Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
  • : Blog de liens divers . Quelques commentaires de temps en temps .
  • Contact

  • turandot

L'eau est à tous

550239 440438599350624 1748426065 n

Recherche

Je soutiens

29maieu-80-15v2.pngnddl-non.png

Archives

SAEZ

LIENS AMIS

http://turandot.over-blog.net/tag/LIENS%20AMIS%20DANS%20LE%20DESORDRE/

26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 23:11

DOCUMENTAIRE

Florange, l'acier trompé

Diffusée le 04/02/2013
Durée : 52 minutes

 

De Gandrange à Florange, des salariés du site lorrain d'Arcelor Mittal sont devenus en 4 ans un symbole de volonté et de résistance ouvrière.

http://www.publicsenat.fr/vod/documentaire/florange,-l-acier-trompe/128412

Repost 0
Published by turandot - dans travail
commenter cet article
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 12:04

PUBLIC/PRIVE, AVANTAGES ET INCONVENIENTS

 

 

Posté par 2ccr

 

le 6 août 2013


Puisque les médias se font l’écho de certains avantages en oubliant les inconvénients, voici quelques mises au point:

Dans le public, le nombre d’annuités correspond au temps ou l’on occupe effectivement un emploi, au prorata du temps de travail Par exemple : pour un 90 ou 100 % c’est bien 4 trimestres pour une année; 3 trimestres pour un 70 ou 80 %; et 2 trimestres pour un 50 ou 60 %. Si c’est toujours d’actualité il faudrait 88 ans (si ça passe à 44 ans) de travail pour une personne qui travaille à mi-temps ???

 

SUITE...

 

http://2ccr.unblog.fr/2013/08/06/public-prive-avantages-et-inconvenients/

Repost 0
Published by turandot - dans travail
commenter cet article
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 00:10

LE « SYNDICALISME NOUVEAU » EST ARRIVE

 

 

 



 

Patrick MIGNARD

 

Ces derniers temps, le syndicalisme évolue à une vitesse vertigineuse.

 

«La lutte des classes, c'est du syndicalisme dépassé. Brûler des palettes, ça va un temps. Après il faut passer à autre chose.» Le secrétaire général de l'Union départementale 31 CFDT, Bruno Cagnat, a été très clair à l’occasion de ce 1er Mai 2013 qui est à marquer d’une pierre blanche – ou - jaune. Ce même responsable syndical oppose le syndicalisme « réformiste », le sien, à celui de la CGT qualifié de « conservateur »….

SUITE...

http://fedetlib.overblog.com/le-syndicalisme-nouveau-est-arrive

 

 

*************************************************************************

 

 

 

Repost 0
Published by turandot - dans travail
commenter cet article
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 10:59

 

 

 

L'ANI , c'est ça

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un peu plus longuement :

 

 

 

 

********************************************************************************************************************************************************************

 

 

- 21 avril 2013

LE débat interdit

 

 

 


Pour museler les critiques de la gauche contre le projet de loi dit improprement « de sécurisation des emplois », le gouvernement recours au vote bloqué au Sénat. Il bafoue ainsi la démocratie parlementaire dans la pire tradition de la Ve République.

 

 


 

SUITE...

 

http://www.politis.fr/LE-debat-interdit,21831.html

 

 

**********************************************************************************************

 

 

 

VOIR toute une série d'articles sur le sujet ici  :

 

 


http://www.groupe-crc.org/Le-gouvernement-musele-le-Senat.html

 


 

***********************************************************************************************

 

 

 

 

16/04/2013

 


Deux ministres du Travail :

Croizat l’ouvrier

et Sapin le millionnaire

 


 

 


Ambroise Croizat fut ministre du Travail, puis ministre du Travail et de la Sécurité Sociale de 1945 à 1947.

Il est le créateur de la Sécurité Sociale (maladie, accidents du travail, retraites, allocations familiales), des comités d’entreprise, des délégués du personnel, de la médecine du travail…

 

SUITE...

