les faire sauter à la perche sans perche, le seul résultat est de  baisser les retraites ! De replonger les vieux dans la misère et les mouroirs.


On peut augmenter les salaires et les cotisations, il y a l'argent pour y faire face, avec un PIB qui augmentera de 1 800 milliards d'ici à 2040, on dispose de 215 milliards pour garder nos retraites, c'est un "choix de société" comme nous l'avions voté unanimement au congrès de Dijon.


D'ailleurs c'est la retraite à 60 ans qui garantit l'espérance de vie, supprimez-la et nous vivrons moins vieux, les assurances rapaces qui veulent prendre la place de la retraite par répartition, ont des tables de mortalité qui le démontrent...


Mais je n'ai plus le temps, le reste est dans la contribution et seulement dans CETTE contribution...


Je voudrais quand même dire sur l'Europe :  comment ne pas voter contre l'Europe réactionnaire des 60 à 65 h par semaine. Xavier Bertrand a signé ce formidable recul. Comment ne pas défendre l'année prochaine l'Europe des 35 h, l'Europe du Smic européen ?


Je voudrais dire que nous sommes pour une autre mondialisation où l'OIT, l'OMS, l'OME, auraient autant de pouvoir réel que l'OMC... Je voudrais parler, comme Benoît, pour une VI° République sociale, laïque, démocratique, parlementaire...


Merci, le reste c'est dans la contribution n°17".  


Gérard Filoche, le 2 juillet 2008, 20 h 15.


 

 

« D'abord redistribuer les richesses »

La contribution intégrale de Démocratie et socialisme :

http://www.democratie-socialisme.org/spip.php?article1544
Partager cet article
Repost0
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 22:20
Partager cet article
Repost0
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 21:04




http://blog.monolecte.fr/post/2008/06/06/Le-complexe-du-larbin



Le complexe du larbin

Par Agnès Maillard le vendredi 6 juin 2008, 11:15 -


La cupidité de quelques uns se nourrit forcément des renoncements de tous les autres.



On ne devrait jamais accepter de bosser pour des clous. Jamais.

Parce que, déjà, ça ne permet pas de vivre.
Et aussi parce que cela te coince pour longtemps dans la case des larves sans amour propre que l'on peut molester à loisir pour trois baffes, une poignée de cacahouètes et un grand coup de pied dans les couilles.

Grouillot un jour, grouillot toujours

J'ai quitté la fac à l'automne 1996, avec un DEA en Sciences Sociales que j'avais arraché de haute lutte à une trajectoire de gosse d'employés. J'aurais dû me précipiter pour valoriser mon bout de papier, toute gonflée d'orgueil, mais voilà, en fac, on n'apprend pas la vie et quand on vient d'un milieu modeste, on a un regard extrêmement naïf sur la réalité du marigot qui nous tient lieu de société.

SUITE...


Partager cet article
Repost0
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 11:21



http://olivierbonnet.canalblog.com/archives/2008/06/06/9473805.html


06 juin 2008


Chômage : une baisse en trompe l'œil

par Olivier Bonnet

Reprise en boucle par tous les médias, sans aucune distance critique ni pondération, la nouvelle est à la Une : le chômage a baissé au premier trimestre 2008 pour atteindre 7,2% en métropole (7,5% avec les départements d'outre-mer), soit le taux le plus bas depuis vingt-cinq ans, d'après l'INSEE.

Que cache ce chiffre ? Faut-il vraiment se réjouir ?

SUITE...


Partager cet article
Repost0
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 20:29


Signalé par BELLACIAO



http://slovar.blogspot.com/2008/06/fonction-publique-faites-ce-que-je-dis.html

02 juin 2008


Fonction publique : Faites ce que je dis ...

Par SLOVAR

Le 19 septembre 2007à Nantes, le Chef de l'Etat déclarait : "... / ... Nous devons donc refonder une fonction publique où les fonctionnaires n'auront pas le sentiment d'être réduits à l'impuissance, parce qu'ils ne savent pas toujours ce que l'on attend d'eux, parce qu'ils ont trop souvent le sentiment d'être mal aimés, mal considérés, parce qu'ils servent un Etat qui fonctionne mal, qui ne répond pas à ce que nos concitoyens sont en droit d'en attendre, qui perd toute continuité et toute cohérence dans la valse hésitation des réformes qu'on multiplie sans jamais oser les mener jusqu'à leur terme.

