Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

2 janvier 2008 3 02 /01 /janvier /2008 18:09



http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=58685



Thibault, ton attitude nous rappelle malheureusement celle de la CFDT en 1995
mercredi 2 janvier 2008

 
Bernard THIBAULT,Secrétaire Général de la CGT


Mulhouse, le 16 novembre 2007



Cher Camarade,

Nous n’avons pas du tout apprécié ta proposition au gouvernement de négocier les retraites des régimes spéciaux, régime par régime ou entreprise par entreprise.

Syndicat CGT PCA MULHOUSE Route de Chalampé BP 1 403 68071 MULHOUSE CEDEX

Quand on engage un combat comme toute la CGT l’a engagé pour la défense des régimes spéciaux de retraite et que ce combat a des conséquences pour la protection du régime général que Sarkozy veut remettre en cause en 2008, on se donne les moyens de le gagner et on ne divise pas les travailleurs en lutte dès la première minute comme tu l’as fait.


Partager cet article
Repost0
30 décembre 2007 7 30 /12 /décembre /2007 18:05

29 décembre 2007

Travailler plus pour que les patrons gagnent plus


Par Olivier Bonnet


Nous avons longuement expliqué ici en quoi le gimmick du "travailler plus pour gagner plus", ressassé jusqu'à la nausée par la droite depuis la campagne électorale, représentait une escroquerie, en ce qu'il ne concernait qu'une toute petite minorité de gens, alors même qu'il s'agissait de la seule réponse du pouvoir aux problèmes sociaux du pays. Eh bien voilà que même ce soi-disant remède à la baisse du pouvoir d'achat est aujourd'hui remis en question, puisque le Premier ministre, François Fillon, dans une lettre adressée aux syndicats, a indiqué qu'il souhaitait parvenir "à un droit de la durée du travail plus adaptable aux réalités du terrain".
SUITE...


Voir à ce sujet :
http://turandot.over-blog.net/article-15018774.html








Partager cet article
Repost0
28 décembre 2007 5 28 /12 /décembre /2007 16:05
Partager cet article
Repost0
28 décembre 2007 5 28 /12 /décembre /2007 13:19

Plein de posts interessants et importants chez Intox2007


http://www.intox2007.info/index.php?post/2007/12/27/Travailler-plus-pour-gagner-plus-%3A-Arnaque-en-plus-a-venir



Travailler plus pour gagner plus : Arnaque en plus a venir!

Par Rva le jeudi, décembre 27 2007, 23:45 -

Travailler plus pour gagner plus, c'est déjà une arnaque, et une usine à gaz à mettre en place.. Mais voilà que Fillon prépare la libéralisation du temps de travail et du seuil de déclenchement des heures supplémentaires. C'est le néo-féodalisme des néo-cons: plus de pouvoir pour les seigneurs locaux du marché du travail, les salariés devront se plier aux désirs de ceux qui exploitent déjà des stagiaires ou des précaires...
Voici donc les propos de Fillon :
SUITE...
Partager cet article
Repost0
28 décembre 2007 5 28 /12 /décembre /2007 00:15
http://amate-palindromes.blogspot.com/2007/12/gautier-sauvagnac-le-retour-de-la.html

jeudi 27 décembre 2007


Nicolas aime les cadeaux.
Ceux qu'il reçoit (de ses riches amis).
Ceux qu'il offre (à ses potes les gavés).
Mais Nicolas pense aussi aux pauvres, ou du moins (ce n'est pas tout à fait la même chose) à leurs syndicats.

C'est pourquoi, aux approches de Noël, il leur a promis tout plein de vrai pognon 100 % légal (loi sur le financement des syndicats), à condition, bien sûr, qu'ils soient bien sages (sur les 35 heures).




Partager cet article
Repost0
21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 10:48
http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0@2-823448,50-991642,0.html

La refonte du code du travail définitivement adoptée par le Parlement

LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 19.12.07 | 18h58  •  Mis à jour le 19.12.07 | 20h18

e Sénat a entériné, mercredi 19 décembre, le projet de loi de refonte du code du travail, dans sa rédaction issue de l'Assemblée nationale, donnant ainsi l'aval définitif du Parlement à ce texte vivement contesté par la gauche et bon nombre de syndicats. L'UMP et l'UDF-Nouveau Centre ont apporté leur soutien au projet de loi, qui a recueilli 201 voix, contre 126,  celles du PS et du PCF, qui se sont opposées au projet. Le nouveau code est censé entrer en vigueur le 1er mai 2008.
OAS_AD('Middle1');
Le projet de loi consiste en la réécriture de fond en comble du texte qui régit la vie professionnelle depuis 1973 de près de 18 millions de salariés pour, selon le gouvernement, le rendre "plus lisible" et "plus facilement utilisable". Pourtant, dans la nouvelle rédaction, le code du travail passe de 1 891 à 3 652 articles.

Le nouveau code du travail "déclasse" environ 500 articles, c'est-à-dire qu'il les renvoie à des décrets, ce qui facilitera la tâche du gouvernement pour les modifier à l'avenir, les décrets n'étant pas soumis aux débats parlementaires. En outre, il transfert des dispositions dans d'autres codes (maritime, rural ou bien encore des transports).