 

http://peiheu2015.tumblr.com/post/48144150647/deux-ministres-du-travail-croizat-louvrier-et-sapin

 

 

 

**************************************************************************************************

 

Scrutin n° 220 - séance du 20 avril 2013

 

 

http://www.senat.fr/scrutin-public/2012/scr2012-220.html

 

 

 

Pour ou Abstention = TRAHISON

 

 

Ont voté pour

Nicolas Alfonsi Roland Courteau Philippe Kaltenbach François Patriat
Jacqueline Alquier Yves Daudigny Ronan Kerdraon Daniel Percheron
Jean-Paul Amoudry Marc Daunis Virginie Klès Jean-Claude Peyronnet
Michèle André Vincent Delahaye Yves Krattinger Bernard Piras
Serge Andreoni Michel Delebarre Georges Labazée Jean-Pierre Plancade
Jean-Étienne Antoinette Jean-Pierre Demerliat Françoise Laborde Hervé Poher
Alain Anziani Christiane Demontès Serge Larcher Roland Povinelli
Jean Arthuis Marcel Deneux Jean-Jacques Lasserre Yves Pozzo di Borgo
David Assouline Félix Desplan Françoise Laurent-Perrigot Gisèle Printz
Bertrand Auban Yves Détraigne Jean-Yves Leconte Marcel Rainaud
Dominique Bailly Claude Dilain Jacky Le Menn Daniel Raoul
Gilbert Barbier Muguette Dini Claudine Lepage François Rebsamen
Delphine Bataille Claude Domeizel Jean-Claude Leroy Daniel Reiner
Jean-Michel Baylet Daniel Dubois Valérie Létard Jean-Claude Requier
Claude Bérit-Débat Jean-Léonce Dupont Alain Le Vern Alain Richard
Pierre Bernard-Reymond Josette Durrieu Jeanny Lorgeoux Roland Ries
Michel Berson Vincent Eblé Jean-Jacques Lozach Gérard Roche
Jacques Berthou Anne Emery-Dumas Roger Madec Gilbert Roger
Alain Bertrand Philippe Esnol Philippe Madrelle Yves Rome
Jean Besson Frédérique Espagnac Jacques-Bernard Magner Laurence Rossignol
Maryvonne Blondin Alain Fauconnier François Marc Patricia Schillinger
Jean-Marie Bockel Françoise Férat Hervé Marseille Jean-Pierre Sueur
Nicole Bonnefoy Jean-Luc Fichet Marc Massion Simon Sutour
Yannick Botrel Jean-Jacques Filleul Jean Louis Masson Henri Tandonnet
Christian Bourquin François Fortassin Hervé Maurey Catherine Tasca
Martial Bourquin Jean-Claude Frécon Stéphane Mazars Michel Teston
Bernadette Bourzai Catherine Génisson Rachel Mazuir René Teulade
Michel Boutant Jean Germain Jean-Claude Merceron Jean-Marc Todeschini
Jean Boyer Samia Ghali Michel Mercier Robert Tropeano
Jean-Pierre Caffet Dominique Gillot Michelle Meunier Richard Tuheiava
Pierre Camani Jacques Gillot Jacques Mézard André Vairetto
Claire-Lise Campion Gaëtan Gorce Danielle Michel Raymond Vall
Vincent Capo-Canellas Nathalie Goulet Jean-Pierre Michel André Vallini
Jean-Louis Carrère Jacqueline Gourault Gérard Miquel René Vandierendonck
Françoise Cartron Sylvie Goy-Chavent Jean-Jacques Mirassou Jean-Marie Vanlerenberghe
Luc Carvounas Jean-Noël Guérini Thani Mohamed Soilihi Yannick Vaugrenard
Bernard Cazeau Joël Guerriau Aymeri de Montesquiou François Vendasi
Yves Chastan Didier Guillaume Catherine Morin-Desailly Michel Vergoz
Jean-Pierre Chevènement Claude Haut Christian Namy Maurice Vincent
Jacques Chiron Edmond Hervé Robert Navarro Richard Yung
Karine Claireaux Odette Herviaux Alain Néri François Zocchetto
Yvon Collin Pierre Jarlier Renée Nicoux
Gérard Collomb Claude Jeannerot Jean-Marc Pastor
Jacques Cornano Chantal Jouanno Georges Patient