Le malaise est partout.

Il est dans l'Etat qui est devenu impécunieux et impuissant en même temps qu'il ne cessait de s'étendre pour devenir tentaculaire.
Il est dans les hôpitaux totalement désorganisé par les 35 heures.
Il est dans la fonction publique territoriale.

SUITE...
Partager cet article
Repost0
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 20:57



http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article6939


Syndicats : la fin ?

mercredi 28 mai 2008


par Patrick Mignard


popularité : 11%

Question sacrilège diront certains.

Il ne s'agit pas d'une vision prémonitoire mais de ce que l'on peut tirer de l'expérience des mobilisations sociales - novembre 2007 et surtout du fiasco revendicatif absolu de mai 2008 sur fond de fantasme à propos de « mai 68 ».

Il ne s'agit pas non plus de dénoncer simplement ce que certains appellent la « trahison des directions syndicales » qui ont négocié par dessus la tête des salariés, et qui en mai 2008 se sont révélées totalement impuissantes... mais plutôt de l'expliquer.

La situation est en effet autrement plus grave qu'une simple « trahison de bureaucrates », c'est tout le sens de l'action syndicale qui est remis en question, c'est toute la question du problème de la riposte des salariés aux atteintes de leurs acquis et de leurs conditions de vie par le capital.

CONDAMNÉS A LA DÉFENSIVE

L'offensive conservatrice sans égal depuis un quart de siècle auquel doit faire face le monde salarié se fonde sur deux piliers déterminants et solides :

- l'absolue nécessité de rentabiliser le capital dans un monde marchand généralisé, ce que l'on appelle la « mondialisation »
- la perte de toute capacité sérieuse d'initiative des salariés due en grande partie à cette nouvelle répartition du travail.... entraînant un éclatement des forces.

Cette rentabilisation du capital, qui fonde le système en place depuis son origine, est devenue aujourd'hui un impératif catégorique qui, contrairement à une époque, où dominaient les « grands pays industriels développés », ne peut plus se permettre d'accorder des « avantages » à ses salariés.

La mondialisation marchande, en mondialisant les marchés des biens et services, mais aussi celui de la force de travail, a vidé la classe ouvrière des pays développés d'une grande partie de son potentiel offensif et l'a atomisé, mettant ainsi les gestionnaires du capital en position de force.

A l'époque où l'on pouvait arracher des concessions au capital et bénéficier de miettes substantielles, les syndicats jouaient un rôle essentiel dans l'amélioration des conditions de vie et de travail des salariés. Ils étaient en position essentiellement défensive mais des résultats étaient incontestablement obtenus.

Ce n'est plus du tout la même situation aujourd'hui.

SUITE...


Partager cet article
Repost0
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 10:01

France : Un nouveau code du travail affaiblit la position des salariés


C'est précisément le 1er mai, jour de la fête du Travail, qu'entrera en vigueur cette année en France un nouveau code du travail.

Officiellement il ne s'agit que d'une « recodification à droit constant » du code du travail jusque-là en vigueur, autrement dit d'une simplification et d'un remaniement de ses nombreuses dispositions spécifiques sans que la nouvelle formulation ne touche au fond. Cependant, le gouvernement du président Nicolas Sarkozy a profité de cette « recodification » pour modifier de façon fondamentale, et partiellement à l'insu de l'opinion publique, les relations employeurs/salariés.


Par Françoise Thull




Le code du travail rassemble les droits et règlements qui régissent les relations entre employeurs et salariés et codifie les aspects les plus importants de la vie du travail. Le droit du travail remonte au 19e siècle, mais le code du travail ne fut élaboré qu'au début du 20e siècle pour être achevé vers la fin des années 1920. Il reflète indirectement les acquis obtenus par les travailleurs au cours de décennies de luttes.

Ce code s'applique non seulement à plus de 16 millions de salariés du secteur privé, (ceux du secteur public étant soumis à des statuts particuliers), mais aussi à plusieurs millions de salariés travaillant sous contrat de droit privé dans le secteur public.

SUITE...

Partager cet article
Repost0
21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 22:58
Partager cet article
Repost0