RECOURS DEVANT LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL

La gauche estime que cette recodification n'a pas été faite "à droit constant" par rapport à l'ancien code, comme s'y était engagé le gouvernement, et qu'elle porte donc atteinte aux droits des salariés. Elle conteste en outre le renvoi à des décrets de plusieurs dispositions de la partie législative du code.

Plusieurs syndicats, dont la CGT, le Syndicat de la magistrature, la CFTC, le syndicat d'inspecteurs du travail, le Snutef (Syndicat national unifié travail emploi formation du ministère, affilié à la FSU), ont également critiqué cette recodification.Le monde

Ils avaient reçu le 5 décembre le soutien inattendu de Laurence Parisot, la présidente du Medef, qui avait dit sur France 2 "ne pas être sûre" que le nouveau code "soit une réussite". "Le code du travail était un labyrinthe de 1 900 kilomètres, cela devient un labyrinthe de 3 600 kilomètres", avait-elle déclaré. "Est-ce que nous y gagnons ? Non."

Le PS a d'ores et déjà annoncé qu'il déposerait un recours devant le Conseil constitutionnel. "Nous sommes sereins sur les recours engagés", a répliqué la secrétaire d'Etat à la solidarité, Valérie Létard, qui a défendu le texte au Sénat.

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2007 4 20 /12 /décembre /2007 14:09
http://merome.net/dotclear/index.php?2007/12/19/393-travailler-plus-pour-moins-voir-ses-gosses

Travailler plus... pour moins voir ses gosses
Par Merome, mercredi 19 décembre 2007 à 21:41

Il n'y a pas que la météo qui se rafraichit, l'atmosphère professionnelle aussi.
Il est des slogans qui s'inscrivent dans l'air du temps et qui accompagnent des changements sans que l'on sache bien s'ils en sont l'origine ou le reflet.
"Travailler plus pour gagner plus" est sans nul doute une jolie trouvaille de Nicolas Bruni, qui colle bien aux oreilles et ramollit les cerveaux les plus retors.
Hasard ou coïncidence, je trouve que le climat professionnel, et pas que le mien pourtant jadis favorisé, se dégrade au rythme du détricotage du droit du travail. Partout, l'employé épie son voisin et juge son propre labeur par rapport à celui des autres. Le doute s'installe : il ne faudrait pas que tout d'un coup le fainéant ce soit moi.
Alors on trouve toujours plus planqué que soi, quelqu'un qui fait visiblement moins bien son boulot, ou qui en fait moins, ou moins vite. Insidieusement s'installe l'idée que nous avons mangé notre pain blanc, et qu'il faut maintenant se retrousser les manches. La menace écologique et la déplétion pétrolière ajoutent sans doute un peu de stress à tout ça. On risque d'en chier un max d'ici pas tard, on s'y habitue petit à petit en s'auto infligeant des punitions.

SUITE...
Partager cet article
Repost0
20 décembre 2007 4 20 /12 /décembre /2007 10:41
http://slovar.blogspot.com/2007/12/code-du-travail-les-ennuis-et-la-lutte.html#links

19 décembre 2007
Code du travail : Les ennuis et .. la lutte commencent !!!


Par SLOVAR

Le sénat vient de voter en deuxième lecture les modifications au code du travail. Il va falloir être attentif et combatif désormais.

Extrait du site Web du Sénat
SUITE...


Partager cet article
Repost0
20 décembre 2007 4 20 /12 /décembre /2007 08:49




http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=58157



Continental, contrairement à ce qu’écrit à tort toute la presse, ne peut revenir sur les 35 h et "passer aux 40 h"

mercredi 19 décembre 2007



Par Gérard FILOCHE
 

Alors que se passe t-il à Continental ? Pour ne pas payer les majorations, l’employeur va baisser le taux horaire de toutes les heures de façon à amortir les 40 h ! Donc la vraie information que devraient donner la presse sur Continental ce n’est pas que les 35 h sont remises en cause mais que le taux horaire est baissé de façon à ne pas payer la majoration des heures supplémentaires entre 35 et 40 h ...

Mercredi 19 décembre 2007.

Sans les 35 h les salaires baisseraient... Et à Continental, contrairement à ce que toute la presse, écrit, les 35 h ne peuvent légalement pas être remises en cause ! La loi est la loi pour tous, y compris à Continental ! Tout le monde est aux 35 h dans le salariat. Elles sont générales. C’est une loi d’ordre public social. Il n’y a pas un salarié de ce pays qui ne dépend pas des 35 h. Elles se calculent hebdomadairement. Et leur équivalent mensuel est 151 h 66 et leur équivalent annuel est 1607 h (depuis que 7 heures de travail taxées ont été rajoutées).

Les 35 h ce n’est que la durée légale, pas la durée effective du travail.

C’est le point de repère de calcul des salaires et des heures supplémentaires.

La durée légale de 35 h déclenche le seuil des heures supplémentaires.