Abstentions

Philippe Adnot Jean-Patrick Courtois Bruno Gilles Philippe Marini
Leila Aïchi Philippe Dallier Colette Giudicelli Pierre Martin
Pierre André Ronan Dantec Alain Gournac Hélène Masson-Maret
Kalliopi Ango Ela Philippe Darniche Francis Grignon Jean-François Mayet
Maurice Antiste Isabelle Debré François Grosdidier Colette Mélot
Aline Archimbaud Robert del Picchia Charles Guené Alain Milon
Gérard Bailly Francis Delattre Pierre Hérisson Albéric de Montgolfier
Philippe Bas Gérard Dériot Michel Houel Philippe Nachbar
René Beaumont Catherine Deroche Alain Houpert Louis Nègre
Christophe Béchu Marie-Hélène Des Esgaulx Robert Hue Philippe Paul
Michel Bécot Jean Desessard Jean-François Humbert Jackie Pierre
Claude Belot Éric Doligé Christiane Hummel François Pillet
Esther Benbassa Philippe Dominati Benoît Huré Xavier Pintat
Joël Billard Michel Doublet Jean-François Husson Louis Pinton
Jean Bizet Marie-Annick Duchêne Jean-Jacques Hyest Jean-Vincent Placé
Marie-Christine Blandin Alain Dufaut Sophie Joissains Rémy Pointereau
Pierre Bordier André Dulait Christiane Kammermann Ladislas Poniatowski
Natacha Bouchart Ambroise Dupont Roger Karoutchi Hugues Portelli
Corinne Bouchoux Louis Duvernois Fabienne Keller Sophie Primas
Joël Bourdin Jean-Paul Emorine Joël Labbé Catherine Procaccia
Marie-Thérèse Bruguière Hubert Falco Marc Laménie Jean-Pierre Raffarin
François-Noël Buffet Jacqueline Farreyrol Élisabeth Lamure Henri de Raincourt
François Calvet André Ferrand Gérard Larcher André Reichardt
Christian Cambon Louis-Constant Fleming Robert Laufoaulu Bruno Retailleau
Jean-Pierre Cantegrit Gaston Flosse Daniel Laurent Charles Revet
Jean-Noël Cardoux Michel Fontaine Jean-René Lecerf Bernard Saugey
Jean-Claude Carle Bernard Fournier Antoine Lefèvre René-Paul Savary
Caroline Cayeux Jean-Paul Fournier Jacques Legendre Michel Savin
Gérard César Christophe-André Frassa Dominique de Legge Bruno Sido
Pierre Charon Pierre Frogier Jean-Pierre Leleux Esther Sittler
Alain Chatillon Yann Gaillard Jean-Claude Lenoir Abdourahamane Soilihi
Jean-Pierre Chauveau René Garrec Philippe Leroy André Trillard
Marcel-Pierre Cléach Joëlle Garriaud-Maylam Hélène Lipietz Catherine Troendle
Christian Cointat André Gattolin Gérard Longuet François Trucy
Pierre-Yves Collombat Jean-Claude Gaudin Jean-Louis Lorrain Alex Türk
Gérard Cornu Jacques Gautier Roland du Luart Hilarion Vendegou
Raymond Couderc Patrice Gélard Michel Magras Jean-Pierre Vial
******************************************************************************************************************************************

Projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi :
procédure accélérée engagée par le Gouvernement le 6 mars 2013

 

 

http://www.senat.fr/dossier-legislatif/pjl12-489.html

 

 

 

 

 

Séance du 20 avril 2013 (compte rendu intégral des débats) : version provisoire

 

 

http://www.senat.fr/seances/s201304/s20130420/s20130420004.html#par_1041

 

 

 

http://www.senat.fr/seances/s201304/s20130420/s20130420_mono.html

 

 

 

 

*************************************************************************

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by turandot - dans travail
commenter cet article
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 18:53

La logique néfaste de la "compétitivité-emploi"

 

 

 



Le 11 janvier, les organisations patronales et trois syndicats (CFDT, CFE-CGC et CFTC) ont conclu un accord sur la prochaine réforme du marché du travail, au terme d’une négociation commencée en octobre dernier. Dans la presse, la signature de l’accord a été quasi unanimement acclamée.

 

 

Suite

 

 

http://dessousdebruxelles.ellynn.fr/spip.php?article194

 

Repost 0
Published by turandot - dans travail
commenter cet article
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 21:18

Mise à mort de l’inspection du travail ?

 

Gérard Filoche,

 

 

 

le 18 février 2013

 

 

 

Je suis allé au rassemblement des agents de contrôle de l’inspection du travail, ce lundi matin à 10 h devant la « Dagemo » direction du personnel du ministère du travail, dans le XV° arrondissement de Paris. Les services sont en grève ce 18 février.


 

SUITE...

 

http://www.filoche.net/2013/02/18/mise-a-mort-de-l%E2%80%99inspection-du-travail/

Repost 0
Published by turandot - dans travail
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 13:24

**

Pour rappel :

http://www.syndicat-sud-solidaires-mairie-dunkerque.fr/article-pour-ceux-qui-se-font-encore-des-illusions-sur-la-cfdt-et-fran-ois-chereque-79222592.html

 

*************************************************

Rien contre le chômage, le Medef a bloqué

toute avancée pour les salariés

dans cet accord signé par une minorité syndicale

 

Gérard FILOCHE

 

introduction

L’encensement de ces « accords de Wagram » (ils se sont conclus au siège du patronat) par les médias ne durera pas. La « couverture » du contenu de l’accord par un certain nombre de dirigeants politiques repose largement sur la méconnaissance de son contenu réel.
Mais dés qu’on prend le temps de les lire et on est effaré.


SUITE...

 

http://www.filoche.net/2013/01/12/rien-contre-le-chomage-le-medef-a-bloque-tout-avancee-pour-les-salaries-dans-cet-accord-axa-signe-par-une-minorite-syndicale/

 

 

*****************************************************

 

Licenciements, droits des salariés... Ce qui va changer avec l'accord sur l'emploi

 

 

LE MONDE | 12.01.2013 à 10h15


Par Bertrand Bissuel


http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/01/12/licenciements-droits-des-salaries-ce-qui-va-changer_1816051_823448.html

 

 

****************************************************

 

Négociations emploi : l'accord final en intégralité (document)

 

http://www.humanite.fr/fil-rouge/negociations-emploi-laccord-final-en-integralite-document

 

 

 

****************************************************

 

Négociations sur la «réforme du marché du travail» :

le SAF dénonce le plan du Medef

 

http://www.actuchomage.org/2013010923792/Mobilisations-luttes-et-solidarites/negociations-sur-la-lreforme-du-marche-du-travailr-le-saf-denonce-le-plan-du-medef.html

 

************************************************************

 

La retraite assurée de François Chérèque

_________________________________________________________

 

Voir :

Après la CFDT

 

 

*******************************************************************

Aparté  : Sur Twitter , je ne sais plus qui a relevé ceci :

 

 

3° Des dispositions discriminant les salariés dans leur emploi ou leur travail, à capacité professionnelle égale, en raison de leur origine, de leur sexe, de leurs moeurs, de leur orientation ou identité sexuelle, de leur âge, de leur situation de famille ou de leur grossesse, de leurs caractéristiques génétiques, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation ou une race, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales ou mutualistes, de leurs convictions religieuses, de leur apparence physique, de leur nom de famille ou en raison de leur état de santé ou de leur handicap.

 

http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000026268316&cidTexte=LEGITEXT000006072050

 

************************************************************
Repost 0
Published by turandot - dans travail
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 20:54

Forcing au sommet social

Le Medef exige de pouvoir licencier sans motif


Il veut des salariés kleenex

lundi 7 janvier 2013

par Gérard Filoche

 


Quel est le fond de l’offensive du Medef pour la dernière réunion du sommet social des 10 et 11 janvier ? Imposer les pactes de compétitivité de Sarkozy (appliquer l’article 40 de la loi Warsmann du 22 mars 2012) et pouvoir licencier sans motif.

Retour du CNE, du CPE étendu et généralisé :


 

SUITE...


 

http://www.democratie-socialisme.org/spip.php?article2731


Repost 0
Published by turandot - dans travail
commenter cet article
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 11:33

Cette question est aujourd’hui posée comme une évidence, un passage obligé, un impératif économique catégorique.