La durée légale de 35 h déclenche le seuil du temps partiel.

Le Smic est calculé sur les 35 h et sur 151 h 66 ainsi que tous les salaires mensualisés et les grilles des salaires conventionnels.

La remise en cause des 35 h aurait pour effet de faire disparaître les heures supplémentaires donc de diminuer les majorations de salaires qui leur sont liées. (Il existe différentes majorations : financières à 25 %, à 50 %, à 100 %, et avec repos compensateur à 25 %, à 50 %, à 100%. Chaque majoration correspond à un seuil, 35 h, 44 h, au contingent annuel, ou une circonstance, dimanche, nuit, etc.)

L’entreprise Continental contrairement à ce qu’écrit à tort toute la presse, ne peut revenir sur les 35 h et "passer aux 40 h".

C’est impossible, les patrons qui présentent les choses ainsi et les journaux mentent. Car la loi est la loi : les 35 h s’appliquent aussi à Continental ! Cela veut dire, que, même après avoir fait voter leurs salariés pour travailler 40 h, les bulletins de paie doivent continuer de faire figurer le salaire brut affecté aux 151 h 66 et sur une ligne distincte, les heures supplémentaires majorées de 25 % entre 35 et 40 h. Ces dernières sont forcément majorées de 25 % car c’est la loi... Toute autre bulletin de paie serait illégal !

Alors que se passe t-il ? Pour ne pas payer les majorations, l’employeur va baisser le taux horaire de toutes les heures de façon à amortir les 40 h ! Donc la vraie information que devraient donner la presse sur Continental ce n’est pas que les 35 h sont remises en cause mais que le taux horaire est baissé de façon à ne pas payer la majoration des heures supplémentaires entre 35 et 40 h ...

C’est fantastique que dans ce pays, on soit si mal informé, ou plutôt qu’on soit désinformé à ce point ! Il s’agit d’un cas délibéré de baisse du salaire et de baisse du taux des heures supplémentaires, pas d’un cas de remise en cause des 35 h !

On peut défendre les 35 h et hausser les salaires, les caisses ne sont pas vides !

Grâce aux 35 h contrairement à tout ce qui est dit, en l’an 2000, non seulement il y a eu entre 350 000 et 450 000 emplois crées (la fourchette est large mais reconnue par tous) mais il y a eu aussi une augmentation de la masse salariale globale. Pas des salaires nominaux, et cela a manqué ! Mais le "gel" des salaires n’a été le fait que de 2 à 3 % des accords signés à l’époque, on peut l’imputer à la réduction de la durée du travail encore moins à l’acceptation des syndicats.

Cela a été le fait de la "guerre contre les 35 h" déclarée par le Medef : c’est encore le patronat qui a fait du chantage aux salaires de 2002 à aujourd’hui alors que ses profits se sont envolés ! (Les entreprises du CAC 40 ont gagné 57 milliards de profits en 2003, 66 milliards en 2004, 87 milliards en 2005, 100 Milliards en 2006 et sans doue davantage en 2007).

Que l’on ne nous dise pas que les caisses sont vides, la "cagnotte privée" n’a jamais été aussi pleine, les 500 familles françaises les plus riches ont gagné 80 milliards d’euros de plus en 2006 qu’en 2005, c’est là qu’il faut prendre l’argent, imposez les sociétés et les grandes fortunes, faire payer les 500 familles, il y a de l’argent pour les salaires a reverser !

La remise en cause des 35 h annoncée par le cafouillage des mesures gouvernementales sur les heures supplémentaires, les rtt, les compte épargne temps, l’intéressement, la participation, devient ridicule. Il ne résoudra pas le problème de l’écart croissant entre les prix et les salaires. Il ne résoudra pas l’exigence grandissante d’une meilleure répartition des richesses produites par les salariés.

Il fallait augmenter le Smic, il fallait aligner par la loi les minima conventionnels sur le Smic, il faut rendre les heures supplémentaires plus coûteuses que l’embauche à 50 % dés la première heure, il faut baisser le contingent annuel d’heures supplémentaires de façon à faire jouer la majoration à 100 % des heures qu’il engendre lorsqu’il est dépassé, il faut provoquer les embauches, et faire reculer le chômage de masse, remplacer les partants en retraite, il faut limiter la durée maxima du travail de 48 h à 44 h, imposer les deux jours de repos consécutifs hebdomadaires pour tous, il faut pousser aux négociations annuelles obligatoires, afin de pousser à la fois à l’embauche et aux hausses de salaires. Là serait la bonne politique gouvernementale pour commencer un rattrapage des salaires puisque 160 milliards d’euros sont, hélas, passés des mains des salariés aux mains des actionnaires.

Il faut baisser le coût du capital (pressions, négociations,contrainte, impôts progressifs, directs) et hausser le coût du travail (pression, négociations, baisse des impôts indirects, hausse du Smic, et des salaires de la fonction publique).

Gérard Filoche, inspecteur du travail

----------
Collectif Bellaciao
http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=58157

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2007 7 16 /12 /décembre /2007 23:20
Partager cet article
Repost0