 

Ce qui sont pour l’affichent clairement. Ceux qui sont contre prennent des chemins tortueux, et pas évidents à suivre pour exprimer une idée dont on n’est pas toujours sûr qu’elle soit claire.

 

Avant d’aller plus loin quelques rappels utiles.

 

TRAVAIL ET FORCE DE TRAVAIL

 

Parler de coût du travail est en fait un abus de langage. En effet, le travail ne coûte pas… l’activité travail crée la valeur… et ceci quel que soit le système économique.

 

Ce qui « coûte », c’est ce qui effectue ce travail, c'est-à-dire celle ou celui qui travaille. Et quel est son coût ? Ce dont il a besoin pour exister en tant que producteur de valeur… autrement dit travailler et vivre socialement..

 

Dans le système de l’esclavage, le maître est tenu d’entretenir son esclave, dans le système féodal, le serf se débrouille seul, ou en communauté, et doit une partie de sa production au seigneur qui le « protège ». Dans le cas du salariat, si le chef d’entreprise veut une force de travail, il va la louer sur le marché dit « du travail »,… en fait de la force de travail.

 

Le salaire est à la fois le coût que doit supporter l’employeur pour disposer d’une force de travail dont il a besoin pour son entreprise, mais c’est aussi un revenu, indispensable pour le salarié pour assurer sa subsistance.

 

La force de travail, et non le travail, est donc une marchandise. Valeur d’usage pour l’employeur qu’il la paie à sa valeur et la consomme. Valeur d’échange pour le salarié qui, en échange de sa force, acquière les moyens de sa subsistance.

 

Le marché de la force de travail apparaît comme parfaitement équitable. Le contrat de travail entérine l’accord entre l’employeur et le salarié. L’usufruit de l’utilisation de la force de travail est le profit, propriété de l’acheteur de la force.

 

Sauf que… l’employeur a tendance à « louer » le moins cher possible cette force de travail, et le salarié, la céder le plus cher possible.

 

Les luttes des salariés pour améliorer leurs conditions de rémunération : salaire minimum, conventions collectives, limitation de la durée du travail, surpaiement des heures supplémentaires, charges patronales,… sont des conquêtes importantes qui ont fait perdre de vue l’essentiel – et qui réapparaît aujourd’hui –

 

Revenons maintenant à la question initiale.

 

FAUT-IL RÉDUIRE LE « COÛT DU TRAVAIL »?

 

On comprendra qu’il faut entendre, en fait, le « coût de la force de travail ».

 

Pour l’employeur c’est une évidence. D’ailleurs l’essentiel des conflits depuis que le salariat existe porte sur cette question : si, à la limite, le chef d’entreprise pouvait se passer totalement de salariés, il n’hésiterait pas une seconde. Or, cela il ne le peut pas, simplement parce que c’est le travail, et lui seul, qui crée la valeur. Notons que même, le capital technique (les machines), n’est socialement, qu’un produit du travail. Autrement dit, seul le travail est créateur de valeur.

 

Le problème, si l’on peut dire, c’est que le progrès technique, rend de plus en plus efficace l’acte de travail au point que l’on a besoin de moins en moins de force de travail pour produire,… et que celle que l’on utilise doit être, d’abord déqualifiée, puis du fait de l’automatisation généralisée, de plus en plus qualifiée.

 

On comprend donc la logique de l’employeur qui, entre financer un progrès technique qui accroîtra sa productivité, donc sa capacité de concurrence, et continuer à payer des salaires… a vite fait le choix.

 

S’ils ne peuvent pas, l’employeur, et l’Etat garant de ce système,  pour des raisons de paix sociale, licencier massivement et ne garder qu’un petit nombre de salariés, ils vont donc être obligé d’agir sur le niveau des salaires.

 

Or, nous l’avons vu, le salaire est la valeur d’échange de la marchandise force de travail.  C’est lui qui assure la subsistance et l’existence du salarié.

 

Inutile de détailler les conséquences de la réduction du salaire pour le salarié.

 

On peut objecter qu’une diminution des salaires directement, ou indirectement (réduction de la contribution sociale des entreprises qui obligera les salariés à compenser), entraînant, dans tous les cas, une baisse de pouvoir d’achat, va porter atteinte à l’intérêt de ces mêmes entreprises… les consommateurs étant les salariés.

 

Ceci est vrai, ou plutôt était vrai, lorsque nous fabriquions l’essentiel des produits manufacturés que nous consommions. Or ce ne plus tout à fait le cas aujourd’hui. Beaucoup de produits manufacturés sont des produits d’importation… Une politique de la demande relancerait donc les importations, aggravant le déséquilibre de la balance commerciale, tout en accroissant les coûts de production intérieurs, faisant baisser la compétitivité des produits intérieurs et exportables.

 

C’est donc tout à fait logiquement que le MEDEF et le gouvernement optent pour une politique de l’offre (réduction des coûts de production, relance de l’investissement, allègement des charges des entreprises) qui ne dit pas son nom.

 

Le problème à résoudre est : comment faire passer une telle politique de manière indolore ?

 

« PACTE » ou « CHOC » DE COMPÉTITIVITÉ ?

 

Les mots ont leur importance car, à défaut d’innover en matière de politique économique-« tendance austérité », les différences se font plus sur la forme que sur le fond.

 

Pour la Droite, ce n’est pas compliqué, elle assume parfaitement. Pour la Gauche c’est, en principe et politiquement, plus délicat car, traditionnellement elle opte pour une politique de la demande ; or, nous venons de le voir, celle-ci ne fonctionne plus dans le cadre du capitalisme mondialisé actuel. Il faut donc, cette fois, sans faux semblants, assurer, et assumer, un total changement d’orientation.

 

Pour ce faire, rien de tel qu’un « bon rapport », fait par un « expert compétent » qui explique en long et en large qu’il n’y a pas d’autres solutions. 

 

La mesure phare du dispositif actuel – suite au rapport Gallois - résume bien la problématique économique du Gouvernement.

 

« Crédit d’impôts » plutôt que « réduction des charges sociales » des entreprises (préconisée par le rapport ). Pas de différence sur le fond, mais le « crédit d’impôt » donne moins l’impression d’un cadeau aux entreprises. Au total ceci équivaut à une baisse de 6% du « coût du travail ». On ne touche donc pas directement, par cette mesure, au niveau des salaires. Dans les faits, ce dispositif est financé par une hausse modulée de la TVA (que le PS avait juré ne pas toucher), ce qui porte atteinte au pouvoir d’achat des salariés et chômeurs.

 

Pour en revenir à nos concepts de départ, la valeur de la force de travail est indirectement dévalorisée, non pas au niveau du salaire (sa valeur), mais du fait de la réduction du pouvoir d’achat de ce salaire. Nous avons ici une baisse implicite déguisée du salaire. De la rémunération du capital (dividendes) il n’en ai nullement question et pour cause… gestion du système oblige !

 

La cerise sur le gâteau est incontestablement la mesure qui consiste à « introduire des représentants des salariés dans les conseils d’administration ou de surveillance des entreprises de plus de 5000 salariés ». Mesure qui va aboutir à une cogestion du système, autrement dit à faire assumer – cas de l’Allemagne – par les salariés les contraintes imposées par un système dont ils sont les principales victimes.

 

Le rapport social salarial demeure, la force de travail demeure une marchandise, l’intérêt du système passe par la domination des banques, de la finance, le pouvoir réel est toujours entre les mains des actionnaires,… et les salariés vont être conviés à accepter les mesures de limitation des salaires, précarisation de l’emploi, réduction de leur protection sociale et tout cela au nom de… la défense de leur emploi ( ?).

 

S’il y a un « vrai changement maintenant », c’est celui de l’adhésion parfaite, par le Gouvernement socialo-écologiste, et sans réserve, aux règles du libéralisme économique. Désormais, la boucle est bouclée.

 

                        Novembre 2012                                        Patrick MIGNARD

 

Repost 0
Published by turandot - dans travail
commenter cet article
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 15:01

Signalé par

  @

 

A7AQ7yhCUAAn6b3.jpg

 

Signalé par @Dechiffrages

 

A69YY5WCcAET0Tv.jpg

 

Signalé par

@samuellaurent

 

683256576.png

 

Repost 0
Published by turandot - dans travail
commenter cet article